Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Interviews

Alan Hocknell : Notre face de driver ne ressemble à rien de déjà vu auparavant

Alan Hocknell : Notre face de driver ne ressemble à rien de déjà vu auparavant

Au cours des deux jours passés chez Callaway Golf, au siège de la marque à Carlsbad, en Californie, j’ai eu l’occasion d’interviewer en exclusivité Alan Hocknell, une des références mondiales dans le domaine de l’ingénierie, et la conception de matériel de golf. Il est aussi le premier à avoir misé sur l’intelligence artificielle, pour la conception du nouveau driver EPIC Flash.

Découvrez nos formules d'abonnements

Deux ans plus tôt, j’avais déjà eu le privilège de rencontrer Alan Hocknell, et déjà chez Callaway, dans leurs locaux situés Rutherford Road.

Dans son bureau, nous avions échangé pendant une demi-heure sur la recherche et le développement dans le domaine du matériel de golf.

A l’époque, il s’était bien gardé de me parler d’intelligence artificielle, et pourtant, je n’avais cessé de le challenger sur les limites réglementées du matériel de golf, et sa vision du matériel pour les 5 à 10 prochaines années.

Cette fois, au Ely Callaway Performance Center, à quelques minutes du siège, et après avoir tapé le nouveau driver Callaway Epic Flash, croisé Phil Mickelson en démonstration de lob shot, le tout avec des sandalettes, nous avons pu reprendre la discussion.

Bonjour Alan, c’est un grand honneur et un privilège d’être à nouveau à côté de vous, pour vous interroger sur vos nouveautés. Merci de me recevoir. Alors tout naturellement, ma première question va concerner l’intelligence artificielle. Que pouvez-vous nous en dire ?

Nous voulions vraiment nous challenger au maximum pour designer une face de driver d’une manière complètement différente.

Oui, nous avons un design différent, mais nous avons aussi une méthode différente pour cette conception.

Nous nous sommes posé la question à nous-même, et si nous pouvions enseigner à un ordinateur, comment apprendre à dessiner une face de driver : Est-ce qu’il pourrait dessiner une face de driver meilleure que celle que nous, les ingénieurs, pourrions dessiner, et ce, alors que nous le faisons déjà depuis de nombreuses années.

C’était notre challenge. C’est vraiment cette recherche qui a mené à la face que nous avons implanté sur le driver EPIC Flash.

Cela utilise nos simulations déjà préétablis par le passé, pour les ajouter à nos nouvelles simulations de l’interaction entre la face du driver et la balle, quand elles entrent en contact l’une avec l’autre.

L’ordinateur ayant appris cette interaction, il était capable de reproduire à maintes reprises ces collisions, pour essayer de comprendre toutes les relations très complexes entre les différentes parties de la face, et les différentes parties de la tête du driver.

Ainsi, nous avons dessiné une face que nous n’aurions jamais imaginé auparavant. Voilà ce qui est vraiment en jeu avec le nouveau Epic Flash.

C’est une face que nous n’avons jamais vue auparavant.

Beaucoup de nos faces de drivers dans un passé récent ont été conçues avec une épaisseur plus importante au centre tandis que plus fine en périphérie. Cette face ne ressemble en rien à ces principes.

callaway-driver-epic-flash-mini.jpg

C’est une combinaison vraiment inhabituelle entre paroi épaisse et fine. Mais en fin de compte, elle produit plus de vitesse de balle, et c’est ce que nous recherchions vraiment.

Justement, c’est ma question suivante. Quel est le véritable bénéfice ? C’est une région de contact idéale plus large ? Les coups décentrés sont meilleurs ?

Beaucoup de nos dernières faces de drivers étaient concentrées sur la performance quand vous ne tapez pas vraiment au centre de la face.

Quand vous ne tapez pas au centre de la face, vous n’obtenez pas le même niveau de vitesse de balle, comme si vous tapiez au centre.

Cette nouvelle face le fait aussi, mais nous voulions nous challenger, pour voir si nous pouvions aussi améliorer vos meilleurs coups, ceux contactés au centre de la face. C’est ce que fait la Flash Face en étant plus fine au centre par rapport à des faces plus conventionnelles.

C’est un vrai plus en termes de vitesse de balle.

Est-ce que cela fonctionne aussi pour les trajectoires, et notamment pour produire des coups plus droits ?

La face en elle-même va contribuer au fait d’avoir une vitesse de balle plus élevée au moment de l’impact depuis le centre et la périphérie.

L’autre aspect de l’EPIC Flash Driver est de vous aider à taper des coups plus droits, et donc à l’arrière de notre tête, nous avons notre rail qui permet d’ajuster un poids que nous pouvons déplacer en différents endroits, pour vous aider à éliminer certaines formes de coups, qui pourraient vous faire manquer des fairways.

semelle-drivers-callaway-mini.jpg

Et si nous parvenons à faire cela, nous allons resserrer le champ des coups que vous allez taper sur le fairway, ce qui en fin de compte, contribuera à la distance globale, et à une direction plus centrale des coups.

Vous avez toujours le Jailbreak. Comment est-ce que cela fonctionne ensemble ?

Jailbreak a été en fait notre premier grand pas en avant.

Nous pouvions dessiner un driver avec une vitesse de balle plus élevée, tout en restant conforme aux règles de temps caractéristiques édictés par l’USGA.

Jailbreak est présent sur le driver Epic Flash dans le but de fournir cet avantage.

Notre idée était de renforcer cette capacité, en mettant la face Flash par-dessus le Jailbreak.

Vous connaissez cette difficulté de l’industrie qui consiste à produire chaque année des millions de têtes de drivers avec la même rigueur. Comment arrivez-vous justement à gérer cette problématique avec la face Epic Flash ?

A l’évidence, la face Epic Flash a représenté énormément de travail pour concevoir le dessin en lui-même, mais ce n’était qu’une partie du problème.

Ensuite, nous avons eu besoin de prendre ce dessin particulièrement inhabituel, et nous demander, comment nous allions bien pouvoir le fabriquer.

Et après avoir trouvé comment le fabriquer, il nous fallait découvrir, comment nous allions pouvoir le mesurer, et notamment pour confirmer que c’était bien ce que nous recherchions initialement à produire sur des centaines de milliers de composants.

Pour la fabrication, nous avons donc une presse/forge de précision qui nous donne cette ondulation inhabituelle de l’épaisseur, et puis nous retournons la face pour l’usiner avec une précision de 100% pour parfaitement tailler la face.

Entre ces deux opérations, nous pouvons contrôler l’épaisseur à un niveau très élevé de précision, pour être certain qu’avant que nous la soudions au laser avec le reste du corps de la tête, elle corresponde au prérequis.

Sur la partie des mesures, nous avons du mettre au point une nouvelle technique de scan par laser, dans le but de regarder la face dans de très nombreux détails, et du fait, qu’elle avait un contour inhabituel.

Vous avez indiqué qu’il n’était pas possible de prendre cette face et la mettre sur une autre tête de driver. Pourquoi cette face est-elle aussi unique pour ce driver en particulier ?

C’est exact. Je pense que c’est l’une des caractéristiques de l’optimisation numérique que nous avons faite avec l’intelligence artificielle. Cela prend en compte vraiment beaucoup d’éléments différents du dessin global.

Cette face est à l’intérieur d’un driver, qui déjà est muni du Jailbreak, qui a un poids périmétrique, qui a un certain centre de gravité, et enfin, qui a un hosel ajustable.

La structure globale de ce club a été pensée en amont par l’ordinateur, quand il cherchait déjà à optimiser la face.

Donc si vous prenez cette face, et vous la soudez sur une vieille tête de ROGUE, cela ne va tout simplement pas marcher.

Qu’en est-il pour les bois de parcours, et les hybrides ? Avez-vous apporté les mêmes technologies sur ces produits ?

Oui, notre bois de parcours reprend beaucoup des principes développés avec la technologie Flash Face.

Nous avons repris le même principe d’intelligence artificielle, et des techniques de productions.

Cependant, le bois de parcours est forcément un petit peu différent.

Il a une face plus étroite. Il est construit en acier plutôt qu’en titane. Nous avons déjà notre technologie dite de Cup Face, et le Jailbreak.

Sur le tee de départ, vous tapez déjà plus au centre de la face, et quand vous tapez directement sur le gazon, la balle est positionnée plus basse dans la face.

Il a fallu implémenter dans l’ordinateur que ces deux paramètres étaient des priorités d'importances et d'ordres identiques.

bois-epic-mini.jpg

A cause de cela, le résultat a été une différence d’épaisseur, et une solution globalement différente par rapport au driver, cependant, le résultat final est assez similaire dans le fait d’ajouter de la vitesse de balle pour vos coups.

Pour ma dernière question, est-ce que l’intelligence artificielle sera quelque chose que vous allez continuer à développer pour les années à venir, et comment ?

Nous avons fait un investissement considérable dans nos capacités d’ingénieries, de développements de logiciels, et permis à nos équipes d’avoir du temps pour apprendre à utiliser ces techniques, avec en arrière-plan l’idée de continuer à utiliser ces techniques pour le segment des drivers et des bois, mais aussi avec l’idée d’explorer dans d’autres domaines d’applications.

Cela veut dire que peut-être vous n’aurez plus de travail à l’avenir, et que vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis ?

J’espère que non.

La vérité, c’est que les designs que nous réalisons avec l’intelligence artificielle sont beaucoup plus compliqués par rapport à ce que nous faisions auparavant.

Cela va nous demander plus d’efforts pour produire, pour mesurer, et pour valider le design tel qu’il est, donc fort heureusement, nous aurons toujours du travail.

Merci Alan, et merci à nos lecteurs,

Vous pourrez très prochainement retrouver cet interview filmé et traduit sur JeudeGolf.tv

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 488
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.