Posté par le dans Golf en France

Pascal Grizot se défend de tout conflit d’intérêt au sujet de la Ryder Cup en France

Candidat déclaré d’une liste unique et plurielle à la présidence de la Fédération Française de Golf, Monsieur Pascal Grizot a récemment accordé une interview à un média de golf Français pour expliquer son projet. Dans une vidéo fleuve qui dure 43 minutes, il parle principalement de sa vision, de son projet, et plus particulièrement de sport, de développement et d’environnement. Après 12 minutes, une question apparaît, concernant un possible conflit d’intérêt entre ses fonctions de chef d’entreprise, et son rôle à la Fédération Française de Golf, en qualité de bénévole… une question posée sous couvert d’anonymat ? A quelques semaines d’une élection qui ne fait pas de suspense, est-ce une opération de transparence, ou y a-t-il vraiment un sujet qui pose débat sur d'éventuels conflits d’intérêts ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Pascal Grizot, futur Président de la FFGOLF

Membre de la Fédération Française de Golf depuis 2009, passionné de golf, et même excellent joueur, Pascal Grizot a été le principal artisan de la tenue de la Ryder Cup en France, en 2018.

De l’aveu de nombreux observateurs, cette Ryder Cup a rencontré un véritable succès d’estime, et en premier lieu, auprès des joueurs eux-mêmes (surtout les Européens victorieux), mais aussi le public présent autour des fairways du Golf National.

Ce projet mené avec réussite par l’entrepreneur, en qualité de Président du comité d’organisation de la Ryder Cup, et vice-Président de la Fédération Française de Golf, légitimait sans doute par la suite, une candidature à la Présidence de la FFGOLF, ce qui finalement personne ne lui conteste, étant candidat unique en 2020, et pour un futur mandat de 4 ans.

Le golf français est à un tournant de son histoire.

L’actuel Président, Monsieur Jean-Lou Charon quitte ses fonctions après 8 ans de gouvernance, et donc à son crédit, une Ryder Cup historique.

A 58 ans, Pascal Grizot, impliqué à la FFG depuis déjà 11 ans, estime incarner un nouveau projet, une nouvelle vision, et peut-être de nouveaux objectifs.

Candidat depuis 6 mois (selon ses termes dans l’interview), il réussit à faire oublier sa qualité de sortant, pour incarner une volonté d’avenir.

Le golf français est bien à un tournant, car la Ryder Cup n’a pas amené les 700 000 licenciés objectivés initialement, et qui aurait permis à la filière golf de connaître un développement économique sans précédent.

Le golf français est à un tournant, et personne ne l’aurait imaginé six mois plus tôt, car le confinement a agi comme un révélateur d’un besoin pour plus d’activités en plein air.

Il y a là une véritable opportunité pour développer plus de golf en France.

Une interview pour se justifier de conflits d’intérêts multiples ?

Pourquoi alors parler de conflits d’intérêts, dans ce qui s’apparente à un exercice de profession de foi, tout à fait légitime d’un candidat en campagne ?

Ci-après la question posée au candidat : « Un individu sous couvert d’anonymat a remis en cause la légitimité de votre candidature évoquant de possibles conflits d’intérêts entre votre société de sécurité, mais aussi des participations dans une société qui fournit des équipements aux golfs. Qu’avez-vous à répondre à cela ? »

La question ainsi formulée pose plusieurs problèmes, notamment de la part du média qui, de cette façon contribue à colporter des on-dit : Un individu ? Sous couvert d’anonymat ? De possibles ?

Il y a là des éléments de langages qui sèment le trouble.

Visiblement préparé à la question, sans se départir de son calme, Pascal Grizot commence à expliquer qu’il répond au journaliste de Golf Planète, mais pas à la personne anonyme.

Il continue en expliquant avoir eu le mail de cette personne, dont pourtant on ne connaîtra pas l’identité. Il est finalement anonyme… seulement pour nous.

Il dit encore « vous m’avez transmis les articles » mais à ce stade, il faut se rendre à l’évidence, personne ne sait de quoi on parle. Le sujet parait très obscur.

Pascal Grizot explique qu’il a donc découvert l’identité de la personne qui n’est donc plus anonyme (ce point ne semble pas clair), et surtout ses arguments, ou ses questions (on ne sait pas) seraient entachés d’erreurs.

A ce stade, vous devez toujours vous demander de quoi s’agit-il en réalité ?

Bien entendu, je n’ai pas eu le contact de cette personne par définition anonyme, en revanche, j’ai depuis découvert l’origine de cette intrigante question, deux articles de presse publiés par mes confrères de Lettre A, un média d’information générale, et justement au sujet de Pascal Grizot.

Il fait donc sans doute lui-même références à ces articles.

Dans un premier sujet publié le 17 septembre 2018 (déjà deux ans), le média LETTRE A, sous-titré « Le quotidien de l’influence et des pouvoirs », soit un média spécialisé sur les investigations en lien avec les deniers publics, et majoritairement adressé à une clientèle professionnelle sortait un premier article intitulé « Le birdie de Pascal Grizot sur la sécurité de la Ryder Cup ».

Aucun média de golf n’a relayé l’existence de cet article, en particulier les médias de golf qui couvraient la Ryder Cup ou avaient une accréditation, au moment des faits.

Cet article est largement passé sous le radar.

Précision importante, son accès est payant à raison de plusieurs dizaines d’euros pour l’article uniquement.

Deux ans plus tard, toujours le même média, et en fait, le même journaliste d’investigation professionnel, aussi rédacteur pour Marianne, produit un second article, toujours diffusé sur Lettre A, le 13 février 2020, et intitulé « Le CNAPS épingle la sécurité de la Ryder Cup supervisée par Thomas Collomb ».

Le CNAPS est en fait un organe de régulation propre aux métiers de la sécurisation d’événements, une partie des activités professionnelles de Monsieur Grizot.

Comme le premier article, ce sujet est en accès limité et plutôt pour des professionnels de l’information. Pascal Grizot est par ailleurs au courant de la parution des ces articles, car on peut y découvrir qu’il a été invité à réagir au contenu de l’enquête le concernant.

Dans son article, le journaliste explique « Interrogé sur les éléments réunis par La Lettre A, l'homme d'affaires s'est rapidement fermé, menaçant la rédaction de procès et prévenant que tout échange avec lui sera enregistré. L'enjeu est d'importance : si les activités de Pascal Grizot ayant un lien direct avec le golf sont largement minoritaires au sein de sa holding, celles-ci sont à l'origine de sa récente notoriété. »

Le sujet est donc posé

Dans sa vidéo, Pascal Grizot semble donc bien vouloir essentiellement répondre à ces articles, qui lui aurait été visiblement adressé par une personne anonyme, et en pleine campagne pour la présidence de la Fédération Française de Golf.

Dans quel but ? A quelle fin ? Ces articles sont-ils de nature à réellement pouvoir le gêner ?

En quoi Pascal Grizot pourrait avoir réussi un « birdie » avec l’organisation de la Ryder Cup, et mis à part le succès de l’épreuve ?

S’agissant du deuxième article, quels sont les faits qui lui auraient été reprochés par le groupement des autres professionnels ?

En quoi, ces articles, et ces sujets pourraient intéresser les golfeurs amateurs, et licenciés ?

Dans sa vidéo où le candidat essaie d’apporter des réponses, et des justifications, les éléments mis en avant ne font finalement que survoler l’ensemble des sujets mis en lumière par les articles de Lettre A, sans explorer tout à fait le fond, et laisser comprendre aux internautes, la globalité du sujet posé.

Néanmoins, le sujet est désormais public, et une question importante peut donc se poser : Y-a-t-il eu un ou plusieurs conflits d’intérêts ? Et de nature à écorner la lisibilité du projet porté par le candidat ?

A cette heure, il semble important de préciser qu’à notre connaissance, aucune procédure judiciaire n’est en cours, et la présomption d’innocence est un élément fondamental de notre démocratie.

Les questions à venir...

Notre prochain article consacré à ce sujet explorera donc le fond du dossier, la totalité des questions posées, en se basant sur les éléments déjà publiés par les journalistes d’investigations, et bien entendu, sans parti pris de notre part.

Pour rappel, notre premier sujet traitait avec objectivité du programme du candidat à la Présidence de la Fédération Française de Golf, et soulignait que plusieurs points pouvaient en toute objectivité faire l’unanimité, comme par exemple, une politique tournée vers les jeunes.

A titre d’exemple, sur JeudeGolf, c’est un point que nous soutenons depuis déjà 10 ans. Il est heureux qu’en 2020, un candidat s’empare de cette question décisive pour l’avenir du golf.

Nous vous donnons donc rendez-vous dans les toutes prochaines heures, pour la diffusion de la dernière partie de ce dossier consacré à cette question des conflits d’intérêts concernant Pascal Grizot.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 200
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Dustin Johnson, numéro un mondial, et vainqueur de...
Thierry Anger: La méthode Allyane, issue des neuro...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.