Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Interviews

Adrien Peltier: "Mizuno Golf innove tous les jours!"

adrien-peltier-mizuno-golf.JPG

Rencontré lors du dernier salon du golf à Paris, Adrien Peltier vient tout juste de prendre la direction commerciale de la société Mizuno Golf France, l’occasion de l’interroger sur ses ambitions, et celles de sa marque sur un marché chahuté.

Dans un secteur d’activité en difficulté avec parfois des licenciements, y compris au sein des équipes terrains qui sillonnent la France pour nous faire découvrir les derniers clubs des marques, la nomination d’un homme de terrain aux plus hautes fonctions est une belle éclaircie.

C’est aussi l’occasion d’être parmi les premiers à recueillir la vision de ce jeune directeur sur son métier, ses concurrents, son réseau de distributeurs, et les attentes de ses clients.

Découvrez ce qu’a en tête un jeune directeur ambitieux et dévoué à sa marque...

Interview  Adrien Peltier – Directeur Commercial Mizuno Golf France

Bonjour Adrien, tout d’abord, pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel, et vos débuts dans l’univers du golf ?

J'ai commencé à jouer au golf au cours d'un séjour linguistique en Irlande lorsque j'avais 11 ans, c’est véritablement à ce moment que je me suis piqué au jeu, et tourné vers cet univers. 

La famille d'accueil dans laquelle j'étais, allais régulièrement jouer au pitch & putt du coin à vélo, et on pouvait jouer pour 3 pounds. Sans cette expérience, je ne suis pas sûr que j'aurais pu découvrir le golf en France.

A mon retour, je me suis inscrit dans le club de Briailles près de Vichy, et à mes 15 ans, j'ai commencé à jouer sérieusement.

Concernant ma carrière, j’ai un parcours relativement classique dans la vente. Tout d’abord, j’ai appris le métier au proshop de Disneyland en 2003, puis chez Décathlon au département golf.

Ensuite, j’ai intégré la société Golf Plus, puis je suis retourné sur le terrain comme démonstrateur/commercial, et j’ai rejoint Mizuno Golf en 2013 avec la responsabilité de la zone sud-est.

Depuis le 1er avril 2015, j’ai pris la direction des ventes pour l’ensemble du marché français.

Qu’est-ce qui vous plait dans votre métier ? 

Le fait de pouvoir travailler dans un milieu qui m'a toujours passionné, car cela me permet d'être toujours motivé pour la mission qui est la mienne. 

Vous êtes un homme de terrain, comment envisagez-vous votre mission à ce nouveau poste de direction commerciale ?

Justement à ne pas rester enfermé dans mon bureau ! Il faut rester en contact avec les clients, et être à l'écoute de leurs besoins pour leur apporter les meilleures solutions.  .

Quelles sont les ambitions de Mizuno France pour les trois ans à venir ?

Trouver sa place dans un marché qui se resserre, et qui compte de nouveaux concurrents. 

L'équipe actuelle est jeune mais pleine de promesse. L'avenir est devant nous. 

Le secteur subit une forte crise, pensez-vous que les marques et les distributeurs apportent les bonnes réponses aux golfeurs ?

Je pense que nous avons passé le plus dur. 

Les prix retrouvent une certaine stabilité, et les sites E-marchands anglo-saxons se sont calmés dans leurs guerres des prix qui finissaient par desservir tous les acteurs, marques et distributeurs. 

Il faut revenir à une distribution cohérente et efficace. Tout le monde doit être vigilant,  et ne pas tirer le marché vers le bas sous peine de scier la branche sur laquelle on est tous assis. 

Comment Mizuno entend se démarquer ?

Par le service ! Nous somme les plus rapides en livraison, que ce soit pour le standard ou pour le custom. 

mizuno-club.jpg

En plus de la livraison, notre SAV est notre deuxième arme pour nous démarquer par le service. 

Mizuno Golf a la particularité d’avoir une entité commerciale française alors que d’autres marques sont gérées depuis des sièges sociaux en Angleterre, en quoi est-ce une force pour vous ?

Mizuno ne vend pas que du golf, mais aussi des chaussures de running avec un chiffre d’affaires, et des parts de marché, parmi les meilleurs en France ! C'est donc pour cette raison que nous avons notre siège en France.

C'est un plus pour les équipes, et aussi pour nos clients qui ont des interlocuteurs plus proches d’eux, et qui parlent leurs langues.

Précision : Mizuno France réalise un chiffre d'affaires annuel de 30 millions d'euros, dont 3 millions d'euros pour le département golf. Le segment running pèse à lui seul 80% de l'activité de la maison mère.

Dans le contexte actuel, quel est votre vision de la relation fabricant-distributeur ?

Nous commençons à aller de plus en plus vers des groupements de magasins indépendants.

Notre démarche sera de plus en plus axée vers ce type de spécialistes qui ont une véritable stratégie vers les golfeurs.

Nos relations sont bonnes dans la grande majorité des cas, car nous sommes vigilants sur le fait de travailler avec des partenaires de confiance.

Selon vous, comment évolue l’image de marque de Mizuno Golf auprès des golfeurs ? Et quel message souhaiteriez-vous faire passer ?

Mizuno a toujours eu une image de clubs pour les bons joueurs… cela nous colle à la peau. 

Pourtant, nos clubs pour les joueurs en progressions sont toujours très bien notés par la presse spécialisée. 

La gamme EZ (Easy) porte bien son nom ! 

Dans votre stratégie produit, quels types d’offres allez-vous pousser dans les mois à venir ? Lames, forgés, clubs exigeants ou tolérants ?

Nous restons un des leaders pour la catégorie des clubs forgés, il ne faut donc pas trop changer de cap.

Nous allons surtout pousser la nouvelle gamme de bois 850, qui selon moi est la plus grosse innovation de la saison 2015, en raison de la simplicité, et l'efficacité des réglages.

J'ai eu l'occasion de passer un driver en test à la golfeuse pro, Lucie André, qui est connue pour être très régulière au drive.

Et lors de son test au trackman, elle m'a confirmé qu'à chaque changement de réglagle, elle obtenait les trajectoires voulues.

En termes de ventes, Mizuno Golf enregistre-t-elle des gains de part de marché sur les différents segments ? Putters, wedges, fers, bois, drivers et balles ?

Nous somme stables sur les séries de fers, ce qui est très important pour nous. Nous connaissons une petite augmentation sur les bois depuis 2014, et elle devrait se confirmer sur 2015.

Pour les wedges, nous oscillions entre la troisième et la quatrième place du secteur.

Vous venez de lancer de nouvelles gammes de drivers JPX 850, Mizuno sort des produits performants sur ce segment depuis quelques années, pensez-vous que ces clubs sont correctement estimés par les consommateurs ?

Il faut savoir que Mizuno a inventé le shaft graphite, le premier driver titane et également le premier driver réglable (MP600), donc en termes d'innovations, nous n'avons de leçon à prendre de personne. 

Nos produit sont souvent comparables, voir meilleurs, lors de test indépendants, mais le consommateur se fie parfois trop souvent au « marketing » de certaine marque. 

Alors que certains de vos concurrents axent leurs travaux sur la réduction du taux de spin (pour les drivers), pensez-vous que cette stratégie finira par toucher sa limite ?

Il faut faire attention avec le spin ! Pour faire de la distance, une balle a besoin de cette rotation pour ne pas retomber immédiatement au sol comme un vulgaire caillou.

L'avantage aujourd'hui, c'est que notre driver 850 permet de régler le taux de spin désiré selon sa vitesse de swing.

Sur quoi, les marques et Mizuno peuvent travailler dans les années à venir pour continuer à augmenter la performance ?

Mizuno innove tous les jours, avec par exemple le nouveaux process de forgeage « Grain flow forge boron ».

On ajoute un alliage plus rigide dans la tête qui permet de donner plus de vitesse de balle, et ce, sans fermer les lofts.  

mizuno-forge.jpg

Je pense que les prochaines innovations sur les drivers viendront  essentiellement de nouveaux matériaux.

Srixon revient sur le marché avec une offre très agressive. Les marques Japonaises peuvent-elles supplanter la domination américaine de TaylorMade et Callaway à moyen terme ?

Les marques Américaines sont plus axées « marketing » alors que les Japonaises restent focalisées sur une qualité de fabrication sans faille. 

Je ne vais pas m'en plaindre, car je pense que le consommateur va revenir de plus en plus vers ce type de produit.  

La principale raison de la baisse des licences en France est le fruit d’une action trop faible vers les débutants, et les golfeurs qui jouent depuis moins d’un an. Qu’est-ce que Mizuno pourrait faire vers cette clientèle, et que devrait faire le secteur pour stopper l’hémorragie ?

Je pense que c'est plus le travail de la fédération que d'une marque en particulier, il est bien évident que le golf coûte assez cher, et que le contexte économique ne favorise pas la création de nouveaux golfeurs.  

Mizuno Golf accompagne Gwladys Nocera depuis quelques mois, comment jugez-vous le bénéfice de cette collaboration ?

Notre collaboration est excellente avec beaucoup de retour positif de sa part. On est vraiment fier de l'avoir à nos côtés. 

De plus, elle est vraiment ravie de ses nouveaux clubs. Premier essai de Driver 850 et première victoire, la semaine passée au Maroc. 

Sa 14ème en carrière, ce qui fait d’elle une des joueuses les plus titrées sur le circuit féminin européen. 

Gwladys est une référence pour le golf féminin, et le fait qu’elle soit ravie de jouer nos clubs, ne peut être qu’un très bon écho auprès des golfeurs, et des golfeuses. 

gwladys-mizuno.JPG

Pour finir, vous jouez au golf, quel est votre meilleur souvenir de golfeur ?

J'ai fait trois trou en un dans ma carrière, mais le coup qui m'a le plus marqué reste un coup de bois 3 sur le fairway d'un par-5 sur le parcours du golf des Volcans !

Je l'ai mis donné à 270 mètres ! Tout était réuni ! L'altitude (1000 mètres), la température (35 degrés), le vent dans le dos, et un bon swing…Cela va faire 15 ans, et je m'en rappelle encore.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2136
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.