Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Alstom Open de France 2013: 1ère victoire pour McDowell

Alstom Open de France 2013 : McDowell dompte Richard Sterne et le parcours !

Pour s’imposer à Paris, McDowell s’est employé à gagner son match-play avec Richard Sterne, mais aussi avec le parcours du National. Pour ceux qui ont eu la chance de jouer une fois dans leur vie sur le parcours de l’Albatros, cette affirmation n’a rien de surprenant.

Et pire, quand le parcours est préparé pour l’Open de France, il sait être redoutable (un avant-goût de ce qu’il pourra être pour la Ryder Cup 2018 organisé sur ce même terrain).

Les épais roughs, les plan d’eaux gigantesques, les greens ultra-rapides, le vent latéral qui coupe les fairways (le parcours manque d’arbres pour arrêter les vents qui sont fréquents dans les plaines de l’Essonne et des Yvelines), autant de menaces qui expliquent pourquoi seulement 12 joueurs ont pu terminer dans le par aux termes des quatre tours de compétitions.

Pour gagner à Paris, il faut justement savoir contrecarrer les vilains tours que réservent les 18 trous.

Un solide petit jeu additionné à un driving plus précis que puissant, permet justement de s’en sortir, tout comme en témoigne, la belle carte de 67 (-4 sous le par) rendue par G-MAC aux commissaires du parcours, afin de valider sa victoire  avec quatre coups d’avances sur son dauphin, et principal rival, le sud-africain, Richard Sterne,

Ce dernier, auteur d’une belle saison 2013, rentre aux stands seulement dans le par ce dimanche quand McDowell gagne quatre points sur le dernier tour.

La différence entre les deux hommes sur les 72 trous que comptent cet open s’est fait sur la capacité du meilleur à tirer le meilleur parti de son golf sous stress d’une dernière partie de dernier tour, et un peu sous le chaud soleil parisien.

On peut même affirmer que McDowell s’est parfaitement "géré", pour sortir son meilleur golf au meilleur moment.

Graeme-McDowell-remporte-lAlstom-Open-de-France-2013.png

Sa carte de 67 est la meilleure de sa semaine, même si, il avait très bien joué jeudi et vendredi avec deux cartes de 69.

Et il n’est pas peu dire que le Nord-Irlandais a dominé le champ de joueurs de la tête et des épaules.

Son jeu de fer a été un véritable récital, terminant premier pour la statistique des greens en régulations (83% de réussite !)

Le golfeur aux couleurs Srixon et Cleveland a donc fait honneur à son matériel. Pour les amateurs, notez qu’il utilisait à Paris, deux wedges Cleveland 588 RTX en 52 et 58 degrés, ce qui n’est pas commun pour les amateurs que nous sommes ( au niveau amateur, on utilise plus souvent un 56).

Enfin, interviewé en fin de parcours, McDowell ne cachait pas son bonheur de gagner à Paris, en ayant une arrière pensée concernant la prochaine Ryder Cup 2018 qu’il prépare de la meilleure des façons : « C’est un parcours tellement difficile ! Nous aurons sûrement ici en 2018 l’une des plus belles Ryder Cup dans l’histoire Européenne du golf. J’ai pensé toute la journée à ce sacré trou numéro 18 que je redoutais, et je suis content que les choses aient tourné en ma faveur de cette façon. Je me suis battu sur les greens toute la semaine pour ne pas faire trop de putts, mais le fait de ne faire que quatre bogeys sur toute la semaine a été surement la clé de ma victoire ».

Le redoutable parcours de l'Open de France

Pas de fête au 18 pour les golfeurs tricolores !

Concernant les golfeurs français, l’édition 2013 ne restera pas malheureusement dans les annales comme les précédentes éditions.

Jean-François Remésy, Thomas Levet, et même Jean Van de Velde ou Raphael Jacquelin, vainqueurs ou proche de le faire n’ont pas trouvé de successeurs.

Victor Dubuisson sauve l’honneur des bleus en terminant à une honnête 18ème place à la suite d’une dernière carte exceptionnelle en 66,  la meilleure du dernier tour !

Cela n’a pas suffi pour nous consoler de la très mauvaise dernière journée du golfeur tricolore qui paraissait pourtant le mieux engagé pour bien finir, à savoir Gregory Bourdy qui termine son tournoi national en +5, soit justement dix coups de moins bien que Dubuisson sur le même tour.

Sans une telle mésaventure, Bourdy aurait pu rentrer dans le top-10 du tournoi sans problème, confirmant ainsi son bon début de saison 2013, le plaçant comme le patron du clan français sur le circuit professionnel.

Romain Wattel termine 29ème en +3 et n’a pas été en mesure de rééditer sa performance du 1er tour, carte de 67, qui lui avait ouvert de grands espoirs.

Tournois après tournois, Wattel et Dubuisson s'installent de plus en plus régulièrement comme les chances tricolores les plus sérieuses.

Alstom-Open-de-France-2013-2.png

Enfin, deux autres français avaient réussi l’exploit de passer le cut, Anthony  Snobeck et Alexander Levy qui terminent à la 52ème place.

Cut qui avait fait beaucoup de dégât dans le camp français avec l’élimination prématurée de Jacquelin, Levet, Havret et tous les autres tricolores engagés dont les vétérans Christian Cevaer et Jean-François Remesy.

Pour être complet sur ce reportage à Paris, un dernier regard sur le parcours dont les golfeurs amateurs franciliens peuvent être fiers ! Il s’agit bien d’un des parcours de golf les plus délicats à jouer en Europe.

Rough-Alstom-Open-de-France-2013.png

Surtout quand on regarde les cartes de score de champions tels que Luke Donald, seulement 42ème du tournoi en +6, Ian Poulter, 25ème en +2, ou l’américain Matt Kuchar en repérage et finalement 49ème en +7 !

Le sac du vainqueur de l’Alstom Open de France :

Driver: Cleveland Classic 290 (Miyazaki Kusala Indigo 56X, 9 degrés)

Bois de parcours Cleveland Launcher FL (Miyazaki Kusala Indigo 72X, 14 degrés)

Fers : 588 MT #3, TT #4, Srixon ZTX2 #5-9

Wedges: 588PF 48, 588 RTX 52, 58

Balles de golf : Srixon Z-STAR XV

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2784
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.