Que préparent l’USGA et le R&A pour atténuer les augmentations de distances des balles de golf ?

La philosophie essentielle des changements à venir, est que le golf professionnel pourrait devoir changer pour s'adapter aux parcours de golf, et non l'inverse. L’USGA et le R&A ont décrit l’augmentation des distances des balles comme « indésirables et préjudiciables à l’avenir à long terme du golf ». Ils ont annoncé leur intention de développer et d'explorer un certain nombre de solutions pour mettre fin au « cycle continu de distances des balles et de longueurs de parcours de golf toujours croissantes ». Si les instances du golf sont précises sur la mise en place d’une réduction des distances, elles ne le sont pas encore sur le calendrier d’une mise en application.

Découvrez nos formules d'abonnements

Des clubs de golf plus courts, des règles locales, et des changements dans la manière dont l’équipement est testé sont au centre des préoccupations des organes directeurs du golf, alors qu’ils franchissent une nouvelle étape pour essayer de limiter la distance parcourue par la balle.

Les conditions athlétiques sans cesse amélioré des meilleurs joueurs du monde et le conditionnement des parcours font également partie des facteurs contributifs à ces augmentations, mais le R&A et l'USGA se sont engagés à étudier comment ils peuvent lutter contre la tendance qu'ils ont décrite comme « préjudiciable à l'avenir à long terme du golf ».

« Ce problème ne s’est manifestement pas produit du jour au lendemain, et nous ne cherchons pas à le résoudre du jour au lendemain», a déclaré Mike Davis, PDG de l’USGA. « Mais nous cherchons à le résoudre ».

Des appels répétés ont été lancés aux autorités du golf pour qu'elles abordent le problème de la distance, Jack Nicklaus mettant en garde contre la nécessité de « changer la balle de golf », plutôt que de continuer à allonger les parcours de golf, faisant spécifiquement référence à la possibilité d'ajouter de la distance au Par-5, le 13e trou à Augusta National.

À ce sujet, Fred Ridley, Président de l'Augusta National Golf Club, a déclaré « Certes, ce trou ne se joue pas comme il était prévu de le jouer par Bobby Jones et Alister MacKenzie. La décision capitale dont j'ai parlé et dont Bobby Jones a souvent parlé, d'opter pour toucher le green en deux, n'est dans une large mesure plus pertinente ».

Et Fred Ridley poursuit : « Bien que nous ayons maintenant des options pour augmenter la longueur de ce trou, nous avons l'intention d'attendre de voir comment la distance peut être gérée par les organes directeurs avant de prendre des mesures. Ce faisant, nous reconnaissons pleinement que la question de la distance pose des questions difficiles, sans réponses faciles ».

Avant le Masters en 2016, Jack Nicklaus avait déjà déclaré : « Avec la longueur que les gars frappent aujourd'hui, la solution la plus simple est de changer la balle de golf ! Financièrement, tous les parcours ne peuvent pas se permettre d’apporter les changements qu’ils doivent faire pour suivre le rythme de la balle de golf ».

C’est l’observation de Jack Nicklaus depuis de nombreuses années, et ce n’est pas par hasard qu’il a longtemps été le plus grand partisan du recul des performances de la balle de golf, à la fois du point de vue du joueur et de l’architecte du parcours. 

Le rapport du R&A et l'USGA déplore que pour suivre la distance produite par les pros modernes, les parcours de tournois ont continué à s'allonger, soit plus de 6800 mètres dans de nombreux cas.

Les parcours qui ne peuvent pas être assez longs, dont certains d'entre eux sont réputés pour leur conception classique, sont régulièrement maîtrisés trop facilement par les joueurs, et finalement considérés comme obsolètes pour la compétition d'élite.

Voir ces parcours disparaître comme sites de tournois a été une perte pour le golf. Du point de vue de la durabilité, les parcours plus longs sont souvent confrontés à une lutte acharnée pour la viabilité financière. Ils ont une plus grande empreinte, et sont plus coûteux à construire et à entretenir.

Le défi stratégique inhérent à de nombreux parcours de golf peut être ainsi compromis, en particulier lorsque ces parcours ne sont pas, ou ne peuvent pas devenir assez longs pour suivre l'augmentation des distances de frappe des golfeurs qui jouent depuis les tees les plus reculés.

Dans l'ensemble, la tendance vers des parcours plus longs met le golf en contradiction avec les préoccupations sociétales croissantes concernant l'utilisation de l'eau, des produits chimiques et d'autres ressources, les pressions en faveur des restrictions de développement et d'autres utilisations des terres, et la nécessité d'atténuer les effets à long terme d'un changement climatique et environnement naturel.

Ces tendances continues ont également contribuées à créer un accent mis sur la distance, avec l’attente apparente que chaque nouvelle génération de golfeurs frappera une balle de golf encore plus loin qu’auparavant.

Qu'est-ce que le rapport « Distance Insights Project » qui vient d’être présenté par l'USGA et le R&A ?

Les organes directeurs du golf, le R&A et l’USGA, ont publié quelques déclarations indiquant qu’ils recherchaient sérieusement des moyens de lutter contre les distances de plus en plus grandes que les golfeurs professionnels atteignent avec les balles de golf.

Le fait que les joueurs frappent la balle de golf de plus en plus loin est préoccupant pour de nombreuses raisons. Les trous conçus pour tester l'habileté d'un golfeur avec un long fer à la main sont réduits à rien de plus qu'un driver et un wedge, ce qui rend de plus en plus difficile de dénicher les meilleurs, et les plus habiles golfeurs.

Des drivers à grosse tête, de meilleures balles de golf, et la capacité athlétique croissante des golfeurs contribuent tous au problème, et il semble que le R&A et l'USGA le comprennent maintenant.

Ils ont proposé de rechercher deux domaines clés. Le premier est que nous pourrions voir l'introduction d'une règle locale qui peut être mise en œuvre pour permettre à un club de golf ou à un organisateur de tournoi de spécifier un équipement particulier (balles ou clubs) à utiliser au cours d'un événement.

Les organes directeurs du golf évalueront l'utilisation potentielle d'une option de règle locale qui spécifierait l'utilisation de clubs et ou de balles destinées à réduire les distances de frappe.

Le concept est que l'équipement répondant à un ensemble particulier de spécifications de distance réduite, par exemple, une balle qui ne se déplace pas aussi loin, ou un club qui ne frappera pas une balle aussi loin, pourraient être un sous-ensemble défini de la catégorie globale d'équipement conforme. 

Cela pourrait permettre aux comités qui organisent des compétitions de golf ou supervisent des parcours de choisir, par règlement local autorisé, et en vertu des règles du golf, si et quand exiger que cet équipement soit utilisé.

Une telle option de règle locale pourrait être disponible pour une utilisation à tous les niveaux de jeu, et les golfeurs jouant en dehors d'une compétition pourraient également avoir la possibilité de faire ce choix eux-mêmes.

Imaginez le Masters à Augusta National être joué par les meilleurs joueurs du monde avec une balle de golf « Masters spécifique » ?

Les organes directeurs ont dévoilé trois propositions de changements des règles d'équipement de golf, pour assurer leur efficacité aux limites de distance, deux pour moderniser les protocoles de test d'équipement, et une pour limiter la longueur maximale des clubs autres que les putters.

S'exprimant sur leurs recherches et propositions, Mike Davis, PDG de l'USGA a déclaré :

« La recherche menée par Distance Insights montre clairement que les distances de frappe ont constamment augmentées au fil du temps, et si elles ne sont pas contrôlées, pourraient menacer l'avenir à long terme de notre jeu à tous les niveaux et sur tous les parcours de golf sur lesquels il est joué. Il s'agit de la première étape et d'une responsabilité que l'USGA et le R&A partagent avec la communauté internationale du golf, afin de garantir que le golf continue à prospérer pendant les cent prochaines années et au-delà ».

Proposition 1 : Longueur du club. Réduction à 46 pouces disponible en tant que règle locale modèle (MLR). La période de commentaires se termine le 4 mars 2021. 
(La proposition originale date de 2016 et a été suspendue en 2017 en raison du projet Distance Insights).

Proposition 2 : mise à jour sur la méthode de test des balles de golf. La période de commentaires se termine le 2 août 2021.

Proposition 3 : Modification de la tolérance de test. La période de commentaires se termine le 2 août 2021.

Les organes directeurs continueront d'examiner les éléments suivants, conformément au rapport, au cours d'une période d'examen se terminant le 2 novembre :

Réduction de la limite dans la norme de distance standard.

Modification de la limitation de l'efficacité de la balle.

Autres spécifications de la balle (taille, masse).

Réduction des performances des drivers : Longueur du club et dimensions de la tête de club (volume compris).

Changements dans les spécifications de la tête de club sur l'effet de rebond et le moment d'inertie, considérations sur l'utilisation des limites du rayon giratoire « radius of gyration ».

Donner du spin à la balle avec tous les clubs, depuis n’importe quelle position sur le parcours.

Pour être clair, il ne s'agit pas encore de nouvelles règles, mais simplement de sujets de recherche ciblés pour une étude plus approfondie.

Cependant, ils sont les précurseurs de futures proposions de règles.

Au fond, les instances dirigeantes cherchent à mettre en place tous les ralentisseurs possibles, non seulement à une distance plus grande, mais aussi à revenir aux distances d’il y a deux décennies en arrière où pour la première fois, ils ont levé des drapeaux d'avertissement sur la longueur des joueurs de l’élite, c’était en 2002. 

À quoi pourraient ressembler les changements proposés ?

Par exemple, un changement extrême de la règle sur l'effet de rebond (coefficient de restitution) pourrait très bien réduire la distance aux niveaux d'avant 1995, soit plus de 27 mètres de moins que la moyenne actuelle du PGA Tour.

Une réduction de la taille de la tête de club pourrait nous ramener au début du siècle, lorsque les propres recherches du R&A ont montrées que le golfeur moyen envoyait sa balle en moyenne à moins de 180 mètres du tee de départ.

Ou, comme l’a noté le directeur général des normes d’équipement de l’USGA, John Spitzer, cela pourrait être quelque chose de nouveau, comme une exigence de densité pour les balles de golf, qui pourrait les rendre plus légères, ce qui aurait un effet négatif plus important sur les swings les plus rapides.

Cette solution rendra-t-elle votre driver obsolète? Ou celui de Rory McIlroy ?

Cela signifiera-t-il une balle de golf moins performante pour tous les tournois, de l'Open à votre compétition de club, ou même une règle locale réservée aux Masters ?

Cela ne signifie pas que les golfeurs amateurs et les joueurs du Tour doivent s'inquiéter.

Mais tout le monde est averti, en particulier les fabricants d'équipement de golf, que les organes directeurs ciblent tous les éléments spécifiques pour réduire la distance.

« Nous entrons dans la phase de solution du point de vue des normes d’équipement », a déclaré Thomas Pagel, directeur général principal de la gouvernance de l’USGA.

« C'est la première étape pour réengager la communauté manufacturière dans la recherche de solutions possibles pour les défis à long terme auxquels le golf est confronté ».

Cette évolution concerne en fait trois parties : Le jeu d'élite, la durabilité, et le golfeur moyen.

L’annonce est intervenue en même temps que la publication du rapport annuel de distance de l’USGA.

Ce rapport détaille les tendances de la distance parcourue sur les circuits professionnels du monde.

Ce rapport a montré que la distance parcourue sur la plupart des circuits a augmenté au cours de la saison raccourcie de 2020, par rapport à 2019.

Celle-ci comprenaient un gain de 6,3 mètres sur le circuit européen, un gain de 2,8 mètres sur le PGA Tour, et également un gain de 2,8 mètre sur le PGA Tour Champions.

Seul le LPGA Tour a connu une baisse, avec une perte de 5 mètres.

Bien qu'aucune nouvelle donnée n'ait été recueillie sur les golfeurs amateurs en 2020, le rapport indique que la distance moyenne des golfeurs a diminué d'un peu moins d’un mètre depuis 2005 avec 197 mètres.

Donc, toute règle qui signifierait moins de mètres pour les golfeurs amateurs sera une pilule particulièrement difficile à avaler pour certains, et peut-être un argument facile pour les fabricants d'équipement à utiliser contre les organes directeurs.

La durabilité a deux significations différentes et importantes dans ce rapport.

La première est la notion de golf ayant un avenir durable, et c’est clairement important pour les organes directeurs.

Cela nécessite d'aborder des dynamiques, comme celle des distances accrues, qui menacent de rendre le jeu moins agréable pour les joueurs.

La seconde concerne les facteurs environnementaux.

Une distance accrue conduit à des parcours de golf avec des empreintes physiques plus importantes, qui nécessitent plus de produits chimiques et d'eau.

La conservation de l'eau sera particulièrement importante dans les années à venir, donc la réduction de la taille des parcours de golf aidera le golf à rester pertinent à une époque où la rareté des ressources deviendra encore plus critique.

Thomas Pagel a souligné que continuer avec un seul ensemble de règles de jeu pour tous les golfeurs reste primordial : « C'est l'un des grands attributs qui nous lie vraiment au jeu et nous permet de jouer sur les mêmes parcours de golf sous les mêmes règles de jeu, avec le même équipement. Nous pensons que c'est un aspect important de ce que nous faisons ».

Bien que les zones d'intérêt officiellement désignées signifient un coup de départ pour un éventuel changement de règle, il semble prudent de suggérer que tout recul de distance ne se produira pas rapidement.

Ces dernières années, les changements de règles d'équipement ont pris quelques années à être mise en œuvre dans certains cas, tandis que dans d'autres, il a fallu plus d'une décennie pour que l'effet arrive chez les golfeurs amateurs.

Par exemple, le retour en arrière sur les rainures qui a été annoncé en 2008 a nécessité trois ans de recherche, avant qu'un changement de règle ne soit officiellement dévoilé.

Pour la suite, il ne faut pas oublier que tout cela peut être compliqué par de potentiels litiges, des réactions négatives du public, et du manque de soutien de la part des partenaires que l'USGA et R&A, avec qui ils devront négocier.

Il faut également rappeler que les recommandations et les souhaits des organes dirigeants ne sont suivis que par le monde du golf qui les accepte… Et sur la base d’une sorte de poignée de main leur permettant de savoir ce qui est le mieux pour le golf.

Comme l'a dit avec ironie l'ancien directeur exécutif de l'USGA, David Fay : « Nous gouvernons par le pouvoir qui ne nous est pas dévolu… ».

Ainsi, à l’opposé de Jack Nicklaus, Rory McIlroy affirme : « Ils essaient de changer quelque chose qui concerne moins de 0.1% des golfeurs dans le monde. Je pense que le rapport sur la distance a été une immense perte de temps et d’argent, et je pense que cet argent aurait mieux été employé pour créer de nouveaux golfeurs, pour attirer des enfants, et s’intéresser aux minorités ».

De leur côté, les fabricants d’équipements résistent toujours à une réglementation accrue des équipements, et le PGA Tour, dont le produit est en plein essor, ne veulent pas de recul sur la distance.

Le golfeur moyen, comme le définissent, l'USGA et R&A, bien sûr, ne le souhaite pas non plus, lui qui cherche toujours plus de distance, et a tendance à réagir avec mépris à l'expression « la balle va trop loin ».

Pour le moment, il est donc juste de dire que sur la question de la distance, l'USGA et le R&A ont dans l’exercice du pouvoir du golf plus d'adversaires que d'alliés.  

Crédit photo : Icon Sportswire, iStock, The Masters

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 535
  • 3 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Dustin Johnson : Toujours l’homme à battre en 2021...
Brooks Koepka : Quand Monsieur Muscle affine son p...

Auteur

 

Commentaires   

rvanphat@gmail.com
0 #3 retour a la raisonrvanphat@gmail.com 01-03-2021 19:08
beaucoup de golf non pas trouver leur
rentabilité et c est pas en augmentant leur surface qu' ont vas aider leur gestion
et si on fait évoluer le matériel vers le haut de gamme pour arriver a jouer c est rendre encore plus innascible le golf
c est ça qu ont veut ?
plus de distance c est aussi plus de temp a passer sur un parcours =moins de réservation !
il faudrait peut être aussi faire des catégorie de poids ou faire des ateliers de muscu et vente d anabolisant au club
mais ou ont vas ?
gardons la beauté et l élégance de ce sport et laissons aux Batmans les concours de long drives
ccs.ric@gmail.com
0 #2 Rajouter des coups aux pros !ccs.ric@gmail.com 19-02-2021 16:32
Il y a déjà assez de limitations sur le matériel à mon sens. On peut continuer à faire évoluer les règles : le golf a un système de handicap. Un pros joue régulièrement -10 sur un parcours ? Rajoutons 10 coups au départ sur sa carte de score. C'est le système de handicap à réinventer pour les pros !
mhezkia@gmail.com
0 #1 Pffftttttt...mhezkia@gmail.com 12-02-2021 19:14
Franchement, ils n'ont pas autre chose à faire ? Que les professionnels soient concernés, à la limite, pourquoi pas ? Mais le joueur lambda ? Je me fiche complètement de gagner 10 ou 20 mètres avec mon "driver de la mort qui tue et la balle fantastique qui fait tout tout seule" ! Ce que j'essaie, à chaque fois que je joue, c'est de lever correctement la balle et l'envoyer le plus droit possible, et tout cela avec précision. J'essaie de jouer le mieux possible avec des amis, et passer quelques heures le plus sympathiquement possible. Alors les petits problèmes de distance des pros me passent complètement au-dessus. Mc Illroy a complètement raison. Est-ce que les 99,99% des joueurs veulent des règles spéciales, avec du matériel spécial, des balles spéciales suivant les endroits où ils jouent ? La seule question qui reste valable pour l'élite des joueurs que sont les professionnels : Est-ce qu'aujourd'hui, les pros nous font autant rêver qu'avant ? Je regrette les Ballesteros, Nicklaus, Palmer, Payne Stewart, Tom Watson, ils étaient d'une autre classe. Ce sont des problèmes de pros. Tout cela me laisse sceptique. Les instances golfiques on déjà fort à faire pour garder les innombrables joueurs qui abandonnent le golf la première année, c'est ça le vrai combat d'avenir, à mon avis.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.