Posté par le dans Golf féminin

Le premier cours de golf d’une joueuse débutante

Vendredi 26 mars, j’ai eu le plaisir de me mettre dans la peau d’une jeune femme débutante, qui va suivre son premier cours de golf. Clotilde Chazot, a été ma professeure de golf pour cette séance, au golf de Grand Lyon Chassieu, près de Lyon. Comment se passe un premier cours de golf, quels sont les attentes et les objectifs d’une débutante. Je me suis mis dans la peau de mon sujet, pour un reportage plus authentique et en immersion.

Découvrez nos formules d'abonnements

Sur le trajet pour aller à mon premier cours de golf, je regarde mon GPS : Plus que 400m, et je suis pourtant toujours en pleine ville, à 15 minutes de mon lieu d’habitation. Difficile de croire que se cache un golf aussi accessible et aussi près de chez moi.

La météo est idéale pour ce cours de golf, le soleil est de sorti et je vois en arrivant sur le parking que beaucoup de golfeurs et golfeuses ont eu la même idée que moi aujourd’hui.

Je rencontre Clotilde Chazot au club-house, qui donne un petit coup à ses chaussures, avant de m’accompagner sur le green réservé aux enseignants.

Clotilde Chazot a 33 ans et joue au golf depuis 22 ans. Elle enseigne au golf Bluegreen de Chassieu depuis 2015, et tient également le rôle de responsable de l’enseignement.

Elle m’explique alors que chaque enseignant a une approche différente des premiers cours de golf, mais qu’elle va me montrer sa méthode à elle.

Tout d’abord, quels sont les clubs à avoir lorsqu’on est débutant, et à quoi servent-ils ?

Clotilde Chazot sort tous les clubs nécessaires de son sac, et me les présente dans l’ordre du moins ouvert au plus ouvert, afin de bien saisir la différence entre tous.

Pour une débutante, il est conseillé d’avoir dans son sac une demie-série de clubs, avec : 

 Un sandwedge, qui va permettre de monter un peu la balle, de passer au-dessus d’un obstacle, ou de sortir d’un bunker.

Un fer 9, un peu plus fermé et plus long que le sandwedge. Un fer 7, un hydride et enfin un driver.

Clotilde Chazot me précise ensuite que pour une femme de petite taille, autour de 1m55, des clubs juniors peuvent correspondre à la morphologie de la joueuse. C’est ce qu’elle conseille à ses propres élèves, et cela fonctionne plutôt bien selon elle.

Dans mon cas, je mesure 1m60, je n’ai donc pas besoin de clubs juniors.

A titre personnel, elle débute l’enseignement des premiers cours par le petit jeu.

Le but étant de simplement sentir les sensations sans penser à la technique ou au geste parfait, et rentrer la balle dans le trou, tout simplement, afin d’avoir un premier avant-goût de victoire.

Deuxième étape de mon initiation au golf, elle m’explique le grip, c’est-à-dire comment tenir correctement mon club de golf.

Etant droitière, je dois donc placer ma main droite plus basse, et ma main gauche un peu plus haute sur le manche, et par-dessus l’autre avec une très légère pression.

Il ne s’agit pas de se crisper sur le club, mais de le tenir avec une pression du bout de doigts, assez souple.

Il s’agit d’une position des mains qui m’a paru assez instinctive, et pas trop compliqué à intégrer dès le début du cours. 

S’ensuivent alors des petits exercices pour ressentir mes premières sensations de golf dans le putting, et visualiser la longueur de mes putts.

Je tire quelques putts, toujours relativement près du trou. Malgré la facilité de l’exercice, voir rentrer la balle dans le trou me donne confiance pour les prochains exercices.

Je découvre également le plaisir d’entendre le bruit de la balle tomber dans le trou.

Ensuite, Clotilde Chazot me lance un défi. Nous nous éloignons du trou, et je dois rentrer la balle en trois putts seulement. Un petit challenge, afin de commencer à instaurer la notion de calcul et de distance dans mes coups.

Elle m’explique ensuite que c’est comme cela qu’elle procède avec ses débutantes dans les premières séances, en rapetissant la zone de jeu au départ sur le green, puis s’éloigner de plus en plus du green pour faire des approches.

La deuxième partie de mon cours s’est donc tout naturellement axée sur les approches. La pro m’illustre alors le mouvement de balancier avec les bras que je dois effectuer afin de faire décoller ma balle, à l’aide d’un fer 9.

C’est alors que les premières frustrations arrivent, ma balle roule plus qu’elle ne prend de la hauteur.

Après plusieurs essais, je me rends compte que mon balancier avec les bras ne va pas jusqu’au bout une fois la balle touchée. Je n’accompagne pas suffisamment la balle pour lui donner de la hauteur.

Pour m’aider à mieux réaliser mon balancier jusqu’au bout et visualiser ce qu’elle appelle mon « chemin de club », la coach dépose deux sticks parallèles au sol dans le but de me donner des repères.

Cet outil m’a effectivement aidé, car mon balancier commençait trop à l’arrière de mon corps, et pas droit latéralement par rapport au sol.

Cet exercice peut également se faire avec deux clubs posés parallèlement au sol, si vous n’avez pas de sticks.

Le côté addictif du jeu étant déjà en place, je ne peux m’empêcher de réitérer mes essaies. Une dernière. Encore une dernière. « Bon cette fois c’est vraiment la dernière ! ».

Mais en vain, la balle n’a que très peu décollée. C’est là la réalité du golfeur ou de la golfeuse débutante, accepter que l’on n’arrive pas au résultat escompté tout de suite, et de clore la séance là-dessus…

A la fin de ma séance, Clotilde me demande alors de m’entraîner jusqu’au prochain cours, car il est nécessaire de pratiquer pour intégrer les notions vues en cours.

Le prochain cours sera axé sur le putting, les approches, et nous irons ensuite taper quelques balles au practice, avec un driver.

Elle m’affirme qu’elle essaie de mettre assez rapidement un driver dans les mains d’une femme débutante, car c’est un club avec la tête plus large donc plus facile à jouer. J’aurai en effet moins de choses de louper ma balle, pour un maximum de sensations !

Bilan de mon premier cours de golf 

J’ai pris beaucoup de plaisir durant cette heure de cours avec Clotilde Chazot, qui a su se montrer à l’écoute et très motivante, malgré mes quelques frustrations !

Sentir mes premières sensations de golf a été une très bonne expérience, cela m’a permis de prendre du plaisir tout en commençant à comprendre la complexité du jeu.

Intégrer la notion de coups rapidement m’a aussi permis de commencer à élaborer des petites stratégies pour arriver à la victoire.

Il me tarde maintenant de découvrir les autres aspects et nuances du jeu, et notamment entendre le joli bruit de mon driver qui tapera ma balle au prochain cours !

L’enseignante m’expliquait que, des débutants qu’elle a en cours, seulement environ 2% arrêtent après la première séance car le golf ne leur plaît pas.

Elle ajoute alors que la plupart reste car ils se sont inscrits au golf après avoir suivi une initiation au préalable.

Il est vrai que c’est un sport qui requiert de la patience, du temps et de l’entraînement.

Même les joueurs très expérimentés ressentent des difficultés et des frustrations dans leur jeu, et c’est, selon moi, ce qui peut décourager certains débutants.

C’est pourquoi, de mon point de vue, ne pas instaurer trop de difficultés techniques dans les premiers cours, est une chose essentielle pour garder le plaisir du jeu.

Si l’enseignement est dès le départ trop technique, trop compliqué, le débutant ou la débutante pourrait perdre sa motivation plus rapidement, pensant que le golf n’est pas pour lui ou pour elle. 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 251
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Cabo del Sol au Mexique : Un oasis dans le désert,...
Le retour de retraite courageux d'Annika Sorenstam...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.