Posté par le dans Actus marques

Tracy : Quand l’intelligence artificielle vous donne un cours de golf

Les développeurs aiment souvent donner des noms de femmes à des innovations ou des nouvelles fonctions à base d’intelligence artificielle. Est-ce qu’ils imaginent seulement s’adresser à des hommes ? Une évocation féminine est-elle plus rassurante ? Tracy est la toute dernière invention de Trackman pour aider les golfeurs, et les golfeuses, à progresser plus rapidement, et peut-être mieux comprendre leur swing. Nous avons acheté la dernière licence pour tester Tracy. L’intelligence artificielle peut-elle vraiment remplacer un professeur de golf ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Pour Trackman, le lancement en 2020 de Tracy, la nouvelle intelligence artificielle du célèbre « launch monitor » marque une nouvelle ère pour les technologies dans le sport.

Spécialiste de la mesure, et la collecte de données pour le golf, Trackman était convaincu du bien-fondé de l’intelligence artificielle, et même de sa capacité à révolutionner la relation entre le coach, et l’élève.

Ce premier précepte permet déjà de relever que Trackman ne souhaite pas que son outil seul remplace un coach de golf, et pourtant Tracy a bien pour fonction d’orienter le joueur sur les points à améliorer pour mieux performer.

Présenté pour la première fois au PGA Show à Orlando en janvier dernier, depuis Tracy a été assez peu documenté ou l’objet d’articles de presse, ou même de commentaires de la part des coachs de golf, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe.

Le COVID est sans doute passé par là… Toutefois, c’est à se demander si l’intelligence artificielle Made By Trackman n’aurait pas un peu intimidé son monde ?

Concrètement, au-delà des termes savants, Tracy est surtout un outil intégré dans le logiciel Trackman qui a besoin que vous tapiez au moins 6 coups de golf avec un même club, pour analyser vos tendances, et en déduire des axes de progrès possibles.

Tracy se baserait sur 500 millions de coups de golf déjà enregistrés avec un Trackman (le compteur tourne toujours) pour alimenter son « intelligence », et ainsi vous prodiguer un conseil vraiment adapté.

L’objectif de Trackman : Vous aider à maximiser votre plaisir, et surtout votre progression.

Ce faisant, et bien que Trackman s’en défende, il n’y a qu’un pas pour imaginer qu’un golfeur avec un Trackman n’aurait plus besoin d’un professeur de golf.

Le fabricant veut justement rassurer sur ce point.

Tracy est aussi un outil important pour un coach, car si l’outil relève les données, et fixent des aires de progrès. Il appartiendrait toujours à l’expert de dire comment le joueur peut progresser.

En résumé, Tracy serait une sorte de « quoi faire » quand le coach conserverait le savoir du « comment faire ».

Au coach de montrer la voie pour atteindre les recommandations de Tracy.

Pour Trackman, ce procédé mettrait immédiatement et surtout en avant la plus-value de l’expert.

Tracy pourrait être de cette façon une assurance pour le joueur, de ce qu’il faut travailler pour progresser, et viendrait en renfort visuel et irréfutable du discours du pro.

Concrètement, sur votre tapis de practice, Tracy vous demande de taper quelques coups (environ 6) pour ajuster les données, et ensuite, une fois prête, elle vous donne des objectifs d’améliorations à atteindre, soit par rapport au type de trajectoire, soit par rapport à une distance ou de la dispersion.

L’intérêt de cette intelligence artificielle serait d’être unique pour chaque joueur. 

Pour fonctionner, Tracy dessine alors une sorte de « couloir virtuel » dans lequel la balle rentre ou sort.

La machine prend en compte le niveau d’expérience du joueur, ce qui détermine le niveau de tolérance du « couloir », sa largeur.

Un débutant obtiendra des recommandations sur une base plus facile qu’un golfeur à un chiffre.

Pour l’avoir testé, je confirme que cela ne remplacera pas la relation élève-coach.

Effectivement, l’outil n’a pas la capacité ou encore l’intelligence de traiter la question importante du « comment faire ».

En revanche, sur le « quoi faire », Tracy ne fait finalement que matérialiser d’une manière directe, ce que l’on pouvait comprendre de manière plus ou moins rapide avec les données déjà fournies par le radar, et surtout si on est familier des données.

Prenons un exemple…

Si Tracy détecte que vous envoyez trop de balles à gauche ou à droite, l’intelligence artificielle qui a accès à toutes vos données, peut rapidement en déduire que vous avez (par exemple) un problème d’alignement de la face à l’impact.

Elle peut aussi déduire que cela vient du chemin du club ou du fait de taper en-dehors du centre de la face…

Admettons l’exemple de la position de la face à l’impact.

Passé les quelques coups pour faire un diagnostic, vous avez le choix d’arrêter là l’expérience, ou au contraire, de suivre Tracy, et notamment d’appliquer les exercices qui vous sont suggérés.

Dans notre exemple, Tracy vous fixe comme objectif du « quoi faire », à savoir « réduire » vos écarts de positions de faces à l’impact dans un champ compris entre 0 et +2 degrés d’ouverture de la face (valeur donnée en exemple).

De là, vous tapez de nouveau des coups qui sont comptabilisés, les uns après les autres, pour essayer de rester dans les valeurs demandées par l’intelligence artificielle, et pour taper plus droit.

Pour Trackman, le premier gain serait de vous aider à vous concentrer sur un travail technique précis, et de ne pas vous disperser, à chercher pleins d’objectifs différents, et finalement une forme de confusion.

Premier commentaire… Pour un utilisateur régulier du Trackman, et connaisseur des données, il n’y a là rien de vraiment extraordinaire.

Si vous tapez 6 coups de golf, et que vos balles partent dans une direction inopinée, vous avez justement toutes les données pour comprendre ce qui ne va pas.

Tracy est dans ce cas superflue ou plutôt une manière plus ludique de présenter… des données déjà existantes.

Vous dire de taper des balles droites en vous focalisant sur un objectif (le quoi faire) n’est effectivement pas nécessairement le début de la solution (à savoir le comment faire).

C’est plus un mode d’entraînement.

Au final, si pendant quelques instants, vous trouvez le concept intéressant et même amusant, ce n’est pas encore suffisant pour crier au génie.

En revanche, c’est un bon moyen d’être encore plus expérimenté dans l’usage du Trackman, et surtout la compréhension des liens de causes à effets, entre une donnée de votre swing, et le résultat dans le vol de la balle.

En fin de compte, est-ce que cela remplace le coach de Golf ?

Oui, pour celui qui avait déjà remplacé le coach de golf en travaillant déjà seul avec un Trackman.

Cela concerne en réalité très peu de personnes, et encore peut-être à peine Tiger Woods…

Non, si votre problème n’est pas le quoi faire, mais bien le comment faire.

De mon point de vue, Trackman pourra parler véritablement d’intelligence artificielle ou de game changer, le jour où Tracy ira justement encore plus loin, et ne vous fixera pas seulement des objectifs, mais vous fournira un chemin pour atteindre la performance optimum, et donc traitera le « comment faire ».

Le hic, c’est qu’il ne faut pas oublier qui sont ses clients.

De nos jours, seuls les enseignants de golf sont capables d’investir plus de 15 000 euros dans un tel équipement.

Leur proposer un outil qui pourrait les remplacer ne semble pas à première vue, la chose la plus pertinente à faire…

L’usage de Tracy n’est donc pas nécessairement à imaginer seulement dans une relation élève-coach.

Projetons-nous dans l’exemple d’un centre de golf indoor équipé d’un ou plusieurs Trackman…

A la location, le golfeur pourrait venir s’entraîner, et activer la fonction Tracy pour s’auto-coacher sans un expert à ses côtés. C’est finalement peut-être là le véritable et bel intérêt de Tracy.

Donner quelques guides techniques à des golfeurs occasionnels, et qui ne seraient pas encore très pointus dans la compréhension du vol de balle, et des données. Tracy pourrait alors agir en facilitateur du language… Trackman.

En conclusion, Tracy est une sorte de cerise sur le gâteau, mais avant d’accéder à la cerise, le plus important, c’est le gâteau.

Pour Trackman, c’est en revanche une belle manière de faire évoluer son produit, de maintenir de l’intérêt autour de lui, et de continuellement se positionner comme un leader d’innovation par rapport à ses concurrents.

Pour l’enseignant, c’est plutôt une manière de communiquer, et de présenter des objectifs à un élève avec la possibilité de lui montrer plus concrètement où il en est par rapport à l’optimum imaginé.

Crédit photo : Trackman Golf

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 189
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Pour être le meilleur golfeur du monde : Il faut d...
Après 5 mois sans jouer, où en est Tiger Woods ?

Auteur

 

Commentaires   

mhezkia@gmail.com
0 #2 Machines...mhezkia@gmail.com 28-07-2020 10:31
Citation en provenance du commentaire précédent de :
Article intéressant.
Je trouve que c'est bien vu la différence entre quoi faire et comment faire...
Rien ne peut remplacer le "bon" coach de golf... de mon point de vue.

Tout à fait ! Et heureusement, non ? Notre sport préféré nous amène beaucoup de contacts humains, et c'est ce que nous aimons. Les machines, ok, mais pas pour remplacer les humains... Beaucoup d'entreprises s'en chargent déjà à mon grand regret, mais c'est une autre histoire.
bernard.pellegrin@wanadoo.fr
+1 #1 Tracybernard.pellegrin@wanadoo.fr 26-07-2020 12:14
Article intéressant.
Je trouve que c'est bien vu la différence entre quoi faire et comment faire...
Rien ne peut remplacer le "bon" coach de golf... de mon point de vue.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.