Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

AODF 2015: Les déceptions et les bonnes surprises du 1er tour

 ben-hebert.JPG

Retour sur les bonnes et les moins bonnes performances des golfeurs tricolores sur le premier tour de l'Alstom Open de France 2015, le grand rendez-vous du golf français à Saint-Quentin-En-Yvelines. De Benjamin Hebert en difficulté à Adrien Saddier, discrètement mais sûrement dans le coup sans oublier la belle journée de Julien Quesne. Ce qu'il faut retenir de ce jeudi au National...

Les déceptions de la journée pour les bleus

Après avoir consacré un plein sujet à Alexander Levy, dernier français au leaderboard en +12, l'autre mauvaise surprise du jour a concerné le sympathique Benjamin Hebert,  sixième français au OWGR.

Un golfeur qui a toutes les qualités pour devenir un des meilleurs français très prochainement.

Athlétique, professionnel, sérieux, dévoué à son sport, Ben avait pourtant bien démarré sa journée, et notamment sur les premiers trous où nous l'avions suivi.

ben-heb.JPG

Après trois tours, il comptait déjà deux birdies ! Rien ne laissait présage une fin aussi peu heureuse pour ce premier tour.

A la fin de son aller, il comptait trois birdies pour quatre bogeys. A ce stade, il était toujours en course pour un bon résultat.

Irrégulier, c'est son finish avec deux doubles qui lui sera sans doute fatal dans la course au cut, puisqu’il termine le premier tour en +8, à déjà cinq coups de la coupure.

Ils avaient beau être 29 français au départ de notre tournoi national.

Ils sont déjà 16 tout comme Benjamin à être sous la menace de ne pas passer le cut, dont Thomas Levet, ancien vainqueur et furieux contre les bunkers.

A +12 au soir du premier tour, la victoire de 2011 semble être bien loin pour ce grand champion, véritable porte-parole du golf en France.

Et que dire de son successeur dans le rôle de leader spirituel du golf tricolore, Raphael Jacquelin en +5 qui a explosé sur les trois derniers trous du parcours avec deux double. Sans cette mésaventure finale, le lyonnais aurait pu passer du bon côté de la barrière.

jacquelin-aodf.JPG

Problématique identique pour l'autre figure du golf des années 2000, Gregory Havret à +6.

Et dire que cette année, le rough n’est pas aussi haut qu’à l’accoutumée, ce que confirme les joueurs, et Victor Riu (dans le par)  « Je m’entraîne très souvent ici depuis plusieurs années, mais c’est la première fois que je vois le parcours avec aussi peu de rough. Il y a donc un peu moins de stress sur les mises en jeu, mais en contrepartie, sur ce terrain très sec, ce sont les attaques de greens qui sont délicates. »

A cela s’ajoutent les conditions atmosphériques. Pour Romain Wattel (dans le par) « Il faut s’adapter à la très forte chaleur, mais c’est le vent, surtout, qui était gênant. » 

Les bonnes surprises du premier tour

Dans les bonnes parties du  matin, nous avons retrouvé un très bon Thomas Linard, un temps au sommet du leaderboard à la faveur des premières parties du jour, et d’un jeu tout en contrôle à l’image de son superbe tee shot du 16.

Sur ce par 3 redoutable qui passe de l’eau pour atteindre un green en pente, Linard a punché un shot en léger fade pour atterrir en sécurité sur la gauche du trou.

Derrière, il sort une merveille de putt à plus de 10 mètres pour se donner un dernier putt pour par.

A l’image de sa partie du jour, Linard ne s’est jamais mis en gros danger.

linard2.JPG

Récent second du Najeti Open de Saint-Omer, il a terminé sa journée par un double au 18 qui lui a coûté une carte dans le par.

Le par qui jeudi aura finalement été une belle performance.

Alors que les tournois majeurs se vantent d’être injouables, le Golf National justifie encore sa réputation de parcours cauchemar.

Ils sont seulement 26 à être passés sous le par au soir du premier tour.

Linard toujours qui se retrouve au même niveau que l’autre principal animateur du début de tournoi, côté français, Julien Quesne, qui finit dans le par, et c’est une déception compte tenu de ce qu’il a montré sur les premiers trous.

Dans la bonne attitude sur les trous où nous l’avons suivi, Julien bénéficiait du soutien du public francilien, et d’entrée faisait les bons choix.

jquesne.JPG

Puis les choses se sont grippées petit à petit avec un double évitable au 13 puis un bogey au 15.

Au retour, plus de birdie, seulement un bogey sur le dernier trou qui lui coûte une carte sous le par.

Espérons que pour vendredi, il capitalisera sur ce qu’il a très bien fait au départ, car il a vraiment le potentiel pour bien jouer ici.

Ce qu’à un peu mieux fait Adrien Saddier, en -1 pour la journée !

Au départ du 15, Saddier jouait la prudence, et tapait un long fer plutôt que de sortir un hybride comme ses partenaires de jeu.

Bien lui en a pris, il était sur la piste quand Lucas Bjerregaard son partenaire perdait du temps à chercher sa balle dans les shashis de gauche.

Résultat, il sortait du trou avec un par prudent, ce qui ne gâchait pas son fantastique eagle du 6 !

saddier.JPG

15ème au soir du premier tour, sauf accident vendredi, on devrait le revoir ce week-end comme peut-être Joel Stalter et Victor Riu +1 et dans le par.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1443
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.