Posté par le dans Accessoires Golf

Whoop 1 an après : La fausse bonne idée ?

Annoncé début 2021, le partenariat entre le circuit PGA Tour et le capteur santé 24h/24 Whoop a remis ce dernier sur le devant de la scène. Dans ce cadre, les fans du circuit professionnel de golf américain vont pouvoir connaître le rythme cardiaque des joueurs sur le parcours. Quels étaient les battements du cœur de Francesco Molinari quand il a compris qu’il allait perdre le Masters contre Tiger Woods en 2019 ? A combien de pulsations Justin Thomas monte après un dernier putt rentré pour la victoire ? Est-ce que l’information peut s’avérer intéressante pour comprendre le déroulement d’un tournoi de golf ? Pour avoir testé le capteur pendant près d’un an, et principalement pour tenter d’améliorer la qualité de mon sommeil, je saisis cette actualité pour faire le point sur l’intérêt ou pas d’un tel capteur.

Découvrez nos formules d'abonnements

Rory McIlroy, et Justin Thomas, ce dernier illustré ci-dessus ont été parmi les premiers à porter un capteur Whoop au poignet.

La photo ci-dessus prise par Robin Alam, à l’occasion du BMW Championship en aout 2019, illustre notamment la victoire de Justin Thomas, avec trois coups d’avances sur le second, après avoir entré un dernier putt au 18.

Thomas portait d’ailleurs alors régulièrement le capteur au poignet comme visible ici en blanc. Il existe en fait plusieurs coloris, alors que le capteur ne gêne pas le swing, à la différence de certaines montres.

Thomas comme McIlroy avait opté pour ce gadget technologique afin de suivre le rythme de son sommeil, faciliter sa récupération, et mieux programmer ses séances d’entraînements.

Toutefois, je constate qu’un an plus tard, il ne le porte plus. Et là, pas de mystère, si le joueur ne le porte plus, il ne l’utilise plus. Je remarque qu’il en est de même pour Rory McIlroy.

L’intérêt de cet outil réside dans le fait de le porter 24 heures sur 24, et donc de ne jamais l’enlever du poignet, de jour comme de nuit, pendant l’effort ou pendant la récupération.

Dans ce contexte, c’est étonnant de constater que le PGA Tour ait finalement contracté avec Whoop, pour que tous les joueurs portent ce type de capteurs pendant les tournois, et ce, pour permettre aux fans de connaître les données biométriques des joueurs.

Le Whoop Live feature permettra d’afficher les données sur les « replays » en particulier quand les joueurs tapent des coups sous pressions, ou rentrent des putts décisifs.

Les joueurs ainsi exposés pourront faire un don à une œuvre caritative, ce qui suppose que ces informations vont être génératrices de revenus, ou pour le PGA Tour, ou pour Whoop, ou pour les joueurs. Ce point n’est pas clairement explicité.

Il se pourrait que cette information en cache une autre.

Le capteur collecte des données physiologiques qui peuvent vous aider à individualiser des exercices de préparation physique ou des temps de récupération. Il permet aussi de détecter des changements concernant votre taux de respiration (respiratory rate).

En juin dernier, c’est justement une nette augmentation du taux de respiration qui a permis au golfeur américain Nick Watney, membre du PGA Tour, justement présent sur un tournoi de déclencher un test au COVID-19 qui s’est révélé positif.

Le résultat découvert, le joueur s’est exclu de lui-même du tournoi.

Il considère que du fait de l’indication initiale fournie par Whoop, il a été en mesure de protéger les autres golfeurs.

Connaître les données biométriques des joueurs pendant un tournoi peut-elle présenter un intérêt pour les spectateurs ?

Mette un chiffre sur le faciès de Molinari quand aux bords des larmes, il sait qu’il a perdu le Masters ne me semble pas d’une utilité incroyable, et de nature à enrichir notre expérience, mais admettons…

En revanche, je crois beaucoup plus que cette annonce permette aux organisateurs du circuit de contrôler en temps réel les risques de contaminations au COVID-19 de la part des joueurs présents dans une bulle sanitaire

Cela étant, il faudrait encore qu’une étude scientifique vienne confirmer que le capteur permet bien de détecter un changement significatif du taux de respiration, et qu’il soit lié à la présence du virus.

Cependant, dans le cas de Watney, l’information a surtout servi à déclencher un test. C’est le test qui a établi que le joueur était positif.

Sur les autres bénéfices du capteur, comme McIlroy et Thomas, et promis sans se concerter, j’avais moi-aussi arrêter de l’utiliser.

En premier lieu, le budget est tout de même conséquent (300 euros sur un an) pour fournir des informations, qui ne sont pas la mise en place de la solution.

Pour ma part, j’expérimentais de très nombreux troubles du sommeil (réveillé au milieu de la nuit, fatigué, tension). Sur les premières semaines d’utilisation, le capteur m’a effectivement aidé à faire… ce que j’aurai du savoir-faire tout seul : Me coucher plus tôt !

En monitorant mon sommeil, j’ai enfin admis qu’il fallait que je me couche à 10h du soir, et jamais plus tard, pour retrouver une qualité de sommeil à peu près convenable.

Apprendre à décrocher des écrans ! Et miracle incroyable, cela marche.

Décidément, dans cette époque techno, les problèmes de surconsommation d’applications ont des solutions d’applications. Comment vendre du sable à un bédouin ?

Passé cette question de récupération, et de rythme de vie, j’espérais secrètement améliorer mes performances sur le parcours, et notamment en compétition.

Pour cela, l’objectif était d’arriver le jour J à mon meilleur niveau de forme (illustré par un pourcentage de récupération le plus proche de 100%).

D’une part, en qualité de golfeur amateur, cela parait une évidence bête à dire, mais je ne suis pas un golfeur professionnel. Ce qui implique que le dimanche, jour de la compétition, j’ai six autres journées précédentes où j’ai fait autre chose que seulement me préparer à une partie de golf, et notamment travailler.

D’autre part, je n’ai de toute façon pas pu faire assez de compétitions cette année pour vraiment me démontrer l’intérêt du capteur.

Bref, cet outil est surtout utile pour un sportif accompli, et assidu… pour ainsi dire un sportif de haut niveau. Je ne coche pas cette case. C’était présomptueux de croire que je pourrais m’inscrire dans une démarche visant à mieux gérer mes temps de récupérations, et d’entraînements.

En réalité, écouter son corps est déjà un bon indicateur naturel.

Enfin, ce qui m’a achevé d’arrêter d’utiliser le capteur, c’est la mauvaise qualité du bracelet après une utilisation permanente, pendant quasiment un an.

Au bout de quelques mois, le fermoir du capteur a commencé à présenter des signes évidents de faiblesses, au point de ne plus complètement se fermer. Je pense pouvoir me définir comme plutôt soigneux, surtout avec mes affaires pour le golf.

J’ai donc été très déçu par cette mauvaise qualité du bracelet qu’il faut changer.

Le capteur est sous garantie mais sous certaines conditions (1 an) qui me laissent penser que de toute façon, c’est pour ma pomme. Un nouveau capteur coûte au moins 39 euros supplémentaire.

En résumé, ne jouant pas sur le PGA Tour ni même sur un circuit pour golfeur ne jouant pas encore 10 au-dessus du PAR, le niveau d’utilité du capteur est très faible pour un coût finalement exorbitant.

Je ne doute pas que les sportifs, en particulier, ceux qui font du fitness ou de la course à pied, et réellement addict aux données biométriques pourraient y trouver un meilleur intérêt.

S’agissant du PGA Tour, j’imagine que la motivation à utiliser ce capteur est bien plus à aider à la prévention du virus, bien plus qu’à fournir des données relativement intéressantes…

Côté positif, cela m'a inspiré un des articles que j'ai le plus apprécié l'an passé sur le rythme cardiaque à viser pour performer en compétition.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 567
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ralph Lauren, Justin Thomas et la dictature des ré...
Les influenceurs pour les marques de golf sur les ...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.