Posté par le dans Actus marques

Test du driver Wishon 11° 919 Thi

un driver de golf Wishon très performant

Alors que beaucoup d’amateurs de golf sont orientés vers Callaway, Cobra ou PING pour leur driver, et parmi les marques les plus connues, une autre alternative existe, peut-être aussi performante, si ce n’est plus, la 919 Thi produite par Wishon en… 2008. A l’heure où chaque année, les marques les plus puissantes du marché annoncent à grand renfort de publicité, une sorte d’Euréka, une conception de driver datant de plus de dix ans peut-elle non seulement rivaliser, mais pourquoi pas battre des têtes plus récentes, et dont certains pourraient penser avec une décennie de technologies, et d’innovations en plus ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Phénomène intriguant, si vous cherchez en ligne des informations sur la tête Wishon 919 Thi, vous serez peut-être surpris de constater que très peu de médias de golf ou d’influenceurs, les nouveaux relais de communication des marques, vous feront l’article concernant ce produit. Est-ce parce qu’il n’y aurait pas justement de perspectives de budget de communication ?

La marque Wishon est en réalité le fruit du travail d’un des plus célèbres clubmaker au monde, un homme aux antipodes de l’industrie, et ses « game changer » à tout va. Il s’agit de l’américain Tom Wishon, auteur de plusieurs livres dont déjà paru en 2010 « Les 12 mythes qui pourraient ruiner votre jeu de golf »

Homme clivant, il a ses fans parmi la communauté des golfeurs sensibles au clubfitting, et ses détracteurs plutôt du côté des marques traditionnelles, qui bien entendu sont en fait visées par les propos d’un homme, qui ne veut pas céder aux sirènes du marketing, alors qu’il opère dans le domaine du golf depuis fort longtemps.

Au-delà de monter des clubs depuis le début des années 70, Wishon aurait conçu lui-même plus de 300 têtes de clubs, du driver jusqu’aux wedges, en passant bien entendu par les fers.

Il défend fermement l’idée qu’un golfeur ne pourra pas tirer son plein potentiel d’une série standard non-ajustée, versus des clubs justement adaptés au joueur ou à la joueuse.

Pour ma part, je n’ai découvert cette marque que très récemment, et justement à l’occasion du test du driver 919Thi, et sans doute aussi comme beaucoup de golfeurs et golfeuses au niveau amateur, trop influencés par le marketing des marques.

Quelque part, ce n’est pas juste de présenter régulièrement les grandes marques, et de ne pas s’intéresser à Wishon, il vous appartiendra de vous faire votre propre opinion.

Le premier élément clé à retenir à propos du driver 919Thi, ce n’est pas une promesse technologique, mais une réalité technique et utile.

Fruit de l’imagination d’un clubfitter, le 919 Thi pourrait bien être le driver de golf le plus ajustable du marché, et en fonction de chaque joueur.

C’est notamment la résultante d’un hosel qui peut se tordre dans plusieurs positions, et jusqu’à quatre degrés dans toutes les directions. Aucun autre driver dans les grandes marques ne peut proposer cette option pourtant pertinente quand il s’agit d’adapter une tête, au swing atypique d’un golfeur amateur au swing imparfait…

Combien d’amateurs ont réellement la chance de déplacer le driver selon un plan de swing idéal ? avec une tête parfaitement square à l’impact ? et en capacité de centrer parfaitement la balle dans la face ?

C’est un drôle de paradoxe, la tête Wishon 919 Thi pourrait bien être la solution qui pourrait s’adapter à l’immense majorité des amateurs, et pourtant, c’est une immense minorité qui connaît ce produit et ou l’a testé.

L’angle de la face peut donc être ajusté de plus ou moins quatre degrés, et de même que le lie peut être modifié de la même valeur. Cela dit, pour y parvenir, il est préférable de faire appel à un clubfitter qualifié, et équipé des bons outils.

Cependant, pour un golfeur ou une golfeuse, est-ce un bénéfice produit suffisamment parlant, d’autant que les autres marques ne l’ayant pas, elles n’en parlent pas…

Si justement, vous n’êtes pas sensible à cette bonne dose de clubmaking, alors un autre élément aussi spectaculaire pourrait plus encore retenir votre attention : Le smash factor !

Chaque année, les nouveaux drivers sont censés aller plus loin, et pourtant, un golfeur un peu observateur pourra constater que ce n’est pas vraiment le cas, sauf à changer des paramètres comme la longueur du manche ou justement optimiser le club à travers un fitting…versus un club non-optimisé.

Pourtant, le principal indicateur mis en avant est bien le smash factor, soit le ratio entre vitesse de swing, et vitesse de balle générée à l’impact.

La conception d’une tête de driver peut agir directement sur ce rendement. Quand Callaway parle d’intelligence artificielle, Ping de turbulettes ou Cobra d’une fibre de carbone moins épaisse, le driver Wishon qui date de 2009 est une conception simplement basée sur un moment d’inertie élevé, et une face plate sur l’axe vertical, donc sans « roll », qui permet un angle de lancement plus homogène, quelque soit l’endroit où on frappe pour un angle d’envol plus régulier.

Autrement dit, si vous sélectionnez un driver de 11 degrés de loft, en haut, au centre ou en bas, le loft est toujours de 11 degrés, ce qui n'est pas le cas sur les autres drivers qui au contraire, présentent du roll, et donc des différences de lofts selon si on tape en haut ou en bas de la face.

Toutefois, cette tête Wishon a bien du "bulge" (arrondi de la face au niveau latéral pour les frappes en pointe ou en talon).

On va le voir dans la suite avec l’essai du club, mais le plus gros point fort du 919Thi, c’est justement donc un smash factor plus facilement proche de 1.50 de rendement, ce que les autres marques ne peuvent pas dépasser, et parfois donner moins, car justement, la forme de la tête, son poids, ou le dessin de la face n’est pas autant adapté à un golfeur amateur qu’il devrait y paraître.

Toujours en s’intéressant au détail, Wishon a créé un des drivers qui donnent le plus de rendement du marché, ne serait-ce que parce que la tête pèse 202 grammes, quand les têtes des autres marques ne pèsent que 195 ou 198 grammes.

La question du poids d’une tête de driver est stratégique. Non seulement quand on modifie son grip ou la longueur du manche, il est intéressant de comprendre le swing weight total de son club, pour soit préférer un club plus lourd en tête ou plus lourd dans les mains.

Pour ma part, je n’utilise pas un driver Wishon, et j’ai tout simplement alourdit la tête de mon driver avec du ruban de plomb. Le driver Wishon n’est donc pas la seule solution quand on préfère swinguer une tête plus lourde.

Ceci dit, pendant le test, effectivement, la propension de chance de taper près du maximum possible du coefficient de restitution est assez élevé.

Sur 25 balles tapées, j’en ai décentré plusieurs, n’étant pas un professionnel, mais j’ai tout de même approché sans trop de difficultés 1.48 de moyenne avec plusieurs balles au maximum possible.

Quoi que l’on puisse penser de la tête Wishon, le rendement est au rendez-vous, et cela ne pourra jamais être un argument où on pourra le prendre en défaut. C’est d’ailleurs l’argument qui fait très mal pour les marques de matériel qui fondent leurs ventes sur le marketing. Elles sont contraintes par la législation, et ne peuvent donc pas aller au-delà de la limite autorisée s’agissant du coefficient de restitution. Le 919Thi de 2009 n’est donc pas ringardisé ou amoindri en performance par rapport aux têtes récentes.

Le produit que j’ai testé a été légèrement restylé au cours des dernières années, sans pour autant en changer les caractéristiques principales.

En revanche, la recherche d’authenticité à ce sujet doit me pousser à concéder qu’il ne s’agit pas de la plus belle tête du marché, au contraire d’une Cobra RadSpeed ou d’une Callaway Epic.

Les marques contrebalancent l’absence d’améliorations significatives de la performance, par un design beaucoup plus fouillé, et plus sexy. Au golf, les yeux, cela compte aussi beaucoup.

S’agissant du test, j’ai donc pu tester une tête 11 degrés de loft sur un manche regular, le KBS TD Tour Driver 60 Category 3 d’une longueur de 44,75 inches, d’un poids de 60 grammes, équilibré en D3, notamment avec une tête portée de 202 à 208 grammes.

Ce choix m’a été proposé par un clubfitter, en l’occurrence Xavier Bretin de Golf Optimizer, sachant qu’en France, et notamment pour les Parisiens, André Thaon d’Arnoldi, GolfNSwing, défend lui aussi cette marque, et de longue date.

Au départ, j’ai été surpris par le loft, car pour ma vitesse de swing, un loft autour de 9 degrés m’aurait semblé plus adapté.

Le test m’a montré qu’avec loft dynamique entre 14 et 15 degrés, finalement, surprise, le choix du 11 degrés pouvait se valider sans entraver la performance, et la distance en particulier.

Si au cours de l’essai, j’ai bien entendu manqué des coups, la tête n’étant pas encore ajustée parfaitement pour mon swing (il s’agissait pour ma part d’une première prise de contact), ci-dessus, sur plus d’une vingtaine de drives, la moyenne de smash factor a facilement atteint 1.47 dont plusieurs drives à 1.50, ce que je ne reproduis pas systématiquement avec des drivers d’autres marques.

Bonne surprise importante, pour un driver proposant un moment d’inertie élevé, le spin n’a pas grimpé en flèche, ce qui permet justement d’atteindre une distance importante, en comparaison de la vitesse de swing déployée.

Ce graphique illustre le fait que je n’ai pas centré parfaitement les balles, et malgré tout obtenu un smash factor élevé.

Ci-dessus, une des balles tapées parfaitement au centre, le smash factor explose avec un spin idéal pour une distance qui pourrait difficilement être plus élevée.

En consultant le mode « Optimizer » du Trackman 4, belle surprise pour moi, sans avoir particulièrement ajusté le club (il aurait été intéressant de bouger le lie), je peux constater que toutes les valeurs sont déjà dans une bonne plage pour optimiser la distance. La base de départ est donc plutôt bonne.

En conclusion, cette première prise de contact avec le driver Wishon révèle qu’il faut bien faire attention au discours parfois trop enthousiaste de certaines marques sur des performances supplémentaires, et qu’à contrario, des produits de conception plus ancienne, mais bien pensés à l’origine, peuvent apporter un niveau de performance déjà très élevé.

A retenir, la force du driver Wishon 919Thi, c’est bien le fait de pouvoir l’ajuster notamment au niveau du lie et de quatre degrés, ce qu’aucun autre driver n’est susceptible de pouvoir accepter.

Pour le coup, c’est un argument technique pertinent pour s’ajuster à des swings atypiques, et non pas un argument marketing qui ne repose sur rien d'utile ou réaliste pour un golfeur amateur.

Précision : Sur les photos, la vis apparente sur le shaft est liée à un produit d'essai, et n'est pas présente sur le produit finalement vendu au golfeur. Elle permet simplement, au cours d'un fitting, de changer rapidement de shaft.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 590
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Quels sont les facteurs clés de la création de vit...
Séries de fers Japonaises pour le golf : Prix, mei...

Auteur

 

Commentaires   

golfnswing@gmail.com
0 #2 Ce que cela veut diregolfnswing@gmail.com 13-12-2021 22:15
L'excellent article de Laurent Agostini, mériterait toutefois une correction pour ce qui est du roll des têtes 919 Thi qui est faible mais non nul, et omet de préciser que les remarquables smash obtenus proviennent avant tout de faces à épaisseur variable et "cup face" qui tirées à beaucoup moins d'exemplaires que celles des "grandes marques", sont beaucoup plus contrôlées tout au long du processus de fabrication et , de ce fait, présentent beaucoup moins de variation de leur COR.
Mais, au delà de ces éléments, ce que cet article met en évidence,c'est bien que l'objectif des "grandes" marques n'est aucunement l'amélioration du jeu des golfeurs mais le renouvellement permanent de leur matériel. Alors que Tom Wishon, et les clubmakers qui le suivent montrent, par durée de vie des produits et des clubs qu'ils assemblent pour leur clients , que leur priorité absolue est, précisément cette amélioration.
Ainsi, combien de fois ne m'est il pas arrivé
de dire, après tests chiffrés surTrackman, à des golfeurs venant avec leur driver 919 Thi datant de plusieurs années, et envisageant d'en changer, interpellés qu'ils sont par la publicité des "grandes" marques : "mais, regardez, vous êtes dans l'optimum possible compte tenu des caractéristiques de votre swing, notamment sa vitesse; sauf à aller tous les jours à la salle de fitness et à modifier profondément votre swing, ce qui est rarissime, vous n'obtiendrez pas mieux."
Et je tiens à préciser, ici, que l'optimum, ce n'est pas une opinion ou des beaux discours, ce sont des chiffres bien précis qui le définissent , et que Trackman met en évidence : vous l'obtenez, ou vous ne l'obtenez pas...
golfnswing@gmail.com
0 #1 Pour en finir avec les boniments...golfnswing@gmail.com 06-12-2021 19:10
Comme le dit Tom Wishon, qui a pourtant produit cette exceptionnelle tête de driver :"ce qui compte le moins, dans un driver, c'est la tête !"
C'est exact, car pour ce qui est des têtes, elles sont toutes bonnes , même si, dans sa modestie, Tom Wishon, n'insiste pas sur la qualité exceptionnelle de ces faces à épaisseur variable et "cup face", au roll (courbure verticale) très réduit, ce qui favorise un angle d'envol plus constant et aux possibilité d'équilibrage uniques.
Mais alors, qu'est-ce qui compte le plus? Et bien, c'est le réglage : longueur, lie, loft, angle de la face, poids, shaft, équilibre et grip. Et cela, seul un clubfitter / clubmaker professionnel saura l'adapter, en partant de zéro, et pour chaque golfeur en particulier.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.