Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Les 10 golfeurs professionnels à suivre en 2019

Les 10 golfeurs professionnels à suivre en 2019

Avec la nouvelle année qui se profile, son lot d’espoirs et de bonnes résolutions...Et justement à propos d’espoirs, quels pourraient être les joueurs les plus surprenants en 2019 ? Ci-après, nous vous proposons une short-List des golfeurs qui ont récemment donné des gages sérieux de talents en devenir. Ils pourraient bien attraper la lumière dès l’an prochain sur le PGA Tour ou l’European Tour.

Découvrez nos formules d'abonnements

Cameron Champ

L’américain Cameron Champ a été la sensation de la fin d’année 2018. Des noms à surveiller en 2019, il pourrait faire parler de lui, dès le prochain Tournoi des Champions, sur le parcours de Plantation à Hawaii, puisqu’il fera partie des 37 joueurs engagés au même titre que Dustin Johnson, Jason Day ou encore Justin Thomas.

A 23 ans, le natif de Sacramento, élève du coach Sean Foley, s’apprête à vivre sa première saison complète sur le PGA Tour, et sans avoir un long pédigré aux échelons inférieurs. Il est passé pro seulement en 2017.

Il s’est d’abord fait remarquer en passant le cut de l’US Open 2017 qu’il a notamment mené pour la distance au drive, son point fort le plus spectaculaire, et alors qu’il n’était encore qu’amateur !

En décembre 2017, il s’est qualifié pour le Web.com tour, l’antichambre du PGA Tour où il a remporté son premier tournoi professionnel, et s’est finalement classé 6eme aux termes de la saison régulière.

Classement qui lui a permis de se hisser en seulement un an sur le PGA Tour, circuit qu’il a découvert fin 2018.

Comme la saison 2019 a déjà commencé, il a créé la sensation en remportant le Sandersons Farm Championship, son premier succès sur le PGA Tour avec un score de 21 coups sous le par.

Déjà classé parmi les 100 meilleurs golfeurs du monde, il mène le classement des plus longs frappeurs du tour américain en 2019 avec une moyenne de 328 yards.

Sa puissance phénoménale lui a conféré un avantage incontestable. Sur les 6 derniers trous, il a rentré 5 birdies.

Déjà classé parmi les 100 meilleurs golfeurs du monde, il mène le classement des plus longs frappeurs du tour américain en 2019 avec une moyenne de 328 yards.

Sa vitesse de swing a été mesurée à 130 mph quand le second, Gary Woodland ne drive qu’à 124 mph de moyenne ! Impressionnant pour un joueur qui porte la balle à près de 320 yards en lançant à moins de 8 degrés d’angle de lancement… Cameron Champ a tout du nouveau Bubba Watson !

Matt Wallace

Un golfeur qui prétend savoir désormais remporter des victoires !

Déjà la révélation de la saison 2018 sur l’European Tour, l’anglais a manqué de peu de faire partie de l’équipe européenne de Ryder Cup du capitaine Thomas Bjorn.

Déjà la révélation de la saison 2018 sur l’European Tour, l’anglais a manqué de peu de faire partie de l’équipe européenne de Ryder Cup du capitaine Thomas Bjorn. Si ce dernier n’avait pas privilégié l’expérience, Matt Wallace aurait largement eu sa place pour sa forme affichée.

Passé pro en 2012, il a dominé l’Alps Tour 2016 avec six victoires, puis il a remporté l’Open du Portugal 2017 sur le Challenge Tour, pour obtenir sa carte sur l’European Tour dès l’année suivante.

Il s’est donc fait un nom cette année avec trois victoires, le Hero Indian Open, le BMW International Open et enfin le Made In Denmark pour se classer dans les 50 meilleurs golfeurs du monde.

Il revendique le fait d’avoir appris à gagner et se fixer toujours cet objectif au départ de n’importe quel tournoi.

Comme pour beaucoup des néo-talents présentés dans cette liste, il a connu un gain spectaculaire de distance au drive ces derniers mois, passant de 300 à 320 yards de moyenne, un phénomène sans doute pas étranger à son changement de statut.

En 2019, il visera sa cinquième victoire sur l’European Tour, et pourrait même faire figure de leader du circuit alors que McIlroy, Molinari et Casey désertent le circuit.

Dire qu’il était aux bords de tout arrêter quelques années en arrière, imaginant se recycler dans le management sportif… Faute de réponses, il a persévéré, changé de coach à deux reprises, et beaucoup travaillé pour devenir l’un des golfeurs à suivre en 2019.

Lucas Bjerregaard

Le danois fait aussi partie des 50 meilleurs golfeurs du monde aux termes de la saison 2018. Ce n’est pas un rookie.

Le danois fait aussi partie des 50 meilleurs golfeurs du monde aux termes de la saison 2018.

Il compte deux victoires sur le circuit européen avec le Portugal Masters 2017, et surtout le Alfred Dunhill 2018 remporté d’un coup devant Tyrell Hatton et Tommy Fleetwood sur trois parcours différents, soit un des gros tests de la saison.

Pro depuis 2011, il a d’abord dominé régulièrement la ligue Nordique, avant de disputer une première saison sur le Challenge Tour en 2013.

Auteur de résultats honorables mais sans victoires, il obtient son accession sur le grand tour par les Q-school.

A partir de 2014, il joue au plus haut niveau sans briller mais sans démériter. Il se classe dans le top-100 de la Race pour sa première dans l’élite. A la différence d’un Matt Wallace au bord d’arrêter le golf avant d’exploser, il a connu une progression plus régulière jusqu’à atteindre la plénitude de ses moyens sur la deuxième partie de la saison 2018 avec cinq top-10 sur les dix derniers tournois, dont une défaite en play-off à Crans-Montana, pour l’Omega European Masters, un autre test intéressant….

En 2019, il fera sans doute encore partie des valeurs montantes du circuit, surtout pour sa capacité à être régulier (il collectionne les top-10). En cinq saisons dans l’élite, ses statistiques en progressions constantes témoignent aussi de son nouveau statut.

Plus particulièrement sur la dernière année, sa distance au drive moyenne a bondi de 300 yards à 320 yards. Il déclare être un fan de musculation, faut-il y voir un lien de cause à effets ?

Conséquence, alors que sa dispersion n’a pas augmenté dans le même temps, il est passé de 70 à 73% de greens en régulations. Dans le même temps, son putting s’est aussi amélioré, passant légèrement sous la barre des 30 putts par parties.

Aaron Wise

Il a justement déjà gagné le titre de rookie de l’année 2018 sur le PGA Tour, et ce, à la faveur d’une première victoire dans l’élite, pour sa première saison complète, le AT&T Byron Nelson.

Il a justement déjà gagné le titre de rookie de l’année 2018 sur le PGA Tour, et ce, à la faveur d’une première victoire dans l’élite, pour sa première saison complète, le AT&T Byron Nelson.

Passé du circuit professionnel canadien en 2016 pour rejoindre le web.com Tour en 2017, à 22 ans, il a finalement mis très peu de temps pour se hisser au plus haut niveau.

Tout comme Cameron Champ cité plus haut, il symbolise cette génération américaine qui arrive plus tôt au plus haut niveau, versus les européens comme Matt Wallace ou Lucas Bjerregaard qui mettent plus de temps à mûrir.

Wise est passé pro en 2016 et a pourtant déjà participé à trois majeurs (US Open et PGA Championship). C’est justement au moment de sa qualification pour l’US Open 2016 qu’il est passé professionnel.

Déjà considéré comme une star prometteuse dans son pays, le natif du Cap en Afrique du Sud est arrivé aux USA à l’âge de 3 ans. Il a suivi le parcours universitaire classique jusqu’à remporter le championnat masculin NCAA en 2016.

En 2018, il n’a pas seulement remporté son premier tournoi du PGA Tour, en mai… il avait aussi cumulé 10 cuts sur 17 départs et 5 places dans les 25 premiers.

Avant de se faire remarquer au Texas, il avait déjà manqué de l’emporter au Wells Fargo Championship.

Moins puissant que Cameron Champ, il fait tout de même partie de la catégorie des longs-frappeurs avec plus de 303 yards de moyenne (dans les 40 meilleurs) alors qu’il affiche aussi une excellente moyenne de birdies convertis (12eme en 2018).

En moins d’un an, il est déjà aux portes de la cinquantième place mondiale, essentiellement pour sa force de frappe depuis le tee…

Joaquin Niemann

Déjà évoqué sur JeudeGolf.org, l’ancien numéro un mondial amateur chilien est peut-être l’une des futures grandes stars du tour, surtout si son dos supporte assez longtemps l’immense contrainte qu’il lui fait subir, pour driver déjà aussi loin à 19 ans seulement !

l’ancien numéro un mondial amateur chilien est peut-être l’une des futures grandes stars du tour, surtout si son dos supporte assez longtemps l’immense contrainte qu’il lui fait subir, pour driver déjà aussi loin à 19 ans seulement !

A un si jeune âge, il ne devrait pourtant pas être sur le PGA Tour ! Il a grillé toutes les étapes.

A la faveur d’un incroyable score de 64 sur le dernier tour du tournoi PGA du Greenbrier Classic où il était invité, il a justement obtenu une invitation pour le tournoi suivant…

En l’espace de seulement huit tournois disputés chez les professionnels, il a tout bonnement marqué assez de points à la Fedex Cup, pour obtenir sa carte permanente sur le circuit PGA, et aussi au passage pour assurer sa place pour la saison 2019 !

Tout comme Jon Rahm et Jordan Spieth avant lui, il a sauté l’étape du Web.com Tour.

Devenu joueur du grand tour pratiquement par accident alors qu’il devait rentrer à l’université de Floride du Sud, il a manqué l’examen d’anglais, le TOEFL (il est toujours en apprentissage de la langue).

Vainqueur du Championnat amateur d’Amérique du Sud en 2018, il a été invité au Masters à Augusta. Il n’a pas passé le cut, mais dans la foulée, il a disputé le Valero Texas Open où il a pris le statut professionnel, perdant au passage la possibilité de jouer l’US Open et The Open en qualité d’amateur…

Sixième du Valero, son choix a donc été payant.

Là-encore, il s’agit d’un golfeur capable de passer la barre des 300 yards pour sa première saison chez les professionnels. Cependant, Niemann se montre assez précis avec 66% de fairways en régulation, et surtout 73% de greens accrochés.

Son jeu du tee au green le classe déjà dans les 20 meilleurs du PGA Tour 2019. Pour l’instant, c’est son putting qui est en retrait…

Champ, Wallace, Bjerregaard, Wise et Niemann… cinq noms qui présentent des atouts intéressants pour briller en 2019.

Les outsiders

Trois autres noms à ajouter, dont l’espagnol Adria Arnaus, qui à 24 ans, vient de remporter la finale du Challenge Tour d’un coup devant le français Victor Perez, et validé par la même occasion son billet pour l’European Tour 2019.

Adria Arnaus, qui à 24 ans vient de remporter la finale du Challenge Tour d’un coup devant le français Victor Perez, et gagné par la même occasion son billet pour l’European Tour 2019.

Romain Langasque, qui revient tout juste sur l’European Tour, après avoir d'abord cru laisser passer sa chance sur cette même finale du Challenge Tour.

Vainqueur de son premier tournoi professionnel, le nouvel Hopps Open de Provence en septembre dernier, Langasque a gagné son droit de jeu complet, à la finale des cartes européennes, pour clôturer une fin 2018 bien meilleure que le début (5eme à Lumine).

Dans la foulée, il a pris la seconde place du South African Open, et passé trois cuts sur trois tournois de l’European Tour comptant pour la saison 2019.

Revenu dans le top 200 mondial, la saison 2019 va s’avérer capitale, pour savoir si l’ancien vainqueur du British Amateur, considéré comme l’un des meilleurs amateurs au monde au même titre que DeChambeau ou Rahm, peut justement rattraper le temps perdu, et accrocher le wagon des Niemann ou autre Wise…

Vainqueur de son premier tournoi professionnel, le nouvel Hopps Open de Provence en septembre dernier, Langasque a gagné son droit de jeu complet, à la finale des cartes européennes, pour clôturer une fin 2018 bien meilleure que le début (5eme à Lumine).

A 23 ans, il reste largement dans les temps de passages pour… un européen.

Encore un français à suivre en 2019, avec Victor Perez qui a été la véritable révélation tricolore de ces derniers mois.

A 26 ans, troisième du Challenge Tour après une belle victoire au Foshan Open en Chine, il découvre le grand circuit.

Pour son premier tournoi, le Hong-Kong Open, il prend même une troisième place qui le met en confiance pour la suite.

A noter, il fait déjà partie du top-3 des meilleurs français à l’ordre du mérite mondial derrière Levy et Lorenzo-Vera.

Les bigs-Stars : DeChambeau et Schauffele

Comment ne pas parler de Bryson DeChambeau et Xander Schauffele dans une estimation des golfeurs à suivre en 2019 ?

Pour finir ce tour d’horizon des potentiels animateurs de la saison à venir, on a donc gardé le meilleur pour la fin.

DeChambeau a franchi un nouveau palier en 2018. Membre de l’équipe américaine de Ryder Cup, numéro cinq mondial, il a failli remporter la Fedex Cup, avec une fin de saison tout bonnement exceptionnelle marquée par deux victoires en playoff.

DeChambeau a franchi un nouveau palier en 2018. Membre de l’équipe américaine de Ryder Cup, numéro cinq mondial, il a failli remporter la Fedex Cup, avec une fin de saison tout bonnement exceptionnelle marquée par deux victoires en playoff.

Après avoir mis fin aux doutes avec sa première victoire au John Deere Classic en 2017, il a enchaîné avec une victoire de prestige au Memorial  chez Jack Nicklaus.

Dominateur pendant les playoff, il remporte encore coup sur coup le Northern Trust et le Dell Championship.

Pour la saison 2019, il compte déjà une victoire avec le Shriners Hospital, sa sixième chez les professionnels.

The Mad Scientist, qui a été l’amateur au score le plus bas sur le Masters 2016 pourrait justement franchir un palier en majeur dans les mois à venir.

Rookie de l’année en 2017, il a déjà réussi à monter jusqu’au dixième rang mondial. Il fait aussi partie des valeurs montantes avec déjà de sérieuses garanties.

De même que Xander Schauffele qui a 25 ans, a déjà remporté trois tournois sur le PGA Tour en seulement deux saisons, dont un championnat du monde, le WGC-HSBC Champions disputé en Chine.

Rookie de l’année en 2017, il a déjà réussi à monter jusqu’au dixième rang mondial. Il fait aussi partie des valeurs montantes avec déjà de sérieuses garanties.

Crédits photo : Jeudegolf.org et Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 586
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Et si vous passiez par Singapour, pour profiter d’...
Mercato Golf 2019 : Justin Rose signe avec Honma G...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.