Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Abu Dhabi : Véritable coup d'envoi la saison du Tour européen 2018

Crédit photo : Abu Dhabi HSBC Championship - EGA

Le championnat de golf HSBC d'Abu Dhabi met en vedette cette semaine une pléiade d’étoiles, incluant Henrik Stenson, Justin Rose, Rory McIlroy, Dustin Johnson et Tommy Fleetwood. Cet événement est toujours traditionnellement depuis plus de dix ans, l'un des plus importants du début de saison. Avec le retour attendu de McIlroy sur le parcours pour une saison qu'il décrit volontairement comme chargé, avec Dustin Johnson en position de numéro un mondial et déjà vainqueur sur le tour américain, et Fleetwood comme tenant du titre, les meilleurs joueurs du monde vont essayer de lancer parfaitement la saison moyen-orientale qui coïncide pourtant avec le calendrier... européen.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le montant total des prix a été augmenté de 300 000 dollars pour atteindre 3 millions de dollars, a déclaré Aref Al Awani, secrétaire général du Conseil des sports d'Abu Dhabi, propriétaire du championnat.

« Le championnat est vraiment le joyau des compétitions sportives d'Abu Dhabi, le prix a été porté à 3 millions de dollars et nous voulons que tous les meilleurs joueurs du monde soient à Abu Dhabi », a déclaré Aref Al Awani.

Le ton est donné ! Abu Dhabi ne compte pas lâcher son rang de gros tournoi de début de saison. Même si le calendrier a déjà démarré depuis quelques semaines, Abu Dhabi reste le premier gros tournoi intéressant en termes de champs de joueurs.

Sur et en-dehors du parcours, le golf européen a pris l'habitude de se donner rendez-vous dans le golfe.

Par exemple, et à quelques jours du PGA Merchandise Show d'Orlando, les directions européennes de certaines grandes marques de matériel ont fait le choix du voyage vers Abu Dhabi plutôt que celui d'Orlando.

On a beau dire, mais l'argent appelle toujours l'argent. En renforçant la dotation, Abu Dhabi défend son statut d'incontournable.

Topgolf Crush, pour une « mise en bouche » dans la bonne humeur

En préalable au tournoi, Abu Dhabi a organisé des séances de préparation pour le moins originales.

L'Europe a déjà frappé un premier coup, alors que six des meilleurs golfeurs du monde se sont mis en condition dans un style non conventionnel.

Dans un court défi qui comprenait entre autre un jeu-questionnaire sur leurs partenaires, les stars européennes Justin Rose et Henrik Stenson ont battu le numéro un mondial Dustin Johnson et Matt Kuchar, sept fois vainqueur du PGA Tour.

Les Européens espèrent que c'est bon signe dans une année de... Ryder Cup.

Topgolf Crush, le nouveau concept de divertissement de golf a été expérimenté pour la première fois en dehors des États-Unis.

Dans le Topgolf Crush, les joueurs visent des cibles géantes ressemblant au jeu de fléchettes.

Plus ils se rapprochent du centre ou « bullseye », et plus la distance est longue, plus ils gagnent de points.

Crédit photo : Abu Dhabi HSBC Championship - EGA

À ce jeu, le numéro un mondial Dustin Johnston a rapidement trouvé la cible pour remporter un match de préparation contre Rory McIlroy.

L'américain a ainsi bien débuté cette nouvelle année en marquant 680 points contre les 470 points de McIlroy.

Toujours fiable et précis, Kuchar a utilisé ses compétences exemplaires sur le jeu court, pour enregistrer un score gagnant de 540 points, surpassant les 510 points de Fleetwood.

Le parcours d’Abu Dhabi Golf Club

Situé à une courte distance en voiture de l'agitation de la grande ville, le parcours sera certainement en mesure de fournir un test de golf difficile, mais juste.

Crédit photo : Abu Dhabi HSBC Championship - EGA

Avec une longueur de 6934 mètres, le parcours national d'Abu Dhabi Golf Club propose un solide Par-72, et sans doute, le parcours le plus esthétique susceptible d’être trouvé n'importe où dans le désert.

C’est pour une bonne raison, que le chef-d'œuvre de Peter Harradine a été surnommé « une oasis de tranquillité creusée dans le désert ».

Il faut s’attendre à ce que des joueurs comme Dustin Johnson aillent chercher des scores très bas.

Le dernier trou est un par 5 de 514 mètres, et semble parfaitement adapté pour le final à suspens de dimanche, tout cela avec l'iconique Falcon Clubhouse en toile de fond.

Tommy Fleetwood, champion en titre, est de retour pour affronter les meilleurs joueurs possibles, lui qui sur la saison classique du circuit européen, n'est pas nécessairement confronté chaque semaine à une telle adversité. 

Le plateau européen est, il faut l'admettre, un peu moins relevé que le plateau américain.

Matt Kuchar, étoile américaine de la Ryder Cup, et médaillé de bronze olympique, ainsi que Paul Casey, deux fois vainqueur du championnat, se sont joints au peloton pour un tournoi qui vise cette année à dépasser la barre des 69 000 spectateurs, ce qui serait une belle prouesse pour un tournoi du golfe.

Le tournoi de 2017 avait fait grimper les audiences notamment avec un usage intensif des réseaux sociaux pour une audience potentielle et estimée de près d'un demi million de téléspectateurs.

Les talents en présence, Tommy Fleetwood défend son titre

Comme chaque année, le championnat attire les meilleurs talents du monde, avec 89 des 100 meilleurs joueurs du classement final du Tour européen 2017, dont 24 joueurs de Ryder Cup.

L'année dernière, Tommy Fleetwood tenait la forme de sa vie lorsqu'il a pris le départ au Abu Dhabi Golf Club, pour finalement l’emporter, et parfaitement lancer son année victorieuse. 

A l'époque, personne n'imaginait qu'il allait devenir le grand bonhomme de la saison 2017.

Crédit photo : Abu Dhabi HSBC Championship - EGA

Finalement couronné Champion de la Race to Dubai, l'Anglais a réussi à mettre en place un jeu très fin pour déjouer les pièges du parcours, et battre d’un seul coup, le numéro trois mondial de l'époque.

Déjà leader du premier tour en 2018, Fleetwood semble particulièrement à son aise sur ce parcours taillé pour son jeu. Il n'est pas le plus long, mais sa régularité en fait un sérieux prétendant.

Quand on pense à un potentiel vainqueur avant le début d'un tournoi, son nom est rarement évoqué, pourtant, il ne faut plus le sous-estimer. A la différence de Danny Willett, son compatriote et vainqueur du Masters en 2016, Fleetwood semble bien s'installer sur le devant de la scène.

Le numéro un mondial Dustin Johnson espère poursuivre sur le rythme de sa récente victoire à Hawaii. Il serait intéressant de juger son état de forme et la précision de son nouveau driver sur un parcours un peu moins "américain".

Crédit photo : Abu Dhabi HSBC Championship - EGA

Difficile de ne pas le considérer comme un des favoris. Le champion de l'US Open 2016, avait raté la victoire d'un coup derrière Tommy Fleetwood l'an passé.

Avant de quitter Abu Dhabi l’année dernière, il avait indiqué qu'il reviendrait pour gagner en 2018 : Le voilà au pied du mur...

« J'aimerais gagner », a déclaré Johnson. « Je veux gagner dans tous les endroits où je joue. Mais, là encore, c'est quatre tours. Donc, pour moi, dimanche, je veux juste être dans une position où j'ai une chance de gagner ».

Paul Casey, deux fois vainqueur d'Abu Dhabi, et qui est de retour pour la première fois depuis 2014, a exprimé son plaisir d'être non seulement de retour, mais aussi en forme sur ce parcours qu'il affectionne.

« Que dit-on, l'absence rend le cœur plus affectueux ? Assez ringard, mais non, vraiment, vraiment cool d'être de retour ».

Paul Casey a remporté le trophée Falcon à deux reprises en trois ans à partir de 2007.

Maintenant basé principalement aux États-Unis, il n'a pas joué le tournoi depuis 2014.

C'est le premier tournoi de Paul Casey en Europe depuis qu'il a rejoint le Tour à la fin de l'année dernière.

L'anglais a gagné ici en 2007 et 2009 et pourrait pratiquement se garantir une place dans la Ryder Cup s'il gagnait cette semaine, ce qui serait une bonne nouvelle pour l'équipe tant son absence à Hazeltine avait été mise en lumière.

Matt Kuchar, c'est montré lui aussi content de participer, même si le lieu est assez éloigné des Etats-Unis, quand on sait que les stars du PGA Tour ont bien du mal à sortir de leurs frontières.

La perspective d'un tournoi aussi richement doté, et certainement les chèques d'invitations reçus en plus ont du achever de le convaincre.

« Le club-house est spectaculaire. Je n'en ai jamais vu un comme ça avant. Le parcours? C'est un parcours de golf stimulant. Il y a tellement de différents doglegs et bunkers pour essayer de défier ce parcours. Je pense que la connaissance du parcours est une chose, mais je pense que l'exécution est une autre chose. Si j'exécute bien, je pense que je vais passer une bonne semaine ».

Crédit photo : Abu Dhabi HSBC Championship - EGA

L'Irlandais du Nord, Rory McIlroy, 28 ans, a terminé deuxième à Abu Dhabi quatre fois: 2011, 2012, 1014 et 2015. L'année dernière, il était troisième. McIlroy espère que ses 104 jours d'absence pour soigner une blessure persistante à la côte auront des résultats positifs.

Rory McIlroy a déclaré qu'il espérait faire un bon début de saison :

« Abu Dhabi est l'endroit idéal pour ouvrir ma saison. Après être venu très près de gagner ici à plusieurs reprises, je vais me concentrer complètement pour essayer de gagner le trophée tant convoité, et me remettre dans le cercle des vainqueurs. Ce qui serait être un véritable coup de pouce pour commencer ma nouvelle année ».

Henrik Stenson, 41 ans, a déjà régné au Dubai Desert Classic, au Qatar Masters, et deux fois au DP World Tour Championship.

Sa meilleure performance à Abu Dhabi a été finaliste en 2006 et 2008.

« J'espère que 2018 sera enfin mon année », a déclaré Stenson en conférence de presse.

Ajoutant « Je connais bien les Emirats Arabes Unis depuis près de 10 ans et je pense que le parcours est magnifique, notamment le 18ème trou, un Par 5, dont le green est entouré par la tribune ».

Justin Rose sera un autre joueur ayant la victoire en tête dès le coup de départ, surtout après son incroyable fin de saison. Comme Fleetwood, Justin Rose incarne de plus en plus une valeur sûre.

Crédit photo : Abu Dhabi HSBC Championship - EGA

Dans une forme étincelante, à se demander si son nouveau shaft de driver joue un rôle, l'anglais a pratiquement gagné tous les tournois auxquels il a participé.

Manque de chance ou fin de série, l'Anglais a raté sa dernière tentative pour remporter la Race, terminant à égalité au quatrième rang du championnat DP World Tour.

Rose a déjà concouru deux fois à Abu Dhabi, terminant deuxième en 2013 puis 12ème il y a deux ans.

Le belge Thomas Pieters, tout comme Casey, pourrait bien se placer dans la perspective de la Ryder Cup avec une victoire ici et combler son retard actuel.

Il n'a pas gagné depuis août 2016 mais a eu deux top-5 en WGC en 2017 et un top-4 au Masters.

Ross Fisher mériterait bien une victoire après avoir été vice-champion derrière Tyrrell Hatton à deux reprises en octobre. Lui aussi a déjà bien figuré par le passé sur ce tournoi avec un top-10 en 2015. Comme Fleetwood, on s'attend moins à voir son nom sortir du chapeau, pourtant, il s'installe de plus en plus dans le costume de taulier du circuit européen.

Côté français, la saison 2018 qui s'ouvre est celle de toutes les opportunités et de toutes les inquiétudes.

A quelques mois de la Ryder Cup à Paris, est-ce qu'un Français pourra faire partie de l'aventure ? Alex Levy vient de remporter l'Eurasia Cup sous les ordres de Thomas Bjorn. Cependant, la route risque d'être encore longue pour être certain d'avoir un ticket pour Saint-Quentin-En-Yvelines.

Il y a bien entendu l'énigme Dubuisson. Ce dernier n'est pas dans le champ pour ce week-end.

Gary Stal, vainqueur du tournoi en 2015 sera quant à lui présent. Depuis sa victoire contre Kaymer, il peine à retrouver son meilleur niveau. 

Finalement, Romain Wattel, le dernier français à avoir gagné un tournoi de l'european tour se place en pole position du clan français. Avec Levy, c'est peut-être lui la meilleure carte tricolore.

La saison ne se joue pas sur un tournoi. Ceci étant, vu la qualité du champ, il sera intéressant de juger la forme du clan français sur un tel tournoi.

 

 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 978
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.