Posté par le dans Golf en France

Quelles solutions à tester pour préserver les golfs des dérèglements climatiques ?

Dans la première partie de notre dossier consacré aux conséquences du réchauffement climatique sur les golfs en France, nous avons posé le sujet, présenté l’avis tranché d'un Greenkeeper, et amorcé le débat entre deux membres de notre rédaction, avec des visions très différentes. Dans ce second sujet, explorons les solutions explorées ailleurs, dans d’autres pays confrontés au même problème de dérèglement climatique, et des pistes de solutions ou de difficultés à dépasser...

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule

Le golf est principalement une activité de loisir. Le golfeur vient chercher du loisir. C’est une pratique accessoire dans son emploi du temps, même si passionnelle. Il peut donc arbitrer son plaisir avec la qualité des terrains qu’on lui propose.

Pour rappel, en 2013, sur son site, l’association des directeurs de Golf français (ADGF) rappelait « Il est bon de rappeler régulièrement certaines évidences. Ainsi, le golf se joue sur du gazon, un tapis végétal naturel et ras composé de graminées. Sans un gazon adapté, il n’y a point de jeu de golf, ou en tout cas, il n’y a pas un management rationnel des différentes surfaces de jeu. »

Cette vision nous paraît être en adéquation avec les attentes des consommateurs, qui ne sont pas si irresponsables, et des exemples de parcours verts toute l’année existent bel et bien… 

A lire ou écouter certains acteurs, on pourrait croire que depuis 2013, et confronté à des impacts climatiques plus marqués, le point de vue de la filière aurait changé, maintenant que nous sommes réellement confrontés à des conditions climatiques plus dures. Ce n’est pas une affirmation, mais véritablement une question… 

Une autre vision est-elle possible ? Celle qui consisterait à anticiper, à changer, et en fait s’adapter ? 

Dans le cadre de la rédaction de ce sujet à plusieurs mains, mobilisant Christian Agostini, Rédacteur JeudeGolf installé à Rennes, et Laura Kaslin, rédactrice JeudeGolf à Lyon, nous avons donc interrogé un spécialiste, un architecte de golf, Patrice Boissonnas qui rappelle lui-aussi que l’enjeu principal pour s’adapter aux changements climatiques est d’avoir un gazon qui résiste davantage aux périodes de sécheresse. 

La problématique soulevée est, selon lui, avant tout liée au type de gazon utilisé.

Il nous explique que certains golfs opèrent une conversion de flore, passant de gazon à graminées très gourmandes en eau, à des graminées plus résistantes au manque d’eau.

Cette méthode permettrait une meilleure qualité de gazon toutes saisons confondues.

Pourtant, comme Jean-Louis Mignon, il ajoute qu’il y a également une culture à développer chez le golfeur. « Il faut éduquer les golfeurs à accepter des gazons par forcément comme ils les voient à la télé, jaunis l’été ou même dégradés. Il faut accepter de jouer sur des gazons de moins bonne qualité, et même arriver à l’apprécier. »

Arriver à l’apprécier ?

Est-ce qu’il n’y pas une meilleure hypothèse pour demain ?

Et justement, quelles sont les solutions étudiées ailleurs ?

Le choix de l'herbe utilisée sur les parcours de golf diffère d'une région à l'autre, en fonction de la façon dont cette herbe résistera à la chaleur ou au froid.

Avec le réchauffement climatique, sous nos climats continentaux, il serait simpliste d’imaginer qu’il suffirait d’utiliser une herbe qui a fait ses preuves dans des pays déjà beaucoup plus chauds, comme par exemple les pays du Moyen Orient.

Oui, mais…

Parmi les herbes de golf les plus éprouvées et les plus connues, l'herbe « Bermuda » est utilisée dans les régions chaudes.

L'herbe des Bermudes résiste à la chaleur, peut être tondue courte, se répare rapidement, et résiste à la sécheresse.

Le problème, c’est que l'herbe « Bermuda » meure par temps plus froid, et ne peut donc pas être une solution, à la fois pour les étés caniculaires, et les hivers rigoureux.

Il y a bien cependant un compromis possible : En hiver, le ray-grass vivace est utilisé pour sursemer, jusqu'à ce que les herbes Bermuda se remettent de l'hiver.

Ci-après, Christian nous présente quelques exemples de golfs confrontés à des problèmes environnementaux majeurs, et les solutions qu’ils ont mis en place…

Belas Clube de Campo, est un parcours de golf de 18 trous situé au Portugal.

Ce pays est régulièrement sujet à la sécheresse, et de l'avis des experts en durabilité de la Golf Environment Organisation (GEO), il est parmi les plus innovants en matière de gestion de l'eau.

En effet, comme l'explique Jonathan Smith de GEO, ce parcours de golf avec ses 55 hectares avec vue sur la montagne et 20 hectares de bois, excelle dans le recyclage, et la réutilisation de l'eau pour l'irrigation.

En Asie, un autre golf respectueux de l'environnement est le Jockey Club Kau Sai Chau Public Golf Course, à Hong Kong… c’est justement l'un des golfs les plus appréciés au monde.

Ici, tous les employés sur le terrain ont reçu une formation stricte sur l'élimination des pesticides, la gestion et la réduction de la consommation d'eau, les économies d'énergie et la planification environnementale.

Autre exemple, le Sentosa Golf Club à Singapour a remporté le prix du meilleur club de golf du monde, lors des World Golf Awards, notamment pour son l'engagement envers la durabilité environnementale.

En 2007, il a subi une refonte qui a incorporé des technologies très modernes, avec l'ajout du système SubAir, et PermOPore.

SubAir Systems assure l'aération, l'élimination de l'humidité, et le contrôle de la température de la zone racinaire, afin de créer un environnement de croissance souterrain optimal, pour une herbe verte enracinée, résiliente et saine.

Une seule unité SubAir s'installe en une journée, sans impact sur la surface de jeu.

Ce système est aussi et notamment employé à Augusta (Masters), et il faut préciser son coût toujours actuellement assez prohibitif…. Soit environ 25 000 dollars par green !

On se doute que peu, voir aucun golf français ne peut envisager un tel investissement supplémentaire, d’autant qu’il ne traite que la question des greens, et dans ce dossier, plus que les greens, ce sont plus souvent les fairways qui souffrent...

S’agissant du PermoPore, on parle de granules constituées de céramiques poreuses (argile).

Cela sert à maintenir un équilibre adéquat au niveau de la zone d’exploitation racinaire entre l’air, l’humidité, et les sels nutritifs.

En France, la société Lob Green en assure la distribution, et affirme que ce produit améliore les caractéristiques des sols sableux, et des sols sujets à la compaction et/ou l’accumulation de matière organique.

Cela étant, des exemples de parcours qui utilisent les deux procédés semblent encore assez rares.

Une partie de la refonte de Sentosa, toujours lui, impliquait par ailleurs l'installation de six réservoirs d'eau, afin que le parcours devienne auto-irrigant.

Il a également introduit le Biochar, une alternative naturelle aux fongicides et aux engrais chimiques, qui sont appliqués au parcours une fois par semaine.

L'améliorant de sol au Biochar enrichi de Carbon Gold est une forme horticole de charbon de bois mélangée à des niveaux optimaux de champignons, de bactéries et d'oligo-éléments, et est approuvée par les organismes de certification de l'UE pour la culture biologique.

Il y a un siècle, il était courant d'utiliser du charbon de bois pour garder les greens poreux et fermes, et même pour améliorer l'apparence et la couleur du gazon.

Désormais, des Greenkeepers redécouvrent les avantages du Biochar, en l’utilisant pour éliminer complétement les fongicides, et réduire considérablement l’utilisation d’engrais chimiques.

Le parcours d’Aqaba en Jordanie, s’appuie notamment sur l’énergie solaire pour le dessalement et l’irrigation, et utilise l’irrigation souterraine, tandis que des espèces de plantes indigènes et de l’herbe tolérante au sel sont utilisées sur tout le terrain.

L'abondance d'arbustes, de faunes et d'arbres sélectionnés parmi les espèces locales montre que le site est un exemple parfait de développement axé sur l'environnement, avec toute l'eau d'irrigation provenant de puits ou d'effluents traités.

Dans la majorité de ces cas, on parle de parcours de golf qui ont employés des moyens financiers considérables pour lutter contre les incidences météorologiques, et tous ces exemples ne sont pas facilement reproductibles en France.

Peut-être faut-il faire un lien avec un autre sujet qui concerne nos parcours : La répartition des golfs français est peut-être en cause avec trop de parcours sur le même positionnement économique, et finalement pas assez de golfs très hauts de gammes, et inversement, pas assez de parcours entrées de gammes.

A l’arrivée, on entend souvent la même musique, les parcours peinent à équilibrer les recettes et les dépenses, tenues par un marché local hyper concurrentiel, et ne laissant pas assez de place à l’investissement de longue durée. 

Ce n’est pas une affirmation mais une piste de réflexion…au moment où en France, nous sommes bien confrontés à deux problèmes, et pas seulement un seul : Il fait de plus en plus chaud l’été, et il pleut de plus en plus l’automne.

Pour poursuivre ce dossier, intéressons-nous maintenant à une situation inverse, et non pas les bons exemples, mais les mauvais…ceux qui contribuent à donner une mauvaise image du golf en matière de préservation de l’environnement, et au Grand public.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 144
  • 1 commentaire
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Les mauvais élèves en matière d’environnement péna...
Comment les golfs vont pouvoir se préparer concrèt...

Auteur

 

Commentaires   

odauptain@gmail.com
0 #1 Rétention d'eau, la solution ?odauptain@gmail.com 26-11-2020 12:39
Bonjour

Au regard des quantités d'eau qui tombent souvent, il serait déjà bien, et ce n'est pas valable que pour les golfs, que les étangs, les rivières et toutes les pièces d'eau soient curés afin de créer des zones de rétention. Que voulez-vous faire avec 1 mètre de vase sur des pièces d'eau construites pour 1,50 m ???
Bien à vous

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.