Posté par le dans Golf féminin

Quelles sont les distances moyennes réelles des golfeuses au niveau amateur ?

A l’occasion de la publication d’un précédent sujet sur JeudeGolf.org, une lectrice nous a fait remarquer que nous ne donnions jamais des données de distances pour les dames. Nous avons pris conscience à cette occasion de notre lacune, et en avons cherché les causes. En fait, il n’existait aucune étude sur le sujet en langue française, pas plus que nous n’en avions trouvé dans les pays anglo-saxons. Personne ne semble s’être intéressé à ce sujet, et qui concerne pourtant au moins 100 000 golfeuses en France, et plus généralement près d’un golfeur sur quatre dans le monde. Mis à part la société Trackman qui a réalisé une fois une compilation des distances par clubs des joueuses du LPGA Tour (circuit professionnel féminin Nord-Américain), nous n’avions accès à aucune donnée pour les golfeuses à un niveau amateur. Nous avons donc décidé de créer notre propre étude, pour combler ce manque, qui au passage, interroge sur le véritable rôle des médias, et plus encore ceux qui revendiquent parler aux femmes. Avant de leur parler, il faudrait déjà les écouter, et c’est ce que nous avons fait en invitant plusieurs dizaines de joueuses au Studio, à Caluire, et afin de les étalonner, selon tous les clubs de leurs sacs. Cette étude ne présente pas encore assez d’individus pour être considérée comme une référence en la matière. A l’avenir, nous espérons continuer à étoffer ce panel, et ci-après, nous vous présentons donc un premier relevé qui donne des indications très intéressantes sur les golfeuses, leur matériel, et donc leurs distances par niveau de jeu et clubs.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le fait de disposer d’un studio High-Tech parmi les plus équipés de France en technologie liée au golf nous autorise effectivement à pouvoir produire des contenus exclusifs et inédits.

En invitant plusieurs dizaines de golfeuses entre mars et mai 2021, nous avions effectivement la possibilité de collecter des données de distances, mais pas seulement…

En réalité, nous avons collecté plus de 30 données liées aux swings, et clubs des golfeuses qui ont accepté de participer à cette étude. Qualitativement, nous avons aussi pu voir la réalité des sacs des participantes, avec bien souvent des clubs récupérés auprès d’un mari, d’un copain ou d’un frère.

Comparativement aux hommes, très passionnés par le matériel, les femmes ne le sont pas moins mais constatent unanimement être les oubliés des marques, et des distributeurs.

Le choix de matériel a leur disposition leur paraît consciemment ou inconsciemment pauvre. Toutefois, pour certaines, c’est aussi une forme de non-connaissance de ce qu’un bon matériel pourrait leur apporter ou un matériel tout du moins adapté.

La filière dans son ensemble devrait en tirer un large enseignement. Alors que les hommes sont peut-être très équipés, et sur du renouvellement, les golfeuses gagneraient à bénéficier d’un matériel mieux ajusté, en meilleur état, et plus facile à jouer.

Ce n’était pas l’objectif principal de notre étude, mais parfois, en examinant un peu plus loin les sacs, nous avons vu des compositions qui dresseraient les cheveux d’un clubfitter sérieux, avec des séries complètement déséquilibrées…

Messieurs, le meilleur cadeau à faire à vos femmes n’est pas nécessairement de leur donner vos vieux clubs usés, mais d’investir dans des séries avec des manches adaptés, et peut-être que la participation des femmes au golf pourrait augmenter.

Quoi qu’il en soit cet exercice nous a permis aussi de constater les compositions des sacs du pitch au driver, car quand on parle de distances, de quels clubs s’agit-il ?

Pour les participantes, cette étude représentait surtout une formidable occasion de faire un étalonnage avec des balles de qualité, en indoor, et avec un Trackman 4.

Sans fausse modestie, nous pouvons déclarer qu’elles ont toutes apprécié l’expérience, et tiré quelque chose d’instructif pour leur jeu.

 

Parmi toutes les données que nous avons recueillies, nous avons décidé de vous présenter un premier échantillon de 14 golfeuses et pour un total de 16 clubs, selon deux données : La distance totale exprimée en mètres, et la vitesse de swing des golfeuses exprimée en miles per hour (mph).

D’une part, nous ne souhaitons pas rendre la lecture de l’étude indigeste, et d’autre part, cela nous paraît à ce stade suffisant par rapport au but recherché.

Avant de vous délivrer les premiers résultats, quelques mots sur notre panel de golfeuses constituées de personnes habitant essentiellement dans la région Lyonnaise, et donc à proximité du studio.

Pour chacune d’entre elle, l’expérience a duré en moyenne une heure, et elles ont tapé tous leurs clubs du pitch au driver, soit environ 60 à 80 balles par session, et toujours avec le même type de balles premiums que nous leur avons fourni, et ce pour les besoins des comparaisons.

Les chiffres donnés sont donc à balle constante.

Quatre chiffres à retenir concernant ces golfeuses : Un âge moyen de 52 ans, un index moyen de 18, une fréquence de jeu hebdomadaire moyenne de 2,5 parcours, et une ancienneté moyenne de 12 ans.

52 ans de moyenne d’âge, soit légèrement en-dessous de la moyenne d’âge constatée au niveau des licences de l’ensemble de la population golfique féminine française (56 ans), mais cohérente, avec une plus jeune joueuse de 29 ans, et une plus âgée de 73 ans.

S’agissant de l’index, la meilleure joueuse nous a déclaré être 4 d’index tandis que la joueuse la moins bien classée nous a déclaré un index de 32.

Concernant la fréquence de jeu, nous avons eu à faire à des joueuses assidues avec pas moins d’un parcours par semaine, et même très passionnées à plus de 3 parcours par semaine…

Enfin, malgré une moyenne d’ancienneté élevée, nous avons eu des « jeunes joueuses » avec moins d’un an de pratique, et à l’inverse, des joueuses avec plus de 30 ans de pratique, soit un échantillon certes petit, mais vraiment représentatif des golfeuses.

Pour cet échantillon, veuillez trouver ci-après un premier tableau de synthèse des distances comprenant la roule en mètres, et par clubs et joueuses.

Le tableau illustre 14 résultats en colonnes, et les clubs en lignes, allant du pitch au driver, et séparés en familles : Fers, hybrides, bois, et driver.

A la fin des colonnes, vous trouverez les moyennes des joueuses, les distances minimum, et maximum, ainsi que l’écart type par clubs.

Nous avons aussi ajouté un compteur des clubs utilisés par les golfeuses, et un pourcentage par rapport au sac, et ce pour constater les clubs les plus utilisés ou les moins utilisés.

(Veuillez cliquer pour agrandir la lecture)

Commençons justement par la composition du sac qui démarre pour 100% des joueuses par un pitch, alors que cependant, les fers s’arrêtent assez rapidement au fer 6 encore assez majoritaire avec 79% des golfeuses qui en possèdent.

A contrario, le fer 4 n’existe quasiment plus chez les joueuses.

A la différence des hommes, le sac des golfeuses se composent d’une certaine variété d’hybrides et de bois, et pas seulement l’hybride 4 et le bois 3 toujours populaire chez les messieurs.

L’hybride 4 se trouve dans 2 sacs sur 3, tout comme le bois 5 et le bois 3.

Enfin, sans surprise, 100% des golfeuses embarquent un driver, et pourtant, 21% de cet échantillon réalise des distances supérieures avec le bois 3 par rapport au driver !

S’agissant maintenant des distances comprenant la roule, sans commenter tous les clubs, prenons quelques références, et notamment le fer 7.

Pour ce club emblématique et encore jouée par 93% des participantes, la distance moyenne que nous avons trouvée a été de 105 mètres. Là, il ne s’agit pas de déclaratif mais bien de mesures réelles avec le Trackman, et des balles de qualité.

Cette moyenne de 105 mètres se situe dans une plage comprise entre 68 mètres pour la joueuse la moins longue, et 151 mètres pour la plus longue joueuse, qui sans surprise se trouve être une golfeuse de moins de 30 ans, classée 4 d’index.

Au-delà de la moyenne mathématique de 105 mètres, nous avons pu constater que les golfeuses jouaient entre 115 et 125 mètres avec le fer 7 quand nous enlevons les extrêmes.

Autre exemple, le driver joué dans 100% des cas, et qui donne une moyenne de 146 mètres avec une plage minimum à 112, et maximum à 193 mètres.

Là-encore, comme pour les hommes, on retrouve une corrélation entre index et distance. Les golfeuses autour de 30 d’index drivent plus souvent entre 110 et 120 mètres, alors que les golfeuses entre 8 et 20 tablent sur 160 à 170 mètres.

Il est intéressant en complément de constater que les écarts-types se creusent surtout sur les fers les plus fermés (6 ou 5) ce qui contribue à expliquer pourquoi ces fers se raréfient dans les sacs.

Quand l’écart-type entre les joueuses est de 20 mètres au pitch, tous niveaux confondus, il monte à 31 mètres au fer 6, et alors que déjà 21% des golfeuses ne l’ont pas emmené dans le sac.

La différence de dextérité se mesure particulièrement sur les longs fers.

(Veuillez cliquer pour agrandir la lecture)

Deuxième et dernier tableau que nous vous fournirons à ce stade, la vitesse de club en mph des golfeuses que nous avons testé.

En complément des lignes précédentes, on s’aperçoit là encore que le véritable sujet pour les golfeuses à niveau amateur se situe sur la création de vitesse avec les clubs pour faire de la distance.

Si le crantage de vitesse fonctionne globalement du pitch au fer 6, il y a une sorte de goulot d’étranglement au-delà avec des fers, des hybrides ou des bois globalement joués à des vitesses semblables.

Même entre le bois 3 et le driver, les différences de vitesses ne sont pas suffisamment flagrantes. Il y a là un véritable sujet sur l’adaptation des clubs, car finalement, pour la majorité des golfeuses qui ont participé, le matériel n’était pas parfaitement optimisé par rapport à leurs compétences.

Sans surprise, quand les hommes drivent en moyenne à 85 mph avec un driver, et plutôt à 95 mph pour des hommes de moins de 50 ans et athlétiques, les femmes swinguent en moyenne à légèrement moins de 75 mph, mais avec des écarts allant de 64 à 93 mph.

Ce n’est d’ailleurs pas la golfeuse qui présente le meilleur index qui présente la vitesse de swing la plus élevée !

Cette joueuse swingue vite mais propose un smash factor très faible qui lui enlève en comparaison 50 mètres de distance par rapport à la meilleure joueuse qui sans centrer très bien sa balle, peut se permettre de swinguer 5 mph moins vite en moyenne !

Nous n’avons pas souhaité ici développer la question du smash factor, donnée que nous avons pour tous les clubs, et toutes les joueuses, et ce pour ne pas occulter le type de club utilisé et le loft.

Nous pouvons simplement constater que très peu de joueuses approchent le 1.48 de moyenne au drive, et donc les plages d’optimisations sont considérables, soit en adaptant le loft, soit la longueur du manche, soit par un travail sur la technique de swing. Les testeuses en ont donc beaucoup sous la semelle pour augmenter ces distances.

Peut-être n’ont-elles pas pleinement conscience des progrès possibles, et sans aller dans une forme de fantasme ou de gains irréels proposés par des pseudos gourous.

Au contraire, il y a des optimisations très concrètes, et très pragmatiques qui semblent être possibles, d’autant qu’à en juger par les vitesses maximums par clubs, dans cet échantillon, nous avions des femmes tout à fait capable de taper loin, et même très loin (82 mph pour le fer 7 par exemple).

Nous espérons que ce premier échantillonnage apportera à nos lectrices et nos lecteurs un éclairage réaliste sur les distances réellement réalisées par les golfeuses avec leurs clubs, et surtout suscitera l’envie d’optimiser les données dans un sport où la distance est une composante majeure.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 757
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Lexi Thompson : De prodige à 15 ans, à figure du g...
Notre top-5 des parcours de golf à découvrir en pr...

Auteur

 

Commentaires   

martinelegac@gmail.com
+1 #2 Interressantmartinelegac@gmail.com 13-06-2021 20:14
Merci , vous me rassurez car j ai constate que le materiel n est pas sforcement adapte, manque d' attention egalement quant a mes demandes sur la technique. Comme si une femme ne pouvait comprendre . Il y a plethore d' articles pour les hommes, beaucoup moins pour les femmes, idem pour le materiel. Pas de prof feminin dans les clubs, les videos sont toutes masculines. Etc,etc....
Meme lors des fitting au practice , on ne ressent pas la meme attention. Et pourtant , il y a un marche feminin ,mais pour declencher l acte d' achat il faut de l ecoute.
edepaire@gmail.com
+1 #1 Merci pour cette étudeedepaire@gmail.com 11-06-2021 12:17
Bravo et continuez cela incitera peut-être les marques à proposer plus de shaft différents pour les femmes.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.