Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

BMW PGA Championship : C’était la semaine de Francesco Molinari

BMW PGA Championship : C’était la semaine de Francesco Molinari

En interview après sa victoire, le turinois de 35 ans a reconnu qu’il avait eu un brin de chance sur l’ultime trou du tournoi. Ceci étant, sa prestation tout au long du week-end à Wentworth a tout simplement été impériale. Ses coups de fers chirurgicaux sont venus à bout d’un Rory McIlroy qui pensait avoir fait le plus difficile, après deux premiers tours exceptionnels. Finalement, un remake du lièvre et de la tortue… L’italien bondit à la vingtième place du classement mondial, et assure quasiment sa place dans l’équipe européenne de Ryder Cup, en septembre prochain à Paris. Peut-il être justement un leader de l’équipe ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Molinari vainqueur à Wentworth peut penser à la Ryder Cup

L’italien a tout bonnement remporté le type de victoire qu’il faut pour assurer sa place dans l’équipe de Ryder Cup. Bien entendu, à quatre mois de la prochaine confrontation Europe/Etats-Unis, les jeux ne sont pas encore complètement bouclés.

Au quatrième rang, avec plus de 2 millions de points sur la liste européenne, Molinari reste à la merci de l’espagnol Jon Rahm.

Sur la liste des points mondiaux, sa septième position avec plus de 152 unités lui permet d’être plus serein.

A l’inverse, pour Alexander Levy, Henrik Stenson, Ross Fisher ou encore Paul Dunne, les choses sérieuses vont commencer à se préciser dans les prochains jours.

Avec le début des Rolex Series, les golfeurs européens vont avoir l’occasion de marquer les points décisifs pour assurer une place lors de la prochaine Ryder Cup.

Pour le français, comme annoncé et prévisible, c’est maintenant qu’il va falloir sortir une grosse performance. Son succès au Maroc était une bonne mise en jambe, mais il était certain qu’elle ne serait pas suffisante. Il va absolument lui falloir un bon résultat dans un gros tournoi.

Question que l’italien ne va pas plus vraiment avoir à se poser. Il lui faudra plutôt faire comme très souvent : Assurer des places d’honneurs.

Quand on regarde la carrière de Molinari, on peut s’apercevoir du fait qu’il ne gagne pas très fréquemment, mais plutôt au bon moment !

Souvent à l’aise sur le parcours de Wentworth, l’un des plus beaux tournois en Europe, Molinari a joué à la perfection sur les deux derniers tours.

Une stratégie payante face à un McIlroy en doute

Vendredi soir, il comptait pourtant cinq coups de retard sur un McIlroy dominateur qui allait finalement fonctionner en courant alternatif pendant les deux jours suivants.

Jouant -6 sur le moving day (Samedi), Molinari avait complètement refait son retard sur le nord-irlandais pour lancer les conditions d’un match à deux sur le dernier tour.

Au départ de la journée de dimanche, ex-aequo avec Rory McIlroy, Molinari ne va pas faiblir.

Sans un jeu aussi spectaculaire que son rival, il a fait preuve d’une précision quasi décourageante pour son adversaire.

Au final, il rend une belle carte de 68 contre 70 pour McIlroy, qui a eu beau se prendre la tête dans les mains sur un ultime putt au 18 pour eagle. Son sort était déjà réglé avant cet ultime trou.

Molinari a joué avec le feu sur l’approche du 18 alors que sa balle a flirté avec le plan d’eau collé au green…L’immense foule autour du green a bien cru qu’elle allait justement terminer sa lente course dans l’eau….

Il aurait fallu effectivement un eagle de Rory, et un bogey de l’italien, pour inverser le cours de choses au tout dernier moment.

Molinari a non seulement mieux maîtrisé son dernier tour, mais il a aussi la chance de celui dont c’est la semaine.

Il faut bien admettre que sur le circuit professionnel, à l’inverse du tennis, les vainqueurs alternent très souvent. Dans une saison, sauf quelques exceptions, il est très rare de voir un golfeur gagner à plusieurs reprises.

Molinari est pro depuis 2004, il n’a remporté que 5 victoires dans l’élite.

Pourtant, son nom vous est très familier. Il n’a jamais vraiment excellé en majeur mis à part une récente seconde place à l’US PGA en 2017, un peu passé sous silence après la victoire de Justin Thomas sur ce tournoi. C’était d’ailleurs la semaine de l'américain !

Ses précédentes victoires ont surtout été acquises sur ses terres pendant l’Open d’Italie 2016 et 2006.

Molinari, un top-joueur surtout régulier

Molinari est l’archétype du golfeur régulier, qui manque peu de cuts, se classe très souvent dans les 40 premiers d’un tournoi, de sorte qu’on entend toujours parler de lui, sans qu’il casse la baraque.

Ce qu’il a su faire ce week-end dans le Surrey.

Depuis près de dix ans, il se classe régulièrement dans le top-60 mondial avec une pointe au 14eme rang en 2010 après son plus haut fait d’armes, une victoire en championnat du monde au HSBC Champions devant Lee Westwood.

Il a ainsi pu intégrer pour la première fois l'équipe européenne de Ryder Cup, mais le meilleur était à venir...

En 2012, il a fait partie de l’équipe de Ryder Cup victorieuse à Medinah.

Avant les simples du dimanche, il n’avait pas réussi à ramener le moindre point, étant même sèchement battu en compagnie de Justin Rose par la paire Watson/Simpson sur le score de 5 à 4.

Lors du dernier jour, Olazabal, contraint d’aligner tous ses meilleurs joueurs en début de journée, pour tenter une improbable remontée, avait placé l’italien dans la dernière partie contre… Tiger Woods.

Ce match ne fut finalement pas décisif. L’histoire se souviendra qu’il aura été celui qui a partagé le dernier point avec le tigre.

Ce match ne fut finalement pas décisif. L’histoire se souviendra qu’il aura été celui qui a partagé le dernier point avec le tigre.

Olazabal l’avait certainement choisi en se souvenant qu’il avait déjà joué un simple contre le Tigre au cours de sa première apparition en Ryder Cup, à l’occasion de l’édition 2010.

Molinari, c’est ce garçon qui est très souvent invité à la table, que l’on croit connaître, et qui finalement, ne fait pas de vagues.

En deux participations à la Ryder Cup, il n’a rapporté qu’un point (deux nuls) et souvent concédé la défaite. Ceci dit, il a fait partie de deux équipes victorieuses, et après la débâcle de 2016, son expérience pourrait compter.

Expérimenté oui… leader, c’est un peu prématuré pour le dire.

Il a bouclé les 44 derniers tours à Wentworth sans le moindre bogey, ce qui a finalement eu raison de ses rivaux, et notamment de McIlroy.

En Ryder Cup, c’est surtout la capacité à rentrer des birdies qui pourra faire la différence.

Pour gagner le BMW PGA Championship, il a validé que son plan de jeu était le bon ou en tout cas meilleur que celui de Rory « Maintenant je suis assez vieux. J’ai joué des tournois dans des conditions plus difficiles. J’ai joué à deux reprises contre Tiger en Ryder Cup. Rory est un super joueur. Je n’ai pas du tout été intimidé. Sur les derniers trous, il pensait uniquement à rentrer des eagles. De mon côté, je n’ai pensé qu’à faire des PARs, et c’est ce qui a fait la différence. »

Molinari explique sans doute très bien pourquoi il a gagné, et McIlroy a perdu.

A Paris, en septembre, la stratégie de McIlroy aura pourtant plus de chance d’être payante…

En attendant le Golf National, Wentworth a encore souri à un golfeur italien. 22 ans après Costantino Rocca, et après Matteo Manassero en 2013, Molinari fait son retour dans le top-20 mondial à l’aide de cette victoire de prestige.

Il arrive même en position de force pour tenter un improbable doublé chez lui en Italie, et du côté de Brescia pour la deuxième épreuve des Rolex Series, Open qui aura lieu cette semaine.

Curieux signe du destin pour un italien qui visera alors un troisième titre national.

Lui qui n’a jamais gagné plus d’une fois sur une même saison, aura pourtant le statut de favori.

Au golf national, si l’équipe européenne veut avoir une chance d’exister contre les Etats-Unis, il faudra que Molinari adopte là-aussi le bon plan de jeu, pour ramener autre chose que le point du nul.

Crédits photo : David Kissman et Mark Newcombe

Posté par le dans European Golf Tour
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 147
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.