Posté par le dans Golf en France

Reconfinement sur la filière golf en France pour au moins un mois jusqu’au 1er décembre

Mercredi 28 Octobre, 20h, le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron annonce une mesure qui paraissait à la fois inéluctable, et un coup de massue sur le moral de millions de Français, le reconfinement total, et la fermeture des activités économiques non-essentielles. Dans ce contexte de pandémie du COVID-19, cette nouvelle mesure de protection sanitaire s’applique à la filière golf, en premier lieu aux parcours et structures qui accueillent du public, mais aussi aux commerçants qui distribuent du matériel.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le compte à rebours est lancé. Le prochain déconfinement est pour le moment fixé au 1er décembre, et dans le but de protéger les fêtes de fin d’années, et la possibilité de se retrouver en famille, à Noel.

D’ici là, les plus de 700 structures de golf en France seront contraintes de baisser le rideau des clubs-houses, et clôturer les accès aux parcours, et practices dès jeudi soir, 29 octobre.

J’imagine que bons nombres de golfeurs vont profiter de cette dernière journée, le jeudi 29 octobre pour respirer une dernière fois les greens, et les fairways de leurs parcours préférés.

On pourrait lancer un hashtag #jevaisgolferle29octobre

Situation identique pour les magasins distributeurs de matériel de golf qui s’élançaient vers l’une des « saisons » cruciales pour les ventes, les cadeaux de fin d’année.

Toutefois, pour les commerçants, le président de la république annonce une possible révision de la situation dans 15 jours. Pour nombre d’entre eux, cela devient un but à atteindre, et sans doute le début d’une attente crispante.

Evoqué dans un précédent sujet, le boom du golf constaté au printemps, et poursuivi sur l’été a mis sous pression les fabricants, et les délais de réapprovisionnement. On peut imaginer que cette pause pourra peut-être servir à préparer de nouveaux stocks ?

J'ai justement interrogé Franck Siboulet du magasin EuroGolf de Mulhouse.

Si ce dernier concède de l'amertume, et un peu d'angoisse par rapport à la situation devant lui, il précise avoir déjà appelé ses clients pour que ces derniers viennent retirer leurs commandes au magasin, ce 29 octobre, et imagine qu'à la différence du premier confinement, les transporteurs vont continuer à travailler, et donc approvisionner. 

Ce fait fera une grosse différence par rapport au premier confinement, car cela voudra aussi dire que les magasins pourront expédier des produits, un peu à l'image des restaurants qui se sont mis à faire de la vente à distance.

De l'autre côté de la France, à Montpellier, le responsable du magasin GolfLeader à Montpellier, Luhan Soriano Vaz, lui aussi interrogé, me déclare être un peu angoissé, craindre des ventes qui s'échappent vers le e-commerce, et pas seulement pour du matériel de golf, tout en s'interrogeant sur la politique de réapprovisionnement à mener.

"Si le golfeur ne joue pas, il peut consommer d'autres produits, et par exemple du high-tech."

Enfin, si les cadres auraient été, selon lui, moins impactés par la première vague, il craint qu'ils subissent des baisses de primes, et de revenus sur cette fin d'année, or, il s'agit de très bons clients pour les magasins.

A la différence du premier confinement au Printemps dernier, la saison est bien entendu différente.

Le mois de novembre marque la fin de saison, et la diminution progressive des ventes de green-fees, en particulier au nord de la Drôme, et jusqu’au Hauts-de-France.

Le phénomène est sans doute un peu moins marqué dans le sud, de Biarritz à Monte-Carlo. Point confirmé par le responsable du magasin de Montpellier qui admet pouvoir compter sur de belles journées, même en décembre.

L’impact du reconfinement est donc sensiblement différent par rapport au lancement de la saison, en mars dernier.

A la différence de la « première fois », bien qu’on ne sache pas toujours bien appréhender le coronavirus, on sait des choses que l’on n’imaginait pas en mars dernier, et notamment à propos de l’engouement pour le golf, y compris dans l’hexagone, au moment du déconfinement.

Si mercredi soir, si jeudi soir, le coup est dur, non seulement, il faut garder espoir et se rappeler qu’après la pluie, le beau temps fait toujours son retour, et justement pour la filière golf, c’est la perspective d’être un des sports les plus populaires post-pandémie.

Au Printemps, les propriétaires de golf, plus particulièrement les indépendants, étaient très angoissés, craignant légitimement la faillite.

Avec les PGE, les reports des prêts, et l’afflux de golfeurs dès le mois de mai, un certain nombre de golf, ont au contraire, vue leurs trésoreries remonter à des niveaux rarement atteints. C’est ce que m’ont témoigné des directeurs sous couverts d’anonymats.

Cette situation pourrait donc laisser penser que le nouveau confinement ne se présente pas de la même manière pour des structures qui pourront à nouveau recourir au chômage partiel d’une partie du personnel, et de nouvelles aides, et peut-être le décalage du remboursement des prêts garantis par l’Etat, déjà réclamé par bons nombres d’organisations patronales, et de filières.

Eviter le mur de la dette, c’est un enjeu clé alors qu’on parle déjà de reconfinement.

Comment imaginer que les entreprises, et les golfs qui ont souscrits des PGE pourront commencer à les rembourser en janvier 2021 ?

Sur les réseaux sociaux, on trouve déjà des golfeurs qui s'interrogent sur la compensation de leur abonnement.

Au Printemps dernier, nous avions déjà eu la réponse.

Les golfs se déclaraient bien incapables de rembourser, et expliquaient avoir maintenu le travail d'entretien.

D'autre part, les directeurs de golf pouvaient expliquer que la fermeture administrative n'était pas de leur fait.

A cette question légitime du "qui va payer", d'autres golfeurs répondent déjà qu'il faut relativiser cette question du mois d'abonnement en Novembre, compte tenu de la gravité de l'épidémie, et du nombre de morts à venir.

Un autre golfeur avance un argument qui fait sens. Pour rentabiliser un abonnement, il faut en général, et en moyenne, jouer 35 fois par an.

Il appartiendra à chacun de faire son propre calcul dans cette année si particulière. On peut imaginer que les retraités auront peut-être rattrapé le temps perdu sur un délai plus court, et alors que les actifs n'auront peut-être pas atteint ce chiffre...

La FFG regrette la décision de fermeture des parcours par la voix de son vice-Président. On pourrait polémiquer sur le fait que jouer au golf en pleine nature, loin des uns des autres ne présente raisonnablement pas de risques de contaminations.

Encore ce dimanche 25 octobre, bien avant le confinement, j’ai eu l’occasion de jouer 18 trous à 9h du matin, au Golf de Macon La Salle, et ayant réservé le départ sur Internet, pour constater que pendant près de 4 heures, je n’ai pas approché le moindre être humain à moins de 300 mètres.

Tout cela, les golfeurs, et les golfeuses le savent déjà.

Cependant, la situation de l’épidémie est si grave, les courbes sur des tendances si fortes, et notre expérience de cette pandémie enrichie des mois passés doivent nous inciter à ne pas chercher, pour le moment un quelconque avantage, et par exemple, par rapport aux salles de sports où les sportifs transpirent les uns à côté des autres.

Comparativement aux salles de sports, il faut admettre que ces derniers mois, le golf s’en est déjà mieux tiré.

En revanche, dans un mois, et plus largement au mois de mars 2021, là, il y aura comme je l’avais déjà écrit lors du précédent confinement, un enjeu majeur de communication pour vanter les mérites du golf aux non-golfeurs, et continuer à changer l’image de ce sport, aux yeux du grand public.

Cette donnée nouvelle qui est apparue après le premier déconfinement doit donner de l’espoir à tous les acteurs de la filière golf, encore aujourd’hui, frappés de fermetures.

Le premier déconfinemement a fait bien plus pour le développement du golf que n’importe quel tournoi de golf populaire ou même Ryder Cup.

Assurément, aux yeux de beaucoup de gens à travers le monde, et y compris en France, le golf est apparu comme le bon sport à pratiquer. Il le sera encore à la reprise de la saison en 2021.

En mars dernier, Simon Denyer, patron du média américain de streaming DAZN écrivait que le confinement avait été le plus grand désastre que le monde du sport avait connu depuis 75 ans, et le plus gros défi à surmonter.

En novembre 2020, il faut prendre en compte la fermeture des golfs, et des magasins, mais imaginer que la prochaine reprise du marché intérieur sera plus soutenue, à la question près de la saisonnalité, et de la météo.

Sur ce point, le directeur du magasin de Mulhouse, Franck Siboulet admet être un peu plus inquiet, sur le retour à court terme des golfeurs vers les golfs, et étant donné bien entendu la météo moins propice.

Toutefois, il relativise beaucoup plus ce deuxième confinement, et par rapport au premier.

La saison a finalement été exceptionnelle d'un point de vue des ventes. Il a rattrapé son retard de ventes au 25 aout dernier, et était repassé positif, d'où une forme de déception quand à ce nouveau coup d'arrêt, sentiment partagé par Luhan Soriano Vaz.

Jusque-là, les magasins avaient travaillé intensément, ouvrant même des dimanches, et multipliant les démos days avec les golfs partenaires du magasin de Mulhouse, ce que confirme aussi de son côté Luhan Soriano Vaz "Nous avons travaillé intensément cette saison, repoussant nos vacances, et travaillant aussi les week-ends entiers."

En décembre, si déconfinement il y a, ce phénomène pourrait être moins marqué.

L’effet de forte reprise pourrait ainsi ne se faire sentir qu’aux premiers beaux jours du Printemps 2020, et dans ce cas, la pratique du golf pourrait un peu hiberner dans les régions du Nord de la France.

S'agissant des magasins de golf, l'angoisse est moins forte de disparaître par rapport à mars dernier.

Toute la question sera de savoir si sur toutes les structures de golf, les parcours auront justement eu assez de temps, entre mai et octobre, pour reconstituer leurs trésoreries, et en prévision de passer l'hiver au chaud.

Le véritable rendez-vous, ce sera donc mars prochain. 

Le déroulement des faits lié au premier déconfinement peut inviter, non pas à la confiance, mais à l’espoir.

Pour nous les golfeurs, prendre notre mal en patience, et profiter de cette période pour faire tout ce qu’il est possible de faire de chez soi, pour préparer la prochaine saison 2021.

A ce titre, Luhan Soriano Vaz constate déjà, la veille du reconfinement, une forte demande pour des tapis de putting, et finalement des produits pour l'indoor...

Le plus important étant que vous soyez surtout en bonne santé. Le meilleur est devant vous.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 683
  • 1 commentaire
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Pourquoi il y a t’il autant d’avantages à continue...
Après sa carrière exceptionnelle, Suzann Pettersen...

Auteur

 

Commentaires   

mhezkia@gmail.com
0 #1 Dur... Dur...mhezkia@gmail.com 30-10-2020 14:30
Bonjour,

A la lecture de cet article, ma crainte est grande pour l'économie de nos clubs de golf. Et je suis dégoûté d'apprendre que sur les réseaux sociaux, des golfeurs en sont déjà à réclamer un remboursement de leur cotisation prorata temporis, concernant le confinement. Nous en avons eu quelques uns dans notre club... "L'esprit club" se perd totalement, nous n'avons plus faire qu'à des consommateurs qui n'en n'ont rien à faire du bien commun. Je fais aussi partie d'un club moto, nous avons eu le même genre de pousses-mégots, lors du premier confinement, pour une cotisation annuelle de 50€ !!! Bref, j'espère que les directeurs de golf les enverront balader !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.