Posté par le dans Golf féminin

Histoire de famille : Nelly Korda, nouvelle numéro 1 mondiale du golf féminin

La golfeuse professionnelle Nelly Korda nous a offert un très beau spectacle la semaine dernière en remportant le KPMG Women’s PGA Championship. Avec un score de -19, la joueuse a par la même occasion pris pour fois de sa jeune carrière, la première place du classement mondial féminin. Le grand public a pu suivre le parcours de sa sœur, Jessica Korda, qui a, elle aussi, marqué de son empreinte le golf féminin. Mais alors qui est Nelly Korda, cette joueuse qui vient de remporter son premier majeur ? Quel a été son parcours ? Quels sont ses points forts? Portrait d’une golfeuse qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

Découvrez nos formules d'abonnementsLe sport de haut niveau, c’est une affaire de famille chez les Korda.

Les deux parents de Nelly et Jessica Korda, Petr Korda et Regina Korda (anciennement Regina Rajchrtová) sont des joueurs professionnels de tennis Tchèques à la retraite.

Son père a notamment remporté l’Open d’Australie en 1998, un tournoi majeur de tennis qui lui a permis de se faire un nom, battant au passage en final, le chilien Marcelo Rios. Le public français se souvient peut-être aussi de sa finale perdue à Roland-Garros, toujours un majeur, en 1992 contre l’américain Jim Courrier.

Moins glorieux, Petr Korda a aussi été un des premiers noms à être mêlé à une affaire de dopage sur le circuit de tennis professionnel. Seulement quelques mois après sa victoire en Australie, Korda est testé positif à la nandrolone à l’occasion du tournoi de Wimbledon. C’est le premier scandale de dopage dans le tennis, surtout concernant un vainqueur en majeur. Plus tard, il expliquera avoir trop mangé de bœuf aux hormones…

En 1999, Libération titrait « Korda mouton noir d’un sport trop blanc » et relate dans son article comme Korda est devenu un paria, ancien numéro deux mondial tombé au-delà de la centième place suite à cette affaire qui n’a pas finalement clairement établi qu’il s’était dopé sciemment, et au travers d’une procédure confuse.

Le journaliste Christian Losson relate ses propos de l’époque « Ça a tué mon jeu, mais ça ne m'a pas tué en tant que personne. Mon cœur est mort.»

Le nom de Korda est rapidement tombé dans l’oubli. Le tennis y a perdu un profil très atypique, loin des profils athlétiques de l’époque, et avec un jeu tout sauf stéréotypé…

Vingt ans plus tard, le nom du mouton noir du tennis fait pourtant à nouveau surface dans un tout autre sport, et avec une autre nationalité, peut-être plus « bankeable »…

Exilé aux Etats-Unis, il a préparé sa revanche avec trois enfants sportifs, et tous des champions…

La famille Korda a d’ailleurs toujours encouragé ses enfants à essayer différents sports. Si les deux filles dont l’ainée Jessica ont choisi le golf, Sebastian, le frère de Nelly, a suivi les traces de ses parents en devenant joueur de tennis.

Il a d’ailleurs remporté l’Open d’Australie 2018, dans la division Junior.

Le jeune tennismen (21 ans) est un grand espoir, et pour cause, avec une mère ancienne top-30, un père vainqueur en majeur, et un mentor et ami en la personne d’André Agassi, il admet lui-même avoir la meilleure équipe autour de lui pour grandir.

Jessica et Nelly Korda ont toute deux choisit le golf comme sport de prédilection. Nelly Korda joue néanmoins au tennis également, mais en tant que loisir cette fois.

Jessica Korda est également une joueuse professionnelle de golf aux multiples records sur le LPGA Tour. Elle est née le 27 février 1993, et a ouvert la voie à sa sœur dans le monde du golf.

Nelly Korda est née le 28 juillet 1998, à Bradenton, en Floride. Elle semble avoir fait l’école à domicile, avant d’obtenir son diplôme d’études secondaire en décembre 2016.

A six ans, Nelly avait déjà une pratique du golf assidue, en s’entrainant trois à quatre fois par semaine. Brillante au niveau amateur, elle s’est qualifiée pour jouer l’US Women Open en 2013 à Sebonack alors qu’elle n’était pas encore pro, avant de gagner deux ans plus tard le Harder Hall Women’s International Invitational, à dix-sept ans seulement.

L’année suivante, elle dispute le Symetra Tour, antichambre de la LPGA, et parvient à se hisser dans le top-10 à la fin de la saison, pour sa première année chez les pros, ce qui lui ouvre l’accès au grand circuit.

Déjà très régulière sur une saison de golf, cela allait préfigurer de sa première année sur le LPGA Tour, en 2017 avec 19 cuts réussis sur 23 tournois disputés !

Le monde ne voyait pas encore le phénomène se produire, pourtant, cette année-là, elle se classait déjà deuxième du circuit pour le nombre d’eagles réalisés, et troisième pour le score le plus bas sur les PAR-5.

Elle gagnait sans peine le titre de meilleur « rookie » de l’année 2017.

Naturellement, elle a poursuivi sa progression, et sur les mêmes bases avec beaucoup de cuts passés, pour gagner son premier grand tournoi en 2018.

En 2019, sur 20 tournois, elle passe encore 19 cuts, et dépasse déjà les 3 millions de dollars de gains en carrière ! Elle participe pour les Etats-Unis à la Solheim Cup, et y réussit son entrée avec trois victoires pour une seule défaite.

En 2021, avec déjà trois victoires dont un majeur, elle devient logiquement numéro un mondiale de golf féminin, et à 22 ans seulement, confirmant le rajeunissement du circuit, mais aussi en mettant fin à la domination des joueuses asiatiques.

L’histoire de Nelly Korda ne peut pas être anecdotique.

A ce propos, elle a confié à l’Equipe : « C’est quelque chose pour lequel je travaille depuis que j’ai quatorze ans. (…) Je voulais gagner un majeur depuis ma première participation à ce niveau. »

Les sœurs Korda, qui sont en réalité en compétition sur les parcours de golf, ne nourrissent pourtant aucune rivalité l’une envers l’autre.

Lors de ce premier majeur remporté par Nelly Korda, on voit Jessica Korda la rejoindre sur le green du dix-huit pour lui sauter dans les bras, et la féliciter.

Jessica Korda a d’ailleurs affirmé à GolfDigest à ce propos : « Les gens aiment nous mettre l’une contre l’autre tout le temps pour voir si cela déclenche une rivalité ou quelque chose de ce genre. Mais nous continuions de décevoir tout le monde sur ce point ».

Sa sœur, Nelly Korda, a quant à elle déclaré : « Nous faisons quelques paris ici et là. Mais à la fin de la journée, nous voulons le meilleur pour l’autre, même si nous voulons également nous dépasser l’une l’autre. »

Pour s’encourager et rester unis, la fratrie a un groupe WhatsApp nommé « Le Trio », dans lequel ils se soutiennent lors des différentes compétitions sportives.

Les sœurs Korda vont d’ailleurs toutes deux participer aux Jeux Olympiques de Tokyo le mois prochain, et représenter les Etats-Unis.

Nelly Korda semble donc déjà à l’apogée de sa carrière golfique.

Avec ce titre, ses gains gagnés grâce au golf s’élèvent à plus de 5 millions de dollars à vingt-deux ans à peine.

Cependant, et comme nous le savons tous, le golf est loin d’être un jeu linéaire.

Comment a-t-elle fait pour arriver aussi vite, et même dépasser sa sœur qui est déjà une très bonne joueuse, avec une solide carrière à 28 ans.

Ses parents ont sans doute contribué, bien que joueur et joueuse de tennis, ils ont aidé à appréhender le milieu professionnel golfique, et réussi à inculquer la force de travail très jeune, et en parallèle des études à la maison. 

Le manager de Petr Korda, et aujourd’hui manager des enfants livre un témoignage croustillant sur l’ancien champion de tennis « Je crois qu’il est à moitié génial et à moitié fou. Il y a 12 ans, il rêvait de faire arriver ses trois enfants au sommet et au même moment »

Par exemple, il a mis sur pied un programme d’entraînement de long-terme, pour les faire progresser techniquement, de même qu’il a aidé son fils à faire des choix astucieux de tournois à disputer plutôt que d’autres, pour gagner rapidement des places au classement mondial de tennis.

Ce « programme » s’est parfois accompagné de petits sacrifices sur le court-terme, et on imagine sur une vie d’adolescent normal… Cela étant les « trois enfants » paraissent épanouis, et toujours souriants.

Petr Korda se plait à rester dans l’ombre, mais il semble bien qu’il exerce une influence considérable sur les choix de carrière de ses enfants, sans doute en vue de les protéger d’erreurs que lui a pu commettre.

La vraie question à se poser concernant Nelly Korda pourrait être : Combien de temps va-t-elle réussir à maintenir un tel niveau de jeu ?

Récemment, la joueuse a effectué un changement drastique dans son jeu, suite à l’US Women’s Open en juin 2021, où la golfeuse n’avait pas passé le cut pour la deuxième fois consécutive, fait tout de même rare au vue des chiffres que nous vous avons exposé plus haut, alors qu’elle avait joué le plus haut score de sa carrière sur 36 trous.

Pour remédier à cela, la semaine d’après, elle a effectué un changement radical au niveau de son putting.

Nelly Korda a opté pour changer la position de ses mains sur le grip du putter.

Elle a choisi de mettre sa main gauche en bas du grip, au lieu de sa main droite habituellement.

Cette inversion, favorise le blocage du poignet gauche contre le grip du putter, et apporterait plus de stabilité sur les petits putts, à moins d’un mètre, pour en rentrer davantage.

Ce changement de main sur le grip, qui n’est donc pas une position instinctive pour la golfeuse, a été difficile à mettre en place.

Elle déclare à Golf.com à ce propos : « C’est difficile, de passer d’une position conventionnelle, à la main gauche en bas. »

Avant de poursuivre : « C’est un changement drastique, surtout pendant un tournoi sous pression. Il faut vraiment s’y tenir. C’est un très grand changement. »

Elle affirme néanmoins trouver son putting meilleur avec cette technique : « J’ai l’impression que lorsque ma main gauche est en bas, mes épaules sont beaucoup plus droites. »

Elle ajoute ensuite : « Quand ma position des mains était plus conventionnelle, je levais mon épaule gauche plus haut. Lorsque j’étais sous pression, j’avais l’impression que j’arrêtais de me servir autant de mes épaules. Donc pour moi, c’est plus que juste une posture. »

Le putting est important pour elle car c’est justement avec le driving, son plus gros point fort.

Selon les statistiques de la LPGA, la joueuse drive à 273 yards, ce qui lui vaut la dixième place du classement.

Sa sœur, Jessica Korda, tient la huitième place du classement avec 274 yards. Les deux sœurs se tiennent dans un mouchoir de poche, et pourtant, elles ne paraissent pas être des « monstres » athlétiques.

Elles jouent dans un autre registre que la puissance pour néanmoins taper très loin.

Elle mesure 1m78 quand sa sœur est deux centimètres plus grande. Avec de grands segments, et surtout un excellent sens du rythme, elles mettent l’une comme l’autre l’amplitude de leur swing au service de la création de vitesse.

L’une comme l’autre peuvent envoyer la balle à plus de 150 mph au drive.

Cette capacité à lancer loin sert le jeu de golf de la nouvelle numéro un mondiale, car avec l’excellence de son putting, elle peut se classer numéro un pour le nombre de birdies ou d’eagles, et en toute logique, elle est aussi numéro pour la moyenne de score le plus bas.

En 2021, elle joue en moyenne moins de 69 coups par parties ! Sa place de numéro un mondiale ne doit donc rien au hasard.

Le coach de Nelly Korda, David Whelan, a commencé à travailler avec la golfeuse lorsqu’elle n’avait que quinze ans.

Nelly Korda, très reconnaissante envers son coach qui la suit depuis si longtemps, avait même déclaré en Septembre 2020 : « J’ai tellement confiance en Dave, je n’en serai pas là où je suis sans lui. Il tient une place spéciale dans mon cœur, et il l’aura toujours. Je pense que notre alchimie est indéniablement présente, et que nous travaillons bien ensemble. »

Sa sœur, Jessica Korda, a également été coaché par David Whelan.

Le coach, a alors fait quelques déclarations sur les progrès de la joueuse : « Elle est devenue beaucoup plus calme, et est certainement la meilleure driveuse que j’ai coachée. »

Et pourtant, le palmarès du coach est assez impressionnant, puisqu’en plus d’avoir coaché les sœurs Korda, il a également travaillé avec Paula Creamer, et Catriona Matthew.

Une fois de plus, on peut imaginer que les parents Korda ont largement contribué au choix du coach, et notamment pu le financer. La discipline familiale a fait le reste.

Autant le physique de Petr Korda, fin, longiligne et loin des canons de puissance athlétique des années 90 incarnées par Courrier, Agassi ou Sampras avait fini par être sa faiblesse, autant c’est amusant de noter qu’au golf, la taille de ses filles, tout en restant très fines est leur avantage 30 ans plus tard.

Le physique ne faisant pas tout, la culture de la gagne, et la discipline nous illustrent aujourd’hui l’héritage Korda sur le sport individuel de haut niveau, et en quelque sorte, la revanche du père.

Personne ne peut prédire l’avenir des trois enfants Korda, le passé nous apprend simplement l’ambition du père hier, et celle des enfants aujourd’hui.

A minima, il faut commencer à prendre très au sérieux les sœurs Korda, bien parties pour animer les prochaines années du golf féminin professionnel, et sans doute, en capacité de gagner d’autres majeurs.

Au vue de ses statistiques, Nelly Korda n’est pas désormais numéro un par hasard, et sa sœur Jessica, comme sa sœur, occupe un rang très élevé pour le nombre d’eagles sur le tour (3eme), et le top-10 pour les birdies.

Troisième pour la moyenne de score, les deux sœurs pourraient bien être les principales animatrices du classement mondial…

Le public français pourra les suivre plus particulièrement à l’occasion du prochain Evian Championship fin juillet.

Crédit photo : Lee Coleman/Icon Sportswir, Aaron Gilbert/Icon Sportswire et Ken Murray/Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 150
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Notre Top-5 des parcours de golf à découvrir en Gr...
Universités américaines (IV) : Préparer son projet...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.