Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Belles de golf : l’atout charme du golf féminin

Charme et séduction : deux moteurs du golf féminin dans le monde

On peut aimer le sport, et aussi apprécier la grâce. Pour ceux qui ont déjà eu l’occasion d’assister à des tournois de golf féminin et masculin, ils auront sans doute noté que si les fondamentaux du swing sont les mêmes, l’exécution par les golfeuses professionnelles est toutefois plus gracieux.

Les plus belles golfeuses au service du golf féminin

Souvent et quel que soit le sport,  les fédérations féminines vivent dans l’ombre de leurs équivalents chez les hommes.

Les présidents de fédérations ou plutôt présidentes doivent souvent rivaliser d’ingéniosité pour faire vivre leurs sports, car si généralement, il y a moins de sportives que de sportifs, il y a aussi souvent moins de supportrices que de supporteurs.

Cependant, le golf féminin a peut-être un atout à faire valoir pour se faire distinguer au-delà de la simple performance sportive : l’atout charme !

Bien que le tennis ne soit pas tout à fait comparable au golf, ces deux sports présentent certaines similitudes sociales et comportementales.

Dans le domaine du tennis, des femmes comme Chris Evert, Gabriella Sabatini, Anna Kournikova et plus récemment Maria Sharapova ont beaucoup fait pour le développement de leur sport dans le monde, en étant aussi brillante techniquement que souriante et élégante sur et en-dehors des courts.

Sans tomber dans le machisme primaire, simplement, on regrettera que ces exemples soient finalement assez rares, dans la mesure où, la pratique intensive du tennis à haut niveau, à une fâcheuse tendance à engendrer des femmes athlètes, et un peu trop athlète, au détriment, de la grâce et du charme.

Dans la suite de cet article, découvrez en quoi les golfeuses pro sont plus féminines, comment elles se mettent en scène en devenant parfois modèles pour des photos de nues ou de modes, l'intérêt nouveau des marques de matériel pour des communications sexy, et les retombées économiques sur le LPGA Tour.

Les golfeuses sont des sportives de haut niveau tout en pouvant rester d’abord féminines

Dans le domaine du golf, ce problème ne se pose pas, c’est pourquoi on a intitulé cet articles « Belles de golf ».

La pratique du golf à haut niveau n’implique pas le même besoin de développement de fibres musculaires au-delà de la normalité d’une personne de tous les jours.

Les golfeuses sont des sportives de haut niveau, mais pas nécessairement des athlètes aux corps sculptés pour la puissance absolue.

Paula Creamer : Pro de golf et super model

Au contraire, les bases mécaniques du swing font que le golf reste un sport, qui peut être pratiqué par un talent technique et/ou mental, plus que par un adepte du body-building.  

Les efforts à produire au plus haut niveau induise un entrainement physique intensif pour pouvoir notamment résister à plusieurs heures d’entraînements au practice, mais l’endurance n’est pas la puissance.

En résumé, les golfeuses n’ont pas besoin de transformer leurs corps, et leurs visages féminins pour pouvoir taper plus fort, et plus loin.

Au contraire, comme les hommes, la technique, la vitesse de rotation des hanches, la synchronisation ou la désynchronisation sont autant de domaines qui permettent l’accroissement de distance au drive, sans toutefois nécessiter de prendre du muscle.

Sans être taillée comme Serena Williams, Michelle Wie, Paula Creamer et les meilleures golfeuses du monde peuvent atteindre jusqu’ 250 mètres de distance au drive en moyenne.

Des golfeuses qui savent jouer de leur féminité !

Les belles de golf sont donc aussi talentueuses que gracieuses, et la pratique de leur sport ne les empêche pas d’être féminines.

Sans aller jusqu’à être maquillées pendant une partie de golf, les proettes arrivent sans difficultés à arborer leurs propres looks, en réussissant même à trouver leurs propres styles, soit à travers des vêtements, soit pour certaines à travers des petits accessoires.

A titre d’exemple, on pourra citer le cas de l’américaine Paula Creamer, la panthère rose, une des icônes du circuit féminin professionnel depuis dix ans, qui s’est illustré d’abord par son talent de sportive de haut niveau, mais qui a aussi su s’attirer la sympathie du public, à travers justement ses choix vestimentaires, son élégance, et ses boucles roses, sans oublier sa très grande disponibilité.

On pourrait aussi citer l’exemple de la japonaise Ai Miyazato qui s’est d’abord faite remarquée pour ses multiples victoires sur le tour, et en particulier  à Evian.

Mais qui elle aussi d’un point de vue look, et image, a très bien su imposer son style avec ses longues chaussettes de contentions, devenus accessoires de modes.

Dans un autre registre, de plus en plus de golfeuses font la couverture des magazines américains tels que Sports Illustrated, et notamment Nathalie Gulbis, héroïne d’un spécial maillot de bain, ou la norvégienne Suzann Pettersen qui a posé en tenue d’Eve.

Sans aller jusqu’à justifier l’existence du golf féminin à travers le besoin de déshabiller les golfeuses, force est de reconnaître que c’est plus agréable de voir un sportif pratiqué son sport avec grâce, élégance, et très souvent le sourire, que le contraire.

En plus de jouer au golf, les ladies s’accordent donc assez bien pour donner une image glamour, et sexy de leur sport.

Un atout qui n’est pas que visuel et pour le plaisir des spectateurs masculins, mais qui justement peut trouver un écho tout à fait commercial.

Les golfeuses sont aussi de bonnes VRP pour les marques

Des marques comme Cobra l’ont parfaitement compris pour intégrer l’aspect charme et séduction dans certaines campagnes de publicité…destiné à un public masculin.

Voir l’exemple de Blair O’Neal pour la dernière campagne en faveur du driver Cobra AMP Cell, avouez qu’elle arrive très bien à capter l’attention, et en tout cas plus que ne pourrait réellement faire ce produit qui n’a pas défrayé la chronique.

Qui est le plus canon ? Blair O'Neal ou le driver Cobra AMP Cell ?

De la même façon TaylorMade et Adidas comptent beaucoup sur l’image de Paula Creamer pour vendre des tenues de golf aux ladies de nos clubs de golf.

Certaines golfeuses allant même jusqu’ à lancer leurs propres lignes de vêtements comme Sandrine Mendiburu avec Nuni.

Sans oublier Lacoste, qui est en fait une marque historique du golf féminin de par Simone Thion de la Chaume, l’épouse de René Lacoste, championne de golf, qui fut la première non-britannique à remporter en 1927 le tournoi de golf de Grande Bretagne, et ensuite sa fille Catherine Lacoste, joueuse de golf qui fut championne du monde par équipe à seulement 19 ans, avant de remporter l’US Open en 1967.

De fait, en 2013, Lacoste est une marque toujours très engagée dans le domaine du golf féminin.

Le charme des golfeuses se traduit en plus de cash sur le LPGA Tour

D’une manière plus globale, l’atout charme du golf féminin se matérialise à travers la progression des contrats de sponsoring autour du LPGA Tour.

Les golfeuses misent sur l'élégance

En 2012, le LPGA Tour (circuit professionnel féminin de golf aux USA) a organisé 29 tournois et distribué près de 48,7 millions de dollars de dotations.

Chaque année, ce montant a tendance à augmenter.

D’ailleurs, entre 2011 et 2012, on a constaté une hausse des dotations de plus de 10% en moyenne, soit près de quatre millions de dollars en plus, et du fait des nombreux sponsors à la fois fidèles, et de plus en plus engagés, comme Ricoh pour le British Open, Kia, HSBC, Honda, ISPS Handa, ou dans une autre mesure, l’entreprise de Franck Riboud à Evian.

Engagements qui ne se justifieraient pas si justement le LPGA Tour n’était pas vendeur, et vecteur d’images positives pour les marques dans le monde.

Ce qui ne manque pas de bénéficier en premier lieu aux joueuses elles-mêmes.

A titre d’exemple, l’actuelle numéro deux mondiale, Suzann Pettersen a déjà complété pour 1,941,000 dollars de gains avant le terme de la saison 2013, et l’ancienne numéro un mondiale, la taiwanaise Yani Tseng a gagné plus de huit millions de dollars de gains entre 2007 et 2012.

Crédits photos ; Courtoisie de Cobra-Puma Golf, Getty Images et HSBC

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4432
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.