Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

US PGA Championship 2019: Koepka seul sur sa planète!

Après deux tours joués en 63 (record) et 65, l’américain Brooks Koepka se retrouve seul en tête du second majeur de l’année 2019, avec sept coups d’avances sur son plus proche poursuivant. A 12 coups sous le par en seulement deux tours, il n’est plus en bataille qu’avec lui-même pour remporter ce majeur, et conserver son titre. Le Black Course de Bethpage ou le reste du champ des joueurs, dont Tiger Woods, n’ont pas intimidé le meilleur joueur en majeur depuis deux ans.

Découvrez nos formules d'abonnements

Depuis Harry Cotton en 1934, Brooks Koepka est devenu le second golfeur de l’histoire à compter sept coups d’avances en tête d’un majeur, et seulement après deux tours. Cette comparaison suffit à elle-seule pour expliquer la domination du protégé de Claude Harmon.

Bien qu’en matière de golf de haut niveau, il soit plus prudent d’attendre que la balle rentre dans le dernier trou du dernier jour, il ne fait plus guère de suspense que Koepka va remporter cet US PGA Championship, disputé près de Farmingdale, dans l’Etat de New York.

Déjà titulaire de deux US Open (2017 et 2018), et un US PGA (2018), Koepka est en train de démontrer à quel point, il domine de la tête et des épaules ce format de compétition, à savoir les Majeurs hors Masters disputé sur le sol américain.

Censés être les tournois les plus difficiles au monde, avant chaque épreuve, l’USPGA a beau jeu d’annoncer que les parcours ont été préparés d’une façon terrible pour les joueurs, ce qui a conduit par exemple à des cas extrêmes, comme l’an passé à Shinnecock Hills pour l’US Open, et pourtant, Brooks Koepka continue de déjouer avec régularité tous les pièges pour rendre des cartes de scores hallucinantes.

Encore quelques années en arrière, il était relativement vexé que la presse américaine ne lui témoigne pas un plus grand intérêt, et ce, malgré ces performances déjà très significatives.

Aujourd’hui, il ne peut plus échapper à personne qu’il est dans cet exercice le meilleur joueur du monde, irrattrapable et seul sur « sa planète ».

Pour le public français, c’est presque étonnant quand on sait les difficultés qu’il a eu à trouver les fairways du Golf National pendant la dernière Ryder Cup, pourtant, aux USA, sur des parcours qu’il connaît davantage, devant son public, dans son « atmosphère », et face aux meilleurs, Koepka arrive à atteindre un sommet golfique que peu de golfeurs sont capables d’atteindre.

Koepka n’est pas Tiger Woods. Cependant, il est en train de réaliser des performances golfiques « Tigeresques » qui méritent d’être décryptées, car à un tel niveau d’excellence, cela pose question pour savoir au moins « comment fait-il ? ».

En sortant du 18 vendredi, après un deuxième score de 65, presqu’aussi exceptionnel que celui de la veille, où il avait frappé très fort avec un premier 63 record à Bethpage, Koepka a sans doute lâché pour impressionner la presse, et par effet rebond les autres joueurs « Je ne tape pas la balle aussi bien qu’il y paraît ».

Ainsi, il a emmené son coach Claude Harmon, et son caddie Rickie Elliott pour une séance de practice supplémentaire de 30 minutes.

Koepka, 29 ans, est déjà un golfeur expérimenté qui sait que dans ce type de tournois, le mental est déterminant.

Il a déjà disputé plus de 22 majeurs depuis 2012. Jusqu’à cette année à Augusta, il n’y avait guère qu’au Masters où il ne s’était pas rapproché de la victoire.

Effectivement, la première performance de Koepka a bien été de rendre une carte historique de 63 dès le premier jour pour frapper fort d’entrée, mais la seconde performance a été de maintenir un rythme quasiment aussi élevé sur le second tour, ce qui est généralement très difficile pour la plupart des joueurs.

A Augusta, un mois plus tôt, Koepka avait déjà tenté de nous écrire cette histoire. Il avait réalisé un très bon démarrage, avant de connaître un second tour plus difficile.

La veille de ce second tour, il avait d’ailleurs tout à fait conscience de cet enjeu qui l’avait déjà privé de gagner le Masters.

Il avoue donc avoir bataillé vendredi pour ramener un deuxième score excellent.

Leader pour les coups gagnés du tee au green, Koepka est tout simplement le meilleur joueur du champ engagé à Bethpage.

Quatrième pour la distance au drive avec plus de 307 yards de moyenne, sa stratégie du Low cut à la place du power fade porte complètement ses fruits.

Vendredi, il a encore touché 10 fairways sur 14, et derrière 15 greens sur 18. Il a fait mieux que jeudi dans ce domaine !

Dire qu’il considère ne pas avoir bien tapé la balle, ce qui semble surtout un moyen de communication pour intimider d’éventuels poursuivants, et tuer dans l’œuf toute forme d’espoir.

A ce stade de ce second majeur de la saison, la vérité, c’est que Koepka n’est plus en lutte qu’avec lui-même pour gérer ou accentuer son avance.

Depuis l’US PGA Championship 2016 que Koepka a terminé à la quatrième place, en majeur, il cumule 67 coups sous le par, soit 24 coups de mieux que tout autre joueur en majeur, et sur cette même période.

Déjà vainqueur de trois majeurs sur ses cinq victoires en carrière, Koepka semble bien sur une autre planète.

L’explication de Claude Harmon qui justifie cette aisance incroyable ne semble pas suffire « Il aime jouer sous cette pression. Il a appris à travers son expérience. »

Jouer sous pression, tous les meilleurs golfeurs du monde connaissent cette situation.

Koepka n’est pas seulement bon ou meilleur que les autres pour dominer la pression.

Interrogé sur sa perte de poids en début de saison, sous-jacent, allait-il taper moins fort, Koepka a surtout développé un swing depuis le tee de départ pour ne pas tomber dans les pièges d’un tournoi majeur.

Il est peut-être suffisamment dominant dans ce compartiment du jeu, pour prendre l’avance dont il a besoin sur les autres joueurs, et dans les autres compartiments du jeu, alors qu’il est lui-même très complet.

Ce qui est très étonnant avec lui, c’est qu’il se dépasse en majeur. Sur l’ensemble d’une saison, il n’est pas nécessairement le meilleur joueur du tee au green.

En 2019, il n’est pour l’instant que 31eme pour les coups gagnés et leader dans aucun compartiment du jeu de golf.

En revanche, il sait l’être en majeur et pendant quatre tours, comme si son principal point fort était la gestion des pics de formes au meilleur moment.

Pour l'instant, la vérité, c'est que le secret de Koepka pour autant magnifier son jeu sur les majeurs est bien gardé. 

Crédit photo : Rich Graessle/Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 435
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
The Stadium Concept : La solution pour rajeunir la...
US PGA Championship 2019: La force de Koepka enfin...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.