Posté par le dans Chronique de golfeurs

Le golf en Espagne a pour objectif d’éliminer les barrières sociales et culturelles

Image : JeudeGolf.org avec Fotolia et Centro Nacional de Golf

Le golf en Espagne a toujours été considéré comme un sport d'élites, et n'était généralement joué que par des membres de la haute société. À Madrid, le Centro Nacional a été construit pour briser ces barrières « sociales » et « culturelles », dans le but de populariser le golf pour toutes les classes sociales.                                             

Découvrez nos formules d'abonnementsL'absence d'investissements publics et privés a eu un impact considérable sur un sport qui ne s'est pas encore totalement remis de l'effondrement du secteur immobilier il y a dix ans. Le golf rapporte de l'argent grâce aux touristes, mais la plupart des espagnols le voient toujours comme un sport cher et élitiste.

« Nous souffrons de la crise. Nous essayons maintenant d'encourager les gens à jouer. Le golf est sain, il crée des emplois et contribue à l'économie », a déclaré Gonzaga Escauriaza, président de la RFEG (Fédération royale espagnole de golf), depuis 2008.

Environ 1,1 million de personnes étrangères viennent chaque année en Espagne pour jouer au golf pendant leurs vacances. La plupart d'entre eux se rendent en Andalousie, dans les Baléares, en Catalogne, à Murcie et à Valence, et dépensent environ 2 milliards d'euros par an.

Il y a environ 400 parcours de golf en Espagne. L'adhésion à la RFEG (la licence) coûte 75 € par an, bien que cela ne soit pas obligatoire dans de nombreux clubs.

« Il y a trois grands mensonges à propos du golf », déclare Gonzaga Escauriaza « Premièrement, le golf est cher et élitiste, alors qu’il est possible de jouer pour 5 € sur de petits parcours. Ensuite, qu'il utilise beaucoup d'eau, hors la consommation sur les parcours représente 0,0001% de la consommation d'eau en Espagne, et elle est recyclée.

Crédit photo : Centro Nacional de Golf

Aujourd’hui, l’industrie du golf génère à Madrid une richesse de plus de 230 millions d’euros et compte environ 1 800 emplois. Le

 Azahara Muñoz, championne de la Solheim Cup 2013. Carlota Ciganda, championne de la Solheim Cup 2013. Beatriz Recari, championne de la Solheim Cup 2013.

Ils vous reste 90% de l'article à lire...

Contenu exclusif JeudeGolf.org

Le reste de l'article est protégé, connectez-vous pour lire 100% de toutes nos pages.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Paiement sécurisé
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 869
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Player’s Championship: Rory McIlroy en passe de re...
Licences golf 2018 : Pas d’effet boom lié à la Ryd...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.