Posté par le dans Accessoires Golf

Garmin R10, Mevo+, Rapsodo, SkyTrack, LaunchPro: Les « PLM » en ébullition

Effet imprévu de la pandémie et surtout des confinements, le marché des simulateurs de golf personnel (PLM ou Personal Launch Monitor) a enfin décollé, aussi bien pour les particuliers que pour les practices de golf, ou même des espaces dédiés à la pratique sportive indoor. Jusqu’à très récemment, le marché des simulateurs de golf se décomposait en deux principaux segments : Les outils dit professionnels comme Trackman, FlightScope ou Foresight, et les simulateurs récréatifs type Golfzon ou encore TruGolf. Skytrack a jeté un premier pavé dans la mare en 2015 en proposant un « launch monitor » à moins de 3000 euros, qui pourrait aussi bien être utile pour récolter des données sur le swing, et en même temps, simuler des parcours. Ce nouveau segment du marché visait clairement une clientèle de particuliers, mais le prix restait tout de même prohibitif, même si loin des 15 000 ou 20 000 euros nécessaires pour acheter la « Rolls » des équipements. En 2021, un an après le premier confinement, le marché s’emballe dans une voie déjà ouverte par FlightScope avec le premier MEVO, les radars à moins de 700 euros, et pour le coup, vous êtes nombreux à vous interroger, et donc être à la limite de passer le pas.

Découvrez nos formules d'abonnements

De 500 à plus de 25 000 euros, les outils pour suivre ou mesurer la balle deviennent de plus en plus répandus.

L’offre s’étoffe sérieusement, et surtout comme envisagé depuis plusieurs années pour toucher le « mass market », les golfeurs amateurs.

Jusque-là réservé à des professionnels, la bagarre se faisait aussi bien sur le marketing, la présence sur le tour professionnel que la technologie pour suivre au mieux chaque rotation de la balle, sur la plus longue distance…

Trackman a de ce point de vue, et incontestablement gagné le match.

Du Trackman au Trackman 4, en seulement quelques années, la marque Danoise a non seulement offert une quantité de données importantes sur le swing du joueur, mais aussi sur la balle, devenant l’outil numéro un des coachs tournés vers la technologie pour enseigner, et a rapidement fait évoluer son modèle vers le côté plus ludique du simulateur qui permet de jouer toute l’année, quel que soit la météo, de jour comme de nuit…

Selon des chiffres rapportés par un investisseur américain, Paul Gravette, en 2019, le marché des simulateurs de golf pouvait déjà être estimé à 1,23 millions de dollars, et devait connaître une croissance annuelle supérieure à 8% pendant au moins dix ans.

Cette prévision ne tenait pas encore compte de la crise sanitaire…

Sans surprise, l’Amérique du Nord pesait déjà plus de la moitié de ce marché où se trouvait déjà la plus grande majorité des installations golfiques.

Le développement du golf aux USA ne se démentant pas, et ce même avant la pandémie, les acteurs du marché étaient déjà très confiants.

De l’autre côté du Pacifique, l’Asie était justement un autre marché en pleine expansion, et là, la demande de simulateurs était inversement dopée par le manque de place ou le caractère extrêmement privé ou coûteux des parcours de golf « outdoor ».

Par exemple, pour la seule Corée du Sud, le marché des simulateurs devait croître de plus de 12% par an, toujours selon la même source.

Il faut dire qu’un peu moins d’un Sud-Coréen sur dix joue au golf contre moins de un pour cent en France !

Alors que vient de se disputer l’Evian Championship 2021 remporté par Minjee Lee, une australienne comme son nom ne l’indique pas, le tournoi trouve sa légitimité économique à travers les droits TV perçus justement en provenance d’Asie, où le golf prend une popularité comme jamais vue dans la vieille Europe.

Et chez nous, c’est le confinement qui a enfin fait démarrer le phénomène avec des golfeurs frustrés par les interdictions. Si vous ne pouvez aller au golf, faites venir le golf à vous…

Si quelques années en arrière, le coût d’une installation à domicile était impensable, pour Guillaume Sauzet d’Addon Sport, le marché s’est réellement démocratisé, et justement avec des radars comme le MEVO ou surtout le MEVO + vendu moins de 2000 euros.

Ce dernier est livré avec cinq parcours en plus d’avoir la possibilité de s’entraîner.

Au-delà de prendre son radar dans la poche de son sac de golf pour l’emmener au practice, c’est surtout l’installation à la maison qui fait rêver les amateurs.

Une cage complète chez un particulier peut d’ailleurs démarrer à partir de 5000 euros pour occuper une petite pièce de 15m2 avec des écrans de protections et du synthétique au sol.

Si le premier Mevo vendu moins de 600 euros donne moins d’une dizaine de données sur le swing, le MEVO + entend aller plus loin avec le double de données à analyser, et par exemple l’angle d’attaque, la roule, le spin loft ou le spin axis… des données qui semblaient jusqu’à présent limitées à des radars bien plus coûteux.

Dans l’hexagone, en Belgique et en Suisse, c’est vraiment le confinement qui a déclenché un réel boom des installations, cependant difficilement quantifiable ou dirons-nous plutôt que le marché est passé du statut d’inexistant à émergent en seulement quelques mois !

Et ce n’est pas fini à en juger par l’accélération des nouvelles offres qui vont inonder le marché, à commencer par le nouveau Garmin R10, déjà annoncé comme la prochaine révolution à moins de 700 euros, pour venir concurrencer le Rapsodo, lui-aussi dans cette gamme de prix où le golfeur peut hésiter entre un outil de tracking ou changer de driver !

Le prochain Garmin R10 déjà disponible en pré-commande, annonce un produit très intéressant avec des fonctionnalités extrêmement complètes, aussi bien pour simuler un parcours ou entraîner son swing, tout étant peu encombrant, et donc facilement portable.

Le niveau de données annoncé est extrêmement impressionnant pour ne pas dire ambitieux. Objectivement, à lire la liste, il ne manque rien, du chemin de club en passant par le spin axis ou encore le smash factor.

A l’appareil, Garmin ajoute un abonnement de 9,99 euros par mois ou 99 euros par an pour accéder à une simulation de 42 000 parcours dans le monde ! C’est tout bonnement imbattable pour ce niveau de prix !

Et derrière cette nouvelle offre, ce n’est pas fini !

D’autres acteurs se préparent à partir à l’assaut de ce marché seulement émergent, aussi dicté par le succès de TopGolf avec la technologie TopTracer, qui d’une certaine façon a aussi popularisé la pratique du golf… ailleurs que sur un véritable parcours de golf.

Bushnell, la marque des télémètres vient d’annoncer un partenariat majeur avec Foresight pour préparer un nouveau « Personal Launch Monitor » qui viendra sans doute concurrencer le Mevo +, le SkyTrack ou encore le R10 et le Rapsodo.

Cet accord peut avoir du sens, car justement il associe une entreprise qui a la réputation de proposer les meilleurs optiques du marché (Bushnell), alors que Foresight avec son GCQUAD fait partie des compagnies les plus performantes dans le domaine du suivi de la balle.

Ainsi, nous allons assister à la naissance du Launch Pro fin 2021, qui lui aussi pourrait encore bouleverser le marché, car à la différence de certains acteurs, comme par exemple Rapsodo ou même Garmin, cette association pourrait en théorie présenter une plus grande légitimité sur la qualité des données, justement en s’appuyant sur l’expertise de Foresight comparable à celle de FlightScope et son MEVO +.

Pour l’instant, il n’y a pratiquement aucune information sur le prochain Launch Pro, mis à part une photo sur le site de Bushnell.

On peut simplement présumer du fait que l’association débouchera sur des données de distance au carry, de roule, de vitesse de club et de balle, ou encore de spin…

Comme le Garmin R10, on peut aussi imaginer que le Launch Pro proposera une grande variété de parcours à jouer, mais devrait être sur un positionnement prix plus élevé, et peut-être plutôt concurrent du MEVO + ou du Skytrack autour de 2000 euros.

Une question pourrait se poser, les sociétés comme Foresight, FlightScope ou Trackman vont-elles survivre à ce nouveau phénomène qui consiste à proposer des radars à moins de 700 euros ou même moins de 2000 euros ?

Tout d’abord, il y a fort à parier que pour le Launch Pro, ce serait scier la branche sur laquelle Foresight est assise que de proposer un système doppler comme sur un radar à 20 000 euros !

On en vient donc à la question technique numéro 1 : Quelle fiabilité des données pour de tels outils ?

Le marché est actuellement en pleine ébullition. Il faut répondre rapidement à un besoin aussi soudain qu’imprévu, en particulier en Europe, et personne ne sait si cet engouement sera réellement durable.

Oui, j’entends les « mais si ça y est le golf, c’est parti ! » et qui est capable de prédire l’avenir ? De nous dire à quoi nous attendre dans les deux prochaines années ? Est-on sorti de cette crise du covid ?

Il faut donc vendre vite pour répondre à un nouveau besoin alors que les consommateurs ne sont pas encore très regardants sur la qualité des données, et que raisonnablement, personne n’a mené une étude scientifique sur les technologies employées, et la précision.

Quel outil dit vraiment la vérité ?

Objectivement, personne n’a la réponse. J’ai mené quelques tests de mon côté, et distingué des écarts, en étant, je l’admets parfois surpris de ne pas trouver des écarts aussi importants que je l’imaginais.

Dans le cas du Rapsodo, certaines données étaient tout à fait justes, alors que d’autres comme l’angle de décollage ne me paraissait pas juste. Dans le cas du Garmin G80, la vitesse de balle paraissait juste mais pas les mesures de distances avec quelques mètres d’écarts.

Bref, les produits récréatifs se rapprochent sérieusement d’un niveau de précision intéressant, mais sans atteindre le niveau maximum des radars professionnels.

Dans un cadre récréatif, au niveau d’un golfeur amateur, la précision au mètre près, le spin au tour près, est-ce que c’est finalement le sujet central de l’achat ?

Il semble que le golfeur ou la golfeuse au niveau amateur cherche surtout un compromis prix sur aspect ludique, et le complément d’information sur son swing suffisant pour comprendre les grandes notions comme le chemin du club, la position de la face ou la vitesse de swing, même approximatif.

En réalité, il ne faut pas parier sur la fin des radars à 20 000 euros, et bien au contraire, cette nouvelle ébullition leur profite déjà…puisque les radars à 700 euros permettent à des golfeurs de mettre le doigt dans l’engrenage.

Les premiers retours d’expériences montrent que les golfeurs qui commencent avec une solution à 700 euros, peuvent ensuite être tentés de basculer dans une solution à 2000 euros, puis finalement dans le « grand radar ».

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Guillaume Sauzet nous témoigne du fait qu’il a déjà des clients qui sont passés du MEVO + au Trackman !

Pour ma part, utilisateur plutôt exclusivement du Trackman pour les essais ou les articles de JeudeGolf, je voudrais toutefois apporter une nuance, et notamment pour ceux d’entre vous qui seraient tentés par un achat d’une solution, à 700, 2000 ou 20 000 euros.

Si c’est indéniablement un outil fantastique, surtout quand on est soi-même très analytique et féru de chiffres, attention de ne pas y voir un mirage golfique, et de croire que l’on va transformer son jeu, au point de devenir un excellent golfeur.

C’est vrai pour un garçon comme Morikawa, et cette nouvelle génération de jeunes pros sur le tour qui ont grandi avec ces outils. Il reste néanmoins un prodige, et il n’est pas certain que sans, il ne serait tout de même pas devenu un talent.

Dans mon cas, ma progression au golf n’a pas été aussi soudaine depuis que j’utilise intensivement un Trackman, car le jeu de golf en simulé, ce n’est pas tout à fait le jeu de golf dans la vraie vie, avec un parcours qui n’est pas toujours aussi idéal et où on retrouve aussi facilement les balles égarées.

Je ne cherche pas à vous dissuader, mais seulement à vous mettre en garde sur vos attentes.

Jouer de jour comme de nuit, jouer quel que soit la météo, simuler une partie de golf en une heure au lieu de jouer un véritable parcours en plus de quatre heures, à tout cela oui… devenir automatiquement un meilleur golfeur parce que l’on accède à toutes les données, en quelque sorte, percer le secret de son swing… ce n’est pas aussi direct.

Par exemple, en sept ans, j’ai nettement augmenté ma vitesse de swing, en passant de 93 à plus de 103 mph. Concernant le chemin de club qui était très intérieur-extérieur au drive, je suis passé de +10 degrés à +6 en moyenne… j’ai surtout appris à varier les effets, mais une fois sur le parcours, le vrai, ce n’est pas pour autant que j’ai gagné des wagons de coups.

Le véritable golf, ce n’est pas cela. Le jeu de golf ne se résume pas à des données. Ce serait trop facile.

Enfin, dernière mise en garde, à en juger par le dynamisme de l’offre, soyez vigilant au fait qu’une nouveauté sort tous les six mois avec son lot d’améliorations.

Le Garmin G80 prend déjà un sacré coup de vieux avec le nouveau R10. Qu’en sera-t-il avec le Launch Pro, et ainsi de suite… ?

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 790
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Blanches ou jaunes au départ? Une transition diffi...
Un modèle pour les golfeurs de +50 ans en recherch...

Auteur

 

Commentaires   

xavier.roubaud@gmail.com
0 #2 à quand un test du R10xavier.roubaud@gmail.com 30-07-2021 13:06
Bonjour

j'ai hâte de voir un comparatif sur la précision des données entre le nouveau Garmin R10 et un Trackman.
Notamment sur l'orientation de la face de club au moment de l'impact.
g.mpouna@gmail.com
+1 #1 Topg.mpouna@gmail.com 27-07-2021 14:06
Super article, et hâte de voir si le R10 ou le Launch Pro présentent des mesures les rendant réellement pertinents !

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.