Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Arnold Palmer : Le premier roi du golf

Arnold Palmer : Histoire d'une légende du golf

Première star mondial du sport à partir des années 50, Arnold Palmer a fêté hier ses 84 ans. Retour sur l’histoire d’un grand champion de golf, qui est à l’origine de beaucoup de vocations de golfeurs amateurs, pour avoir notamment été le premier à populariser ce sport à la télévision.

Palmer aura été bien des choses dans sa vie : golfeur de renom, sportif de haut niveau, homme d’affaires avisé, aviateur, architecte de golf, et consultant, mais il restera surtout pour tous un homme proche du public, et bien plus qu'une star du petit écran.

Dans la deuxième partie du 20ème siècle, le succès de Palmer a été crescendo avec le boom du golf dans le monde.

L’un n’allant pas sans l’autre !

Athlète de la décennie pour la presse sportive dans les années 60, il a remporté 92 tournois tout au long de sa carrière professionnelle, dont 62 sur le PGA Tour.

Il remporta son premier tournoi en 1955 lors de l’Open du Canada, mais l’histoire retiendra surtout ses sept victoires en majeurs, dont quatre masters en 58, 60, 62 et 64, un US Open en 60, et deux British Open en 61 et 62.

Finalement, seul le PGA Championship lui échappera à trois reprises.

Comme tous les grands destins, il y a un point de départ, et ce point de départ a eu lieu en 1954 quand Arnie remporta l’US Amateur.

Quelques mois plus tard, il passa pro, et connaîtra entre 1960 et 1963 sa période la plus faste avec pas moins de 29 victoires, empochant au passage plus de 400,000 dollars, sans doute vingt fois moins que ce qu’il aurait gagné aujourd’hui, mais tout de même une belle somme pour l’époque.

Avisé et bien entouré, notamment par Mark McCormack, Arnold Palmer a profité de ses succès sportifs pour fonder sa société, regroupant plusieurs activités dans des domaines aussi variés que l’aviation ou l’automobile.

La naissance d’un roi

Tous ses succès n’auraient jamais été possibles sans le fait que le père de Parlmer, pro de golf et superintendant du club de Latrobe, lui offre une panoplie de clubs pour ses quatre ans.

Devenu meilleur joueur que la plupart des autres golfeurs du club, Palmer a commencé son histoire avec le golf en devenant cadet à l’âge de onze ans, enchaînant par la suite tous les jobs possibles dans un club de golf.

A 17 ans, il était déjà le meilleur joueur de Pennsylvanie.

Profondément marqué par le décès de son meilleur ami, il quittera l’université sans finir ses études, et prendra un virage étonnant en devenant garde côte.

Rapidement, le golf fera son retour dans la vie du futur champion, et à partir de ce moment, Palmer ne se détournera plus de son destin auréolé de succès.

Palmer : L’amour indéfectible du public

Il n’a jamais demandé à être traité comme un roi. Ce titre lui a été attribué par les fans.

Et depuis 1954, ils sont des légions entières.

D’ailleurs, aux USA, on les surnomme « Arnie’s Army », soit l’armée d’Arnie, autant pour leurs nombres que pour leurs totales dévotions.

Ceux qui ont eu la chance de le rencontrer témoignent qu’il est un homme généreux, qui vous fait vous sentir important à ses côtés.

A l’aise au milieu de ses fans, il ne manque jamais une occasion de vous valoriser ou de vous marquer son intérêt, ce qui force l’admiration.

Et même quand il joue, et que la balle ne tombe pas du bon côté du trou, Palmer sait rester disponible et courtois.

Quand d’autres casseraient leurs clubs de colères ou snoberaient la foule, Palmer sait qu’un bogey peut faire mal, mais ce n’est pas pour autant qu’il perd son calme, et se ferme au contact des autres.

Quand on lit ces lignes, on a peine à imaginer Tiger Woods, et tant d’autres, être capable d’une telle hauteur de comportement de nos jours.

Mais à part les sommes mises en jeu, qu’est-ce qui a vraiment changé dans le golf d’aujourd’hui par rapport à l’époque de Palmer ?

Le niveau? La rivalité? La difficulté des parcours ? Peut-on réellement affirmer que le golf est un sport plus complexe en 2013 qu’en 1953 ?

Palmer n’avait pas de driver ajustable ou d’hybride, et encore moins un long putter !

Et les joueurs qu’il affrontait tous les week-ends n’étaient pas forcément moins forts que les actuels rivaux de Woods et McIlroy.

Quelle leçon d’humilité pour tous les golfeurs ! Pro et amateurs…

Une autre anecdote est révélatrice de ce que représente encore aujourd’hui Palmer aux yeux des américains.

Pendant la guerre du Vietnam, quelques soldats qui se trouvaient engagés dans le sud dans une zone très sablonneuse, eurent l’envie d’écrire à Palmer pour lui demander un sandwedge, et quelques balles.

Ne connaissant pas son adresse, ils écrivirent seulement le nom et la ville de résidence du champion.

Quelques semaines plus tard, non seulement les soldats reçurent plusieurs wedges, et plusieurs balles, mais en plus, Palmer leur écrivit à chacun une courte note d’encouragement.

Plusieurs années après, un des soldats croisa la route de Palmer, et lui remémora son geste.

Non seulement, Palmer se souvint de son geste, mais il eut aussi souvenir du nom des personnes auxquelles il  avait écrit !

L’histoire d’amour entre Palmer et le public compte des milliers d’anecdotes de cette nature.

Pas si étonnant que le joueur soit encore le plus acclamé lors de l’ouverture du Masters…

Palmer : le premier champion de la télévision moderne

En langage journalistique, on pourrait appeler Arnold Palmer : “un bon client”.

Jeune homme, Palmer captait le regard par son allure et son charisme naturel.

Bel homme, talentueux, facile dans ce qu’il réalisait, il semblait avoir une telle confiance en lui, qu’il surpassait tous les autres golfeurs de sa génération.

Le succès de Palmer tient en deux choses : son talent presque surnaturel, et son attitude justement tellement naturelle, qui tranche avec la difficulté que peuvent éprouver tant de golfeurs pour dominer une petite balle blanche.

Palmer pouvait arriver sur sa balle, fumer une cigarette, passer quelques secondes à réfléchir au coup à jouer, remonter son pantalon, et enfin taper son coup pour atteindre le green, comme si cela n’avait rien d’exceptionnel.

Cette attitude décontractée ajoutée aux résultats produits ont fait que Palmer à très vite capter plus que les autres l’attention des caméras. 

Avec Palmer, la télévision a trouvé la star que le grand public allait pouvoir aimer. 

Si en France, on vénère Poulidor plutôt qu’Anquetil, aux USA, on aime plus que tout que le héros gagne à la fin. 

Et c’est cette histoire que la télévision américaine s’est évertuée pendant tant d’années à raconter, comme un père raconte un conte à ses enfants avant de les endormir. 

Son look à la « James Dean » a aussi beaucoup contribué à la démocratisation du golf en Amérique, premier pays golf du monde avec de nos jours plus de 30 millions d’adeptes. 

Palmer tranchait avec l’image du golfeur professionnel très classique. 

Fumeur, arborant une mèche rebelle, son look était finalement celui d’un monsieur tout le monde. 

Il n’avait pas le plus beau swing du circuit, mais il était celui à qui tous les fans voulaient ressembler. 

Arnold Palmer a déconstruit la réputation du golf comme sport élitiste, et amené au golf un tout nouveau public, d’origine plus modeste. 

Sans oublier que Palmer avait le chic de se sortir de situation improbable sur le parcours pour amener ce zeste de suspense qui enjolive les belles histoires. 

Son physique d’athlète lui donnait un net avantage, et plus encore dans les situations les plus compliquées comme par exemple dans les roughs. 

Séduisant pour les femmes, exemplaire pour les hommes, oui, Arnold Palmer était un bon client pour la télévision. 

Il est certain que comparé à Woods, Palmer a apporté beaucoup plus de fans de golf au monde, car il n’était pas simplement le meilleur joueur, il était le plus beau et le plus aimable, le tout sans se forcer ou chercher à faire des dollars.

Bon anniversaire Monsieur Palmer, de la part de tous ceux qui jouent au golf un peu grâce à vous…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2477
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Mots clés: (all) Arnold Palmer

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.