Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Au Masters, le plus fort dans la dernière ligne droite, c'est Charl Schwartzel...


Inattendue mais magnifique victoire d'un Outsider sud-africain, Charl Schwartzel qui coiffe tous les prétendants au poteau ! Au soir d'une magnifique dernière journée de tournoi, Phil Mickelson (tenant du titre 2010) enfilait la veste du vainqueur à son successeur un certain Schwartzel, qui perpétue, ainsi la grande tradition du golf sud-africain, après le célèbre Gary Player, et plus récemment Ernie Els, Retief Goosen ou Trevor Immelman (tous déjà vainqueurs de Majeurs).


Pourtant les australiens ont manqué de très peu de contester cette victoire avec notamment le très déçu Adam Scott, pourtant en tête à quelques minutes de la fin d'un tournoi au suspens incessant.

En effet, sans l'incroyable effondrement de Rory McIlroy le dernier jour, personne n'aurait pu prédire un tel final à suspens.

C'est pourtant Tiger Woods qui sonnera le 1er la charge avec une remontée spectaculaire et un des meilleurs scores sur les 18 derniers trous à -5. Il passe tout près d'un exploit retentissant (seul Schwartzel fera mieux à -6).

Ensuite, 3 joueurs vont animer la mi-journée : Angel Cabrera, KJ Choi et justement Schwartzel à -10 et en passe de détrôner un McIllroy à la dérive (+8 sur le dernier tour et la plus mauvaise performance du jour).

Mais finalement, et sans crier gare, c'est le longiligne australien Adam Scott qui sort le grand jeu et des putts fantastiques pour se hisser en tête du classement à quelques trous de la fin du Masters.

Et alors qu'on croit qu'il va remporter sa 1ère veste verte en prenant 2 coups d'avance sur tous ses poursuivants. Le sud-africain Schwartzel, 29ème joueur mondial, sort le grand jeu et passe à la vitesse supérieure pour réaliser un final incroyable en enchainant les birdies sur les derniers trous.

Il finit par remonter et dépasser un Adam Scott impuissant et surpris.

Coté américain, c'est Jason Day qui réalise la bonne opération en revenant à la 2ème place ex-eaquo avec Scott à -12.

Tous les observateurs s'accordent pour dire qu'ils ont assisté à un brillant final et peut-être même à un Masters historique car jamais le suspens n'aura été aussi poignant jusqu'au 18ème et dernier trou.

Pourquoi Woods ne gagne t-il plus de Majeur ? Est-il moins fort ?

Non, Woods est toujours un joueur capable des plus fantastiques exploits, en revanche depuis 5 ans, la concurrence s'est considérablement améliorée et le niveau des golfeurs actuels n'a jamais été aussi homogène.

Actuellement, les 30 meilleurs golfeurs professionnels au classement mondial sont capables de remporter un Majeur, c'est dire le niveau élevé de compétition actuellement observé sur le PGA Tour.

Compétition qui n'est plus seulement réservé aux américains, car justement les européens avec Luke Donald en tête et McIllroy en espoir, les australiens avec Ogilvy et Scott et enfin les sud-africains avec Immelman, et maintenant Schwartzel sont décomplexés et prêt à en découdre sur tous les greens du monde.

Le favori au Masters n'a pas brillé !

Du coté des déceptions, si bien sur, McIllroy sera inconsolable tant il a dominé les 3 premiers jours de compétition ! On ne se souviendra pas du parcours de "Lefty".

Mickelson n'a jamais été dans le coup pendant les 4 jours de compétition.

Certes, il ne termine pas très loin (27ème) mais c'est surtout lors de la dernière journée où il a compris qu'il ne pourrait pas se mêler à la victoire finale que le tenant du titre a lâché prise (74).

Autres déceptions : Sergio Garcia, Ernie Els, Jim Furyk, Bubba Watson, Paul Casey, Ian Poulter, Camillo Villegas.

Les papys font de la résistance : David Toms (24ème) et Fred Couples (15ème) ont quant à eux plutôt bien figurés.

Pour la place de numéro 1 mondial de golf

Destin opposé pour Lee Westwood et Martin Kaymer, le 1er cité termine à une très quelconque 11ème place et bénéficie d'une tolérance pour avoir été marqué par un incident majeur avant le début du tournoi, en revanche pour l'actuel numéro 1, il s'agit d'un très sérieux revers (95ème et presque dernier du classement).

Pour la course en tête, rien n'est fait et personne n'est favori !

Westwood et Kaymer sont pour l'instant en sursis et ne méritent pas vraiment le titre de meilleurs joueurs du monde ou alors il faudra encore le prouver. Il reste 3 majeurs pour y arriver cette saison (US Open, British Open, et US PGA).

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1941
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.