Interdire ou ne pas interdire ? Le putting en question en 2013

putting.png

A force de discuter et de tergiverser, on ne sait plus très bien où l’USGA, le R&A et le PGA TOUR vont placer le curseur de l’interdiction des points d’ancrages supplémentaires, concernant les longs putters et les belly-putters.

Cette semaine, le commissaire du PGA Tour, le célèbre Tim Finchem a encore ajouté à la confusion ambiante en affirmant qu’il était possible que le PGA Tour ne suive pas nécessairement les nouvelles règles proposées par l’USGA et le Royal & Ancient concernant la façon d’utiliser les longs putters.

Sans se montrer catégorique dans un sens ou un autre, Finchem entretient le suspense concernant les stars du PGA Tour et de la Fedex Cup.

En réalité, cette affaire illustre le fait que très rarement mais de manière tout à fait réelle, le PGA Tour peut s’affranchir des règles du golf édictées par les instances supérieures du golf.

Verdict probable sur les intentions de tous, le 28 février prochain lorsque la concertation touchera à sa fin.

Changer sa façon de putter en 2013 ?

A priori, l’interdiction des coups ancrés au putting devrait intervenir à partir de 2016, et à ce jour, la balance penche pour le fait que le PGA Tour suive cette règle, mais la question est de savoir quand ?

Dès cette année, en cours de saison, à la fin de la fedex cup, l’an prochain, jamais ?

Tim Finchem a déjà annoncé que le PGA Tour se prononcerait dans les semaines qui suivront l’annonce de l’USGA, mais ne cache plus certaines divergences de points de vue avec le patron de l’autorité américaine, Mark Davis.

D’autant que ce dernier ne manque pas de souligner les dangers que pourraient avoir une scission des règles entre les amateurs et les professionnels aux yeux du public et des joueurs de golf du dimanche.

Point de vue qui semble logique, car alors pourquoi pénaliser les joueurs amateurs alors qu’à l’origine, ce débat est né sur le tour professionnel, du fait des performances surprenantes de golfeurs soudainement capables de se mesurer aux meilleurs…

Pourtant Tim Finchem ne semble pas s’offusquer d’un risque de scission entre les règles pour les professionnels et les amateurs, rappelant que déjà concernant les balles de golfs, le PGA Tour n’a pas forcément suivi les consignes de l’USGA, sans créer de troubles dans le monde du golf.

En réalité, au fond de ce débat, le problème qui se pose devant le commissaire du PGA Tour est plutôt le moment où il devra imposer cette règle, plutôt que la règle elle-même.

Finchem tente ainsi de ménager la chèvre et le chou, tant les joueurs du PGA Tour sont divisés sur ce sujet.

Sans oublier que les tournois majeurs ne se sont pas encore exprimés, et pourraient encore adopter une troisième position différente, qui en plus ne craindra aucune contestation, tant les majeurs dominent le professionnalisme dans le golf. On ne voit pas les golfeurs commencer à s’insurger contre le Masters, l’US Open ou The Open !

Finalement, le PGA Tour pourrait tout simplement se caler dans la roue de la position des majeurs pour éviter d’essuyer les critiques des pros ou des antis belly-putters.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2413
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Quand FJ WINS, YOU WIN !
Pourquoi choisir une balle de golf 2-pièces ou 3-...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.