Posté par le dans Interviews

Le combat de Pierre Girard pour plus de civisme dans le golf

Qui n’a pas déjà eu une partie de golf gâchée par des mauvais comportements ? Des parties de six heures devant vous, des golfeurs pressés derrière, des pitchs pas relevés, des bunkers impraticables…? Ces « petites » incivilités, Pierre Girard, enseignant de golf au golf de la Vaucouleurs ne les supportent plus. Il a donc décidé d’agir pour éradiquer les mauvais comportements des golfeurs sur les parcours, à travers des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. Ces petites vidéos tournées sur le ton de l’humour, sont rapidement devenues virales sur les réseaux de golfeurs, et ont même traversé les frontières. Alors qui est ce professeur de golf qui se bat pour conserver l’étiquette du golf, à travers ses « leçons de civisme » ? Comment ont été accueillies ces vidéos coups de gueule dans la communauté golfique ? Pierre Girard nous livre son témoignage dans cet article.

Découvrez nos formules d'abonnements

Pierre Girard, cinquante ans, a commencé le golf un peu avant ses dix ans, dans un golf familial.

Pris de passion pour ce sport, il a passé son diplôme d’enseignant deuxième degré, et a décidé de partir donner des cours de golf aux expatriés sur le continent africain.

Centre Afrique, Congo, Tchad, le golfeur a fait ce qu’il aime le plus : Transmettre sa passion pour le sport.

Il est ensuite rentré en France, dû à la situation dans ces pays, et est arrivé au golf de la Vaucouleurs, près de Paris.

Enseignant de golf depuis presque trente ans, Pierre Girard aime tout particulièrement le côté humain de son métier.

Il affirme qu’il n’a jamais à faire aux mêmes personnes, parfois les gens sont très sympathiques, parfois « des abrutis », en ajoutant : « Même si l’on a quelqu’un de spécial en face de soi, on a toujours envie de lui expliquer à quel point c’est idiot d’agir de telle ou de telle façon, on a envie de le faire évoluer ! »

Face à ces comportements « idiots », Pierre Girard a cherché comment faire passer le message de manière diplomatique aux golfeurs, et golfeuses.

Il explique : « De manière diplomatique, c’est parfois compliqué de dire à un chef d’entreprise qui joue sur le parcours, et qui semble tout savoir mieux que tout le monde, que c’est un abruti parce qu’il n’a pas relevé le pitch qu’il vient de faire. »

Avant de poursuivre : « Ou alors de le voir rentrer dans le bunker, passer à côté du râteau, et sortir comme si de rien n’était. En général, sur le moment, je prends sur moi, et lui fait un petit rappel pour ne pas oublier le côté respect communautaire. »

Après quelques secondes, il finit par avouer : « alors qu’en fait, je n’ai qu’une envie, c’est de lui dire : Mais qu’est-ce que tu fous abruti, ça fait vingt ans que tu joues, et t’es pas foutu d’avoir pris le réflexe de prendre le râteau pour ceux qui passent après ?! »

Lors de sa première vidéo, en septembre 2017, Pierre Girard était tout seul sur le parcours, et a décidé comme à son habitude après le travail, d’aller faire neuf trous pour se détendre.

Il raconte : « Premier trou, je rebouche cinq pitchs, deuxième trou pareil, jusqu’au quatrième trou où là il y avait des marques flagrantes. Cela m’a rendu triste de voir que certaines personnes n’en ont encore rien à faire. Je me suis dit j’en ai marre, je vais passer un coup de gueule. »

Cet enseignant de golf se décrit « pas trop réseaux sociaux à la base », simplement pour son entourage proche et un peu professionnel, mais rien de plus.

Mais ce jour-là, désarmé, il a pris son téléphone, et a décidé de tourner une vidéo improvisée, un peu humoristique, et de la publier sur Facebook.

Sur cette vidéo, la première vidéo « leçon de civisme » d’une longue série, le passionné explique pourquoi il est important de relever ses pitchs, sur un ton à la fois léger, drôle et un peu moralisateur.

Ce personnage, ce professeur sûr de lui, au ton un peu hautain et condescendant, Pierre Girard se l’est créé pour ses petites vidéos.

Il affirme : « certaines personnes me reprochent mon ton hautain, mais ce personnage, ce n’est pas du tout moi. Je me suis permis de jouer le rôle d’un personnage donneur de leçons que je n’aimerais pas rencontrer non plus dans la vie de tous les jours. C’est un moyen de faire passer mon message sur un ton plus léger. »

Aussitôt cette première vidéo partagée, les réactions ont fusé, et les partages aussi.

De fil en aiguille, elle a même été partagée au golf de Nouméa, au Maroc, en Belgique, au Gabon, et a rapidement atteint les 40.000 vues.

 

Pierre Girard a ensuite reçu un flot de messages bienveillants, de directeurs de golf, de professionnels de golf, de joueurs, mais aussi de golfeurs qui avouaient se sentir concernés par ces petites infractions golfiques.

Ces réactions lui ont alors donné l’idée de faire chaque mois une petite vidéo de rappel de l’étiquette, et il a depuis gardé cette trame.

L’enseignant en est aujourd’hui à la vidéo leçon de civisme 47.

Il avoue tout de même que ses vidéos sont réalisées « toute modestie gardée », car il ne s’estime pas être un modèle de perfection non plus.

Il ajoute : « J’ai aussi tourné des vidéos coup de gueule sur les trois thèmes qui me tiennent à cœur : Le golf : un sport de riches, le golf : un sport de vieux, et le golf : pas un sport. Cela m’a permis de bien me lâcher sur ces discours négatifs envers notre fabuleux jeu. »

Le golfeur ne se doutait donc pas de l’ampleur que prendraient ses vidéos, et affirme que ce n’était pas non plus le but recherché.

Il déclare : « Le nombre de vues, je m’en fous, je ne suis pas influenceur, et je ne fais pas de commerce avec ça. Je n’en attends rien de manière directe. Mais lorsqu’une vidéo marche bien ça me fait plaisir de voir que ça parle aux gens. Ca m’encourage à continuer à dire ce qu’on ne peut pas toujours dire de manière diplomatique en face. »

Il avoue tout de même que selon lui, ses leçons de civisme n’ont encore pas assez pris d’ampleur, aux vues de tous les pitchs, et autres, qu’il voit encore sur les parcours de golf en France.

« Je voudrais que les golfeurs qui voient des pitchs se disent : Ah non non leçon de civisme numéro 23 ! » ajoute-il en plaisantant.

Pierre Girard ajoute ensuite que selon lui, il n’y a pas assez de messages concernant l’étiquette dans les golfs.

Il développe : « Il devrait y avoir des encarts qui expliquent l’importance de ratisser les bunkers, de chercher les pitchs, il devrait y avoir plus de communication là-dessus ».

Avant de poursuivre : « La fédération a fait pas mal de choses sur ce sujet, mais ça reste encore trop scolaire et rébarbatif. »

Et sur la question de « comment faire plus de communication sur ce sujet ? », Pierre Girard ne manque pas d’idées :

« Il faudrait que des comiques s’y intéressent. Je sais que Dany Boon est golfeur par exemple, s’il faisait un sketch là-dessus en se moquant des gens, cela marquerait plus, et le message passerait mieux. »

Le constat sur le civisme des golfeurs de Pierre Girard est-il si dramatique que cela ?

L’enseignant répond alors que ce qui lui tient à cœur dans ses vidéos, c’est de toujours bien préciser qu’il ne s’adresse pas à tous les golfeurs.

Il explique : « Je ne veux pas stigmatiser. Il y a quand même 60% des golfeurs qui se comportent super bien sur les parcours. »

Le golfeur tient tout de même à préciser que ces 40 autres pourcents n’ont rien à voir avec le golf au terme sportif.

Pour lui, ce sont des personnes qui sont sûrement irrespectueuses dans la vie de tous les jours également.

Pour lui, il existe deux cas de figure : Ceux pour qui il est trop tard, car leur éducation a été mal faite. Et ceux qui ne savent tout simplement pas, qui ne connaissent pas l’importance de l’étiquette, et qui ne sont pas conscients de toutes ces règles.

En effet, l’enseignant affirme que le golf est régi par beaucoup de codes assez compliqués que les golfeurs ne connaissent peut-être pas toujours.

Et c’est dans ce cas-là qu’il est important pour lui de leur expliquer pourquoi faire toutes ces choses est important.

Important pour le parcours, pour les autres joueurs, mais aussi pour conserver l’étiquette et les belles valeurs de ce sport.

Il ajoute : « Si l’on veut conserver cette étiquette, c’est pour faciliter le jeu de ceux qui passent derrière. Dans le golf il y a une certaine noblesse et un aspect gentleman qu’il ne faut pas perdre, et qui se perd un peu malheureusement. Ce sont des valeurs qui font l’essentiel d’un sport. »

Ces vidéos ont apporté à Pierre Girard 99% de commentaires et retours bienveillants et encourageant sur son « combat » de tous les jours.

Le 1% restant sont des détracteurs, plutôt virulents, qui ne supportent pas d’être repris sur les mauvais comportements des golfeurs.

A ce sujet, l’enseignant déclare : « Je pense que ce n’est pas à l’image d’un vrai golfeur de parler comme ça sur une vidéo. »

Il parle même de ce pourcentage qui représente pour lui les « 1% organique de rageux pessimistes haineux des réseaux sociaux. »

Les incivilités au golf, un mal français ?

Dû à ses nombreuses expériences à l’international, ainsi qu’à ses multiples contacts avec des directeurs de golfs étrangers avec ses vidéos, Pierre Girard commence à avoir un point de vue global de l’étiquette des golfeurs dans différents pays.

Il explique que le rapport à l’étiquette et au respect du terrain est propre à chaque pays et à sa culture dans le golf.

L’enseignant explique que certains pays comme l’Allemagne, la Corée, ou encore l’Afrique du Sud sont, par essence, très respectueux de la nature, des règles.

Il affirme à travers ses échanges avec des directeurs de golfs étrangers que les Français ne sont « plutôt pas mal vus en général dans le golf ».

Il explique que le problème serait que certains partent du principe que ce qui est mis à notre disposition nous appartient.

« Que j’ai payé un green-fee ou que je sois membre du club ne me donne pas tous les droits » explique-t-il.

L’enseignant affirme cependant « On ne peut pas généraliser, et dire que les Français sont plus comme ça ou pas, encore une fois cela ne concerne que 40% des golfeurs selon moi. »

Mais alors Pierre Girard pense-t-il que ces vidéos leçons de civisme changent réellement quelque chose au comportement des golfeurs ? 

Il répond : « Oui je pense vraiment que c’est bien de rappeler toutes ces règles qui relèvent du bon sens. Il suffit que sur une partie de quatre, il n’y en ait qu’un qui les respecte, et on est sauvé ! »

Il atteste que les débutants bien formés carte vertes vont peut-être avoir du mal à tenir une partie en moins de quatre heures, mais qu’au moins tous les pitchs et les bunkers seront impeccables.

Mais alors quelles sont les pires infractions relevées par Pierre Girard dans son quotidien au golf de la Vaucouleurs ?

Il répond : « Il y en a tellement… Les pitchs, ça me fait mal, parce que le putting c’est quand même 50% du golf »

Il affirme que cette situation le peine autant pour les jardiniers, qui « amoureusement » se donnent du mal pour faire des terrains parfaits, autant que pour les conséquences des pitchs qui finissent par abîmer les greens.

Selon lui, un pitch prend vingt secondes à être relevé, mais si l’on passe à côté, il faut des mois pour récupérer les dégâts.

Le golfeur énumère également les mégots de cigarettes sur les départs, les seaux de balles abandonnés au practice, les masques laissés sur les parcours…

En d’autres termes, si Pierre Girard prend autant à cœur ce sujet de l’étiquette dans le golf, c’est avant tout pour garantir à ce sport, la pérennité de ses valeurs historiques.

Alors si vous le croisez sur un golf, dégainer son téléphone dénonçant une nouvelle incivilité, souriez, vous serez peut-être filmé ! 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 423
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Edge Golf College : Alternative européenne aux uni...
Notre Top-5 des parcours de golf à découvrir en Gr...

Auteur

 

Commentaires   

ccs.ric@gmail.com
0 #2 Grantland Riceccs.ric@gmail.com 06-07-2021 06:34
On connaît mieux une personne après un parcours de 18 trous qu’après 18 ans passés dans le même bureau.
mhezkia@gmail.com
0 #1 C'est exactement ça !mhezkia@gmail.com 05-07-2021 11:59
Bravo, belle initiative !
Sur le n°1 du pitch & putt de mon club, un jour, j'ai relevé 18 Pitchs ! Parfois, je passe plus de temps à relever les pitchs que de putter... Ceux qui vous empruntent votre rêlève-pitch parce qu'ils n'en n'ont pas... Et je ne parle pas des bunkers... Les parties lentes, les parties à 4 avec seulement deux sacs... Les gens qui jouent sur le parcours avec des balles de practice...Ceux qui vont ramasser leurs balles sur le practice, parce que ils ne veulent pas payer le seau de balles... La balle que je me suis prise dans l'épaule... Pas de cris pour prévenir, et après avoir apostrophé le coupable, pensez-vous qu'il soit venu s'excuser ? Non, bien sûr... Ceux qui ne s'inscrivent pas et qui s'intercalent entre les parties... Ceux qui racontent leur journée au moment où vous allez swinger. Etc... Etc...

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.