Posté par le dans Golf en France

Confinement: Comment les fédérations nationales de golf soutiennent leur filière?

Alors que la crise du Covid-19 et le confinement qui s’en suit frappent tous les pays où l’on pratique le golf, les fédérations nationales de golf ont naturellement un rôle primordial à jouer. Dans ce sujet, nous avons recensé une série d’exemples d’actions concrètes déjà prises dans des pays voisins, pour venir au soutien d’une économie en très grande difficulté, car dans ce contexte, le temps qui passe est une donnée clé. Chaque jour, chaque semaine, la situation peut évoluer, et l’anxiété des acteurs, gestionnaires de parcours, propriétaires, salariés, enseignants, greenkeepers, hôtesses d’accueil, métiers de bouches, tous les métiers finalement, s’expriment, le plus souvent en silence… et dans l’espoir de retrouver le plus rapidement possible, les golfeurs et les golfeuses. De nombreuses pistes et solutions peuvent néanmoins être explorées, et nous donner de l’espoir…

Découvrez nos formules d'abonnements

Nous voudrions vous illustrer dans ce sujet, qui va relater les faits, (et uniquement les faits), l’action de plusieurs fédérations de golf à l’étranger, mais aussi, une activité sportive pas si éloignée de la notre, l’exemple de la fédération française de tennis.

Angleterre 

L’Angleterre compte environ 700 000 licenciés à England Golf pour 1900 clubs de golf. 

Le R&A estimé à 1,5 millions d’adultes qui pratiquent le golf, au moins une fois par semaine. 

En Angleterre, l’UK Golf Federation a immédiatement réagi, et très rapidement lancé une campagne pour sauver le golf pendant la crise du Covid-19.   

#KeepGolfOpen visait à réunir l'industrie avec une pétition de 100 000 signatures pour garantir les métiers du golf pendant l'épidémie. 

Les clubs, les membres, les spectateurs, et toute l'industrie du golf étaient invités à s'unir dans cette nouvelle campagne. 

La Fédération britannique de golf, qui vise à améliorer le golf en accès libre pour tous, a initialement lancé une pétition avec l'ambition de réunir 100 000 signatures et d'obtenir le soutien du gouvernement pour maintenir les parcours ouverts pendant la crise de Covid-19, mais en espérait 2 millions. 

Avant le confinement, les clubs de golf avaient déjà appliqué des mesures pour limiter les contacts entre joueurs, enlevé les râteaux des bunkers, et demandé de ne pas toucher aux drapeaux. 

Cette stratégie a été rapidement confrontée à de nouvelles mesures strictes, visant à fermer les golfs, et le 23 mars, la fédération s’est résolue à communiquer sur la fermeture des golfs. 

La pétition avait dépassé les 12 000 signatures, mais l’enjeu s’était déplacé, et la crise aggravée…

Initialement, ils voulaient mener une stratégie à deux volets, mettant en valeur le golf, comme un sport sans contact, et soulignant l'impact de ce que les fermetures de parcours pourraient faire sur l'industrie. 

Sur le golf, en tant que sport sans contact, la pétition, qui n’est plus consultable sur le site Change.org , déclarait : « Le golf est unique car il ne nécessite aucun contact de personne à personne. D'accord, le club-house peut être fermé, mais vous pouvez vous changer sur le parking, il n'y a aucune raison de retirer le drapeau ces jours-ci et vous pouvez toujours rester à deux mètres de vos partenaires de jeu ». 

En ce qui concerne l'impact de la fermeture sur l'industrie, la pétition ajoutait : « Si les parcours de golf ne sont pas ouverts, 30% pourraient faire faillite et fermer, affectant des centaines de milliers d'employés et les industries associées.

« De plus, si le parcours est fermé et que le personnel arrête de maintenir le parcours, il faudra des années pour le remettre dans l'état auquel nos golfeurs s'attendent ».

« Enfin, deux millions de personnes jouent au golf chaque semaine, beaucoup ont moins de 70 ans ! ». 

« La perte de leurs activités récréatives, les discussions sociales, et le temps passé avec des amis et des partenaires à marcher en plein air sera perdu, et pourrait avoir de graves effets à long terme sur la santé, le bien-être physique et mental de ces golfeurs ». 

Dans son communiqué initial, la Fédération déclarait que si tout le monde comprenait parfaitement les problèmes très graves que le coronavirus présentait au monde, il était essentiel que tout le monde se réunisse et fasse passer le message au gouvernement.

« En cette heure, l'industrie du golf se tournera vers ses dirigeants pour les aider à traverser ces temps inconnus. Ensemble, grâce à nos partenaires et membres, nous avons la capacité de créer une pétition virale qui peut atteindre deux millions de golfeurs, par tous les canaux possibles et transmettre notre message au gouvernement à #KeepGolfOpen ». 

Interrogé cette semaine sur un autre article concernant le matériel de Golf, Lionel Caron, Président Europe et UK de la marque Srixon Sports Europe, précise « Les golfs, comme les pro-shops et l’enseignement sont très souvent gérés par le pro-enseignant du club. Ce n’est pas toujours comparable à ce qui se passe en France. Avant cette crise, beaucoup des parcours de golf avaient déjà été fortement affaiblis par une météo exécrable depuis 4 mois, et sont rentrés dans ce confinement, exsangue. Les trésoreries ont été mises à très rude épreuves. » 

Autrement dit, cela a beau être un pays de golf, comme partout ailleurs, et bien que cela puisse sembler inconcevable, le Golf en Angleterre pourrait être susceptible de connaître de nombreuses défaillances, sans l’intervention de tiers extérieurs. 

A ce stade, la filière golf pouvait sombrer dans le pessimisme, mais le 30 mars, une nouvelle salutaire est tombée ! La pétition n’avait pas été si vaine. 

Sport England, un organisme public dépendant du département du numérique, de la culture, des médias et du sport a annoncé une nouvelle que l’on pourrait qualifier de fantastique ! 

Selon une information rapportée par The Golf Business,  « Sport England a justement annoncé un financement de 195 millions de livres Sterling pour le sport, et le golf dans le lot. » 

Cette information tombait à point nommée alors que les golfs, notamment en Ecosse, commençaient à essuyer des refus de subvention COVID-19 spécifiquement en place et d’un montant de 25 000 livres. 

En effet, pour être éligible au dispositif, il fallait une valeur de chiffre d’affaire imposable inférieure à 51 000 livres. 

Sport England a précisé que ce dispositif ne venait pas en remplacement, mais bien en complément de ce que les clubs pouvaient obtenir d’une quelconque autre manière. 

Ce package va donc se répartir de la manière suivante : Un fond d’urgence de 20 millions de livres, immédiatement accessibles pour les clubs locaux. 

Les subventions iront de 300 livres à 10 000. 

55 millions pour financer des idées innovantes pour garder les gens actifs pendant le confinement, et ensuite, les aider à reprendre le sport, tout en s’adaptant à un environnement différent. 

Le PDG de Sport England, Tim Hollingsworth, a déclaré selon les propos recueillis par nos confrères de The Golf Business : «En tant qu'organisme responsable de la croissance du sport et de l'activité physique au niveau local, nous avons un rôle important à jouer à la fois pour nous assurer que nous soutenons ceux qui ont des problèmes de trésorerie à court terme et une perte de revenu immédiate , ainsi que ceux confrontés à des défis de survie à moyen et long terme, et à des difficultés financières. » 

En complément, le secrétaire d'État au numérique, à la culture, aux médias et aux sports, Oliver Dowden, a déclaré: «Nous faisons tout notre possible pour maintenir la Grande-Bretagne active, et soutenir le secteur du sport en ces temps difficiles. Ce financement public de plusieurs millions de livres aidera non seulement les clubs sportifs locaux confrontés à des problèmes financiers, mais encouragera également les gens à rester en forme chez eux. » 

Sans trop attendre, les clubs de golfs ont affiché leur enthousiasme à l’image de Gordon Simpson de Gullane Golf Club « Je pense que c'est formidable que Sport England ait réagi à la crise si rapidement, et annoncé ces mesures de financement qui seront sans aucun doute requises par divers clubs, à travers l'Angleterre, et dans les prochains mois. » 

Pour l’Ecosse, il y a du coup une attente similaire pour que Scottish Golf obtienne la même chose de la part du gouvernement écossais. 

Le secrétaire du golf de Duddingston a déclaré « Nous chercherons à obtenir de Scottish Golf qu’ils fassent pression au nom de tous les clubs, pour essayer d'obtenir davantage d'aide. Le gouvernement doit se pencher sur cette question, sinon, je crains que de nombreux clubs ne puissent littéralement pas survivre. Notre seul espoir semble être d'essayer d'obtenir un prêt pour interruption d'activité auprès de la banque... » 

Les abonnements seront encore plus demain la pierre angulaire des clubs de golf, car sans les membres, il pourrait ne pas y avoir d’avenir, et plus de clubs ! 

Les britanniques réfléchissent au-delà de la crise, notamment à réduire le golf nomade, et encourager les abonnements… 

Norvège 

En Norvège, la Fédération de golf est la cinquième plus importante fédération sportive du pays, et regroupe 100 000 pratiquants dans 180 clubs de golf. 

En lien avec l’épidémie de coronavirus, un premier décret gouvernemental a d’abord interdit la pratique sportive et le golf. 

Le 1er avril, la NFG (fédération norvégienne de golf) a finalement obtenu gain de cause auprès du gouvernement. 

Un second décret est passé, et résolu au passage le problème posé par une éventuelle demande de faveur du golf vis-à-vis des autres sports. 

La direction de la santé a autorisé la pratique sportive par groupe de moins de 5, tant que les personnes respectent les recommandations générales de prévention des infections (non auto-infectées ou mises en quarantaine, 2 mètres de distance entre deux personnes à l'intérieur du groupe, hygiène des mains, etc.) 

La fédération pouvait déclarer « Dans le golf, nous avons travaillé dur pour arriver à cette ouverture, et nous sommes heureux qu'elle ait eu lieu avant Pâques, mais nous sommes également très conscients que cela implique une responsabilité pour chacun de nous. » 

Les événements sportifs et les compétitions restent néanmoins interdits jusqu’au 15 juin. 

Malgré cela, l’histoire n’est pas terminée… Le 17 avril, la NFG annonce cependant un dispositif de déclarations de pertes financières pour les clubs de golf, et disponible en ligne sur son Site Internet. 

La fédération a mise en place un « emergency staff club » avec un guide pour les clubs, et donc du personnel, afin de les aider dans la démarche. 

La NFG encourage les clubs à remplir le document le plus rapidement possible, même avec des chiffres estimatifs, pour ensuite évaluer l’étendue globale des besoins, et faire une demande spécifique globale au gouvernement. 

Le 18 mars, le gouvernement avait justement déjà mis en place une aide de 600 millions de NOK, soit 53 millions d’euros, pour les clubs de sports et associations sportives. 

La NFG va probablement estimer le besoin pour militer à une attribution d’une partie de ce budget. 

La fédération norvégienne de Sport a immédiatement remercié le ministère… de la culture pour cet effort sans précédent. « Cela montre que le gouvernement a compris l’appel d’urgence » explique Berit Kjoll, président des sports Norvégiens. 

Source : www.golfforbundet.no

Portugal 

Le Portugal compte environ 14 000 licenciés pour 86 clubs. Son activité est essentiellement touristique. 

Tous les parcours de golf sont fermés depuis le 19 mars, mais La Fédération Portugaise de Golf étudie des mesures pour atténuer l'impact, et soutenir les clubs pour le pendant et l'après-crise. 

Le 17 avril, les responsables de la Fédération Portugaise de golf ont publié une lettre envoyée au Ministère des Sports, pour souligner les bienfaits du golf pour les Seniors. 

Ils invitent le gouvernement à en tenir compte, si jamais il devait étendre la durée du confinement pour les plus de 70 ans. 

En quelque sorte, compte tenu des spécificités du golf, en respectant les règles barrières, Miguel Franco de Sousa, Antonio Costa, et Francisco Sousa espèrent une dérogation pour aller jouer au golf pour les seniors, tenant compte de la distanciation sociale « naturelle » de ce jeu. 

Le 9 avril, toujours dans une lettre ouverte, ils faisaient déjà des demandes au Gouvernement, au nombre de quatre principales : 

Permettre un entretien minimal des terrains de golf, et même si les règles de confinements devaient être durcies. 

Considérer le golf comme l’une des premières activités à rétablir au moment de l’assouplissement du confinement, et en respectant des modalités de protections. 

Réduire la TVA appliquée au golf, considérant que le régime de TVA actuel pénalise fondamentalement les terrains de golf, dont l’activité principale est en fait l’accueil de touristes golfeurs.

Elaborer un plan de soutien financier spécifique des clubs, et afin d’assurer leur survie, des centaines d’emplois en dépendent… 

En complément, dans un interview accordé au site Golftattoo.pt, le président de la Fédération Portugaise de golf a expliqué que le passage d’une TVA de 23% à 6% serait sans doute décisive pour sauver les golfs. 

Il a rappelé qu’il avait créé une équipe de crise au sein de la fédération (tous les collaborateurs sont en télétravail). 

La première mesure a consisté à soutenir les clubs. 

Les golfs qui sont contraints de maintenir une activité, et notamment l’entretien du terrain, peuvent demander un report de paiement des licences sportives, et en trois tranches, en juillet, août et septembre, et avec effet rétroactif pour les clubs qui avaient déjà payés, et donc pouvaient être remboursés, pour soutenir leurs trésoreries. 

Cette disposition avait déjà été prise le 9 avril. 

(source : portal.fpg.pt

Miguel Franco de Sousa terminant son interview par un appel aux golfeurs « Ne quittez pas vos clubs en cette période difficile. Les clubs font tout pour que les parcours soient en excellent état pour votre retour, et gardent le personnel pour vous accueillir à bras ouverts.  Cela coûte très cher. Aujourd'hui, plus que jamais, les clubs ont besoin de leurs membres. » 

Italie 

L’Italie compte plus de 90 000 golfeurs pour 285 golfs. 

Sur indication du gouvernement, le ministre des Politiques de la Jeunesse et des Sports Vincenzo Spadafora, a invité les Fédérations Nationales Sportives, les Disciplines Associées et les Organismes de Promotion du Sport, à suspendre toutes les activités sportives.

Le président de la Fédération italienne de golf, Franco Chimenti, a donc relayé la décision à tous les clubs, athlètes et organisateurs d'événements et d'initiatives de golf à se conformer scrupuleusement aux dispositions. 

Le 8 avril, une première disposition a été prise pour les enseignants de golfs, et plus généralement dans tous les sports, avec un fonds de solidarité de 50 millions d’euros, et afin d’octroyer un revenu minimum de 600 euros mensuel. 

Les titulaires de contrats existants au 23 février 2020 et toujours valide au 17 mars 2020, date d’entrée en vigueur du décret Cura-Italia peuvent demander une indemnité, avec toutefois une condition : Ne pas avoir déclaré sur la période fiscale 2019 plus de 10 000 euros de rémunération. 

Pour les clubs, il y a le même dispositif Cura-Italia pour les clubs enregistrés auprès d’une Fédération. 

Cura Italia était donc entré en vigueur le 17 mars et pas seulement pour le monde du sport. 

C’est en fait un dispositif unique, adopté en conseil des Ministres pour soutenir les entreprises (dont les golfs) et les familles jusqu’à hauteur de 250 milliards d’euros. 

Le site Latribune.fr rapporte en complément que « Pour les entreprises, les indépendants et les professionnels dont le chiffre d'affaires est inférieur à 2 millions d'euros, les paiements pour le règlement des retenues à la source, la TVA annuelle et mensuelle, ainsi que la sécurité sociale et les cotisations INAIL sont reportés au 31 mai et peuvent être payés en un seul versement ou solutionnés en 5 mensualités maximum. »  

Source : www.federgolf.it

Allemagne 

600 000 golfeurs pour 737 clubs de golf, l’Allemagne est le premier pays golf du vieux-continent. 

Selon les propos rapportés par nos confrères de rp-online.de, le 16 avril, le président de la DVG (Deutschland Golf Association), Claus Kobold pousse pour la réouverture rapide des golfs auprès du gouvernement, et a même marqué sa déception, et son incompréhension par rapport aux dernières mesures émises par le gouvernement ; 

« Avec un manque de compréhension, et une grande déception, nous percevons que l’interdiction du sport sera poursuivie jusqu’au début du mois de mai. Notre solidarité avec les soignants a été exceptionnelle, et inconditionnelle depuis le début. La vitesse de réaction était plus importante que des ajustements, cependant, il est temps d’examiner attentivement ce qui peut être fait, et c’est le cas maintenant. » 

Le titre de l’article « Les golfeurs Allemands en colère contre le Gouvernement » 

L’article précise encore la pensée du dirigeant allemand « La DGV souhaite insister sur le fait que le golf, en particulier, accompagné de règles de protections appropriées, doit être autorisé dans les meilleurs délais. « Le Golf n’est pas différent d’une promenade de longue durée dans un parc ou en nature. Les terrains de golf ne sont pas directement comparables à des aires de stationnement, et les golfeurs pratiquent généralement de manière individuelle. » 

A cela s’ajoute une concertation menée au niveau européen par la BVGA (Bundesverband Golfanlagen) qui chaque semaine s’entretient avec l’association européenne des terrains de golf, pour justement étudier les modalités de reprise du golf. 

Les bonnes pratiques sont justement échangées entre pays. 

Déjà dans certains pays comme la Suède, la Norvège, la Finlande, le Danemark, la République tchèque et l'Estonie, l'activité de golf a redémarré avec des restrictions.  

Ces pays ont partagé leurs expériences sur l’hygiène appropriée.
Précisons que certains lands Allemands prévoient de rouvrir l’accès au golf à partir du 20 avril. 

Toujours au chapitre du soutien à l’activité, pour continuer à générer des revenus aux enseignants indépendants, différentes mesures ont vu le jour sous la bannière #supportyourpro ou #stronggolfcommunityactes. 

Comme le rapporte golfmagazin.de, Il est possible d’acheter des polos logotés, et une partie des revenus sera reversée aux enseignants, et moniteurs de golf. 

La PGA Allemande a décidé de ne pas collecter de frais d’adhésions en avril, et a reporté en août. 

Sources : Golfpost.de et Golfmagazin.de 

Canada 

Le Canada compte 5,7 millions de golfeurs pour 2400 parcours. 

Pour Laurence Applebaum, présidente de Golf Canada : « Je pense qu’il est normal de voir le golf comme une activité qui peut être une bonne option, vu les directives de distanciation sociale, mais je réfléchirais davantage au fait que ce sport soit beaucoup plus interactif qu’on peut y penser au départ. Il revient à chacun de ne pas entrer en contact avec les autres. » 

Elle ajoute « Nous allons donc nous en remettre aux experts qui donnent les lignes directrices, et qui donneront au Canada, la chance de vraiment vaincre la courbe, pas seulement l’aplanir. » 

Le Nouveau-Brunswick et le Québec ont fermé toutes les installations de loisirs, y compris les terrains de golf publics et privés. 

Des clubs privés dans d’autres provinces peuvent restés ouverts, et comme le printemps arrive, de nombreux clubs évaluent leurs options. 

Laurence Applebaum a déclaré que les grands événements sportifs avec des dizaines de milliers de spectateurs seront parmi les derniers rassemblements à être restaurés, mais que jouer au golf avec des amis, avec son nombre relativement faible d’interactions, sera un tremplin parfait pour reprendre une vie régulière. 

Etats-Unis 

Premier pays de golf au monde avec 24 millions de pratiquants, et 10 000 clubs affiliés à l’USGA, les USA sont aussi et tristement le pays le plus touché au monde par la crise du Coronavirus, et aussi paradoxalement, le pays qui compte le plus de parcours encore ouverts. 

Aux Etats-Unis, alors que presque tous les Américains ont reçu l'ordre de rester chez eux alors que les cas de Covid-19 et les décès augmentent, les parcs nationaux, les plages et les zones de loisirs ont fermé, mais dans la plupart des États, les parcours de golf sont restés une exception. 

La pandémie de Covid-19 prend fermement racine dans toute l'Amérique, mais dans plusieurs poches du pays qui ne sont pas touchées, certains parcours de golf ont pu rester ouverts, mais avec des directives opérationnelles claires pour la sécurité des joueurs et du personnel. 

Les tournois de golf professionnels ont été annulés ou reportés, y compris les Masters, mais environ la moitié des 16 000 parcours de golf en Amérique continuent de fonctionner, et dans 34 États en tant que débouchés essentiels pour l'exercice et le maintien de la santé. 

Les objets nécessitant une manipulation doivent être limités, comme les drapeaux qui doivent être laissés dans les trous, les serviettes et les râteaux de bunker ont été retirés des parcours. 

Oui, on peut jouer sur certains parcours de golf du pays. 

L'organe directeur du golf, la United States Golf Association, a également publié des directives et des modifications relatives aux règles du jeu, en réponse à l'épidémie de coronavirus. 

Avec des conditions plus chaudes attendues au cours des prochains jours, les parcours de golf pourraient être un peu encombrés ; le conseil est de garder au moins deux mètres entre chaque personne.

Dave Eaton, directeur exécutif adjoint de la Rochester District Golf Association, a déclaré qu'avec d'autres sports à l’arrêt à cause du coronavirus, plus de gens pourraient se tourner vers le golf dans un avenir proche. 

Dans la foulée, l’Association professionnelle américaine de golf (PGA) a annoncé lundi 13 avril, le lancement d’un fonds de 5 millions de dollars, et ce, pour aider les travailleurs du monde du golf confrontés à des difficultés financières durant la pandémie de Covid-19. 

Belgique 

Nos voisins et amis belges comptent plus de 60 000 pratiquants pour 88 clubs de golf. Le pays est l’un des plus dynamiques d’Europe pour la création de nouveaux golfeurs, et nouvelles golfeuses, ces dernières années. 

Pas d’élément supplémentaire à relater concernant la crise du coronavirus, si ce n’est le communiqué officiel de la Fédération le 16 avril : 

« Cela fait bientôt un mois que le golf, comme tout autre sport, est à l’arrêt. Même si la Fédération Royale Belge de Golf, l’AFGolf et Golf Vlaanderen tentent de trouver des solutions par rapport à cette situation, les clubs et toutes les instances golfiques belges n’ont d’autres choix que de suivre les décisions gouvernementales.

Même si le début du déconfinement est annoncé pour le 3 mai, cela ne se fera que partiellement et sous certaines conditions. Celles-ci ne sont pas encore connues et ne seront déterminées par le gouvernement que dans les semaines à venir.

Vu la situation, il nous semble plus judicieux et plus prudent d’éviter tout évènement de masse jusque fin mai. »
Source : golfbelgium.be

France 

733 structures (dont 607 et parcours de golf) pour 418 000 licenciés FFG. 

Depuis notre précédent article mis en ligne le 14 avril, la Fédération Française de Golf, Monsieur Pascal Grizot, vice-Président de la Fédération Française de Golf, a réalisé une conférence de presse auprès du Journal du Golf, dont vous pourrez trouver le lien ci-joint. 

Monsieur le Président de la Fédération Française de Golf, Jean-Lou Charon et le Directeur Technique National, Monsieur Christophe Muniesa, ont publié un communiqué auquel vous pourrez accéder en suivant le lien ci-joint. 

A noter, que le GEGF (Groupement des Entrepreneurs de Golf Français) a publié un communiqué le 14 avril que vous pourrez aussi trouver en lien ci-joint. 

Dans notre souci de recherche le plus exhaustif, nous avons décidé de regarder ce qui avait aussi pu être fait dans d’autres fédérations sportives voisines, et par exemple, le Tennis en France. 

La FFT (Fédération Française de Tennis) a mise en place, et annoncé, il y a 7 jours, le 10 avril, un plan inédit et massif de soutien de sa filière. 

A titre de comparaison, la FFGolf compte moitié moins de licenciés (410 000) que la FFT (1 million), toutefois, le prix de la licence tennis est de 29 euros par an, contre 55 euros pour la licence golf, en 2020. 

En résumé, le budget annuel licences, hors autres revenus de la FFGolf peut être (grosso modo) estimé à 22,5 millions d’euros, tandis que le même calcul pour la FFT débouche sur 29 millions d’euros. 

A cette heure, et bien que sur les réseaux sociaux, certains golfeurs demandent un remboursement de la licence en prorata du temps sans jouer, que d’autres s’interrogent sur les droits de jeu du circuit fédéral, et que la Fédération indique avoir déjà perçu une majorité des licences, et rassurer sur ses finances saines, plutôt que d’agir en remboursement des golfeurs à qui elle demande d’être solidaires, peut-être pourrait-elle justement imaginer un même plan de soutien à la filière golf inspiré du modèle du Tennis ? 

Sur le site de la Fédération Française de Tennis, le comité exécutif a rédigé un communiqué pour annoncer son plan de soutien et de relance pour « l’ensemble de l’écosystème du tennis français et des disciplines associées. 

Ce plan va représenter 35 millions d’euros, et s’adressera en priorité aux acteurs confrontés à « des difficultés économiques sérieuses, et consécutives à la crise sanitaire, les clubs affiliés, les enseignants professionnels, les officiels internationaux, et les organisateurs de tournois internationaux français » 

Le dispositif détaillé sera communiqué le 15 mai 2020. 

En fin de communiqué, « La Fédération Française de Tennis apportera un soutien adapté à la situation actuelle et sera à leurs côtés pour la reprise de l’activité sportive le moment venu » 

Source : FFT 

En résumé : Les points clés de l’article 

En Angleterre, la fédération a lancé une pétition en ligne pour maintenir les parcours ouverts au début du confinement. 

Sport England a finalement injecté 195 millions de livres sterling pour le Sport, et notamment le golf, en Angleterre, dont 20 millions pour les clubs, et 55 millions pour faire émerger des idées qui développent des nouvelles pratiques. 

A la fin du confinement, la filière golf veut encourager le membership, et baisser le golf nomade. 

En Norvège, la Fédération a exercé un lobbying positif et constructif payant pour obtenir la réouverture des golfs, contournant la question d’un éventuel privilège, avec une pratique sportive autorisée par groupe de moins de 5 personnes, et donc susceptible de convenir à d'autres sports que le golf.

La fédération norvégienne a en complément mise en place une équipe d’urgence dédiée, et collecté les estimations de pertes des clubs, pour formuler une demande spécifique au gouvernement, qui lui-même a annoncé un fond d’aide de plus de 53 millions d’euros. 

Au Portugal, très rapidement et depuis le début du confinement, la Fédération a adressé, et rendu public, plusieurs courriers, afin de demander l’aide du gouvernement, militant pour un déconfinement des seniors spécialement pour jouer au golf. 

La Fédération a pris l’initiative de reporter les échéances des clubs locaux, et notamment la collecte des licences sportives, allant jusqu’à rembourser ceux qui avaient déjà payé. 

La Fédération portugaise milite principalement pour une baisse de la TVA des parcours de 23 à 6% auprès du gouvernement Portugais. 

En Italie, la Fédération a facilité l’accès à la mesure phare du pays Cura Italia, pour qu’une partie des enseignants de golf puissent au minimum toucher 600 euros par mois. 

Aux USA, la PGA a mis en place un fonds de soutien de 5 millions de dollars pour aider les travailleurs du golf. 

En Allemagne, le président de la fédération de golf a exprimé vigoureusement sa déception directement au gouvernement, et concernant le fait que le confinement ne soit pas assoupli pour le golf. 

Pas de mesures particulières en Belgique. 

En France, la Fédération Française de Tennis propose un plan de soutien filière de 35 millions d’euros.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 980
  • 1 commentaire
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Comment la distribution de matériel de golf en Fra...
Qui est Fabien Donoyan ? Un enseignant qui casse l...

Auteur

 

Commentaires   

direction@groupesavas.com
+1 #1 Pertinencedirection@groupesavas.com 19-04-2020 10:55
Merci pour cette approche très professionnelle, pertinente et impartiale . Compte tenu de l’absence totale d’analyse et de propositions concrètes de la part de notre fédération, votre article n’en n’a que plus de valeur et la seule référence à ce jour.
Seuls certains golfs, enseignants Pro et journaux spécialisés nous permettent de rester en contact visuel et sonore avec notre passion. Merci à vous tous.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.