Posté par le dans Interviews

Rémy Arnaud : « Qui ne veut pas plus de vitesse de swing ?»

Ingénieur de production pour la famille des bois métal chez TaylorMade depuis plus de six ans, Rémy Arnaud reprend le flambeau de Benoit Vincent, ancien vice-président du département production de la même marque, comme « frenchy insider», qui accepte de répondre à mes questions sur le matériel de golf, et en particulier les nouveautés pour sa marque. Je l’avais rencontré pour la première fois en 2017 à l’occasion de mon premier voyage à Carlsbard, et nous sommes restés en contact depuis. Ci-après, découvrez son interview, et à l’occasion de la sortie des nouveautés SIM 2020.

Découvrez nos formules d'abonnements

Issu des rangs de l’école Nationale des Arts et Métiers où il a obtenu un diplôme en ingénierie des plastiques et du polymère en 2013, Rémy avait eu l’occasion de faire un semestre à l’université de Chongqing en Chine, et dans le domaine de la mécanique.

Il ne pensait pas encore travailler dans le domaine du matériel de golf, bien qu’il fût déjà un très bon joueur et passionné. Il a notamment disputé les championnats de France en moins de 16 ans.

Au sortir de son école, il a rapidement fait le pari de s’expatrier en Chine, notamment pour travailler chez Fives Cryo, un groupe français, fabricant et fournisseur pour l’industrie, et se destine alors à une carrière dans le BtoB.

Le golf va le rattraper, et son expérience en Chine va lui permettre de rejoindre la prestigieuse marque TaylorMade, à l’affût de jeune talent, capable de travailler et comprendre la culture Chinoise.

Plus que le fait d’être français, Rémy parle quatre langues, et s’adapte particulièrement bien à des environnements et des cultures différentes.

Il a donc démarré son expérience TaylorMade en 2013, tout en restant en Chine, à Guangzhou, pour superviser la fabrication des têtes de bois de parcours.

De ce point de départ, sans doute ce qui l’a prédestiné à travailler aujourd’hui à Carlsbad en Californie, et sur toutes les gammes de bois métal sorties depuis cette date.

Sa première mission consistait à s’assurer que les détails de conceptions des têtes pouvaient se réaliser de manière réaliste, à très grande échelle, et sur des lignes de productions.

Son métier consistait aussi à évaluer les coûts, proposer des pistes d’améliorations, et in fine, améliorer l’efficacité globale de la chaîne de production.

Il a ainsi démarré par la première série des bois M1.

Aujourd’hui, son rôle a notablement évolué, surtout après avoir déménagé au siège en Californie, où il participe à la conception, à la production, et à la mise sur le marché des bois de parcours SIM.

Son rôle va donc bien du prototype jusqu’à la production !

Ses facteurs clés sont la performance du produit, mais aussi sa conformité avec les règles, sa durée de vie, sa qualité, et l’efficacité d’un point de vue des coûts.

Il travaille en équipe avec toutes les composantes de la société TaylorMade.

Pouvez-vous expliquer quel a été votre périmètre d’action concernant la nouvelle ligne de produits SIM ?

Rémy Arnaud : Principalement sur les bois de parcours SIM, et le développement des nouvelles faces titanium ZA.

Je suis un peu le lien entre le design crée a Carlsbad, et nos unités de production.

Nous travaillons sur ces produits depuis plus d’un an et demi avec toutes les phases de prototypage et de validation.

Quelle a été l’origine de ce nouveau développement ? Quel a été votre point de départ ?

Rémy Arnaud : Depuis 2013, notre but a été de créer un développement sortant des sentiers battus pour l’industrie du golf.

En ce sens, nous cassons les conventions établies pour redéfinir le futur de cette industrie, et ce chemin nous a amené à la construction multi matériaux (composite, titane, acier..), à la twist face et à la technologie speed injected.

Nous avons pu intégrer tous ces éléments pour optimiser l’aérodynamisme, créer ce design asymétrique sous le dessous du club, sans sacrifier les propriétés mécaniques du club.

La ligne SIM marque-t-elle une rupture ou une continuité par rapport à la famille M ? Est-ce l’aboutissement d’un plan de développement démarré avec le M1 ?

Rémy Arnaud : Dès que nous changeons de nom pour nos lignes de clubs, nous sommes persuadés que la technologie que nous introduisons est avant-gardiste, et que cela deviendra un standard dans l’industrie.

En ce sens, c’est une rupture avec la ligne précédente.

Mais nous utilisons aussi toutes les technologies précédemment développées, et optimisées pour les intégrer dans ce nouveau design. (speed pocket, speed injected, twist face, construction mutlti-matériau).

Que répondez-vous aux sceptiques sur les gains hypothétiques de performances ? Qu’est-ce qui pour vous emportera l’adhésion des golfeurs ?

Rémy Arnaud : C’est assez subjectif, mais le look de ces clubs est tout simplement fabuleux.

L’agencement des couleurs (white chalk peinture/fibre de carbone argentée/ teintes bleues roi) est clairement inspirée du monde du sport automobile.

Lors de nos tests avec nos différents panels de joueurs, nous avons constaté au niveau de la performance, une vitesse de swing accrue donc plus de distance (entre 0.5mph et 2mph de vitesse de swing).

Qui ne veut pas plus de vitesse de swing ?

Que ce soit Dustin Johnson ou les amateurs, nous sommes tous à la recherche de ce gain de distance qui nous fera taper un wedge a la place d’un fer 8 en second coup.

Testez les clubs et même ceux de nos concurrents, comparez les chiffres et faites votre choix.

Les joueurs du PGA TOUR et European TOUR ont fait le leur, et ont déjà adopté cette nouvelle ligne SIM.

(+25 joueurs sans contrat TaylorMade ont mis le driver/FW dans le sac à Dubaï et à Torrey Pines)

Avec SIM, TaylorMade semble replacer le centre de gravité de la tête au cœur du débat, une problématique plus importante pour les amateurs par rapport aux pros ? Une problématique où jusqu’à présent PING s’est fait une jolie notoriété ?

Rémy Arnaud : Nous n’avons aucun compromis avec cette nouvelle forme de driver.

Nous conservons un centre de gravité bas, un haut moment d’inertie, un COR au plus près de la limite légale, et nous poussons l’aérodynamisme au maximum avec ce nouveau design.

Si vous regardez ce qui se passe chez la concurrence, ils créent différents drivers sacrifiant chacun un de ces paramètres critiques.

Nos clubs sont performants pour les pros comme les amateurs.

Les pros comme Woods, McIlroy ou Johnson peuvent-ils bénéficier de ces nouveaux drivers ? Ne vont-ils pas obtenir trop ou plus de spin ?

Rémy Arnaud : Nous avons trois drivers disponibles avec des propriétés similaires, mais adaptées à différents types de golfeurs.

SIM offre l’ajustabilité et un faible taux de spin.

SIM MAX spinne un peu plus, et à une face 8% plus grande que SIM.

SIM MAX D offre une alternative pour contrer le slice, grâce à une répartition stratégique de la masse, et une face 10% plus grande que SIM MAX. 

A Torrey Pines, les trois drivers étaient dans les sacs.

Keegan Bradley jouait le SIM MAX D, et a très bien drivé toute la semaine.

Rory et Tiger jouent le SIM pour optimiser leur taux de spin.

Dustin Johnson a joué le SIM MAX à Hawaï pour un peu plus de spin.

A partir de quelle vitesse de swing, on bénéficie du placement de l’Inertia Generator sous la semelle du driver ?

Rémy Arnaud : Toutes les vitesses de swing bénéficient en moyenne d’une progression notable.

Notre panel de testeurs offrant des vitesses de swing très différentes ont en moyenne eu des gains significatifs entre 0.5mph jusqu’à 2mph.

Mais il est vrai que plus vous swinguez vite, plus vous allez voir un gain significatif avec ces nouveaux drivers.

Pour les bois de parcours, Taylormade revient à la V-Steel. Comment améliorer la facilité d’usage d’un bois 3 pour un amateur, surtout quand il est joué directement sur le fairway ?

Rémy Arnaud : Le retour du V-steel est très excitant.

Quand l’aérodynamisme était au cœur des débats pendant le développement de la ligne SIM, nous avons tout de suite pensé à cette technologie introduite en 2001.

Ce club est aussi bon à partir du tee que du fairway.

Le design du dessous du club permet de limiter la friction entre le club et le fairway/rough, et de rendre des coups intimidants beaucoup plus simples.

SIM TI FW et SIM MAX FW ont des propriétés et trajectoires assez différentes.

Si vous cherchez du low spin et trajectoire pénétrante, dirigez-vous plutôt vers le SIM TI FW.

Vous avez avec ce club un package jamais vu avec une construction en titane, une face titane ZA avec des propriétés supérieures aux autres alliages, et un poids en acier de 80 grammes, donc un centre de gravite très bas.

Comment voyez-vous le développement des drivers dans les années à venir ? Qu’est-ce que l’industrie peut encore apporter aux consommateurs ? Ne touchons pas déjà aux limites de l’innovation dans un environnement très normé par le législateur ?

Rémy Arnaud : On pourrait comparer l’industrie du golf avec le monde de la F1.

Nous sommes constamment en train de repousser les limites, en respectant les règles qui nous sont imposées.

En sortant de notre zone de confiance sur chaque lancement de produit, cela nous permet de repenser ce que nous faisons au quotidien.

Chaque jalon posé nous ouvre aussi de nouvelles perspectives, et terrains d’explorations.

Si on regarde 15 ans en arrière, regardez-ce qui a été créé depuis, et les nouvelles technologies développées.

Un Driver R7 était déjà une révolution, et on se posait déjà la question, si on ne touchait pas déjà les limites.

L’équipement golfique a un bel avenir, et nous aurons quelques belles surprises dans les années à venir.

Ingénieur français dans un "environnement" aussi américain, comment vous êtes-vous fait à votre environnement ?

Rémy Arnaud : Très facilement…

Les nouvelles idées sont toujours les bienvenues, et le multiculturalisme aussi.

Beaucoup de nationalités sont représentées dans la R&D de TaylorMade (chinois, japonais, argentin, anglais, français, mexicain, sud-coréen…) et aussi des différents états des USA.

Je pense que ce melting pot facilite le “out of the box thinking”.

Nous avons constamment des nouveaux challenges, mais le « work life balance » est exceptionnel.

Beaucoup de golf, beaucoup de boulot et beaucoup de fun.

TaylorMade est une grande famille.

Nos top pros nous le disent aussi, et sont fiers d’appartenir à cette famille.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 476
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Décès de Kobe Bryant : Un lien très fort l’unissai...
Participez à un tournoi de golf amateur à Lisbonne...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.