Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Fin de saison sur l’European Tour 2019: Qui garde sa carte, qui part aux PQ ?

Le Portugal Masters vient de s’achever, et avec lui la saison régulière de golf sur l’European Tour. Après le championnat du monde HSBC en Chine dans quelques jours, la finale de la Race to Dubaï reprendra ses droits avec trois tournois au mois de novembre (Turquie, Afrique du Sud, et DP World Tour à Dubaï). Seuls les 60 premiers au classement pourront avancer jusqu’au dernier tournoi de l’année. Cependant, pour un grand nombre de golfeurs professionnels qui n’ont pas réussi à se classer dans les 116 premiers à l’issue du Portugal Masters, la saison est déjà terminée, et avec elle, un lot de questions cruciales sur les futures catégories, et droits de jeux pour 2020, ou même les terribles PQ…Décryptage du système, et enjeux pour les principaux français engagés.

Découvrez nos formules d'abonnements

Il y a le golf qui gagne, et dont on parle très souvent (les vainqueurs de tournois), et il y a le golf qui perd, ce qui concerne un nombre bien plus important de golfeurs professionnels.

On en parle malheureusement moins souvent, pourtant les enjeux sont capitaux, et peuvent changer des vies.

Avoir le droit de jouer sur le circuit européen, la première division, ne coule pas de source.

Pour s’inscrire sur l’un des 47 tournois que comprend la saison, et notamment l’Open de France, mis à part des invitations, il faut appartenir à une catégorie, et s’être acquitté d’une cotisation de 250 livres sterling.

Bienvenue dans le monde très complexe des droits de jeux de l’European Tour !

On peut dénombrer près de 30 catégories qui donnent des droits de jeux inégaux en termes de nombre de tournois sur la saison à venir.

Le graal, c’est de terminer la saison dans les 116 premiers du classement général pour assurer automatiquement une place de choix sur l’échiquier européen, en vue de la saison à venir.

Les catégories qui vous permettent de jouer toute l’année sans limitations de tournois sont les catégories 1, 2, 7, 9, 10 et 11, que nous allons détailler plus loin.

Pour les français, Clément Sordet (119eme), Alexander Levy (125eme), Romain Wattel (147eme), et Raphael Jacquelin (175eme), la saison est donc terminée au-delà de la 116eme place.

Reste à savoir quelles catégories, ils pourront chacun obtenir en vue de l’an prochain, sauf à faire le choix de descendre sur le Challenge Tour, la deuxième division.

Deuxième division qui concerne actuellement d’autres golfeurs français, et certains titrés sur l’European Tour.

On retrouve par ordre de classement actuel, Robin Roussel, Antoine Rozner, Gregory Havret, Mathieu Fenasse, Robin Sciot-Siegrist, Damien Perrier, Ugo Coussaud, Joel Stalter, Thomas Linard, Clément Berardo, Jérôme Lando-Casanova, Gregory Bourdy, Julien Quesne, Victor Riu, un très gros contingent de français qui animent donc cette deuxième division.

Pour monter du Challenge Tour sur l’European Tour, il faut se classer parmi les 25 premiers du classement général. Cela concerne pour l’instant, alors que la saison n’est pas terminée, Robin Roussel, et Antoine Rozner, deux golfeurs qui ont brillé cette année, et sauf accident vont monter en 1ère division.

Entre la première division, et la seconde division, avant de rentrer dans le détail des catégories, vont se dérouler courant novembre, les terribles Q-school, qui peuvent repécher des golfeurs ayant perdu une catégorie de jeu complète ou ne l’ayant pas gagné sur le challenge tour.

Ces Q-School ont déjà démarré début septembre à travers une dizaine d’épreuves dans la plupart des grands pays européens, et par exemple, en France du 9 au 12 octobre dernier sur le parcours d’Hardelot.

C’est d’ailleurs l’anglais Sam Locke qui s’est imposé au bout de quatre tours joués en -12. Le premier français, Victor Veyret s’est classé 6eme.

Il fera parti de la deuxième étape de cette terrible course d’obstacles qui va s’étaler jusqu’à fin novembre, et se conclure sur le parcours de Lumine en Espagne, avec une finale.

De tous les golfeurs qui n’ont pas réussi à faire partie des 116 premiers, tous ne sont pas logés à la même enseigne, entre perspective de participer au repêchage (Q-school), descendre sur le Challenge tour ou obtenir un droit de jeu partiel ou complet sur l’European tour, l’an prochain.

C’est là qu’il faut comprendre les différentes catégories qui répartissent près de 300 joueurs classés sur une saison, et entre les différents circuits.

Découvrons les différentes catégories :

La catégorie 1 concerne les stars actuelles du circuit, des vainqueurs de la Race ou de Majeurs qui vont bénéficier d’un droit de jeu complet et automatique pour 5 ans (auparavant 7).

Shane Lowry, vainqueur cette année du British Open entre dans cette catégorie, de même que des golfeurs du PGA Tour qui n’ont jamais foulé un fairway en Europe (mis à part le British) comme Dustin Johnson ou Jordan Spieth.

17 golfeurs sont concernés par cette catégorie protégée.

De cette catégorie, vous avez déjà une sous-catégorie qui induit la question des exemptions médicales, et donc des golfeurs qui n’ont pas pu exercer leur droit pour cause de blessure. C’est la catégorie 1a qui, cette année ne concernait que Luke Donald.

La catégorie 2 concerne une deuxième liste de « stars », les vainqueurs des championnats du monde, ou des Rolex Series, les « gros » tournois du circuit européen.

Jon Rahm et Matthew Fitzpatrick faisaient partie de cette catégorie cette année. L’an prochain, ce devrait être autour de l’autrichien Bernd Wiesberger, actuel leader de la Race, d’y faire son entrée.

Il était déjà dans la catégorie 3, les vainqueurs de tournois !

En 2019, Alexander Levy et Romain Wattel étaient déjà dans cette catégorie qui glisse sur 3 ans.

Wattel a gagné le KLM Open en 2017. Il va sortir de cette catégorie, alors qu’Alexander Levy, vainqueur du Trophée Hassan II en 2018, va assurer sa place dans cette catégorie, et sur l’European Tour en 2020 par ce biais.

Cette catégorie 3, abordable par les meilleurs français, concerne environ une trentaine de joueurs. L’an prochain, Victor Perez sera concerné par cette catégorie alors qu’il a gagné le Dunhill Links Championship, quelques mois seulement après être monté du Challenge Tour !

Il existe, comme pour chaque catégorie, une version a et donc 3a pour exemption médicale.

Comme l’European Tour aime bien compliquer, il existe une catégorie 4 de vainqueurs de tournois sur 2 ans, mais dont les dotations sont inférieures à 1,75 millions de dollars. Cela concerne une quinzaine de joueurs.

La catégorie 5 concerne les légendes du golf, et protège des joueurs tel que Padraig Harrington, actuel capitaine européen en vue de la prochaine Ryder Cup.

Il s’agit le plus souvent de membres du top-40 des gains en carrière avec par exemple Colin Montgomerie, Miguel Angel Jimenez, Graeme McDowell, Darren Clarke, José Maria Olazabal ou encore Bernhard Langer.

Ils se font de plus en plus rares sur le circuit, ou ne jouent que quelques tournois par an. C’est l’un des sujets à comprendre entre catégorie, droits de jeux, et participations effectives aux tournois.

Nous sautons de la catégorie 5 à la catégorie 9, les membres de l’équipe européenne de Ryder Cup, non présents dans une catégorie précédente (Poulter et Casey).

Enfin, la catégorie 10 est l’une des plus importantes, car elle concerne effectivement les golfeurs classés jusqu’au 116eme rang de la saison régulière, le gros des qualifiés.

Pour l’année prochaine, on retrouvera dans cette catégorie qui donne encore un droit de jeu complet, les français Benjamin Hebert (actuel 17eme), Romain Langasque (22eme), Lorenzo-Vera (28eme), Pavon (103eme), et Dubuisson (110eme).

Les trois premiers nommés ont d’ailleurs encore une carte à jouer sur la finale de la Race to Dubaï pour tenter de décrocher une catégorie encore plus prestigieuse, ou qui protège plus longtemps.

C’est tout le problème de la catégorie 10. Ce classement est remis en cause chaque année, et dès que vous en sortez, vous êtes susceptible de perdre un droit de jeu complet pour l’année suivante.

Gagner un tournoi reste le meilleur moyen de se mettre un peu plus durablement à l’abri…

Comme pour chaque catégorie, il existe une catégorie 10a pour les exemptions médicales.

En 2019, Dubuisson en avait justement bénéficié. Sa saison plutôt quelconque lui a juste permis d’accrocher un droit de jeu complet avec la 110eme place. L’an prochain, s’il n’affiche pas une intention plus solide, il pourrait bien être confronté aux Q-School ou au Challenge Tour.

Ce serait fou pour un golfeur de son âge, et pour son passé parmi les 25 meilleurs mondiaux. Nous n’en sommes pas encore là, mais attention… entre la pêche au thon ou le golf, le Cannois devra rester vigilant.

Après la catégorie 10, on entre dans les catégories un peu plus complexes, et par exemple, la 11 qui ouvre des droits complets pour des joueurs qui ont fait partie des meilleurs anciens, sans être pour autant des « légendes », comme David Howell ou Jamie Donaldson.

Raphael Jacquelin va bénéficier de cette catégorie en 2020. Il est tout juste 40eme de la liste des gains en carrière sur l’European Tour.

On en vient désormais aux catégories des golfeurs qui montent de division, à commencer par la 14 qui concerne les 15 premiers du Challenge Tour automatiquement qualifiés pour l’année 2020.

A l’heure actuelle, et le classement est encore susceptible de bouger, Roussel et Rozner, respectivement 4 et 5 devraient intégrer l’European Tour en 2020.

Havret, actuellement 26eme n’est pas encore dans les places qualificatives alors que des gros tournois restent à disputer.

La catégorie 17 concerne les 25 golfeurs qui survivront à l’épreuve des Q-School. L’an passé, Langasque et Sordet en avaient profité pour monter.

A partir de la catégorie 18, les golfeurs ont des droits partiels pour l’année à venir. La catégorie 19 concerne les golfeurs classés de 135 à 155eme sur l’European Tour.

Adrien Saddier et Romain Wattel sont donc concernés.  Avec Sordet, les trois français rejoindront directement la PQ3 des Q-School. Ils pourront se consoler en évitant les PQ2 qui vont commencer dans quelques jours.

Pour Sordet, c’est peut-être le plus difficile, il manque le sauvetage de sa carte pour seulement quelques places au général (119eme).

Les PQ2 vont donc pouvoir débuter. Les listes de joueurs sont connues.

A cette heure, sont concernés par les PQ2, à Alenda, Julien Quesne, Xavier Poncelet, Mathieu Decottignies-Lafon, Hubert Tisserand, Frédéric Lacroix.

A Bonmont, toujours en Espagne, Edouard Dubois, Gary Stal, Jérôme Lando-Casanova, Antoine Schwartz, Lionel Weber seront engagés pour une qualification à la PQ3.

A Desert Springs, toujours en Espagne, Jean-Baptiste Gonnet, Clément Berardo, Sébastien Gros, Joel Stalter, Pierre Pineau, Jeong-Weon Ko viseront aussi une place en PQ3.

Enfin, dernière qualification, à Las Colinas, Victor Riu, Thomas Linard, Victor Veyret, et Felix Mory tenteront un accès aux PQ3.

Réponse le 10 novembre pour une finale qui sera organisée du 15 au 20 novembre afin de déterminer la liste finale des golfeurs qui auront des droits de jeux complets pour la saison 2020.ème

Le système présente l’inconvénient d’être complexe, mais l’avantage de ne pas être manichéen, laissant une place ou plutôt une chance à ceux qui n’ont pas réussi à obtenir les points requis pour sauver une saison ou suffisant pour monter.

Si pour les joueurs, l’épreuve des PQ peut être brutale, pour les fans, cela créé un événement final intense avec beaucoup de suspens.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 427
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Tiger Woods à une victoire du record de Sam Snead ...
Jouer au golf au Mexique, à Cancun, sur les meille...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.