Posté par le dans European Golf Tour

Un 1er tournoi de golf du DP World Tour 2022 marqué par Omicron

A peine la Race To Dubaï terminée pour la saison 2020-2021, quelques jours plus tard, les golfeurs professionnels du nouveau DP World Tour avaient déjà rendez-vous en Afrique du Sud, pour le Joburg Open, première levée de la saison 2021-2022. Sur le Randpark Golf Club, trois parcours de 18 trous, situé dans la banlieue de Johannesburg, le sort a semblé vouloir s’acharner sur les 157 joueurs engagés dont 7 français. Les conditions météorologiques et un nouveau variant de COVID_19, Omicron, justement découvert en Afrique du Sud, ont eu raison de deux tours sur quatre. Le DP World Tour ne pouvait pas plus mal démarrer.

Découvrez nos formules d'abonnements

Tout avait pourtant bien commencé pour l’espagnol Angel Hidalgo, et le sud-africain Thriston Lawrence, en tête du tournoi avant que le premier tour du Joburg Open ne soit interrompu en raison d’une météo capricieuse.

Quelques jours après avoir annoncé sa refonte, et son changement de nom, l’ancien circuit européen de golf profitait de cette première étape sud-africaine pour lancer une nouvelle saison espérée plus fructueuse que les précédentes, et renforcée par une dotation record de près de 200 millions de dollars.

Ce premier tournoi ne présentait toutefois pas un champ très relevé, les meilleurs joueurs en ayant tout juste terminé quelques jours plus tôt du côté de Dubaï.

Traditionnellement, ce tournoi est l’occasion pour des « seconds couteaux » de collecter quelques points bien nécessaires en fin de saison, et en prévision de sauver une carte.

Angel Hidalgo, inconnu de la plupart des suiveurs était justement dans ce cas, et tout heureux de signer un premier 65 jeudi, synonyme de sommet du leaderboard d’un tournoi trusté par les golfeurs sud-africains, à la maison sur un tournoi co-sanctionné par le Sunshine Tour.

L’espagnol, pensionnaire habituellement du Challenge Tour (il a manqué de deux places la possibilité de monter en première division fin 2021), était encore loin d’imaginer ce qui allait suivre… « C’était très amusant. Aujourd’hui, mon putting était à son meilleur. Je crois avoir joué seulement 24 putts, et cela a été capital dans mon résultat. Je ne sais pas trop pourquoi soudainement je putte mieux, mais cela change beaucoup mes parties. » avant d’ajouter « C’est génial d’être ici et de jouer au golf »

Quelques heures plus tard, une nouvelle médicale allait brutalement télescoper le monde du golf au point d’entraîner une soudaine vague de retraits chez les joueurs européens.

Le vendredi 26 novembre, quelques minutes avant le déroulement du second tour, près d’une douzaine de joueurs se sont retirés, en majorité des Britanniques pris de court par l’interdiction des vols en provenance d’Afrique du Sud vers le Royaume-Uni.

Les organisateurs confrontés à l’inquiétude liée à la découverte d’un nouveau variant du Covid prenaient la décision de réduire le tournoi à seulement 54 trous, et ce, dans le but d’aider les golfeurs, cadets et membres du tour n’habitant pas en Afrique du Sud, à pouvoir rentrer chez eux sans se retrouver bloqués.

Après deux années assez chaotiques et parfois cauchemardesques pour les golfeurs européens, ces derniers replongeaient dans l’angoisse d’être bloqués loin de chez eux, d’autant que les deux tournois suivants au calendrier ont été ou annulés ou rétrogradés, ne permettant pas d’envisager éventuellement de rester en Afrique du Sud pour tenter d’accumuler des gains.

Le variant Omicron considéré comme plus contagieux que le Delta, et rendant le vaccin à priori moins efficace a frappé de plein fouet le monde du sport Sud-Africain. L’irlandais Paul Dunne n’avait pas d’information au moment de finir son premier tour vendredi, et finalement décidé de repartir immédiatement.

Au moment d’ouvrir son téléphone après sa partie, il a découvert des dizaines de textos lui demandant s’il partait ou restait, suite aux annonces gouvernementales. Pour avoir connu ce type de situations, le niveau d’angoisse monte très vite d’autant que sur place, vous disposez de très peu d’informations fiables ou de contacts pour vous indiquer la bonne marche à suivre.

La crainte de rester bloqué prend le dessus, et très vite, le joueur décide de rentrer. C’est alors la course pour trouver un vol, ce qui s’avère complexe ou alors pas avant dimanche, et encore il faut faire des escales exotiques, comme par exemple, passer par l’Ethiopie.

Tous les joueurs n’ont pas réagi de la même manière, comme le britannique Ashley Chesters qui a décidé de terminer son second tour avec une carte de 69, ce qui lui permettait d’occuper la troisième place provisoire du tournoi…

Quelques heures plus tard, considérant la météo comme très mauvaise, les organisateurs ont finalement pris la décision de figer le classement après seulement deux tours, offrant la victoire au Sud-Africain Thriston Lawrence, quatre coups devant son compatriote Zander Lombard, et cinq devant l’anglais Chesters finalement bien inspiré d’avoir joué pour empocher 46 000 euros.

Lawrence faisait quant à lui face à un sentiment partagé entre la joie d’avoir gagné, et la conscience de la gravité des événements. « C’est tellement irréel. Je pense que personne n’aurait pu penser que cela allait se passer ainsi. Je suis vraiment reconnaissant, car c’est un moment qui peut changer une vie. »

En effet, le Sud-africain est automatiquement qualifié pour disputer le prochain British Open à St. Andrews. De son côté, son compatriote Zander Lombard déplorait aussi une telle fin, même si, lui-aussi pouvait apprécier sa qualification pour le majeur britannique.

Cependant, ces sentiments n'étaient pas unanimement partagés, et notamment par Justin Harding, qui s'est exprimé sur Twitter pour témoigner de son mécontentement "Décision litigieuse prise aujourd'hui. Les joueurs n'ont pas été consultés. Je ne peux pas dire que je suis impressionné !" post soutenu par Julien Brun et Romain Langasque...

Avant d'approfondir sa pensée " 36 trous, ce n'est pas un tournoi de golf, tout comme 54 trous ou de payer le champ des joueurs avec une partie des fonds" Harding aurait souhaité que le tournoi puisse être complètement annulé, et reprogrammé à une date ultérieure.

Hidalgo, leader du premier tour occupait finalement la cinquième place au moment de l’interruption tout comme le français Frédéric Lacroix, récemment promu sur le grand circuit.

Quelques heures après le Royaume-Uni, la France décidait elle-aussi de suspendre ses vols en provenance d’Afrique Australe, et pour une durée minimale de 48 heures.

Pour les golfeurs français, l’heure était aussi à prendre une décision rapide.

Dans la soirée du vendredi 26 novembre, la compagnie Aérienne Air France annonçait à son tour la suspension immédiate de ses vols à direction ou en partance de l’Afrique du Sud.

Ainsi, un vol Johannesburg-Paris Charles de Gaulles avec 300 passagers était immédiatement annulé, tout comme un vol en partance de Cape Town et toujours pour Paris CDG avec 280 passagers.

Sur les sept golfeurs tricolores engagés, six ont bien disputé deux tours, Frédéric Lacroix, Julien Brun, Robin Sciot-Siegrist, Romain Langasque, Ugo Coussaud, et Robin Roussel.

Joel Stalter n’ayant pour sa part pas disputé le second tour.

A cette heure, on sait que Romain Langasque (71eme) a pu se poser à Charles De Gaulle en milieu d’après-midi, ce dimanche. De son côté, Julien Brun (12eme) a communiqué sur Instagram qu’il quittait Johannesburg pour faire escale à Dubaï dimanche, avant de rentrer le plus vite possible à Prague, son lieu de vie.

Il faut dire qu’à l’Aéroport pris d’assaut par les touristes, l’inquiétude était très importante. Sous couvert d’anonymat, un golfeur professionnel suédois concède à nos confrères de France Info que la compétition a tourné au fiasco, dès lors que près d’une trentaine de golfeurs ont abandonné le tournoi, pour rejoindre au plus vite leur pays. Il témoigne « Cela fait un peu peur d’être ici, alors qu’ils viennent de découvrir un nouveau variant, donc j’essaie de partir le plus vite possible. »

En quelques minutes seulement, les prix des billets d’avions se sont mis à tripler alors que les passagers qui ont pu trouver un vol ne savaient pas à quoi s’attendre de retour au pays, et sans doute un confinement forcé de quinze jours…

Les premières informations laissent d’ailleurs penser que des voyageurs arrivés à Amsterdam (61 selon France Info) vendredi ont été contaminés avec ce variant Omicron.

Après quelques semaines de répit, et l’annonce d’un sponsor inespéré, le tour européen rebaptisé DP World Tour se retrouve à nouveau plongé dans un climat d’angoisse et d’incertitude. A ce stade, le circuit ne reprendra le chemin des fairways que le 20 janvier à Abu Dhabi, faisant l’impasse sur la partie sud-africaine du calendrier.

Pour les golfeurs européens engagés sur le Joburg Open, les deux tours de golf ont laissé la place à deux jours d’angoisses pour revenir tant bien que mal chez eux.

Crédit photo : Getty Images

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 264
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Est-ce que vous swinguez vraiment à votre plein po...
Tiger Woods : Est-ce la fin ou l’exemple de Ben Ho...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.