Posté par le dans Voyages golf

Gleneagles en Ecosse : 100 ans de compétitions de golf, et de rêves pour les golfeurs

Gleneagles est l'un des plus grands noms du monde du golf, avec trois parcours de golf de championnat de renommée mondiale, et qui célèbrent l'histoire et l'évolution du golf depuis plus d’un siècle. Il n'y a pas beaucoup de noms qui évoquent autant le golf écossais que « Gleneagles », cela évoque des images de faisans et de landes, de montagnes et de whisky. Si vous planifiez un voyage là-bas de la bonne façon et que vous jouez sur ces bons parcours, vous pouvez ensuite repartir avec une émotion que vous conserverez longtemps.

Découvrez nos formules d'abonnements

Depuis le King's Course, le chef-d'œuvre conçu par James Braid au Queen's Course, l'un des plus beaux parcours de lande du Royaume-Uni, jusqu’au parcours du PGA Centenary Course conçu par Jack Nicklaus, ce sont 54 trous qui offrent une expérience de golf de classe mondiale à un large éventail de passionnés, des novices aux meilleurs joueurs du monde.

La réputation de Gleneagles en tant que paradis du sport s’est épanouie depuis plus d’un siècle, et le golf en est le cœur même, et en tant qu'hôte récent des Ryder et Solheim Cups, il est facile de comprendre pourquoi.

Avec ses magnifiques parcours de golf, dans des cadres tout aussi beaux, Gleneagles est l'une des plus belles destinations de golf d'Écosse.

Gleneagles a été le pionnier de la croissance du golf de compétition au Royaume-Uni, en organisant son premier tournoi sur le King's Course en 1920, le Glasgow Herald Tournament, qui offrait à l'époque au gagnant une bourse de 650 £ (22000 € en argent d'aujourd'hui), c’était le plus important premier prix pour un tournoi de golf britannique.

C'est également le seul site en Europe à avoir organisé la Ryder Cup en 2014, et la Solheim Cup en 2019, renforçant encore sa position dans le golf de compétition.

Gleneagles a accueilli les Championnats d'Europe de golf par équipes de Glasgow 2018, avec pour la première fois des golfeurs d'élite européens, hommes et femmes, concourant pour un prix identique.

Gleneagles a également accueilli le Scottish Open à huit reprises, l’édition la plus captivante étant sans aucun doute celle de 1992.

Il semblait que Colin Montgomerie avait remporté une victoire à domicile, mais l'Australien Peter O'Malley l’envisageait autrement. Il a joué les cinq derniers trous dans un étonnant sept sous le Par, pour arracher la victoire.

Gleneagles accueillera l'Open Senior patronné par Rolex en 2022, cela marquera la poursuite d'un incroyable voyage de plus de 100 ans de golf de compétition.

L'Open Senior 2022 s'aligne sur la vision future de Gleneagles pour le golf, renforçant sa réputation en tant que scène pour les plus grands tournois de golf du monde, tout en étant ouvert à tous pour profiter des avantages du jeu de golf dans un cadre exceptionnel.

100 ans d’histoire de Gleneagles

Donald Matheson, directeur général de la Caledonian Railway Company, a été inspiré pour créer Gleneagles pendant ses vacances à Strathearn. Il a été tellement impressionné par la campagne locale, qu'il a évoqué la vision d'un hôtel de campagne somptueux avec un parcours de golf.

Donald Matheson a engagé James Braid, cinq fois lauréat de l’Open, pour concevoir et créer les parcours The King’s et The Queen’s dans le parc de l’hôtel.

Construits sur un terrain accidenté à l'aide de travaux manuels, de chevaux et de charrettes, les deux parcours ont été ouverts le 1er mai 1919, cinq ans avant l'hôtel.

En 1921, Gleneagles a marqué l'histoire du sport en accueillant le premier match international entre golfeurs professionnels américains et britanniques, ce tournoi est considéré comme le précurseur de la Ryder Cup.

1 - Équipe britannique de la Coupe Curtis féminine de 1936. Le tournoi a été joué sur le King’s Course.

2 - Harry Vardon, Ted Ray, James Braid et JH Taylor en 1921 au tournoi Glasgow Herald 1000 Guinées.

King’s Course

Le King’s Course a été conçu par le grand architecte de golf, James Braid. Ces dernières années, il a subi une belle rénovation, le renvoyant à la vision originale des « links intérieurs » du créateur, avec des fairways ouverts et rapides, bordés de bunkers stratégiquement placés pour capturer des coups de départ trop errants.

Le chef-d'œuvre vénéré de James Braid a bénéficié de la réintroduction de plusieurs fonctionnalités perdues depuis longtemps, et des améliorations continues du drainage.

Le parcours du King est présenté pour se jouer comme des links intérieurs, avec des fairways bien distincts qui sont maintenant 40% plus larges pour améliorer la jouabilité.

Un nouveau tee sur le 18e l'a allongé à 555 mètres, et d'autres nouveaux tees sont prévus pour allonger encore le défi pour ceux qui en ont le besoin.

Le King’s Course est taillé à travers les pins, et il monte et descend sur l’herbe des landes. Ce n'est peut-être pas le plus long des parcours de golf, mais avec des coups en aveugle, des bosses, des creux, et des greens rapides, c'est un parcours qui ne récompensera que le jeu précis et réfléchi.

Avec des vues spectaculaires sur les Straths du Perthshire et sur Ben Vorlich, les collines d'Ochil et les montagnes Grampian, c'est un cadre visuellement captivant pour le golf.

Vous avez souvent du mal à vous souvenir du premier trou sur un parcours de golf. Quelques-uns sont mémorables, mais certains vous submergent. Le King's est tout en haut de la liste, avec St Andrews.

Ce n'est pas un long trou, 330 mètres, mais vous vous y sentirez bien, ensuite tout dépend de l'approche, depuis une colline très raide vous devez vous assurer que vous avez réalisé un bon coup, ou bien vous verrez votre balle entrer dans l’oubli.

Si vous deviez essayer de résumer le premier trou du King’s Course, ce serait sans doute : « tout dépend de l'approche ».

Sans aucun doute, le terrain sur lequel le King's est construit est tout simplement spectaculaire, et le parcours en profite largement. Les trous utilisent très bien les creux naturels, les plans d'eau et les bois, et on a l'impression que ce pays a été fait pour le golf.

Le parcours lui-même n'est pas long du tout. En jouant depuis les jaunes, ce n'est peut être qu'un Par-68, mais avec tout de même 5600 mètres, ce n'est quand même pas un jeu d'enfant.

Si vous jouez depuis les blancs, il se joue comme un Par-70 long de 5920 mètres, donc c'est un bon test quelle que soit la façon dont vous le jouez.

La partie finale est excellente avec une merveilleuse succession de tout ce que l’on aime sur un parcours de golf, des Par-3 longs ou courts, un excellent mélange de Par-4, avant de terminer par le 18, un court Par-5.

Peter O'Malley a fait la lumière sur ces derniers trous en 1992 quand il a terminé avec -7 pour les 5 derniers trous, pour remporter l'Open d'Écosse.

Queen's Course

Le Queen's Course est un parcours dont il est facile de tomber amoureux. Se faufilant à travers les hautes crêtes au nord et à l'ouest du domaine de Gleneagles, le parcours cache ses défis derrière des paysages vraiment époustouflants.

Le Queens est le plus jeune des deux parcours frères et sœurs, et il possède plusieurs des mêmes caractéristiques que le King’s.

C’est aussi le plus court des trois parcours de Gleneagles, et il est considéré par beaucoup comme le plus enchanteur, avec notamment plus de bruyère introduite pour améliorer l'esthétique.

Certains aficionados de Gleneagles considèrent ce parcours comme le meilleur, et même le plus exaltant des parcours du domaine. Cela peut en partie être dû à son emplacement sur la partie du terrain la plus élevée. 

Bien que court, avec environ 5480 mètres, il s’agit d’un Par-68. Le parcours se joue sur des fairways souvent étroits et roulants vers des greens relativement petits, offrant un test qui dément sa longueur modeste.

Les trous d'ouverture sont probablement le test le plus difficile, avec plusieurs Par-4 dépassant la barre des 360 mètres, et qui nécessitent un drive long et droit.

Juste derrière le clubhouse le premier tee vous attend avec un dogleg qui s'étend devant vous sur ce trou long de 340 mètres.

Ensuite, les trous excellents, voire durs, ne manquent pas, les 5e et 6e dès le début, d'abord un Par-3 assez long avec un green magnifiquement encadré de pins, puis le plus long des Par-4, se jouant jusqu'à un green surélevé.

Le 9e trou est un chef d'œuvre de James Braid, un dogleg à 90˚, où prendre le virage présente un risque réel si vous n'êtes pas assez long, mais la récompense sera juste d’avoir ensuite à jouer un fer court.

Les Par-3 dos à dos du 13 et du 14 sont justes au centre du parcours, et vous les voyez au niveau inférieur lorsque vous jouez sur les 4e et 5e.

Ce ne sont pas les meilleurs Par-3 que vous ne jouerez jamais, mais il y a un sentiment de calme lorsque vous êtes sur cette section du parcours qui le rend assez spécial. Il y a aussi un étang qui attirera toutes les balles qui ne sont pas droites.

Le 17e, un Par-3 a une énorme pente de l'avant vers l'arrière, essayez de faire poser votre balle au delà du drapeau pour avoir ensuite un deux putt plus facile.

PGA Centenary Course

Les parcours du King’s Course et du Queen's Course sont à couper le souffle depuis près d'un siècle, et tous deux étaient bien en place avant la construction de l'hôtel en 1924. Il ont su avec élégance faire une place à leur plus jeune frère, le PGA Centenary Course.

Inauguré en 1993, il s'agit du premier et unique projet de conception de Jack Nicklaus en Écosse, et il a fait naturellement un excellent travail. Seuls quelques trous présentent des obstacles d'eau, et ce sont pour des raisons pratiques d'irrigation plutôt que pour influer sur le jeu.

Le PGA Centenary Course est un classique moderne, et c'était un énorme défi à concevoir, même pour un architecte de golf aussi réputé que Jack Nicklaus qui a décrit le parcours comme « la plus belle parcelle de terrain au monde sur laquelle j'ai eu la chance de travailler ».

Hôte de la Ryder Cup 2014 et de la Solheim Cup 2019, ce chef-d'œuvre de parcours offre un défi de taille dans un cadre fabuleux. C'est un exemple parfait de la façon de combiner la conception de parcours écossais et américains.

Le PGA Centenary Course complète définitivement, mais contraste aussi nettement, avec le King’s Course et le Queen's Course. Les caractéristiques habituelles de Nicklaus sont en place, avec d'énormes greens ondulés, des bunkers audacieux, et bien sûr, un certain nombre de trous ou risque= récompense.

Construit sur les parcours précédents de Glendevon et Prince, le PGA Centenary Course, anciennement connu sous le nom de Monarch, a ouvert ses portes en 1993 et ​​c'est un grand parcours de style stade. En fait, c'est le plus long parcours intérieur d'Écosse, mesurant près de 6680 mètres depuis les départs arrière.

Vous avez le choix entre les zones de départ, alors choisissez soigneusement pour vous assurer un maximum de plaisir.

Au départ des jaunes, le parcours mesure un peu plus de 5760 mètres, ce qui devrait être le point de départ de la plupart des joueurs.

La clé pour bien scorer sur le PGA Centenary Course est d'éviter de manquer de vos coups d'approche. Invariablement sur pratiquement tous les trous, une grande partie des problèmes sont devant les greens.

Même si vous n’êtes pas amateurs de buggy, comme il y a de longues distances entre les greens et les tees de départ, et surtout si le PGA Centenary course est votre deuxième parcours de la journée à Gleneagles, au minimum, un chariot est fortement recommandé.

Gleneagles a des idées assez extensibles quant au prix d'une partie de golf sur leurs parcours. Si vous réservez directement avec le club en tant que non résident, les green-fees vont de 80 £ (88,00 €) en hiver à 250 £ (275,00 €) en septembre. 

Une autre option consiste à envisager de combiner l'hébergement et le golf. L’hôtel en lui-même peut être très cher si vous réservez directement et que vous n’obtenez pas réduction sur le golf.

Cependant, si vous passez par un voyagiste de golf, le prix peut en fait chuter considérablement, et vous pouvez obtenir un bon prix pour les green-fees.

Où se loger, et quand aller jouer au golf à Gleneagles ?

Gleneagles, c'est à bien des égards comme un retour dans une époque révolue. L'hôtel se trouve au dessus des parcours de golf. Si votre budget peut le permettre, il serait difficile de ne pas en profiter pour passer une nuit ici.

C’est une icône mise à jour dans une reconstitution habile du glamour de l'ère du jazz, subtilement reconnectée à son histoire d'hôtel de station de chemin de fer des années 1920.

Ici, c’est cinq étoiles partout, avec des chambres sur trois niveaux, et 27 suites. Un mélange astucieux de classique et de contemporain, utilisant des couleurs subtiles tirées du paysage, et soulignées de détails fantaisistes.

La salle panoramique Glendevon est un salon ensoleillé où vous pouvez prendre un café, un thé l'après-midi, ou simplement lire un livre en toute tranquillité.

Dirigez-vous vers le club de loisirs, avec deux piscines, une piscine extérieure chauffée, un sauna, un hammam, un jacuzzi, une salle de sport, et des cours de fitness.

Il y a une grande gamme de restaurants, du plus informel jusqu’au Michelin étoilé Andrew Fairlie.

Ne désespérez pas si vous ne pouvez pas avoir une table au restaurant gastronomique, le restaurant Strathearn qui a deux rosettes bien méritées.

Pour quelque chose de moins formel, rendez-vous à la brasserie Birnam avec son joli jardin d'hiver, ou au Century Bar pour un déjeuner « léger » (Aberdeen Angus Burger, avec ou sans foie gras).

Le soir venu, habillez-vous pour l'American Bar, une version sombre et intime d'un speakeasy des années 1920 où les cocktails sont des œuvres d'art.

Tarifs de chambres : à partir de 472 €.

Si vous ne séjournez pas à l'hôtel à Gleneagles, la ville voisine d'Auchterarder dispose de quelques bons restaurants et pubs, ainsi que des chambres d'hôtes, mais vous pourrez aussi peut-être aller à Perth, une ville agréable de 50000 habitants sur les rives du Tay.

Alors que la plupart des parcours de links peuvent être joués toute l'année, vous ne pouvez vraiment prévoir d'aller à Gleneagles que d'avril à octobre. En dehors de cela, les parcours peuvent être jouables mais n’y comptez pas trop.

En hiver, les parcours peuvent être très humides et sont souvent également sous la neige. Même s'ils sont ouverts, ils peuvent être très marécageux, il est donc préférable de planifier une visite estivale, à moins que vous n'ayez de la chance hors saison.

Les aéroports d'Édimbourg et de Glasgow sont tous deux à environ une heure de route de Gleneagles.
Vols de Paris à Édimbourg, en Classe Économique : à partir de 78 €. 

Crédit photo : Gleneagles, iStock, Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 603
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Golf Optimizer s’installe à Caluire pour optimiser...
L’âge à partir duquel on commence le golf est-il u...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.