Posté par le dans Golf féminin

Lexi Thompson : De prodige à 15 ans, à figure du golf féminin américain

Lexi Thompson, golfeuse américaine de 26 ans aujourd’hui, ne se présente plus dans le monde du golf. Elle a été, à douze ans, la plus jeune golfeuse jamais qualifiée pour disputer l’US Open féminin. Golfeuse prodige, elle passe professionnelle de golf à quinze ans à peine. Depuis plusieurs mois, nous constatons qu’elle prend une place grandissante dans les médias américains, et enchaînent les contrats de sponsorings, au point où on peut considérer que sans être numéro un mondiale par les résultats, elle est de fait la « boss » du circuit. Aussi, elle lance prochainement sa marque de produits de beauté, un nouveau défi pour la golfeuse, qui s’improvise également business woman. Lexi Thompson semble donc porter le golf féminin d’aujourd’hui, et incarner l’image de la femme golfeuse. Mais qui est-elle ? Quel a été son parcours ? Et comment capitalise-t-elle sur son image?

Découvrez nos formules d'abonnements

Début juin, la numéro sept mondiale était bien présente à l’US Open féminin, et a même fini troisième du tournoi, alors qu’elle était en tête aux termes du troisième tour.

Sur les trois premiers jours, les résultats de la joueuse suivaient de près la gagnante Yuka Saso.

Elle s’est cependant effondrée le dernier jour, perdant finalement deux coups à la future vainqueur, Yuka Saso, qui l’a donc emporté avec un score de -4, contre -3 pour Lexi Thompson.

A un coup de golf près de la victoire donc… Mais pas n’importe lequel !

Un coup de golf à environ 600.000 dollars… (Puisque la gagnante a remporté 1 million de dollars, et Lexi Thompson 380.000 dollars, pour la troisième place du classement.)

Ce n’est pourtant pas la première fois que Lexi Thompson perd un tournoi de peu.

La golfeuse fait souvent partie des tops 10 dans les classements, et manque parfois de peu la première place.  Côté positif, cela signifie qu’elle est très régulièrement placée, et en capacité de gagner.

Cette joueuse, que le grand public a connu à quinze ans, a grandi et évolué sous le feu des projecteurs.

Mais alors qui est Lexi Thompson ?

La golfeuse américaine est née le 10 février 1995, à Coral Springs en Floride.

Son enfance a été bercée par le golf, et des ambitions d’ailleurs précoces pour ce sport, tirées en avant par ses frères, Nicholas, et Curtis.

Cette joueuse précoce, qui a grandi sur un golf, a réalisé son premier trou-en-un à l’âge de sept ans.

Cette performance semblait déjà prédire Lexi Thompson à une carrière prometteuse dans le golf.

Ses parents, aussi obsédés par le golf lui ont fait suivre des cours par correspondance, alors qu’elle passait déjà beaucoup de temps à voyager, et faire des compétitions de golf.

Ils considéraient même que l’école freinerait en fait sa progression golfique, et ses ambitions d’être numéro un.

Revers de la médaille, la jeune femme a déclaré bien plus tard qu’elle avait des problèmes avec son image, et notamment de son corps.

Par la suite, elle a pris très au sérieux son rôle de modèle féminin dans le golf, considérant qu’elle se devait d’apporter sa contribution à son sport, pour qu’il soit meilleur après elle, plutôt qu’avant.

Lorsqu’elle passe professionnelle à ses quinze ans, ses gains la première année s’élèvent déjà à 620.000 dollars.

En 2011, Lexi Thompson devient la plus jeune joueuse remportant un tournoi LPGA, à seulement seize ans, confirmant au passage toutes les attentes déjà précocement placées en elle.

Au total, dans sa carrière, elle a déjà remporté quatorze victoires professionnelles, dont un majeur en 2014, le Kraft Nabisco Championship.

Parmi les autres événements marquants de sa carrière, on peut retenir sa participation dans l’équipe Olympique des Etats-Unis en 2016, sa victoire au Race to CME Globe en 2017, équivalent de la Fedex Cup pour le golf masculin, sa victoire au CME Group Tour Championship en 2018 (dernier tournoi de la saison), et enfin sa première place au ShopRite Classic en 2019.

Concernant ses autres performances sur les tournois majeurs, elle a fini troisième du LPGA Women Champion en 2015, et deuxième à l’Evian Championship la même année.

En 2016, elle termine huitième de l’Open britannique, et encore seconde lors de l’US Open en 2019 qu’elle n’arrive donc toujours pas à gagner, faisant un peu penser au jeune Phil Mickelson avant qu’il ne gagne son premier Masters, considéré comme le meilleur golfeur du monde, à ne pas avoir gagné ce majeur. 

Aussi, la joueuse n’a pas eu peur de se confronter aux golfeurs, en s’inscrivant à des tournois masculins, dont un en juillet 2020 où elle a fini deuxième.

Durant sa carrière golfique, elle a remporté près de 11.257.566 dollars, une somme qui n’inclue pas les multiples gros contrats signés avec des marques pour exploiter son image.

A titre de comparaison, la joueuse ayant remporté la plus grosse somme d’argent dans sa carrière golfique est Annika Sorenstam, avec 22.577.025 dollars. 

Par conséquent, Lexi Thompson se placerait déjà à la quinzième place des golfeuses ayant remporté le plus d’argent avec le golf, et pourtant elle n’a que 26 ans, et une longue carrière devant elle.

A cette somme, s’ajoute aussi tous les partenaires et sponsors de la golfeuse.

Parmi ces entreprises qui ont signé avec Lexi Thompson, on peut citer IBM, Bridgestone Golf, Bentley, mais aussi Red Bull, Zurich Insurance, Puma-Cobra Golf, EA Sports, Rolex…

Tous ces contrats en font donc un des visages les plus vus à la télévision américaine. On pourrait se risquer à dire qu’elle est aujourd’hui le chouchou du public américain, et rien qu’à en juger par le nombre de spectateurs qui suivaient encore sa dernière partie dimanche dernier, alors à la bataille pour remporter l’US Open Féminin.

La jeune femme a également, en 2020, lancé sa propre marque qui se décompose en trois branches : Lexi golf, Lexi fitness et Lexi skin.

La golfeuse sur son compte Instagram ne semble pas, à l’image des GolfBabes, ressentir le besoin de s’afficher dénuder sur les réseaux sociaux pour faire parler d’elle. Bien au contraire, elle valorise ses talents de golfeuses talentueuses, mais aussi sa puissance.

Car, dès ses débuts, elle s’est faite remarquée pour sa capacité à lancer loin, et n’a jamais démenti cette disposition.

En 2021, sur 146 golfeuses du LPGA Tour « mesurées », Lexi Thompson se classe déjà dans le top-4 des plus longues frappeuses au drive, avec une moyenne de 277 yards (253 mètres).

Rappelons qu’elle mesure 1m83 pour 72 kilos… Nous avions déjà eu l’occasion de parler de puissance à son sujet, et au drive, à l’occasion d’un article sur l’utilisation de la force verticale.

C’est indéniablement un des éléments qui concourent à sa popularité aux Etats-Unis, où la puissance au golf est fortement valorisée.

En parcourant son compte, aucune photo sexy ou en maillot de bain, mais des photos de golf et d’entraînements sportifs.

Toutefois, en mai 2015, elle avait posé pour le magazine Golf Digest, et notamment pour son spécial Golf Fitness, où justement elle illustrait son corps, mais surtout sa préparation athlétique.

A l’époque, elle succédait aux deux autres figures connues outre-Atlantique, Holly Sonders, et Paulina Gretsky, lui conférant toujours plus de popularité.

Dans un précédent article sur le golf féminin, nous parlions de Paige Spiranac, qui avait bâti sa fortune principalement sur son physique, et plus particulièrement son décolleté, sans avoir jamais gagné de majeurs.

Elle avait remporté plus d’argent grâce à son image décomplexée sur les réseaux sociaux, que grâce à son jeu de golf.

Une tendance qui prend de plus en plus d’ampleur dans le golf féminin, où certaines golfeuses ont compris que pour faire parler de golf féminin, elles avaient besoin d’un « coup de pouce ».

Le compte Instagram de Lexi Thompson compte plus de 500 000 abonnées, contre plus de trois millions pour Paige Spiranac.  A noter qu’elle compte aussi plus de 450 000 followers sur Twitter.

Une méthode qui semble donc moins rapporter en termes de visibilité sur les réseaux sociaux, malgré les bons résultats sportifs de la numéro sept mondiale…

Les réseaux sociaux qui ne l’ont d’ailleurs pas toujours épargné, en relation avec son exposition. En avril 2019, elle a effectivement provisoirement coupé son compte, et à la suite d’insultes reçues pour avoir partagé une partie de golf avec l’ancien locataire de la Maison-Blanche, Donald Trump.

La golfeuse qui avait déjà joué avec le Président avait pourtant pris soin de préciser qu’elle n’était pas impliquée politiquement.

Lexi Thompson, a exploité son image autrement, en devenant la figure emblématique du golf féminin, grâce à son jeu certes, mais aussi son charisme, et son engagement lors des événements caritatifs.

Malgré nos recherches, nous n’avons pas trouvé d’éléments pouvant nous permettre d’analyser ses autres ressources financières, et notamment les revenus liés à la publicité, et particulièrement celui la liant à IBM.

Pourquoi IBM nous intéressait ? Car à la télévision américaine, le nombre de spots où la joueuse vante les solutions de Cloud proposées par le géant américain se répètent à un rythme effréné, et ce seul contrat pourrait probablement suffire à Lexi pour largement dépasser les revenus publicitaires de Paige Spiranac.

Toutefois, selon planetsport.com, la valeur nette d’image de l’américaine était déjà estimée à 2 millions de dollars en 2019, et la même année, elle était aussi dans le top-30 des sportifs de moins de 30 ans les plus influents, au même titre que le golfeur Justin Thomas.

Chaque année, elle arrive à ajouter un nouveau partenaire, et pas des moindres, après Cobra-Puma, Bridgestone ou encore Lexus ont associé leur image à cette championne, qui de nos jours, incarne quasiment à elle-seule le golf féminin dans les médias, et d’ailleurs il y a un parallèle à faire avec sa rivalité avec les joueuses asiatiques, car elle est souvent bien seule comme occidentale au sommet des leaderboards.

C’est peut-être la première joueuse de l’histoire du golf qui est confrontée à une telle situation. Du temps d’Annika Sorenstam ou plus récemment de Paula Creamer, la domination de l’Asie n’était pas aussi forte.

Le golf américain comptait aisément plusieurs joueuses dans le top-10 mondial, alors que de nos jours, seule Lexi fait régulièrement partie* de ce classement, ce qui contribue à en faire une figure unique.

*Certes, en 2021, Nelly Korda, Danielle Kang, Brooke Henderson (Canada) et Jessica Korda sont à la lutte pour les premières places du Women Rolex Ranking, mais aucune à ce jour ne rivalise avec Lexi en termes de contrats d’images. 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 101
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

GolfHER : Une communauté golfique pour les femmes,...
Quelles sont les distances moyennes réelles des go...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.