Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

British Open 2016: Mickelson à un cheveu de battre le record de score en majeur

British Open 2016: Mickelson à un cheveu de battre le record de score en majeur - Crédit photo : Mark Newcombe

C’est donc parti jeudi matin pour le 145 eme Open Championship au Royal Troon, links situé au nord-ouest de l’Ecosse, et dont la dernière rotation remonte à 2004, avec la victoire de Todd Hamilton contre Ernie Els. Et pour cette première journée sous un ciel plutôt clément avec un vent relativement faible, les conditions de jeux ont été particulièrement propices aux bons scores, notamment pour Phil Mickelson qui a manqué d’un cheveu de battre le record de score le plus bas sur un tour en majeur.

Découvrez nos formules d'abonnements

A découvrir dans cet article, les plus belles photos de notre envoyé spécial, Mark Newcombe, que nous avons sélectionné pour ce premier tour de The Open 2016.

British Open 2016 : Un premier tour à Troon sous une météo clémente...

Pour une première journée de British Open, les conditions ont effectivement été plutôt propices aux joueurs, une fois n’est pas coutume !

D’ailleurs, selon les prévisions météo, jeudi devrait être la seule belle journée de la semaine. Vendredi, samedi et dimanche, la pluie devrait se mêler à la partie, et jouer un rôle considérable dans le déroulement de la compétition.

Autant dire que cette première journée pourrait avoir déjà une importance capitale sur le score final de dimanche.

Si les greens seront sans doute détrempés demain pour le passage du cut et dimanche pour l’issue du tournoi, il faut aussi prévoir une augmentation de la vitesse du vent d’ici au dernier tour.

Alors que ce jeudi, le vent a soufflé en moyenne à 6 kmh, ce qui est plutôt ridicule pour Troon, dimanche, les prévisions tablent sur 13 kmh, ce qui devrait déjà avoir une influence plus importante sur les trajectoires de balles, et beaucoup plus sérieusement compliquées la tâche des golfeurs encore éventuellement en course pour la Claret Jug.

En début de matinée sur ce premier tour, et avant que les choses ne se corsent, c’est la légende locale, Colin Montgomerie qui a eu l’honneur de taper le premier tee shot du tournoi.

L’écossais n’a pas caché avoir été très excité par cette perspective. Monty, le golfeur au caractère parfois orageux brille désormais sur le Senior Tour, et malgré une magnifique carrière sur le circuit européen avec près de dix ans de dominations au plus haut niveau, il n’a jamais remporté son « tournoi ». Sa meilleure place à The Open est une deuxième place acquise en 2005…

Alors qui sait dans ce majeur où il peut arriver qu’un senior créé la surprise, souvenez-vous de Tom Watson qui a 59 ans a manqué de très peu de remporter The Open 2009 à Turnberry.

Il faut dire que Watson est peut-être l’un des plus grands spécialistes des links au monde…ayant remporté au plus fort de sa carrière, cinq Claret jugs.

Pour Montgomerie, l’excitation a peut-être pris un peu le dessus. Son premier coup a trouvé le rough de gauche, et il est sorti de son premier trou avec un double-bogey.

Pourtant, il joue à domicile sur son parcours fétiche, mais même quand le temps est plutôt clément, le parcours reste un monstre, notamment les 9 derniers trous. Sur l’aller, il a joué 33 et 38 au retour pour un score dans le par à 71.

Notez que pour la suite, le retour est le véritable juge de paix d’une bonne performance à Troon.

Ceci étant, cela n’a pas traumatisé Louis Oosthuizen, un ancien vainqueur qui a justement profité du trou 14 pour signer le plus beau coup de la journée, un trou en un !

Oosthuizen aura réussi cette performance au Masters un peu plus tôt cette saison, et donc au British ! C’est suffisamment rare pour être noté.

Reed, premier leader au club-house...

Du début de journée, il faudra retenir les bons débuts de l’américain Patrick Reed, premier leader avec un score de 66.

On a longtemps cru que le joueur de 25 ans qui n’a jamais réussi à rentrer dans un top-10 en majeur allait le rester jusqu’au terme de la journée.

Auteur d’un eagle au 3, un par 4, il avait particulièrement bien lancé sa journée.

Passant l’aller en 31, il a plutôt bien passé le retour avec deux birdies pour deux bogeys dont un beau dernier putt sur le 18, justement pour son dernier birdie du jour.

Compte tenu des prévisions météos de demain, et du fait qu’il partira inversement dans l’après-midi, Reed pourrait faire partie des joueurs dans le mix en ce début de tournoi, à savoir les joueurs dans le coup pour la tête du leaderboard.

A l’inverse, les grands favoris du tournois ont été jusqu’à présent plutôt discrets.

Si jeudi soir, le tableau des leaders est outrageusement dominé par huit américains sur onze golfeurs, Jordan Spieth et Dustin Johnson n’en font pas encore partie.

Spieth qui avait très près de l’emporter l’an passé contre Zach Johnson a démarré par une journée bien discrète dans le par, et à une place dans le top-55.

Vendredi, il n’aura pas le droit à l’erreur pour assurer sa place dans le cut. 3 birdies pour 3 bogeys, cela ne parait pas suffisant pour viser plus haut, sauf si les conditions se durcissent…

Guère mieux pour Dustin Johnson, le double vainqueur de l’US Open et du Bridgestone qui parait bien en retrait par rapport à ses performances du mois passé.

Finalement des favoris, de manière surprenante, c’est le numéro un mondial, Jason Day qui a le moins bien démarré.

Finalement des favoris, de manière surprenante, c’est le numéro un mondial, Jason Day qui a le moins bien démarré.

95 eme à +2, auteur de 2 birdies pour 4 bogeys, il n’a pas tiré profit de la journée, et en particulier de son aller où il a commis trois de ses bogeys. Au retour, sur la partie la plus difficile, il n’a jamais vraiment pu se refaire.

A 18 trous seulement du cut, l’australien est déjà dans la zone d’alerte rouge, et si ses chances ne sont pas encore compromises pour dimanche, il n’a déjà plus de joker.

Et si les links étaient le véritable point faible de la machine Jason Day ?

McIlroy, le seul favori au rendez-vous

Dans ce début de tournoi très moyen des stars, finalement McIlroy est celui qui aura tiré le mieux son épingle de Troon…

22 eme en -2, sans un vilain double-bogey au 13, Rors aurait même pu mieux capitaliser sur son excellent aller joué en seulement 32 avec 4 birdies pour aucun bogey.

Comme annoncé, c’est bien le retour qui a été plus compliqué avec 3 coups de perdus.

Comme annoncé, c’est bien le retour qui a été plus compliqué avec 3 coups de perdus.

Ceci étant, McIlroy a semble-t-il bien mis en place son nouveau swing, et reste invaincu sur ce tournoi, dans la mesure où l’an passé, une blessure contractée au foot l’avait empêché de défendre son titre acquis en 2014.

Son dernier titre en majeur d’ailleurs, lui qui doit trouver le temps long sans victoires dans les grands tournois, et qui a eu la maladresse de déclarer cette semaine en conférence de presse qu’il n’était pas dans le golf pour rendre ce sport plus populaire mais pour gagner des titres !

Mickelson, celui que l'on attendait plus...

Alors que Reed avait signé la belle performance de la matinée, la surprise de l’après-midi est venue d’un golfeur que l’on attendait plus à ce niveau : Phil Mickelson (46 ans).

Depuis sa magnifique victoire de 2013 où il avait produit une dernière journée remarquable avec une gestion fine de ses bois 3 et de ses wedges, Lefty n’avait plus été à pareille fête.

Depuis cette victoire, il ne courrait d’ailleurs plus qu’après le seul majeur qui lui manquait encore, l’US Open…sans succès à ce jour.

De plus en plus discret dans ses performances sur le PGA Tour, rien ne laissait présager ce qui s’est passé aujourd’hui.

Ou alors peut-être une 13 eme place au Scottish Open avec une belle carte de…66 sur le dernier tour !

Lors de sa dernière victoire en majeur, il venait justement de remporter l’Open d’Ecosse pour un mémorable doublé.

Comme Tom Watson, Mickelson va finir par se forger une réputation de taulier sur des links.

Pour le compte de ce premier tour, il a non seulement rendu la meilleure carte avec un score de 63 qui égale le record de score le plus bas sur un tour en majeur, mais en plus, il est passé tout près de battre le record.

Sur le 18, il se trouve avec un dernier putt pour birdie. La balle prend la direction du trou. La pente est parfaite ! La vitesse est parfaite ! La balle fait mine de rentrer dans le trou…mais non, elle roule sur le bord, et laisse le géant américain dans un profond désarroi.

Curieusement, au lieu de se réjouir d’avoir tapé très fort d’entrée, et peut-être même assommé la concurrence avec son 63 qui lui confère trois coups d’avances sur Kaymer et Reed, Mickelson s’est lamenté de cette balle qui n’est pas tombée !

Avec son 63, il est le 29 eme golfeur à avoir joué aussi bas en majeur, et pourtant en sortant du 18, il avait presque envie de pleurer.

« La balle est partie dans ma ligne…Elle était parfaitement centrée vers le trou jusqu’à 30 centimètres du trou…Je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas pourquoi cette balle n’est pas tombée… »

Cette nuit, il y a de grandes chances que dans sa chambre d’hôtel, Mickelson repasse en boucle l’image de cette balle qui ne tombe pas…*

Pourtant, quand il a gagné la Claret Jug, il n’avait eu besoin que d’un 66 sur le dernier tour. En démarrant par un 63, il a déjà pris une sacrée option.

Cependant, et c’est tout à son honneur, il a le sentiment d’avoir déjà manqué une occasion de laisser une immense trace dans l’histoire, à savoir le premier joueur à jouer 62 en majeur.

Une occasion qui ne se représentera peut-être plus…surtout dans les trois prochains jours où les conditions météos ne vont pas être aussi favorables.

Souhaitons-lui que la perspective d’une deuxième victoire au British l’emporte sur cette déception de record.

Côté français, Victor Dubuisson s’en est plutôt bien sorti pour un joueur se disant hors de forme golfique (dans le par)

Côté français, Victor Dubuisson s’en est plutôt bien sorti pour un joueur se disant hors de forme golfique (dans le par), alors que Clément Sordet sera déjà dès demain devant un énorme défi pour espérer passer le cut. Son premier tour en +4 avec un double au 8 et un triple au 15 le place au pied du mur…ou plutôt au pied des immenses bunkers de Troon.

Crédit photo : Mark Newcombe sur place à Troon pour Jeudegolf.org

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1545
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.