Posté par le dans Golf en France

Déconfinement : Les golfs peuvent s’attendre à une énorme et soudaine demande de réservation des parcours

Comment faire face au jour d’après ? Confiné depuis le 17 mars en France, il existe une véritable soif de retrouver un début de liberté, et par exemple, pour les golfeurs, et les golfeuses, l’envie légitime de retourner sur les parcours. Selon la date du déconfinement, un certain nombre de mesures strictes ont été annoncées, et elles pourraient avoir un effet certain sur l’agenda d’accès au parcours. Le Danemark est déjà passé par cette étape, et plusieurs enseignements ont été tirés, comme l’a rapporté Gary Firkins, Directeur de Landmark Media, une agence qui opère dans toute l’Europe, et notamment au contact et soutien des directeurs de golf.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les enseignements de l’exemple Danois pour le reprise progressive du golf

Sans faire de faux suspense, les parcours de golf en Europe doivent réellement attendre un pic de demande élevé, quand ils pourront à nouveau ouvrir leurs portes, et au moment de l’assouplissement des règles de confinement.

C’est en tout cas, le point de vue, et l’expérience, de David Shepherd, Président du « The Scandinavian », un des plus grands golf privé du Danemark, à la suite du retour au travail, et à l’école.

Interrogé par Gary Firkins, un ancien journaliste de golf, devenu directeur d’une agence conseil auprès des golfs en Europe, et que j’ai déjà personnellement rencontré au Touquet, David Shepherd exhorte depuis Copenhague, les directeurs de golf à tirer parti de sa propre expérience du déconfinement.

Il n’hésite pas à parler d’effet de panique sur la réservation des tees de départs.

Il explique que cela s’est manifesté dès l’annonce du premier jour de déconfinement.

« Dans un premier temps, nous n’avions pas mis en place de restrictions, et avions autorisé les membres à réserver comme ils le voulaient, sur une fenêtre possible de 28 jours, et autant de fois qu’ils le désiraient. »

Il ajoute « Après seulement une journée, nous avons constaté que les 7 à 10 jours suivant étaient complètement pleins. De nombreux membres avaient réservé 10 à 12 fois, alors que d’autres membres n’avaient pas obtenu le moindre tee de départ. »

Le directeur a rapidement compris qu’il était mis sous pression par cette situation inhabituelle. Il fallait changer les règles.

Il en a tiré un enseignement à partager avec les autres directeurs « Il faut prévoir un plan d’organisation qui incorpore tous les membres, et leur permet de jouer dans les premiers jours. »

C’est pourquoi il a commencé à réfléchir à des petites restrictions pour les premiers jours, avant de les relâcher progressivement par la suite, le temps que les golfeurs et les golfeuses s’habituent à ce retour au golf.

La demande pour le golf va être massive au moment de la réouverture

« Même si le jeu est réservé aux membres, et par partie de deux balles, nous avons été complet sur nos deux parcours de 8h du matin à 18h, pendant les 10 premiers jours. Cela représente plus de 1800 parties jouées.»

Il faut planifier cette demande des membres. Il faut accepter de restreindre les tee times au début, c’est plus facile à faire passer au début que par la suite, formule le directeur, avant de préciser...

« Vous devez accepter que tous les membres ne réagiront pas tous de la même façon. Même les membres les plus amicaux et les plus cordiaux peuvent avoir des réactions différentes dans cette période aussi étrange. »

Il poursuit « La pression pour jouer de la part des golfeurs va être massive, et les membres vont trouver tous les arguments possibles pour vous expliquer que la pratique du golf est Safe (sécuritaire). »

Il ajoute encore « Jouer au golf va être comparé au fait d’aller faire ses courses dans un supermarché ». Ce à quoi, il répond « La différence, c’est que vous allez faire vos courses pour acheter à manger, et vivre. Le Golf est un passe-temps… Soyez patient. »

Plus curieux, il explique aussi « les membres vont tous vouloir aider et même quand vous n’en avez pas besoin »

Il donne pour exemple « Avez-vous pensé à remettre le drapeau ? Avez-vous vu que dans le club X ou Y, ils l’ont fait ? Avez-vous pensé à ouvrir le practice ? »

Et le directeur de répondre « Oui, bien entendu que nous avons pensé à tout cela. Si vous êtes comme moi, vous n’avez pas cessé un instant et depuis des semaines. »

Toutefois, il tempère « Il faut de notre part, directeur de golf, rester sympathique. Les gens essaient juste d’aider. »

Il rappelle aussi « Les golfeurs ont tendance à ne pas considérer les équipes du golf quand ils expliquent que la pratique du golf est Safe. »

Le directeur veut ainsi rappeler que si les golfeurs pensent à eux, lui, doit penser à protéger ses équipes. C'est ce qui préside ses décisions.

Autre point mis en lumière par l’exemple danois, l’acceptation des nouvelles règles dure un temps.

« Rien n’est vraiment suffisant pour toujours. Quand la phase de réouverture a été digérée, les membres sont contents de pouvoir rejouer pendant quelques jours, mais très rapidement, ils demandent pour la suite. »

Et la suite, c’est de pouvoir jouer dans des conditions normales.

« Quand est-ce que nous pourrons jouer à nouveau des parties de 4 balles ? Quand allez-vous remettre le drapeau ? Quand pourrons-nous utiliser une voiturette ? (Question qui ne devrait pas se poser en France) »

Le directeur suggère de planifier les phases, et de communiquer avec les golfeurs, notamment sur la suite des opérations, et le retour à la normal, sous quel délai.

« La prise de décision doit être rapide et efficace. » Ce pourquoi il suggère d’établir au sein du club, un staff décisionnel d’urgence et restreint, afin d’éviter des comités avec trop d’acteurs, ce qui pourrait ralentir et dissiper l’efficacité des actions.

Il suggère que deux membres du comité et le directeur soient impliqués sur les décisions d’urgences liées au déconfinement.

A lire cette expérience du directeur du golf « The Scandinavian », les directeurs de golf, et les golfeurs, ainsi que les golfeuses peuvent s’attendre à ce que le déconfinement ne soit qu’une première étape, et qu’il faudra à minima une dizaine de jours pour retrouver un rythme plus ou moins normal, et selon les structures.

Comment comparer les golfs avec un parcours versus les clubs avec deux parcours ?

Pour éviter des frustrations terribles, il apparaît que les clubs vont devoir mettre en place des règles pour permettre à tous les membres de jouer, et au moins une fois sur les 20 premiers jours après le déconfinement.

Les golfs jouent aussi une partie de leur survie sur la gestion de l’après, et notamment la relation avec les golfeurs

Pour le bien de tous, il faut espérer que nous, les golfeurs, feront preuve de sens collectif, en ne réservant pas de manière excessive sur les premiers jours, pour laisser à tout le monde, le plaisir de retrouver les parcours.

Sans une action de management des parties de la part des golfs, et un peu de sens collectif de notre part, je crains que le retour au golf ne soit pas que plaisir, pour les acteurs, et les joueurs.

Enfin, David Shepherd met bien en lumière les questions qui vont se poser très rapidement, et notamment le retour à la normalité.

Si je doute que beaucoup de golfeurs réclament les parties de 4, sauf pour avoir plus facilement accès au terrain, en revanche, la question du drapeau ou du ratissage des bunkers pourrait rapidement revenir sur la table…

En résumé, les golfs vont avoir besoin de chouchouter les golfeurs, et les golfeurs devront aussi faire attention à leurs parcours, et aux équipes.  Bref, c’est un appel pour qu’il y ait beaucoup d’amour de part et d’autre.

Remerciements à David Shepherd et Gary Firkins,

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 937
  • 1 commentaire
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Qui est Fabien Donoyan ? Un enseignant qui casse l...
Déconfinement, le golf d’après en France et pour l...

Auteur

 

Commentaires   

alexandreplas@gmail.com
+1 #1 Une grande attentealexandreplas@gmail.com 27-04-2020 19:49
Très bon article (comme toujours)!

Pour ma part, j'attends de voir comment cela va se passer en France. Jouant uniquement au Green Fee, j'ai bien peur que l'on retrouve cette situation à l'heure de la réouverture, entre les sites de réservation en ligne qui vont sans doute saturer (2 mois sans golf), des golfeurs membres qui vont estimer (à tort ou à raison) être prioritaires car ils auront payé leur cotisation, ou encore des personnes qui ont la possibilité de jouer en semaine qui vont également vouloir jouer le weekend au détriment de joueurs qui n'ont que 2 jours sur 7 pour pouvoir profiter d'une partie de golf...

Bref, il va y avoir du sport !

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.