Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Au practice à Evian avec les meilleures joueuses du monde

Au practice à Evian avec les meilleures joueuses du monde

Dimanche matin, il fallait se lever tôt pour suivre les joueuses au practice, en vue d’un dernier tour assez ouvert pour décider de l’issue de l’Evian Championship 2015. Soucieux des conditions météos, les organisateurs du dernier majeur féminin de la saison avaient anticipé la pluie, et décidé de faire partir les parties du 1 et du 10. Pratiquement le seul reporter présent à l’Académie, j’ai pu assister au dernier entrainement de la future championne, Lydia Ko qui jusqu’au dernier moment, a travaillé son swing sous le regard de son coach David Leadbetter.

Découvrez nos formules d'abonnements

Document exclusif : Sur le practice comme si vous y étiez !

De 7h30 à 10h30, les joueuses se sont succédées au practice du Royal Evian Golf Club Academy.

A mon arrivée, Gwladys Nocera était déjà à l’entrainement sous les yeux de son coach.  La vingtaine de postes de practice était bien remplis.

nocera-practice.JPG

Karrie Webb et Sandra Gal faisant partie des premières levées.

A côté des stars, la jeune et frêle Splikova, tranquille toute seule dans son coin par rapport aux stars du LPGA Tour, faisait comme si elle avait déjà fait cela toute sa vie.

En réalité, qu’elles soient expérimentées ou débutantes, toutes les golfeuses sont dans leurs bulles, et elles échangent très peu entre elles.

Professionnelles,  elles sont à leur bureau ! Et plus tard sur le terrain, chaque coup vaudra quelques milliers d’euros de plus ou de moins…

Logiquement les premières joueuses à se préparer, étaient aussi les premières à s’élancer sur le parcours.

Tant et si bien que les favorites dont Lydia Ko, Morgan Pressel ou Lexi Thompson sont arrivées dans les dernières.

Bien que ce type de séance de practice soit assez standard, elles ont toutes leurs petits trucs !

Les mêmes gestes, mais pas les mêmes "trucs"

Par exemple, Christie Kerr commence son échauffement par la répétition de demi-coups de wedges réalisés sur un tempo très lent.

kerr-practice.JPG

Anna Nordqvist porte un élastique qui lui coince le bras gauche avec le buste, tandis que la jeune Perdersen sort un élastique pour faire des exercices de stretching, et Christina Kim…son rouge à lèvres.

nordqvist.JPG

Laura Davies ne fait qu’un passage éclair au practice…quand une joueuse comme Christie Kerr, passe beaucoup de temps à tout passé en revue.

kerr-head.JPG

Son caddie est mis à contribution pour checker la position de la tête au sommet du backswing !

pedersen-dos.JPG

Alors que Pedersen qui avait pourtant fait un peu de stretching avant sa séance de practice, elle a recours à son caddie pour qu’il agisse sur un point dans le dos,  les petits tracas d’une sportive de haut niveau…

David Leadbetter est présent. Discret, il n’arbore pas son célèbre chapeau, lui préférant une casquette Callaway.

leadbetter.JPG

Discret, mais pas là pour faire de la figuration. Michelle Wie vient d’arriver, et il l’a rejoint sur son poste de practice pour travailler son swing avec elle.

Dans la bonne humeur, mais avec une bonne dose de concentration, Wie travaille le déclenchement de son downswing. Le maître intervient !

leadbetter-wie.JPG

Peu de mots sont échangés. Il ne s’agit pas d’un cours magistral, mais plutôt de rassurer la joueuse, et l’a mettre en swing. Lui apporter un regard extérieur, et caler le plan de son swing.

Mis à part Leadbetter, les autres joueuses sont le plus souvent accompagnés de leurs caddies qui s’évertuent de nettoyer les clubs, et surtout de sécher les grips en cette matinée humide, mais pas pluvieuse.

La paraguayenne Julietta Granada est accompagnée de sa maman qui fait aussi office de caddie !

Karine Icher arrive sur le practice en tenue de pluie. Au bout de quelques minutes, elle finira par troquer son pantalon pour son habituel short, à mesure d’enchaîner les coups, et de se réchauffer.

icher-practice.JPG

Quelques membres de la fédération française de golf sont là pour la voir enchaîner les coups de fers, et les coups de bois. Elle n’hésite pas à les saluer.

Pendant ce temps, l’anglaise Charley Hull quitte le practice, non sans se regarder une dernière fois dans le miroir pour se rassurer sur sa tenue vestimentaire, sobre pour l’occasion.

Hull s’en va, Inkster arrive ! La capitaine de l’équipe américaine de Ryder Cup est certainement la joueuse la plus détendue, et la plus souriante. On sent qu’elle n’a pas besoin de faire un grand résultat aujourd’hui. C’est plaisir avant tout !

pettersen.JPG

Suzann Pettersen parait en comparaison beaucoup plus concentrée et déterminée. Elle n’est pas là pour rigoler, mais bien pour envoyer « du bois ».

Elles ont toute une technique parfaite ! Impossible de prédire qui va gagner 

A ce stade de la journée, bien malin qui pourra prédire quelle joueuse va performer, et quelle joueuse va connaître une journée difficile !

Pas de grattes, pas de slices, pas de coups ratés…les filles enchaînent les frappes avec régularité et puissance. Ce n’est pas sur la technique que se fera la différence.

Après quelques gestes d’échauffement, et notamment des mouvements au niveau des adducteurs, Lexi Thompson comme beaucoup d’autres joueuses commencent par des répétitions de coups de wedges.

Elle pousse même le vice à viser une cible aérienne attachée à un poteau à 50 mètres avec l’ambition de la toucher !

lexi-ecouteur.JPG

Après les coups de wedges tapés au rythme de la musique qu’elle écoute à l’aide de petits écouteurs sans fil reliés au bluetooth de son Iphone 6, dans une coque de la couleur de sa tenue du jour, bleu ciel flashy, elle enchaîne par des coups de fers 9 à 120/130 mètres, en prenant systématiquement le soin d’arriver sur le trou par la droite, et à trois mètres du drapeau.

Quelques mètres plus loin, c’est autour de Lydia Ko de travailler avec David Leadbetter.

ko-and-leadbetter.JPG

Très souriante, très détendue, la néo-zélandaise n’a pas l’air d’avoir besoin d’être rassurée. Leadbetter échange des mots avec elle, plus qu’il n’intervient directement.

Non loin de là, Morgan Pressel enchaîne les frappes avec un shaft aux couleurs US posé au sol en guise de repère visuel.

pressel.JPG

Elle est sans doute une des joueuses qui aura passé le plus de temps au practice.

Peut-être trop compte tenu du fait qu’elle va réaliser sa plus mauvaise journée du tournoi, un 75 qui l’a mise rapidement hors course pour une victoire qui lui semblait promise la veille.

A l’inverse, je ne sais pas si Lydia Ko a gagné le tournoi parce que le matin, quelques minutes avant son départ, elle était la plus détendue des prétendantes encore en courses.

Le bénéfice d'observer les meilleures joueuses du monde

Après plus de deux heures a observé et photographié les joueuses au plus près, j’ai été frappé par le fait que toutes les joueuses ont une technique parfaite, alors qu’il y a une très grande variété de morphologie chez les femmes du tour.

Chez les hommes, vous remarquerez peut-être  qu’il y a un profil récurrent (1m85 pour 80 kgs).

Chez les femmes, il y a beaucoup plus de diversités. Des rondes, des maigres, des grandes, des petites, et vous pouvez mélanger et faire des combinaisons !

park-swing.JPG

Inbee Park, Suzann Petersen, Lydia Ko, Morgan Pressel, Laura Davies, Julie Inkster, Lexi Thompson, Michelle Wie, et sans nommer toutes les coréennes, il n’y a pas un gabarit semblable !

Techniquement, je ne suis pas en mesure de vous témoigner laquelle elle est la plus forte. En revanche, à l’œil nu, on voit bien qu’Inbee Park n’a pas la même amplitude de swing que Lexi Thompson.

On voit aussi que Michelle Wie n’a pas le même écartement de pieds à l’adresse que Stacy Lewis.

wie-yeux.JPG

Après quatre jours passés à Evian au plus près des joueuses, sur le parcours, et au practice, je ne peux que vous recommander de vivre cette expérience au moins une fois dans votre vie de golfeur, pour justement observer des petits détails technique très instructifs.

Des petits riens presque imperceptibles que vous ne verrez pas à la télévision sur ce qui fait la différence entre le swing d’un pro, et celui d’un amateur.

Deux exemples à vous donner :

Les joueuses jouant souvent en jupe ou en short à la différence des hommes souvent en pantalons, vous pouvez constater à quel point elles sont puissamment ancrées dans le sol à l’adresse.

La stabilité du bas du corps n’est pas un vain mot.

On ressent leurs puissances dans les jambes, surtout qu’elles frappent pratiquement aussi loin que les hommes.

Au putting, elles ne déplacent pas le putter de plus de 3 ou 4 centimètres à l’élan, et donnent l’impression de pousser la balle doucement sur le green. C’est un geste très lent et très délicat !

Si au plus haut niveau, entre les 100 meilleures joueuses du monde, la différence ne se fait pas au niveau technique.

Il est facile d’imaginer que le mental agit pour beaucoup dans le résultat final. Mais aussi, et c’est moins dit….la réussite qui tient à peu de choses au golf.

Lydia Ko n’a pas seulement gagné parce qu’elle a eu de la chance. C’est la joueuse qui a le plus provoqué les éléments en sa faveur. Et ce dimanche, l’attaque a payé ! C’était son jour...du practice au trou numéro 18 !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1869
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.