Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

AODF 2015 : Saddier - Un jeu plein de promesses

ADOF 2015 : Pour Adrien Saddier, driver n’est pas jouer ! 

Vous serez sans doute surpris de constater que le français Adrien Saddier du golf d’Esery, pointe à la troisième place du classement pour la distance au drive sur l’ensemble du champ de joueurs engagés sur l’Alstom Open de France. En revanche, il pointe à la toute dernière place du classement général du tournoi à +19 ! Que s'est-il passé entre les backtees et le green ?

Un driving digne des meilleurs joueurs du monde

Après deux tours, le jeune français, joueur du Challenge tour pouvait avoir la satisfaction d’avoir passé le cut.

Son premier tour en 70 l’avait même placé au rang des bonnes surprises françaises de l’Open.

Le lendemain, son 75 a commencé à le rapprocher de la limite du cut. D’autant qu’il lui a fallu un exploit pour le passer assurément.

Sur le 18, alors que son deuxième coup avait pris le bunker de ce green en île, il avait alors rentré la sortie directe pour birdie !

A ce stade, rien ne laissait présager la suite de son tournoi…beaucoup plus chaotique.

Au cours de la journée de samedi, Saddier s’est littéralement écroulé avec un score de 79 qui l’a poussé au fond du leaderboard avec le score global le plus élevé des 69 derniers joueurs encore engagés sur le week-end.

Et ce dimanche, sa dernière partie ne semble pas faite pour le réconcilier avec le parcours du Golf National.

Parti seul et premier à 8h14, et dans des conditions météos bien moins chaudes que la veille, il a terminé avec une nouvelle carte à +8, pour être le premier joueur à terminer cet Open de France.

Dans le même temps, il n’a cessé d’être de plus en plus long au drive, commençant jeudi par une moyenne au drive de 309 yards, puis 320 yards, et enfin 327 yards lors du troisième tour.

Avec de telles moyennes, Saddier se classe troisième pour la moyenne de distance au drive à 318,8 yards derrière l’intouchable espagnol Pedro Oriol à 327.5 yards, et l’australien Scott Hend à 326,7 yards.

Précisons que Pedro Oriol est le driver le plus long du tour européen engagé cette semaine à Paris.

Sur la saison 2015, il drive à une moyenne de 311 yards !

A première vue, Paris lui réussi plutôt bien puisqu’il drive 16 yards plus loin que sa moyenne.

A titre de comparaison, le joueur le mieux classé au leaderboard parmi les 15 meilleurs frappeurs du tournoi est l’allemand Martin Kaymer avec une moyenne de 306.8 yards.

Et la meilleure chance française de victoire ce dimanche, Victor Dubuisson ne drive qu’à une moyenne de 293,2 yards.

Incontestablement, il n’y a pas de lien évident entre driver loin, et bien figurer au classement de l’Open de France en rendant des cartes de scores émaillés de plusieurs birdies.

Driver loin n’est pas suffisant. Encore faut-il toucher la piste ? On pourrait croire que Saddier tape loin, et arrose de tous les côtés.

saddier_20150705-094002_1.JPG

Mais en réalité, ce n’est pas le cas, et ce n’est pas dans ce registre qu’il perd beaucoup de coups.

Au contraire, Saddier figure au 37ème rang du tournoi pour la précision au drive avec une moyenne de 60% de fairways pris en régulations.

Une moyenne qui n’a cessé de s’améliorer tout au long de la semaine.

SI Jeudi, il n’avait pris que 43% des fairways, sa moyenne est montée à 64% vendredi puis 72% samedi, le fameux jour joué en 79, alors que Jeudi, il a pris peu de fairways, mais joué sous le par !

Une moyenne totale de 72% au drive comme celle de Samedi répétée sur toute la semaine le placerait même dans le top-10 des golfeurs les plus précis de la semaine en compagnie de joueurs comme Van Zyl, Molinari, Morrison ou Bourdy qui sont bien mieux placés que Saddier au leaderboard.

Clairement, Saddier a plutôt bien driver cette semaine à Saint-Quentin-En-Yvelines, et pourtant, il va terminer très loin des meilleurs.

Où le bas blesse ?

Malgré de très bons engagements, Saddier n’a pas tiré profit de cet avantage sur le fairway pour toucher beaucoup plus de greens en régulations.

Et d’ailleurs, il pointe à la 60ème place sur 69 du classement du tournoi pour cette statistique. Son jeu de fers ne l’a pas assez servi ou de manière trop épisodique.

Relativisons toutefois ce propos, il touche tout de même 59% des greens en régulations, et c’est en fait autant qu’un des leaders du tournoi, Victor Dubuisson !

En effet, l’actuel quatrième du tournoi n’est guère plus efficace que Saddier dans son jeu de fers, et en étant moins long au drive !

Mais voilà, il y a un domaine où Dubuisson domine tout le monde de la tête et des épaules, c’est le putting.

En trois jours, il affiche une moyenne de seulement 1,5 putts par trous quand Saddier est 23ème avec une moyenne de 1.65.

Tout avait plutôt bien commencé dans ce domaine pour Saddier qui avait putté  1.45 putts par trous le premier jour, mais 1,89 sur le troisième tour, ce fameux tour joué en 79.

saddier3.JPG

En réalité, la problématique de Saddier ne trouve pas sa compréhension dans la lecture des statistiques, car ces dernières ne reflètent pas la réalité de ses parties.

Saddier a clairement le jeu pour très bien figurer sur un tournoi tel que l’Open de France. La problématique est plutôt venue de la concentration, et de ne pas sortir de mauvais coups aux mauvais moments.

Pour l’avoir suivi sur quelques trous tout au long de la semaine, Adrien Saddier a démontré qu’il était capable du meilleur, et de faire les bons choix sur le parcours.

Mais il ne l’a pas démontré sur 18 trous et pendant quatre jours.

C’est dans ce domaine qu’il aura pu mesurer la différence entre son niveau de jeu actuel, et l’exigence d’un parcours préparé pour une épreuve de l’European Tour.

Il pourra se consoler avec le fait que pour beaucoup de pros de l'European Tour, ce parcours est le plus difficile de la saison, et capitaliser sur son premier tour joué en 70 avec notamment un eagle.

Le haut-savoyard semble déjà avoir toutes les qualités techniques pour devenir un futur très bon golfeur de l’European Tour.

Plus d’expériences, et de résistances dans les grands tournois devraient lui permettre de passer le cap, et enfin bénéficier de son jeu long très au point, et au niveau des meilleurs mondiaux.

Ce n'est qu'une question de temps avant que Saddier ne devienne un très bon golfeur européen...

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1831
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.