Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Après 50, 60, 70 ans et plus, on peut perdre de la distance, mais sans perdre de plaisir à jouer au golf

Golf, perte de distance avec l'âge

Selon une étude de l’INPES, les plus de 60 ans représentent 22% de la population française. En 2050, une personne sur trois aura plus de 60 ans. Il ne faut pas se faire d’illusions, au delà d’un certain âge, au golf, on perd de la distance. Pourtant, pour le plus grand nombre d’entre nous, toutes les raisons de rester optimistes sont encore là, surtout si l’on considère que le golf est toujours amusant, même si nous n’envoyons pas nos drives aussi loin qu’avant.

Découvrez nos formules d'abonnements

Nous devons comprendre que lorsque nous vieillissons, nous ralentissons. Si vous faites une activité aujourd'hui que vous avez pratiqué il y a 10 ou 20 ans auparavant, comme faire du vélo ou courir, vous pouvez sans doute toujours le faire, mais vous ne le faites probablement pas aussi vite.

À mesure que nous vieillissons, nous sommes en mesure de faire des activités physiques similaires, mais nous perdons notre vitesse lorsque nous les faisons. Nous ralentissons. Sans doute que même la marche pour aller chercher le courrier jusqu’à la boîte aux lettres prend plus de temps qu’autrefois.

Cependant, la pratique du golf qui s’inscrit comme une activité physique est bonne pour la santé.  Lors du congrès de la société européenne de Cardiologie en août dernier, les chercheurs de l’université finlandaise d’Oulu ont présenté des travaux réalisés sur 12 ans (2001 à 2013) qui avaient pour but d’analyser les habitudes de volontaires entre 65 et 74 ans.

Suivi chaque année, les volontaires expliquaient individuellement leur mode de vie, leur alimentation, et la pratique physique.

Les seniors pratiquant régulièrement une activité physique ont fait baisser leur risque de mortalité cardiaque de 30%, et même de 50% dans le cas d’une pratique intense.

Bonne nouvelle, le sport chez les seniors a explosé en France !

Selon une étude de l’INSERM, 59% des plus de 55 ans pratiquaient une activité sportive en 1985 contre 73% en 2008. Le sport, le golf, constituent une véritable solution pour bien vieillir.

Toutefois, une véritable rupture s’opère à partir de 60 ans, où la pratique des sports diminue de manière conséquente, d’abord pour les femmes à 60 ans, puis pour les hommes à 65 ans.

Si la perte de distance au golf est plus accentuée chez les golfeurs ayant commencés à jouer jeunes, et ayant pratiqué alors qu’ils se trouvaient au summum de leurs capacités physiques.

Jouer au golf après 50 ansPour ceux qui ont découvert le golf après 50 ans, la constatation de l’érosion des performances semblera plus lente, et pourra être en partie compensée par la technique et la pratique.

Concernant la perte de distance, pour la plupart d’entre nous, le déclin est plutôt progressif et cohérent avec l’âge, même s’il y a quelques exceptions.

Généralement, les golfeurs commencent à perdre de la force et de la souplesse à partir de 30 ans. Cependant, les premières années, ces lents changements ne semblent pas affecter le jeu des golfeurs, jusqu'à ce que le point de basculement soit atteint.

Le dénominateur commun à la perte de distance au golf, est l’âge

À mesure que nous vieillissons, le corps subit progressivement des changements qui influencent le swing de golf. Les muscles perdent de la tonicité, de la puissance, et de la coordination. En conséquence, la vitesse de la tête du club diminue à moins de 90 milles par heure et, naturellement, la distance diminue.

En comparaison, les professionnels du Tour obtiennent en moyenne une vitesse de tête de club entre 107 et 120 milles par heure. La ligne de démarcation entre amateur et professionnel est considérée comme étant de 107 milles par heure.

Pour les seniors, on constate que souvent, il se passe quelque chose surtout à l’approche de la soixantaine. Ainsi, sur le Champions Tour et l’European Champions Tour, qui sont ouverts aux joueurs de plus de 50 ans, il est rare qu’un joueur de 60 ans ou plus, gagne un grand tournoi.

Pour quelle raison cela se produirait-il à l’approche de la soixantaine ? Vraisemblablement parce que nos compétences pour bien taper la balle diminuent principalement par manque de puissance, ou de combinaison entre la vitesse du swing et de la force.

Handicap de jeu, vitesse de club, distance, et âge

Les études montrent que lorsqu'un golfeur passe d'un handicap de 15 à un handicap de 5, il y a une corrélation entre sa vitesse de tête de club et son handicap. En clair, cela signifie que pour chaque augmentation de 1 mph dans la vitesse du club, on constate généralement une baisse de 1 point de handicap.

On constate également que lorsque les joueurs professionnels perdent de la vitesse avec la tête de club, que ce soit avec l’âge ou suite à un changement dans leur condition physique, il leur devient plus difficile de réaliser des scores plus bas, et d'être compétitif aux plus hauts niveaux.

Si la coordination, l'équilibre et la vision, ont une influence sur notre jeu de golf, pour la plupart d'entre nous, c'est le manque de puissance qui se fait sentir, et particulièrement son impact sur la distance des coups.

Le problème le plus important pour les golfeurs après 60 ans, est le manque de flexibilité, des épaules, et surtout des hanches. Le corps a de la difficulté à tourner, produisant un backswing plus court et une vitesse plus lente de la tête du club.Golfeurs seniors, le swing se raidi

Les golfeurs plus âgés voient leur swing se raidir, leurs muscles deviennent moins souples et ils perdent de la puissance depuis leurs ventre, hanches, bras, jambes et épaules. L'étirement et les exercices légers peuvent aider à limiter la perte de distance et le raidissement dans le swing de golf.

Mais, s’il est certain que le travail que l’on peut faire dans une salle de sport, sur la puissance, la souplesse et l'équilibre, peut nous aider, il ne faut cependant pas s’attendre pas à faire tourner l'horloge à l’envers, et à driver plus loin.

Pour des golfeurs ayant entre 55 et 65 ans, envoyer un drive à plus de 190 mètres n’est pas si courant, et à plus de 210 mètres est extrêmement rare. Bien entendu il y a là aussi des exceptions. Ainsi, Greg Reynolds à la soixantaine, a remporté l'amateur senior de l'USGA et a terminé deuxième une autre année, il pouvait alors envoyer des drives à 230 mètres.

Il faut savoir accepter cette perte de distance, et faire avec… 

La pire attitude étant sans doute de tenter des solutions contre productives en tentant à tout prix de taper plus loin. Comme par exemple, tirer sur son dos au-delà de ce que la rotation du corps supportera, ou essayer de taper plus fort. Le résultat risquant bien d’être : « plus j’essaye, et pire j’obtiens ».

À 60 ans, Jack Nicklaus jouait encore sur le Champions Tour. Quand on lui a demandé combien de temps il jouerait sur le Champions Tour, et serait même en mesure de revenir sur le PGA Tour ?

Jack Nicklaus, photo Mark Newcombe

Il a dit qu'il aimerait continuer à jouer, mais à mesure qu'il vieillissait, il perdait de la distance. Cette perte de distance, a t-il expliqué, même en jouant sur le Champions Tour, a atteint le point où il ne pouvait plus concurrencer à un niveau acceptable les nouveaux venus de 50 ans qui arrivaient chaque année.

Ainsi, avec moins de chance de gagner sur le Champions Tour, il a déclaré avec assurance que jouer des tournois du PGA Tour, n'effleurait même pas sa pensée.

Pour la morale, Jack Nicklaus avait aussi conclu, que c’est la perte de distance qui affectait surtout son driving qui a déterminé sa décision. Il a mentionné qu'il frappait toujours bien la balle avec tous ses clubs et rentrait ses putts aussi bien que jamais.

Comme quoi, la vie continue et peut être géniale à mesure que nous vieillissons, et y compris notre jeu de golf.

Toujours sous l’angle de la santé, la marche est le seul mode de déplacement à peu près constant au cours de la vie, en distance parcourue (près de 1 km par jour en moyenne).

Selon l’enquête « ménages déplacements » réalisée par le Grand Lyon en 2006, elle représentait 40% des déplacements pour les plus de 65 ans. Mais plus qu’un mode, la marche reste le déplacement naturel par excellence.

Heureusement, plus nous prenons de l’âge, et plus le matériel évolue pour nous aider

Pour ceux qui ont l’habitude de jouer sur le même parcours depuis 10 ou 20 ans, on constate que les distances au drive sont celles qui ont le moins diminuées. Tout simplement parce que c’est dans ce domaine que les balles et les drivers ont le plus évolués, contribuant à nous aider à envoyer des drives plus doits, et plus loin.

Les fers ont évolués également, pourtant avec l’âge, c’est bien le jeu de fer qui est le plus affecté par la perte de distance. Pour résoudre ce problème, les fabricants peuvent nous aider avec les hybrides, même s’il n’est pas certain que leur objectif initial était de venir au secours des seniors, en créant ces clubs pour remplacer les longs fers.

Pour un senior amateur, il est difficile de savoir pourquoi les hybrides fonctionnent mieux que les fers, car en fait, la vitesse de la tête du club, et par conséquent la vitesse de la balle, diminuent.

Mais le résultat est que la balle va beaucoup plus haut et porte beaucoup plus loin qu’avec les fers que vous remplacez, le seul inconvénient étant une légère perte de précision.

Ainsi, en remplaçant les longs fers par des hybrides, on retrouve une certaine réussite dans la fourchette des coups entre 140 et 170 mètres, là ou la perte de vitesse nous pénalise le plus.

Etude distances seniors

Pour l’illustrer, nous avons repris ci-dessus les données de notre testeur habituel senior sur jeudegolf.org, Jean, 66 ans dont les résultats par clubs sont affichés ci-dessus.

Jean a démarré la pratique du golf autour de 50 ans alors qu’il était cadre dans une société informatique en Angleterre. Son bureau donnait sur un golf. C’est ce qui l’a incité à pousser la porte d’un club.

Sans pratiquer intensément, il est représentatif d’une grande partie de « nouveaux golfeurs » passé 50 ans, et n’a jamais réellement cherché la performance sportive ou à faire des compétitions.

Sa vitesse de swing constatée avec notre radar depuis plus de 2 ans est en moyenne de 73 mph au driver. Plus précisément, sur deux ans, il a légèrement perdu en vitesse, soit 1 mph entre 2015 et 2017. Idem pour les fers, où l’écart monte même à 2 mph avec un fer 6.

Les seuls clubs où il arrive à se maintenir sont les hybrides, toujours autour de 66 mph depuis 2 ans.

A en juger par le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle), Jean a tout intérêt à privilégier le driver, un bois 3, et surtout des hybrides à partir du numéro 5.

Plus le loft est ouvert, et plus c’est favorable à sa distance.

A contrario, avec un fer 6, même si Jean swingue 2 mph plus vite par rapport à son fer 7, il ne crée plus assez d’écarts de distance entre les deux clubs, soit seulement 2 mètres en moyenne.

Il va plus loin avec un hybride 3, 4 ou 5 qu’avec son fer 6, et c’est sans doute lié à sa moins bonne capacité à compresser la balle. Ce qui est plus une raison technique que physique… mais tout de même…

Dans son cas, l’hybride 5 est de loin le club le plus performant, car le loft plus ouvert lui permet de mieux lever la balle (4 degrés d’écarts de lancement en plus par rapport à l’hybride 3) et à vitesse de swing équivalente, il porte la balle nettement plus loin grâce à cet angle de lancement plus favorable.

On peut imaginer que le loft du club lui inspire aussi plus confiance. Il trouve plus facilement le centre de la face, et donc optimise son coup.

Adoptez des clubs qui ne vous font pas mal…

Pour les seniors, la logique nous incite à opter pour des shafts plus légers et plus flexibles que ceux que nous avions utilisés dans le passé. Mais tous les shatfs sont devenus plus légers au cours de ces dernières années…

Au moment d’acquérir de nouveaux clubs, c’est cependant les têtes qui auront les plus d’importance dans notre choix. Choisissez des têtes de club qui vous correspondent, vous trouverez alors des shafts qui vous conviennent, l’inverse n’étant pas le cas.

Cela dit, il y a clairement des shafts qui fonctionnent mieux pour certains que pour d'autres et cela vaut la peine d'expérimenter pour trouver les bons.

Et dans nos tests avec des seniors, la surprise a été que ce ne sont pas forcément les shafts ultra lights destinés à priori aux seniors, qui leur conviennent le mieux…

Distances seniors au driver

Toujours en sollicitant Jean, on s’aperçoit ci-dessus, que sur les trois dernières saisons, les tests des manches stiffs, regulars, et seniors ne donnent pas les résultats imaginés.

D’une part, car il arrive que certaines marques proposent des shafts en fait plus légers que certains shafts seniors. C’est pourquoi au moment du choix, du test que vous pourriez faire, posez-vous aussi la question du poids du shaft à quelques grammes près !

Dans notre tableau, il s’avère que les shafts regulars testés par Jean ont été en fait un peu plus légers que les shafts seniors pourtant proposés par les marques.

Entre des shafts stiffs et des shafts regulars, Jean arrive néanmoins à swinguer à la même vitesse, soit 73 mph ! En revanche, avec un shaft senior dont la torsion est plus souple, il perd 2 mph de vitesse de swing ! L’inverse de ce que nous annonce les fabricants !

Résultat, il perd plus de 6 mph de vitesse de balle. Son smash factor est assez dégradé (seulement 1.37 contre 1.42). Il perd en moyenne 8 mètres par rapport à un shaft regular et même 3 mètres par rapport à un stiff.

Si le stiff n’est pas totalement éliminé (ce qui pourrait être étonnant), dans ce cas, le regular est plus indiqué, surtout qu’un autre paramètre est très défavorable au shaft senior : la dispersion.

En moyenne, entre sa balle la plus courte, et sa balle la plus longue, avec un shaft senior, l’écart peut monter à 33 mètres contre 21 mètres pour un regular !

Cet exemple n’a pas vocation à être une vérité absolue pour tous. Seulement à vous inviter à vous méfier des raccourcis, et des théories sur le matériel de golf.

Bien que l'équipement ne puisse pas totalement contrer les effets du temps, les changements d'équipement, en particulier les hybrides, ont aidé à rendre le jeu de golf plus amusant pour les seniors, à condition de faire les bons choix, et de bien penser aux grammages des shafts, au swing weight (plus important que la rigidité), et au bon choix des lofts. Comme vu précédemment, entre un hybride 3 et un hybride 5, Jean a plus intérêt à opter pour un hybride 5 plus lofté.

Changez de balle de golf

Quand vous avez commencé à jouer au golf, y a des années, les balles conçues pour optimiser la distance étaient difficiles à trouver, et difficiles à maîtriser autour des greens.

Tout a changé. Il y a maintenant une gamme exhaustive de balles de golf à choisir, et chaque choix est optimisé pour un type particulier de golfeur, et donc pour correspondre à votre jeu.

Sur ce point, nos derniers tests de balles laissent penser que certaines balles présentent des meilleures compressions pour des swings plus lents.

Là-aussi, il faut démystifier l’idée qu’une seule balle, celle jouée par les pros sur le tour serait adaptée à tous les golfeurs seniors.

Le golf est aussi une source d’optimisme, même après 70 ou 80 ans

Selon les chiffres licences de la FFG pour l’année 2015, les plus de 80 ans sont 9841 en France, dont 7520 hommes.

Alors que les tranches d’âges inférieures à 68 ans sont toutes en baisse, ce qui est extrêmement inquiétant pour le renouvellement, et la santé à long terme de la filière golf en France, les seules tranches d’âges en augmentation concernent justement les plus de 68 ans, et notamment les plus de 80 ans, en progression de +12% en France en 2015, ce qui représente en fait +1112 personnes.

Chiffre qu’il convient de relativiser, mais tout de même, heureusement que les plus de 80 ans sont là…

Ils permettent à la FFG d’afficher un chiffre des licences stable à 0,04% au lieu d’admettre une nouvelle baisse conséquente de -5% pour les 19 à 45 ans.

Les raisons pour lesquelles, les octogénaires apprécient le golf sont nombreuses et variées ; l'exercice, la camaraderie et les relations, l'activité de plein air, le jeu, et le défi de progresser.

C'est l’ADN du golf. Même les joueurs ayant plus de 80 ans pensent qu'ils peuvent s'améliorer. À tout âge, il existe un optimisme inhérent à la recherche de plus de distance, d'un meilleur swing ou d'un coup plus précis.

Tous ceux qui aiment jouer au golf doivent se préparer au fait que leurs compétences vont inévitablement diminuer avec les années. Chacun aura sa manière d’aborder ce problème en son temps.

La distance n'est pas tout…

Pratiquement tous les golfeurs perdent de la distance à mesure qu'ils vieillissent. Rappelez-vous que vous pouvez être long mais dans les arbres, ou court mais sur les fairways. Ironiquement, à mesure que vous perdez la distance, vos scores peuvent s'améliorer parce que vous devenez plus précis.

Une chose est certaine, c’est que pour bon nombre d’entre nous, nous ne manquerons pas une occasion d'être avec de bons copains sur un parcours de golf, et même si ce n’est pas pour réaliser le score que l’on espère…

Posté par le dans Golf Senior
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 661
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité 27/05/2017

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

Accédez aux offres US Golf !