Posté par le dans Chronique de golfeurs

Je déteste jouer au golf quand il pleut, mais pourtant, j’y retourne quand même…

Jouer au golf sous la pluie n'est pas amusant. Peu importe que vous ayez les derniers vêtements de pluie, le tracas de jouer avec votre parapluie et de swinguer avec plusieurs couches de vêtements de protection n’est pas une partie de plaisir. Se réveiller le matin d’une compétition de golf que vous attendiez avec impatience toute la semaine, et voir qu’il pleut… qui peut dire que cela ne l’affecte pas. Pourtant, un golfeur célèbre c’est fait le spécialiste du jeu sous la pluie. En tirait-il du plaisir ? Il a surtout démontré au monde entier que l’on pouvait tout de même donner le meilleur de soi-même. Ce golfeur a marqué son époque. Il s’agit de Tom Watson, un exemple à méditer sous un parapluie…

Découvrez nos formules d'abonnements

Le golf peut être quelquefois un jeu frustrant. Il met à l'épreuve notre patience et notre force mentale.

Lorsque les choses vont mal, elles ont tendance à encore plus mal tourner, le score s’alourdit, mais pourtant nous continuons à jouer au golf et à y retourner malgré tout.

Le souvenir d’une très mauvaise partie ne s’évapore jamais vraiment, de même qu’une très bonne partie de golf restera mémorable.

En sortant du dix-huitième trou, l’espace de quelques instants, on peut avoir le sentiment de vouloir arrêter de jouer.

J’ai ce souvenir à propos d’une partie jouée au Golf du Touquet, sur le parcours de la Mer, où sortant d’une partie jouée en plus de 100 coups, ce qui ne m’était pas arrivée depuis très longtemps, et depuis, j’ai eu ce sentiment.

Je n’ai plus jamais envie de le ressentir, et ce jour là, j’avais joué sous la pluie et avec beaucoup de vent.

Avec le recul, les conditions climatiques avaient clairement joué un rôle aggravant, mais c’était surtout mon jeu qui n’était pas en adéquation avec le niveau exigé par ce parcours, et mes attentes trop fortes.

Mes attentes étaient surtout trop vagues. Bien jouer ? Faire des pars ?

La première question à se poser, c’est d’abord pourquoi jouer dans des conditions climatiques moins agréables que sous un beau soleil ?

Parce qu’en France, sur 365 jours, le nombre de jours d’ensoleillement n’est pas comparable au Maroc, à la Turquie ou même au Portugal.

Pourquoi nous jouons sous la pluie, et plus particulièrement quand on est abonné dans un golf à l’année ? Car, si on ne cherchait que les conditions idéales, et beaucoup de golfeurs le font, on ne jouerait que la moitié de l’année.

Comment devrait-on raisonner dans les Pyrénées Atlantiques, notamment en 2019 avec 1423 mm de pluie, dans le Finistère avec 1299 mm de pluie, ou dans les Landes avec 1163 mm de pluie. (Données recueillies par Linternaute).

A contrario, la Corse du Sud, le Gard et le Vaucluse ont enregistré sur la même période, le plus grand nombre d’heures d’ensoleillement, soit entre 2945 heures, et 2827 heures. Jouer sous la pluie est moins un enjeu.

Par exemple, toujours en 2019, le différentiel d’ensoleillement entre le Finistère et le Gard se compte en un gros millier d’heures, et pourtant, le Finistère compte quelques-uns des plus beaux golfs de France (bien arrosés naturellement), et ce département compte un grand nombre de licenciés.

Les seuls chiffres à notre disposition et émis par la FFGOLF font état de 17 000 licenciés pour la ligue de Bretagne.

Cornouaille, Kerbenez, Carantec, Ploemeur, Saint-Samson, et d’autres sont donc susceptibles d’être plus joués sous la pluie que Nîmes-Campagne ou Vacquerolles.

Quelle que soit la région de France, on joue au golf sous la pluie, parce que sinon, pour les plus passionnés, cela amputerait trop de temps dans l’année, et pour les abonnés d’un club, cela en diminuerait la rentabilité.

Certains joueurs renonceront probablement à une partie de golf s’il y a un risque de pluie dans les prévisions météo. D'autres joueurs, plus « courageux », ne laisseraient jamais un peu de pluie gâcher l'occasion d'aller jouer. Bien entendu, il n’y pas là de règle.

Et si certains vous diront, que ce n'est pas parce qu'il pleut, que vous ne pouvez pas encore vous amuser et bien jouer au golf...

D’autres pourront au contraire penser que le parcours sera beaucoup moins chargé en partie qu’à l’accoutumée, et auront plus de temps pour jouer, et plus tranquille.

Au cours d’une partie de golf sous la pluie d’un hiver au Portugal, un Irlandais de passage m'a pourtant gentiment dit en plaisantant, que j'étais un excellent « mudder » (un boueux), c’est le surnom donné à Tom Watson, qui a remporté cinq British Open, dans le froid, le vent et la pluie.

Tom Watson, ne jouait jamais aussi bien que quand il était difficile de garder les mains et l'équipement au sec.

Mais cette anecdote, c'était il y a des années quand j'étais plus jeune, et plus en forme.

Maintenant, je grimace à la moindre petite pluie, prenant toutes les précautions que je peux pour survivre jusqu’à la fin du parcours, aussi sec et confortable que possible.

Faisons un petit saut dans le passé, en 2011, à l’occasion du British Open disputé sur le célèbre Royal St-Georges, situé à Sandwich dans le Kent (pointe sud-est de l’Angleterre).

Pour comparaison, le nombre d’heures d’ensoleillement mensuelles dans le Kent ne dépasse pas les 200 heures, et seulement de mai à août.

L’ensoleillement sur une moyenne annuelle est de 1570 heures selon le site météo du Royaume-Uni, soit 200 heures de moins que notre cher Finistère.

Par une sale journée de pluie diluvienne et de vent violent, lors du troisième tour de l’Open, Watson (61 ans), a littéralement donné une leçon de golf au monde entier, comme le rapportait alors le reporter du Guardian.

Pendant que le vétéran Darren Clarke donnait des conseils au tout jeune Rory McIlroy sur le fait de maîtriser les « Bump and run », et lui répétait « expérience, expérience, expérience… », Tom Watson qui partageait sa partie avec un autre américain, Ricky Barnes, bien plus habitué au soleil de Floride ou de Californie, livrait un Masterclass de golf sous la pluie.

Passant l’aller un coup sous le par, il avait été le meilleur joueur du champ, seulement battu par Woodland qui avait joué quand les conditions s’étaient améliorées (injustice du jeu qui peut vous proposer de la pluie sur votre partie, et pas sur les suivantes ou les précédentes…), c’est surtout sur les 9 derniers trous que le temps s’est encore plus dégradé.

Watson a concédé quatre bogeys et réussi un birdie pour terminer sa partie seulement à deux coups au-dessus du par, rappelons-le à 61 ans, et face à des joueurs au moins 20 à 30 ans plus jeune !

De l’avis du journaliste, il est sorti du 18 avec la mine de celui qui était content de montrer aux plus jeunes comment jouer au golf sous la pluie.

Les conditions humides ne sont pas nécessairement celles que connaissent les joueurs du tour américain qui passent justement une bonne partie de l’année à se déplacer avec le soleil.

Taper des balles basses et en douceur, tout en cherchant à donner le moins de spin possible, c’était pour une fois la bonne équation pour le champion vieillissant.

Le putting n’était plus une question de vitesse ou de ligne, mais de prendre en compte comment le vent allait sortir la balle de la ligne !

Watson a tout maîtrisé ce jour-là, sauf peut-être le driving qui n’était pas assez bon à son goût.

Pourtant, cette journée, cette partie est restée dans les annales du golf, car un golfeur avait montré au monde entier, que malgré la pluie, on pouvait sortir du 18 avec un sourire en coin.

Plus tard, Tom Watson déclara « La pluie et le vent séparent les vrais golfeurs des autres… »

Si vous êtes un golfeur décidé à jouer par tous les temps, ne lésinez pas sur l’équipement imperméable de la tête aux pieds, des vêtements de bonne qualité sont essentiels.

Adoptez des éléments comme les bas de pantalon à fermeture à glissière, qui permettent de les enfiler plus facilement à la hâte par-dessus vos chaussures.

Les pieds mouillés rendent la marche détestable, donc si vos chaussures ont dépassé leur « date de péremption » d'imperméabilité, il faudra songer à les changer.

A ce titre, en 2020, FootJoy a récemment mis sur le marché une nouvelle version de sa Flex, la XP, une chaussure imperméable, et garanti un an par la marque.

FootJoy ne mâche pas ses mots « La FJ Flex s’engage à vous fournir un confort et une polyvalence supérieurs sur et en dehors du terrain de golf. Avec la FJ Flex XP, c’est désormais une protection imperméable et un style athlétique avancés qui sont proposés. La conception de la nouvelle tige comprend une empeigne en maille légère et de qualité supérieure, avec une garantie d’imperméabilité d’1 an. »

Pourquoi seulement 1 an ?

Il existe d’autres modèles de chaussures dans d’autres marques qui ne sont pas citées ici, et qui revendiquent aussi l’imperméabilité, et par exemple, chez Decathlon.

Quand la pluie s'installe, vous aurez besoin d'avoir plus d'un gant, alors gardez toujours un gant de rechange au sec, pour l’enfiler lorsque le gant numéro un aura fait son temps.

Les gants de pluie spéciaux offrant une adhérence supplémentaire par temps humide sont devenus plus populaires, et il est parfaitement acceptable de porter une paire de ces gants.

Il existe actuellement un certain nombre de sacs de golf étanches sur le marché, mais une cape ou une housse facile à attacher ajoutera une autre protection pour aider à garder les clubs au sec.

Tous les sacs de golf ou paires de chaussures de golf ne sont pas imperméables.

Les chaussettes détrempées sont l'un des gros inconvénients de jouer au golf sous la pluie. Lorsque vous achetez de nouvelles chaussures, assurez-vous d'en acheter qui repoussent l'eau.

Un sac de golf étanche à la pluie est un must pour moi, car j’emporte toujours un appareil photo précieux que je garde emballé dans un sac en plastique, et enfoui dans mon sac de golf, en cas de mauvais temps.

Il peut être presque impossible de faire un swing décent si vous êtes trop mouillés, donc un approvisionnement en serviettes sèches est fortement recommandé.

Le vent et la pluie sont une combinaison difficile à gérer pour un grand parapluie, alors assurez-vous que le vôtre possède une construction solide et de bonne qualité, idéalement avec ces évents qui aident à l'empêcher de se retourner à l'envers lors de fortes rafales.

Il faut acceptez que le score ne soit pas aussi bon. La plupart d’entre nous n’ont pas la chance de bénéficier du luxe de se faire accompagner par un caddie, et même après avoir adopté toutes les mesures ci-dessus, il peut encore être difficile de tout garder au sec pour bien scorer sous la pluie.

Ne soyez donc pas trop découragé lorsque vous lâchez des coups, c’est la même chose pour tout le monde et d’autres auront du mal aussi.

Et puis dans des conditions de jeu humides, et si c’est une compétition de club, il y a de fortes chances que vous ayez de meilleures possibilités de bien figurer, car beaucoup de vos concurrents ne seront pas mieux préparés, ou abandonneront simplement à cause de la pluie.

Quand il pleut, il y a également une autre option radicale, c’est de ne pas essayer de tout garder au sec.

Plus vous essayez de garder votre équipement et vous-même à l'abri de l'humidité, plus vous allez ajouter de stress à votre partie, et moins vous serez concentré sur les coups à jouer. La seule exception est de garder une serviette sèche.

Même avec une combinaison de pluie et de bonnes chaussures, il y a de fortes chances que votre pantalon et vos chaussettes soient encore mouillés à la fin du parcours.

Je m'assure toujours d'avoir une paire supplémentaire de chaussettes et un pantalon sec dans ma voiture, pour pouvoir profiter d’un verre au 19e trou, sans me sentir comme un chat mouillé.

Et finalement, avec ou sans pluie, le golf peut être impitoyable, il peut être déconnecté de la réalité, et c'est encore trop souvent un sport de privilégiés, mais cela pourrait rester encore pour un bon moment un sport qui nous permet de nous mesurer avec la nature, avec nos prétentions, et avec nos émotions. 

 

Crédit photos : JeudeGolf.org, iStockphoto, Icon Sportswire

 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 194
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Faut-il putter les yeux fermés pour mieux sentir l...
Le golfeur doit comprendre qu’il est surtout un pr...

Auteur

 

Commentaires   

mhezkia@gmail.com
+1 #2 Tou est dans l'équipement !mhezkia@gmail.com 15-10-2020 19:10
Motard depuis des années, j'en ai fait des dizaines de milliers de kilomètres sous la pluie... Je me souviens d'un run de Lille à Port Grimaud sous une pluie constante. Le secret pour s'en sortir ? Avoir un équipement au top et ne pas lésiner sur la qualité ! A moto, comme au golf, hors Goretex (ou équivalent) point de salut. Comme vous le dites, avoir plusieurs gants, et notamment des gants de pluie, un bon bob style pêcheur comme on en trouve chez Galvin Green ou Ping, une bonne visière qui protège correctement les lunettes de la pluie et qui tombe bien derrière la tête, ce qui empêche l'eau de rentrer dans le cou lors du putting. Bien sûr, des chaussures étanches, des guêtres ou bien des bottes de golf. Bref, bien équipé, je me ris des conditions climatiques et je me dis toujours que je suis né en France, et que ça aurait pu être pire et que je sois né en Ecosse !!! Si nos amis Ecossais, jouent, nous pouvons le faire aussi ! Encore la semaine dernière, deux mes amis m'ont abandonné au numéro 2 parce qu'il pleuvait et qu'ils n'avaient pas d'équipement de pluie, hormis leur parapluie, ce qui était ingérable vu le vent à décorner les boeufs ! J'ai continué avec le quatrième et nous avons fait un super parcours, au numéro 4 la pluie s'est calmée et le soleil est revenu par moments... Le vent a vite fini de nous sécher. Et vous savez quoi ? Le plaisir de se retrouver au club-house, après une météo humide, avec un bon chocolat chaud pour se réchauffer, parler de la partie qu'on vient de faire, c'est aussi ça le plaisir du golf.
rvanphat@gmail.com
+1 #1 motivationrvanphat@gmail.com 09-10-2020 10:08
Merci pour cette belle remise en route ,en vieillissant on aime son petit confort chario electric,pas de pluie, pas trop chaud ca me donne le meme coup de fouet quant le premier jour mon voisin veut m entraîner a la course de fond il pleuvais !me voyant rechiner ma dit bon bin reste chez toi !
Et je suis devenue un coureur de fond😅

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.