Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Martin Kaymer: La fin de la traversée du désert d’un gentleman golfeur ?

Le come-back de Tiger Woods au plus haut niveau a déjà été largement commenté. Il a en quelque sorte occupé tout l’espace médiatique au sujet du golf. Cependant, il y a d’autres histoires de golfeurs qui ont traversé ou qui traversent encore une sorte de désert de résultats, avec bien entendu des raisons moins spectaculaires ou plus courantes pour un sportif de haut niveau, comme tout simplement la perte de confiance, et suite à une blessure. A l’occasion du Memorial disputé sur le parcours de Muirfield Village, chez Jack Nicklaus, l’allemand Martin Kaymer a retrouvé les feux des projecteurs après trois tours. En tête avec deux coups d’avances sur Adam Scott avant le dernier tour, il peut mettre fin à cinq ans sans victoire, une éternité pour un ancien numéro un mondial…

Découvrez nos formules d'abonnements

Quelques heures après l’arrestation de Tiger Woods, au bord d’un route le 29 mai 2017, et les clichés qui ont fait le tour du monde, Woods le regard dans le vide et sous « influence » médicamenteuse, la presse relaie l’information, et une vague de commentaires commence à fleurir sur les réseaux sociaux, entre les critiques, et les fans inconditionnels.

L’heure est à l’hystérie, et comme souvent dans ce type de moments, dans l’instant, ce n’est pas la réflexion qui prône mais seulement l’émotion.

Personne ne se pose la question du pourquoi, du comment, des causes et des conséquences.

Dans l’instant des réseaux sociaux, c’est seulement le bête combat des pour et des contres, des fans et des antis, qui trouvent là un nouveau moyen pour partie d’exprimer leurs frustrations, dans un événement qui prend une dimension internationale.

Très rapidement, et contre toute attente, l’opinion a basculé en faveur des pros-Woods, et notamment après de nombreuses vidéos de soutiens réalisés par les joueurs professionnels de golf, dont surtout celle de l’Allemand Martin Kaymer.

Cette série de vidéos ou de messages de soutien pour inciter le public à ne pas charger l’ancienne gloire du golf mondial se dit-on à l’époque, va avoir un impact considérable sur l’opinion publique.

Elle va siffler la fin du « Woods Bashing » et marquer un tournant dans l’histoire de Tiger Woods, et notamment en partie, expliquer son retour au plus haut niveau.

Peut-être pour la première fois, Woods va prendre conscience qu’il n’est pas si détesté par ses pairs, et par le public.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis son premier retour au Masters après les révélations sur sa vie sexuelle, et son divorce, où Billy Payne lui avait en quelque sorte écrit qu’il n’était pas le bienvenue à Augusta.

En réalisant cette petite vidéo diffusée d’abord sur Twitter, Martin Kaymer ne savait pas encore que lui, comme d’autres, allait déclencher le retour de Woods vers une quinzième victoire en Majeur.

Mais lui Kaymer à l’époque, où en était-il dans son golf ?

Vainqueur brillant et dominateur de l’US Open 2014 à Pinehurst, il était lui-aussi en train de traverser son propre désert personnel.

En juin 2017, trois ans après sa dernière victoire en majeur, Kaymer, dans la pénombre d’une chambre d’hôtel, seul, dans le moment le plus coutumier pour un golfeur professionnel, s’exprime devant son téléphone portable.

L’allemand prend la parole, et on ne peut pas s’empêcher de sentir l’émotion, mais surtout l’infinie tristesse et presque malaise du joueur dans ce moment.

On comprend rapidement qu’il s’exprime sur Tiger Woods, et veut lui rendre hommage pour son héritage, son jeu, et le fait d’avoir rapproché les gens de différentes couleurs.

« Il a inspiré les enfants, les adolescents, et beaucoup d’entre nous pour jouer au golf. »

A ce moment précis, il s’étonne que les gens soient aussi méchants avec Woods, le frappent alors qu’il est à terre.

Mais à ce moment-là, parle-t-il de Woods ou pense-t-il même l’espace d’un instant à sa propre histoire ?

Attention, il est très certainement sincère dans sa démarche par rapport à Woods. Son émotion l’a transporté jusqu’à réaliser cette vidéo rapidement virale.

Cependant, il y a forcément un peu de lui dans cette vidéo, et un peu de sa propre expérience de golfeur qui a connu le tout en haut, et le tout en bas, alors que de numéro un mondial, potentiel favori pour le Masters d’Augusta et traité comme tel, il est tombé au-delà de la 180eme place mondiale.

L’hériter de Bernard Langer, le leader du golf Allemand était en train d’expérimenter sa propre traversée du désert, sans trop savoir comment l’expliquer.

Il rappelle forcément un peu l’histoire du français Victor Dubuisson, leader du golf français, lui aussi tombé de son sommet golfique, et marqué par le fait de supporter toutes les attentes d’un peuple de golfeurs. Est-ce le fardeau du meilleur golfeur d’un pays ?

Dans sa vidéo, Kaymer s’exprime en deux temps : Le premier pour poser le contexte et déplorer la critique de Woods. Le second pour interroger, et demander pourquoi au contraire, « Nous » ne lui tendrions pas la main pour l’inspirer, comme lui « nous » a inspiré.

Cette deuxième partie a sans doute eu un effet rebond sur Kaymer au moment où Woods a enfilé une nouvelle fois la veste verte en avril dernier…

Woods réinspiré a peut-être quelque part montré la voie du retour à Kaymer.

A l’époque, cette simple vidéo avait seulement attiré le respect des fans de golf pour l’allemand, et quelque part, contribué à marquer un tournant dans les commentaires haineux sur les réseaux sociaux.

Il avait en quelque sorte sifflé la fin de la « récréation », et abaissé les tensions.

En ce début de mois de juin 2019, deux ans plus tard, Woods a achevé son chemin vers une vie plus heureuse désirée par Kaymer pour lui.

L’image de son fils dans les bras au sortir du 18 à Augusta a largement remplacé celle de l’homme arrêté au bord d’une route de Floride.

Deux ans plus tard, il ne poste plus une vidéo seul dans sa chambre d’hôtel, mais des cartes de score sous la barre des 70 pour se trouver en tête d’un des tournois les plus suivis sur le PGA Tour, le Memorial.

L’ironie de l’histoire veut qu’il ait deux coups d’avances sur Adam Scott, un autre ancien numéro un mondial en mal de victoires sur le tour.

Après cinq ans sans gagner, Martin Kaymer bien connu et apprécié du public du Golf National à Saint-Quentin-En-Yvelines, a décidé de changer son attitude, ce qui serait la principale explication de son regain de forme.

« Mon attitude a légèrement changé au cours de ces deux ou trois derniers mois. Je suis plus relax, plus calme sur le parcours. »

Justement, il y a deux ou trois mois… Woods gagnait le Masters. Comment ne pas y voir une drôle de coïncidence ?

Au cours du troisième tour, comme dans les meilleurs moments de sa carrière, Kaymer est apparu calme, patient et concentré pour jouer six coups sous le par.

Sera-t-il payé en retour d’une victoire à Muirfield pour sa bonne action, et ses bonnes pensées en faveur de Woods ?

Ce serait un juste retour des choses si les bonnes intentions jouaient au golf.

Kaymer sait au contraire que lorsque vous menez un tournoi de cette envergue, c’est surtout « entre vous et vous » !

« Pour l’instant, pour moi, c’est du pur plaisir. Je ne me vois pas tant de faiblesses dans mon jeu. »

Certainement plus fataliste ou plus expérimenté, à quelques heures de renouer ou pas avec la victoire, Kaymer admet qu’il ne sait pas comment les choses vont se passer sur le dernier tour. « C’est la beauté du golf. »

Il ajoute « Vous ne pouvez pas réellement vous préparer à ce qui va se passer. J’essaie juste d’embrasser ce challenge. Si je gagne, ce sera fantastique, si je ne gagne pas, j’apprendrai beaucoup, et cela m’aidera certainement. »

Depuis le temps où il avait pris le fauteuil de numéro un mondial et presque de manière inattendue, Kaymer a fait son propre chemin intérieur.

Il considère qu’il n’a plus de choses à se prouver, mais seulement à accepter ce que le golf pourra encore lui apporter, en bien ou en moins bien.

Heureux de partager sa dernière partie avec un « gentleman » en la personne d’Adam Scott, un peu dans la même situation que lui, Kaymer aura peut-être l’occasion de retrouver la lumière.

Au golf, un peu comme les Jedi, si on se réfère à la bande annonce du prochain volet de la saga Star Wars, « personne ne disparait jamais vraiment pour toujours… »

Crédit photo : Ian Johnson/Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 178
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Costa Navarino en Grèce, deux superbes parcours, e...
Boutier, de rookie à possible vainqueur de l'US Wo...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.