Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Brevets et clubs de golf: Sur quoi les marques travaillent-elles actuellement?

Toujours plus haut, toujours plus loin ! L'intérêt des brevets pour les clubs de golf

Dans l’un de nos récents articles, nous évoquions le design des clubs, et le délai plus ou moins long entre la conception d’un prototype et son application concrète pour les amateurs. Ici, intéressons-nous aux brevets déposés par les plus grandes marques de matériel, et donc les futurs clubs de golf qui pourraient bientôt se trouver en magasins.

On les appelle OEM pour Original Equipment Manufacturer, soient les plus grandes marques de matériel de golf dans le monde.

Pour la plupart américaines, japonaises ou australiennes, les sociétés qui produisent vos clubs de golf respectent un processus de production industriel logique, qui passe parfois par l’établissement de nouveaux brevets ou l’utilisation de brevets déjà déposés.

Le marché nord-américain représentant près de 35 millions de golfeurs, la moitié du contingent mondial, ces mêmes entreprises déposent le plus souvent leurs nouveaux brevets auprès du bureau américain de protection des marques : US Patent and Trademark Office.

Cette démarche peut prendre beaucoup de temps, et parfois des mois pour être publié ou rendu public.

TaylorMade, Callaway, Titleist, Ping, Cleveland ou Nike ont donc une idée assez précise de leurs clubs plus d’un an avant que nous-mêmes, golfeurs en entendions à peine parler.

Alors pour une fois, un peu de prospective concernant les prochains clubs TaylorMade, Titleist ou Nike !

Nike à la relance sur les fers pour Monsieur Tout le Monde

Nous nous sommes procurés le brevet* d’un futur fer qui serait destiné aux golfeurs à la recherche de tolérance, ce qui est trahi par le design du club qui favorise l’ajout de distance par une importante cavité à l’arrière de la face.

(voir en fin d'article, les liens vers les brevets)

Au premier regard, et seulement sur des croquis, il semblerait que le futur fer développé actuellement par Nike soit un prototype composé de plusieurs matériaux fusionnés ensemble, comme c’est déjà le cas sur plusieurs clubs de golf de cette catégorie, appelée en anglais « Game Improvment ».

Il faut savoir que c’est le cœur du marché des gammes de fers. La vente de lames ou fers forgés étant réservée à une minorité de golfeurs ou golfeuses classés moins de dix d’index.

Brevet d'un futur fer Nike Golf

Séduire la majorité des golfeurs avec des fers toujours plus tolérants est donc un enjeu majeur pour Nike qui peine habituellement à convaincre par rapport à TaylorMade, Callaway ou d’autres marques plus historiques.

Innover sur un segment de marché très traditionnel !

Dans un tout autre registre, Titleist serait sur le point de développer une nouvelle lame forgée qui serait très intéressante d’un point de vue de la technologie.

Plutôt habituée à défendre le classicisme et les traditions, Titleist s’est souvent posé en principal opposant à la logique défendue par Mark King et TaylorMade, il semblerait que la marque ne veuille pas paraître trop conservatrice, et du coup, pas assez innovante.

A la lecture des derniers brevets déposés, Titleist travaillerait donc sur un nouveau procédé de forgeage qui combinerait deux matériaux, ce qui constituerait une innovation pour un fer forgé, habituellement mono-matière.

Pour autant, la tête de ce futur club ne nécessiterait pas de traitement post-production comme par exemple du soudage, du collage ou tout autre type d’intervention mécanique.

Sur ce type de clubs, il est avéré que les meilleurs joueurs sont toujours à la recherche d’un maximum de sensations. Le fait d’utiliser plusieurs matériaux est clairement une tentative d’aller encore plus loin dans cette direction.

Concrètement, ce nouveau fer Titleist devrait avoir une portion de la tête réalisée avec un premier matériau (sans doute la zone de frappe), alors que le reste de la tête et du système d’ajustement du poids serait réalisé avec un autre matériau, le tout étant directement forgé dès le départ, et ne nécessitant donc pas deux opérations de productions distinctes.

Un nouveau concept de fer forgé par Titleist

Toujours concernant Titleist, la production d’un nouveau wedge serait en cours selon un brevet récemment déposé.

La marque serait en train de travailler sur un tout nouveau type de design, dans le but d’augmenter le spin.

Pour ce faire, les ingénieurs travaillent actuellement sur le fait d’optimiser la position du centre de gravité du wedge, ce qui a pour conséquence directe d’augmenter la vitesse de balle, et  l’angle de lancement.

En améliorant ces deux éléments, un sandwedge peut proposer en théorie une distance accrue, plus de précision, et plus de contrôle.

Si un golfeur veut plus de spin tout en conservant une distance de coup constante, il lui faudra augmenter le loft de son wedge.

Ce faisant, il va réduire l’augmentation de la vitesse de balle tout en accentuant l’effet de backspin sur la balle, effet qui augmente le pouvoir d’arrêt rapide de la balle sur le green, et donc la précision.

TaylorMade...Tout pour le driver !

Finalement, les brevets actuellement déposés sont bien le reflet des stratégies des marques !

Si Titleist joue la carte des fers forgés et des wedges, ou Nike joue la carte des golfeurs « Monsieur tout le monde », TaylorMade va poursuivre sa démarche visant à sortir les drivers les plus performants.

Les ingénieurs TaylorMade travailleraient donc actuellement sur un design de tête de driver qui maximiserait les performances aérodynamiques à travers toute la construction du club.

En tout cas, c’est ce que nous pouvons en déduire à la lecture des brevets déposés qui traitent plus d’aérodynamique plus que spécifiquement de MOI, cheval de bataille déjà largement abordé par TaylorMade sur les derniers SLDR ou JetSpeed.

TaylorMade à la recherche de la meilleure aérodynamique pour son prochain driver

En conclusion, ces trois marques comme toutes les autres n’ont pas fini de nous surprendre et de continuer à chercher la performance ultime ou repousser les limites pour continuer à vendre.

D’une certaine manière, elles sont condamnées à toujours innover pour avoir une chance de nous pousser à renouveler régulièrement le contenu de nos sacs de golf.

Le fait qu’elles utilisent des procédés industriels de plus en plus pointus est ce qui rend possible cette course à l’armement, et dans ces conditions qui consistent à la fois à pousser les ventes, et à surfer sur de nouvelles recettes, nous pouvons légitimement considéré que nous n’avons encore rien vu !

Dans les années 90, ceux qui se souviennent avoir acheté des ordinateurs ont connu la course des processeurs pentium qui tous les six mois étaient deux fois plus performants d’un modèle sur l’autre, peuvent s’apprêter à vivre de nouveau ce phénomène avec les clubs de golf.

Toutefois dans une mesure plus raisonnable, car d’un semestre à un autre, un driver ne permettra pas de doubler la distance déjà parcourue.

Le gain sera pourtant intéressant, et justement, chaque marque voudra sa part du gâteau, et sitôt qu’un club sera sorti et semblera être en pole position dans les ventes, un challenger voudra lui contester son statut !

Avis aux amateurs, la course est lancée…

Liens vers les brevets :

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4185
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.