Posté par le dans Accessoires Golf

Les nouvelles technologies: Un réel avantage pour les golfeurs ou bien un frein aux performances?

Les nouvelles technologies ont littéralement transformé le monde du golf depuis quelques années. Clubs connectés, balles intelligentes dotées d’un GPS intégré, drones, chariots robotisés, Trackman… L’industrie du golf place au cœur de ses préoccupations l’amélioration des performances et la qualité de jeu de ses adhérents. Cependant, ces innovations bien que révolutionnaires dans l’analyse et le perfectionnement du jeu, peuvent également représenter un frein aux performances. Alors, comment les utiliser à bon escient ? Quelles sont les limites à ne pas dépasser ? Jean-Nicolas Stenger, un coach de haut niveau basé à Strasbourg ainsi que Romain Langasque, joueur sur l’European Tour que l’on ne présente plus, nous livreront leurs témoignages exclusifs à ce sujet. Un article de Laura Kaslin

Découvrez nos formules d'abonnements

Le Trackman, un outil à la pointe de la technologie 

Devenu le partenaire exclusif du PGA Tour, le Trackman, est un petit radar permettant d’analyser le swing ainsi que la trajectoire de balle (distance, effet). Il permet de récolter un flux de données important concernant la frappe du joueur, envoyées en temps réel sur son smartphone, tablette…

Il est un élément redoutable afin de mettre ses clubs à l’épreuve, comprendre comment ils frappent (angles d’attaque, vitesse) et connaître quel club correspond le mieux au joueur.

En effet, on peut séparer les données apportées par le Trackman en deux catégories distinctes : Les données du club et les données du vol de balle.

Il permet également de corriger le swing du joueur, ainsi que d’avoir un suivi des performances au fil des séances.

Ces nouvelles technologies sont aussi utiles aux joueurs qu’aux coachs, puisqu’elles leur permettent d’élaborer un entraînement plus précis sur les points d’amélioration du golfeur. 

Cependant, l’acquisition d’un Trackman, bien qu’onéreux (entre 15 000€ et 25 000€), ne dispense pas des conseils d’un professionnel.

En effet, les statistiques et données recueillies par le radar doivent être interprétées par un spécialiste, afin d’être exploitées au mieux, et ainsi de déterminer le bon diagnostic. 

Le Trackman est donc devenu l’outil indispensable à la perfection de son fitting.

Pour les plus petits budgets, il est également disponible à la location dans certains golfs afin de réaliser son bilan personnalisé en une heure seulement. 

Les gadgets numériques ont explosé sur les parcours de golf, montre GPS, clubs avec capteurs intégrés, gants connectés, télémètres (indicateur de la distance séparant le joueur du trou) …

Tous les outils sont bons pour améliorer ses performances tout en restant ultra-connecté.

Mais rassurez-vous, ces gadgets ne sont pas réservés qu’aux pros !

Pour le golfeur amateur, il est aujourd’hui très facile de déterminer ses statistiques de jeu grâce à de nombreuses applications smartphone offertes ou bien sur abonnement.

Elles permettent entre autre de mesurer la qualité de son geste grâce à des capteurs, d’apprécier les distances, ou encore de suivre le score (ShotScope, Arccos, Game Golf...)

L’avis d’un coach ultra connecté : Jean-Nicolas Stenger 

Jean-Nicolas Stenger, 28 ans, récemment joueur professionnel sur le Pro Golf Tour et le Alps Tour, a été dans le top 100 français amateur.

Il a aujourd’hui fait le choix de se lancer dans le coaching de haut niveau de joueurs à haut potentiel, au golf de Kempferhof à Strasbourg. 

Pour lui, les nouvelles technologies représentent l’avenir et répondent à un réel besoin des golfeurs et des golfeuses.

Le coach utilise principalement le Trackman tous les jours, le golf de Kumpferhof en possède d’ailleurs plusieurs, dont un Trackman range unique en France (le practice connecté au radar). 

Il utilise également les plaques de forces 3D de manière plus occasionnelle.

Les plaques de forces 3D permettent de mesurer les appuis dans les 3 dimensions : latérale, verticale et les mouvements rotatifs.

Elles ont pour but d’optimiser les forces du sol, afin de rendre le joueur plus puissant, ainsi que de fluidifier les courbes.

Dans ce golf très connecté, technologie est bel et bien synonyme de performance.

Cependant l’académie n’enseigne pas qu’aux joueurs de haut niveau, rendant aussi les technologies accessibles aux joueurs amateurs, débutants ainsi que pour les initiations.

Pour le jeune coach, débuter le golf avec les nouvelles technologies apporte une dimension plus ludique à l’apprentissage. 

« On optimise la personne au maximum au niveau des forces du sol, des trajectoires etc… Mais avec ses capacités et sa personnalité. On ne les met plus dans les moules comme à l’époque. » Déclare Jean-Nicolas Stenger. 

Pour lui, les nouvelles technologies ne représentent en aucun cas un frein aux performances, bien au contraire. « Elles permettent d’aller plus loin dans le détail, d’être plus précis, mais surtout plus factuel. Je travaille beaucoup à l’aide de statistiques, et cela évite que les émotions entrent en jeu à haut niveau ».

En effet, selon lui, la dimension concrète apportée par les données permet de se déconnecter de ses émotions, afin de rester plus concentré lors des compétitions. 

« Les nouvelles technologies représentent un réel avantage pour les performances, c’est évident ! » nous assure-t-il.

Il ajoute tout de même qu’elles doivent être couplées avec une préparation physique irréprochable, ainsi qu’une nutrition stricte pour être efficace. 

Nous l’avons bien compris, l’utilisation du radar au golf de Kumpferhof est donc primordiale et surtout quotidienne lors des coachings, quel que soit le niveau des joueurs. 

L’avis de l’étoile montante du golf français: Romain Langasque 

Romain Langasque, 25 ans, joue sur l’European Tour depuis maintenant 4 ans.

Il a gagné le championnat de golf amateur de Grande-Bretagne en 2015, et a disputé sa place aux Masters d’Augusta l’année suivante.

2019 a signé sa meilleure année où il a fini 24ème de la Race to Dubaï.

Lors de la coupe du monde du golf à Melbourne en 2016, il décroche le meilleur résultat français avec la 2ème place par équipe en tandem avec Victor Dubuisson.

Figurent également à son palmarès la place de numéro 3 mondial dans la catégorie amateur (devant Bryson DeChambeau et Jon Rahm), et son meilleur classement en pro s’élève à la 100ème place mondiale. 

Il utilise également les nouvelles technologies lors de ses entraînements, et spécialement le Trackman.

Pour son utilisation personnelle, il l’exploite de trois façons différentes : Pour vérifier des points techniques, faire de la performance au practice, et enfin pour faire son étalonnage.

Il l’utilise en tournoi tous les jours, et de manière plus occasionnelle le reste du temps.

Le joueur prodige a accepté de confier à notre rédaction son avis sur ce radar dont on parle tant. 

Selon Romain, il permet avant tout de « confirmer les choses que l’on peut voir à l’œil nu ou pas ».

Il nous explique qu’il permet d’avoir un feedback important et essentiel lors de ses entraînements. 

Toujours selon lui, il comporte de multiples avantages pour les joueurs.

Il permet un gain de temps considérable, tout en améliorant ses performances ainsi que sa précision.

Cependant, il avoue lui trouver également quelques inconvénients de taille. 

« Un des inconvénients serait de ne plus vraiment jouer au golf, mais d’être focus sur des choses qui ne sont pas utiles. Etre trop concentré sur la technique, sur les données des clubs, être trop précis et se prendre la tête plus que de raison. » 

En effet, cette avalanche de données techniques peut parasiter le jeu des joueurs s’ils y accordent trop d’importance.

Aussi, cela peut faire disparaître la notion de plaisir du jeu, qui reste avant tout un jeu de feeling et d’instinct. 

Il nous a également confié : « Je pense que cela représente un réel avantage si l’on sait s’en servir comme il faut et si l’on se concentre sur les bonnes choses. Cela peut être un énorme frein si l’on s’en sert trop, et surtout mal. » 

Néanmoins, le jeune joueur est clair : il est 100% pour les nouvelles technologies au service de la performance, dans la mesure où elles sont utilisées utilement et durablement.

Pour lui, les joueurs qui ne s’en servent pas font autant une erreur que ceux qui s’en servent à outrance. « Il faut trouver un juste milieu, comme dans tout » avoue-t-il. 

S’il avait un conseil à donner aux joueurs qui ne jurent que par les applis et autres technologies, il leur dirait que pour lui, ce n’est pas une source de performance maximale, qu’il faut s’en servir à bon escient et surtout faire la part des choses entre le jeu de golf et les nouvelles technologies. 

Il a fini l’interview par une phrase marquante : « A un moment donné il ne faut pas oublier que l’on est des joueurs de golf, et qu’il faut jouer au golf. » 

Parmi les autres problèmes soulevés par l’utilisation abusive des nouvelles technologies, on recense également que les joueurs oublient parfois de travailler la mémoire musculaire en faisant trop confiance aux suivis d’entraînements.

Il est également à garder à l’esprit que le golf est un sport de tradition, et qu’il ne faut pas oublier les méthodes de travail traditionnelles.

Enfin, cela entraîne des parties à rallonge puisque les joueurs consultent leur téléphone à chaque trou, et pour connaître leurs statistiques.

Il serait parfois nécessaire de lever le nez de son écran et d’oublier la technique afin d’apprécier et de s’émerveiller devant la nature qui fait la richesse de ce sport. 

L’impression 3D : La nouvelle révolution dans le monde du golf 

Après toutes ces innovations conçues dans le but de satisfaire les joueurs, c’est maintenant l’impression 3D qui va bousculer les codes ! 

En effet, la marque Cobra Golf, qui se veut leader dans l’innovation des clubs de golf, a récemment annoncé qu’elle aura maintenant recours à l’impression 3D pour la production de ses clubs.

Cela leur permettra un mode de fabrication beaucoup plus efficace, afin d’obtenir des résultats optimaux.

Le groupe a choisi la marque HP avec leur technologie HP Metal Jet pour sa production de masse de pièces métalliques, qui serait selon eux jusqu’à 50 fois plus rapide et moins onéreuse. 

L’objectif de cette démarche est de personnaliser le club pour le joueur dès sa création sans aucun coût supplémentaire.

Cobra Golf peut donc choisir de déplacer le centre de gravité ou la masse du club afin de l’adapter au jeu du joueur, de le rendre plus léger tout en restant solide.

Cela apporterait un réel plus au golfeur, qui pourrait obtenir des clubs « sur-mesure ». 

José Miraflor, vice-président marketing de Cobra Golf a déclaré à ce propos : « Cobra Golf s’efforce de fournir des produits de haute performance qui aident les golfeurs de tous niveaux à améliorer leur performance ou à profiter pleinement de ce sport ». 

La collection Cobra 3D Metal Jet sortira, si tout se passe comme prévu, cet automne. 

Crédit photo : Crédit photo : J-N. Stenger, golf de Kumpferhof / HP / JeudeGolf

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 298
  • 1 commentaire
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Témoignage d'un golfeur senior : Reprendre le golf...
Pour être le meilleur golfeur du monde : Il faut d...

Auteur

 

Commentaires   

clauss_mathieu@yahoo.fr
0 #1 Correctionclauss_mathieu@yahoo.fr 02-08-2020 12:44
Il y a une faute dans le nom du golf c’est le Kempferhof

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.