Posté par le dans Chronique de golfeurs

Paroles d'abonné : Expérience de tests de clubs de golf au studio JeudeGolf

Avec "Paroles d'abonné", nous accueillons et publions l'histoire ou l'article d'un membre du site, une expérience en lien avec le golf. Pour ce nouveau sujet, Yannick Baduel, golfeur en région Parisienne, vous relate son expérience de testeur au studio JeudeGolf, qui sert aux tests de clubs de golf, et à l'enregistrement de certaines émissions pour JeudeGolf.tv.

Découvrez nos formules d'abonnements

Abonné depuis bientôt 3 ans à Jeudegolf, j’ai eu l’occasion de participer à un test de matériel en mai dernier, l’occasion de rencontrer et de sympathiser avec Laurent Agostini qui mène avec énergie et passion son projet.

Curieux de visiter son « antre » et de découvrir l’arrière-boutique, un rendez-vous est pris à l’occasion d’un déplacement en terre Lyonnaise.

Laurent me fait découvrir son atelier, l’occasion de revenir sur les travaux d’installations avec les copains et ce qui a représenté de mon point de vue de lecteur une accélération du projet et de la qualité des tests menés.

Une fois le café pris Laurent dégaine le Trackman et m’invite à taper quelques balles.

L’occasion de tester quelques réflexions sur mes recherches autour d’un swing performant… le côté explorateur de Laurent prend vite le dessus et il essaie quelques clubs pour se faire sa propre idée.

L’occasion pour moi de découvrir son protocole de manière plus précise, le Trackman est un outil d’une grande richesse, vidéos enrichies de la visualisation du chemin et de l’orientation, mesure du centrage de la face, données détaillées… couplé à la rigueur du journaliste, on arrive à tester des hypothèses et à leur donner ou non un sens.

Là où l’amateur s’acharne à tâtons sur son tapis, le testeur acharné équipé d’un tel outil devient un savant fou à la recherche de la formule magique.

L’amateur ne la trouvera sans doute jamais, le savant fou fera chauffer l’alambique et à défaut de trouver la vérité il arrivera sans doute à trouver quelques vérités sur le fonctionnement de son swing.

Laurent vient de recevoir les nouvelles têtes de chez TaylorMade, lui expliquant que mon drive commence à dater un peu, il me propose de tenter une exploration.

Tester les drives TaylorMade du M3 à  nos jours. Vais-je réussir à trouver des différences de performances ? Pour enrichir ce test Laurent dispose de 6 shafts différents. De quoi explorer…

Premier constat : je ne suis pas en forme, vitesse de swing au ras des pâquerettes, balles qui s’éparpillent, rude… même avec mon drive habituel, c’est la soupe à la grimace (j’apprends quelques jours après que j’étais blessé à l’adducteur droit… pas de miracle quand vous êtes pas au top…).

Laurent ne lâche rien pour autant, car au final en forme ou pas, l’objectif est bien de voir si des drivers d’années différentes changent quelque chose…

A force de tenter différentes combinaisons, on avance peu à peu.

Finalement, ce chemin de découverte va surtout me servir à prendre conscience de mon swing, de la manière dont je fonctionne, et quelles peuvent être les clés de ma performance.

En effet, n’ayant finalement que peu l’occasion de tester du matériel, on rentre vite dans un système de performance aveugle, on fait avec ce que l’on a, et on a finalement tellement si peu de recul, qu’il devient difficile de prendre conscience de ses propres déterminants.

Au final, en deux heures de temps, j’ai le sentiment d’avoir touché des notions que je n’avais jamais explorées malgré cinq années de pratiques régulières (index 13.6), et l’intervention de pro très réputés.

Premier point : la tête de votre driver présente un angle avec votre shaft (offset).

Cet angle est très différent d’un club à l’autre, et au sein d’un même club, le simple fait de changer l’ouverture de la face change cet angle.

En voulant vous « aider » en baissant ou en ouvrant le loft de votre club, pour baisser ou augmenter le vol de votre balle, vous allez changer de système de swing.

Cela n’est pas du tout neutre, et personne ne va vous l’expliquer… d’autant que vous aurez fait l’opération seul sur votre parking… alors qu’a minima, il faudrait un même jour taper une dizaine de balles / changer / retaper… bref expérimenter, prendre conscience.

Mais croyez bien que cela n’est pas si anodin…

Deuxième point : le Trackman permet de mesurer deux valeurs importantes : le spin et le dynamic loft.

Deux facteurs déterminant sur la distance à laquelle vous allez envoyer la balle.

Bon courage pour en avoir la moindre idée en tapant sur votre practice…

Laurent appuie alors sur ces 2 mesures qui ne vont pas dans mon swing : trop de spin et un dynamic loft trop élevé.

Pour ma part, le drive étant plutôt un atout, je ne me suis jamais penché sur l’optimisation de ces critères.

Laurent va me démontrer à quel point je faisais erreur.

Focalisé sur mon smash factor, j’en oubliait les composantes de la performance.

Pour faire bouger ces variables, j’essaye d’augmenter mon angle d’attaque, de mieux connecter mes bras… je bricole, et rien ne bouge… j’ouvre ma face à l’impact, et rien ne me fait changer.

En réfléchissant à la manière dont ces valeurs se génèrent, Laurent me propose de baisser significativement mon tee, allant ainsi à l’inverse de ce que beaucoup vous expliquent… mettre un tee plus haut pour plus de portée de balle et plus de distance.

Je tente l’inverse, tout en baissant au maximum le loft de mon driver (9.5 au lieu de 11.5)

Et là BAM !!! Mon smash factor explose, ma distance au carry et totale en sortent transfigurées…

Bilan : la tête du drive n’a rien changé…

M3 ou SIM les bénéfices sont mineurs.

Par contre le type de tête (centre de gravité avancé ou reculé), et le type de shaft, ont été des sujets importants.

Mais plus que tout, c’est la recherche d’un système de swing cohérent avec ma manière de bouger le club qui aura amené le plus d’évolution dans ma performance.

Il se fait tard, et la tête garnie de ces découvertes, je retourne à ma voiture, la conversation continue sur le parking… comme une idée que cela aurait pu encore durer longtemps, reste l’attention portée aux épouses comme point d’équilibre…

Car au final l’équation de la performance au golf est aussi à combiner à celle de votre vie familiale… un sujet pas toujours simple.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 318
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Séjour de golf d’exception au Der Öschberghof en A...
L’héritage de l’architecte de golf Pete Dye rester...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.