Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

L'art du teasing par FootJoy: Le secret de l’Agalychnis Callidryas

L’art du teasing marketing par FootJoy et le secret de l’Agalychnis Callidryas

Depuis quelques mois, FootJoy est passée maître dans le domaine du teasing auprès de la presse professionnelle. Maître, et très largement au-dessus de toutes les autres marques de matériel de golf, il faut bien le dire ! Analyse d’un phénomène qui n’est pas anodin dans le domaine du golf…et décryptage de la prochaine chaussure au pouvoir grippant inspiré de la nature…

Découvrez nos formules d'abonnements

Les raisons de faire un bon teasing

Le phénomène nous a réellement touché pour la première fois en 2015 au moment du lancement de la chaussure FootJoy Hyperflex, honnêtement une des chaussures de golf les plus marquantes de la saison passée.

Marquante déjà par son look, et aussi assez innovante au niveau de sa conception pour favoriser un excellent maintien du pied.

Dans un environnement où il y a de plus en plus de compétiteurs, et même de bons compétiteurs….

Dans un environnement où une entreprise spécialisée uniquement dans le domaine de la chaussure de golf, et qui doit en plus lutter avec des acteurs du multi-sport encore plus puissants, il devient crucial de se faire remarquer.

En matière de marketing, cela pourrait se résumer à crier plus fort pour toujours se faire entendre par les consommateurs.

Et qui permet de crier plus fort ?

La presse spécialisée !

Certaines marques pensent encore qu’elles peuvent s’en passer en adoptant une stratégie d’intégrateur.

Cela a été la grande mode dans l’industrie et la distribution dans les années 2000.

Pour augmenter la rentabilité, et réduire les coûts, la tentation a été très grande d’intégrer au métier d’origine, d’autres métiers pour maîtriser la relation commerciale au départ de la chaîne de fabrication, en passant par la distribution et la communication pour arriver jusqu’au consommateur final.

Et bien sûr sans le moindre accroc, et la moindre éventuelle critique sur la qualité du produit ou du processus.

Le rêve de toutes les marques : Vendre des produits à des consommateurs qui ne posent pas de questions !

En matière de golf, comme tous les virus, cette idée est aussi arrivée sur les bureaux des grands patrons des marques américaines.

Ils ont essayé, et essaient toujours.

Fort heureusement pour le consommateur final, cela ne marche pas !

En 2016, plus qu’en 2006, et en 1996, les consommateurs sont de plus en plus éclairés, et de moins en moins dupes.

Au contraire, ils recherchent la vérité…

Ce n’est peut-être pas un hasard si X-Files, la série US sur la vérité qui est ailleurs va bientôt redémarrer dix ans après le dernier épisode !

Bref, pour crier plus fort, si une marque choisit de tout intégrer, il y a de grandes chances qu’elle crie dans une bouteille vide, ou que l’écho soit nul.

Avoir des « followers » sur les réseaux sociaux est une bonne chose car cela représente d’une certaine manière l’influence, le pouvoir d’attraction, et la popularité d’une marque.

Cela ne veut pas pour autant dire que ses mêmes fans ne sont pas curieux ou interrogatifs sur les produits qui leurs sont proposés.

Plus que jamais en 2016, les consommateurs veulent des avis de tiers indépendant, et objectif.

D’où le retour d’une forme de dépendance des marques vis-à-vis des communicants indépendants et objectifs : la presse spécialisée.

Bien entendu, dans cette profession, vous avez toujours deux grandes familles !

Ceux qui reçoivent un communiqué de presse qu’il diffuse le plus vite possible sans rien modifier au contenu, et surtout sans regard critique par rapport au discours de la marque.

Pas de valeur ajoutée, d’indépendance et d’objectivité, seulement un non-travail de journalisme réalisé par un stagiaire ou un pigiste (qui n’y est pour rien) dans le seul but de faire de l’audience pour vendre encore plus cher (ou tenter de préserver le prix de vente de l’espace publicitaire) qui va être proposé à la même marque.

Nous vous laissons juge de l’utilité de cette presse.

Ceux qui reçoivent un communiqué de presse, le lisent, et se demandent ce qu’ils vont pouvoir en faire au titre du droit à l’information du public, mais pas du droit à la désinformation.

Sur jeudegolf.org, nous n’avons pas vraiment à expliquer très longtemps dans quelle famille minoritaire nous appartenons.

Paradoxalement, nous portons l’étiquette d’un média nouveau ou jeune, alors que nous pratiquons un vieux-métier : l’information de qualité ou l’investigation.

Un métier qui s’est perdu au profit du journalisme star où l’intervieweur se croit plus important que l’interviewé.

Il vous suffit d’ouvrir votre poste de télévision pour constater à quel point les journalistes se valorisent souvent (systématiquement) au-dessus de leurs invités.

Alors quand nous recevons un teasing produit par FootJoy, sommes-nous pour autant corrompus ?

Et avant cela, peut-être devons-nous d’abord évoquer ce qu’est concrètement le teasing ?

Fin décembre 2015, FootJoy nous a adressé un premier pli sous la forme d’un polo de golf FootJoy en taille M (pas de bol, personne ne rentre dedans à la rédaction…) avec une curieuse mention portée au niveau de la poitrine…

On dirait une sorte de patte de grenouille !

Quel rapport avec le golf ?

Le teasing est lancé…La curiosité est piquée.

teasing.JPG

Et c’est là toute la qualité d’un teasing et d’une relation de bonne intelligence entre une marque et un prescripteur : Chercher à l’intéresser sans le soudoyer !

Moins de 15 jours plus tard, nous recevons un nouveau colis, et dans ce laps de temps, pris par d’autres sujets, nous n’échangeons pas particulièrement avec le service marketing de la marque.

D’ailleurs, elle a tout intérêt à se montrer discrète pour préserver l’effet de surprise, ce qui est le deuxième ingrédient clé d’un bon teasing après le fait de piquer la curiosité.

Dans le deuxième colis, la marque se dévoile un peu plus, et utilise un troisième levier : l’humour.

Un journaliste n’aime jamais rien de plus que la finesse, et quelque chose qui sollicite sa réflexion.

Le colis contient en fait une petite boîte avec à l’intérieur trois objets qui ont tous un rôle à jouer.

  • Une petite grenouille en plastique pour la touche surprise décalée, mais pas seulement…
  • Une coque pour smartphone (pas de bol à nouveau, personne n’a un téléphone qui va avec…)
  • Et un feuillet très laconique sur la présentation d’une nouvelle chaussure tout à fait originale.

Tous les ingrédients sont posés sur la table ! Le teasing est réussi ! Pour preuve cet article qui va relayer le fait que la marque veut « crier » quelque chose de nouveau.

Sommes-nous corrompus ?

Petit rappel, nous avons donc reçu un joli polo dans une taille trop petite, une boite en carton contenant une grenouille, une coque de smartphone inutilisable….et une information produit originale ?

On vous laisse en juger…

A ce stade, le teasing n’est pas tout à fait terminé.

Toujours sans communiquer directement avec la marque, il y a fort à parier que nous allons recevoir le produit final, celui qui est vraiment important pour la marque, et pour nous. (On espère dans une bonne pointure cette fois…43)

Tout ceci n’était qu’une introduction !

Une introduction absolument utile quand dans une seule journée, nous recevons en moyenne près d’une centaine de mails et de sollicitations. La marque a déjà crié plus fort que les autres.

Quand nous recevrons le produit, que nous pourrons le tester (en l’occurrence une chaussure de golf)…nous pourrons vraiment faire notre métier : Raconter une histoire authentique sur un produit.

Est-ce que nous serons plus sensibles avec ce produit ? Peut-être !

Serons-nous juste ? C’est notre leitmotiv !

Dans un environnement où encore beaucoup de marques de matériel de golf nous prennent pour des « cons », pour tout un tas de raison, et en premier lieu, perturber le ronronnement usuel, car nous ne sommes pas dans le béni oui-oui usuel qui a justement tué une partie de la presse, effectivement, recevoir un teasing produit de qualité nous interpelle.

Si dans ce même environnement, ce n’était plus l’exception mais la règle, nous serions sans doute encore plus justes…juste dans nos commentaires, et juste dans notre relais de l’information des marques sur un même pied d’égalité.

Mais bon sang pourquoi donc une grenouille ?

Et oui, bonne question ! C’est même le principal intérêt de ce teasing, et il n’était pas question que nous passions à côté.

grenouille.JPG

Après la tendance 2015 qui a vu de nombreux fabricants utiliser l’argument du changement de matériau pour les bois et séries de fers… vous allez voir qu’en 2016, les industriels du golf vont tous travailler sur l’inspiration de la nature comme argument de développement technologique.

Effet COP 21 ou pas, la nature n’a jamais autant été la mère de toutes les innovations.

Dans le cas de FootJoy, le clin d’œil n’est pas que amusant, et le thème de l’opération « Grenouille aux yeux rouges » est le suivant : Unleash your power.

Comprenez « lâchez les watts !

Le 15 janvier, FootJoy va lancer une chaussure dont les caractéristiques de grip doivent rappeler les qualités extraordinaires de gripping d’une grenouille Agalycgnis Callidryas.

En effet, cette dernière dispose de qualité de succion qui lui permet de s’agripper sur pratiquement n’importe quelle surface, et particulièrement celles qui sont humides.

De plus, la grenouille dispose de membranes extraordinairement flexibles au bout des pattes toujours dans le but de parfaitement tenir sa position, et surtout dans des positions que l’on pourrait juger inconfortable.

D’un point esthétique, et c’est sans doute un indice, cette petite grenouille a la particularité d’avoir des pattes de couleurs oranges qui contrastent fortement avec le reste du corps tout vert.

Dans un langage plus golf, la chaussure qui va sortir devrait être très légère, waterproof, présenter une semelle moulé avec une colle translucide pour un grip maximum, et une construction unique pour une flexibilité inégalée selon la marque…

En résumé, le teasing a permis de présenter les principales grandes innovations d’une nouvelle chaussure de golf, de crier plus fort que les autres marques, et de démontrer une différenciation marketing et technique.

Et c’est secondaire, faire preuve de considération pour le travail de la presse spécialisée et pas tout à fait secondaire, le lecteur final, le consommateur.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2054
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.