Posté par le dans Insolites sur le golf

Coronavirus : Quel impact sur le monde du golf ?

L'épidémie de coronavirus continue d'avoir un impact considérable sur le calendrier sportif, alors que certains des plus grands événements de 2020 apparaissent à l’horizon, dont le Masters à Augusta. Plusieurs tournois de golf en Asie ont été reportés. Martin Slumbers, directeur exécutif du Royal et Ancient a déjà déclaré que son organisation gardait un « regard attentif » sur la propagation du virus, concernant l’Open Championship au Royal St George's. Au-delà, des grands tournois, c'est tout le monde du golf qui n'échappe pas bien entendu, à ce fait majeur de société, et particulièrement anxiogène, par les médias, ou pour la population.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les tournois de golf, la face visible de l'iceberg

Avec des événements à venir, comme l'Euro 2020, les Jeux olympiques et les majeurs de golf à l'horizon, les sports et en particulier le golf, ressentent bien directement l'impact du coronavirus.

Le nombre d'événements sportifs annulés ou reportés est trop nombreux pour être répertorié, et chaque jour plus important.

La LPGA, le Tour européen et d’autres organisations, ont annulé ou reporté des tournois, mais tous se trouvaient jusqu'à présent en Asie, près de l’épicentre de la maladie.

Les effets du Coronavirus sont tels que les organisateurs d'un tournoi tel que le Masters surveille désormais et sérieusement l'évolution de l'épidémie.

Le golf n'a pas été longtemps à l'abri de ce séisme planétaire, avec trois tournois LPGA en Asie annulés, deux tournois du Tour européen en avril reportés, et même, un tournoi du circuit japonais LPGA qui a interdit la présence de spectateurs.

La LPGA (golf féminin) a annulé le tournoi de Blue Bay à Hainan, une île de la côte sud-est de la Chine, tournoi qui devait se tenir du 5 au 8 mars.

La PGA Tour Series-China a déplacé son tournoi de qualification du 25 au 28 février à Lagoi, en Indonésie, depuis Haikou, une ville de la région de Hainan, ou le tournoi devait se tenir initialement.

Tous ces tournois étaient jusqu'à présent situés en Asie, près de l'épicentre du coronavirus à Wuhan, en Chine, mais combien de temps avant que le virus soit suffisamment répandu dans le monde pour que les événements du PGA Tour, du LPGA, ou du Tour européen, soient plus directement affectés ?

La semaine passée, un imbroglio a saisi le circuit européen, à l'occasion du tournoi d'Oman, concernant deux golfeurs Italiens. 

Lorenzo Gagli et Edoardo Molinari ont été provisoirement mis en quarantaine, avant d'être finalement autorisés, et au dernier moment, à disputer l'Open d'Oman. 

Lorenzo Gagli a déclaré au journal italien La Nazione qu'un médecin de l'European Tour l'avait incité le mercredi au petit déjeuner, à retourner dans sa chambre en quarantaine.

Gagli a exprimé sa frustration que des mesures d'isolement soient utilisées dans son cas et celui d’ Edoardo Molinari, et pas plus globalement à toutes les personnes croisées dans le bus ou à l'hôtel.

Les italiens se sont sentis stigmatisés.

« S'il y avait un risque de contagion, alors ils devraient isoler des dizaines de golfeurs et annuler le tournoi », a déclaré Lorenzo Gagli.

Finalement autorisés à participer, cela n'a pas eu d'incidence mesurable sur le tournoi.

Quid des JO de golf ?

L'épidémie la plus récente, Zika, avait incité certains des meilleurs golfeurs du monde à sauter les Jeux olympiques 2016 à Rio de Janeiro, où le golf était revenu, et après une absence de 112 ans.

Rory McIlroy, Jason Day, Adam Scott, Jordan Spieth et plusieurs autres s'étaient retirés en raison des craintes suscitées par le virus Zika.

Bien qu'il y ait encore plusieurs mois d'ici à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de 2020, le 24 juillet, le Japon n'échappe pas à l'inquiétude.

Au Pays du Soleil Levant, 241 cas ont été signalés à ce jour, mais pas de décès.

En attendant, l'américain Dustin Johnson a déjà annoncé son retrait mais pour un autre motif : Sa préférence pour les épreuves de fin de saison, et notamment les play-off de la Fedex Cup, bien plus rémunérateurs.

D'ici aux JO, les majeurs sont plus immédiatement concernés par d'intenses débats sur le maintien ou pas des épreuves, alors que le Coronavirus commence déjà à se propager, et faire des victimes aux Etats Unis.

La PGA Tour a publié mardi une déclaration rapportant que les responsables « surveillent de près toutes les informations disponibles liées à la propagation continue du nouveau coronavirus COVID-19 ».

Ajoutant que « la santé et la sécurité des joueurs, des employés, des fans, des partenaires, des bénévoles, et de toutes les personnes associées au PGA Tour continuent d'être notre priorité n° 1 ».

Augusta National Golf Club a officiellement annoncé mercredi que le Masters 2020, ainsi que les finales nationales Augusta National Women's Amateur et Drive, Chip and Putt, se dérouleront comme prévus, mais restent vigilants.

Le tourisme golfique dans la tourmente, mais prêt à rebondir très vite

Au 6 mars 2020, l'épidémie de coronavirus (Covid-19), qui a déjà rendu malade plus de 100 000 personnes dans le monde, dont plus de 80 000 en Asie, et en tué plus de 3 400 dans le monde, a également perturbé les voyages et le commerce à travers le monde.

IATA, l'association internationale du transport aérien a déjà estimé à 113 milliards de dollars, le manque à gagner en 2020 pour les compagnies aériennes, si l'épidémie venait à continuer à se répandre.

La compagnie Flybe a cessé son activité, pendant que Lufthansa a immobilisé 150 appareils sur 770.

Bien entendu, la Chine est le premier pays le plus impacté.

Ainsi que le détaille France Info, s'appuyant sur les données de Flightradar24, les vols intérieurs ont connu depuis le 23 janvier – date de la mise en quarantaine de Wuhan – une baisse de 75%.

L’effondrement est d’autant plus significatif que la Chine représente le 2eme marché aérien du monde, selon les chiffres de IATA, avec 610 millions de voyages de passagers en 2018. 

Ce qui n'est pas sans conséquence sur l'emploi dans l'aérien.

Emirates Airlines a récemment fortement « encouragé » et suggéré à ses employés à prendre des congés « payés ou non ».

La compagnie particulièrement active sur le marché asiatique a suspendu tous ses vols vers l’Iran et la plupart de ceux vers la Chine, et ne peut plus transporter vers l’Arabie Saoudite les ressortissants de vingt pays.

À la lumière de la propagation de la maladie due au Covid-19, les voyageurs potentiels vers l’Asie, et même vers certaines autres parties du monde avec peu ou pas de cas, se demandent quoi faire.

Pour tous ceux qui envisagent de voyager, le site Web de l'Organisation mondiale de la santé est un bon point de départ, tout comme en France, le site Santé public France.

L'OMS publie des mises à jour quotidiennes sur la propagation du Covid-19.

En plus de ces agences, les voyageurs devraient consulter les sites Web de leur pays d'origine et de leur destination, pour voir quelles politiques sanitaires ont finalement été mises en place.

Il est aujourd’hui toujours possible de se rendre en Italie en toute sécurité, mais Codogno et 10 autres villes de Lombardie et de Vénétie sont fermées, et les gens ne sont pas autorisés à entrer ou à quitter la zone.

Des villes comme Florence seraient toujours sûres à visiter, selon les autorités italiennes.

À Venise, le carnaval a pourtant été suspendu.

Dans la région de la Vénétie, les écoles et les musées ont été fermés et les fonctionnaires de Milan ont fermé les musées, les écoles, les discothèques et les bars.

Les dirigeants catholiques ont annulé les messes dans la région.

Au-delà des spéculations, le COVID-19 touche bien l'ensemble du secteur du tourisme, et pas seulement les compagnies aériennes.

Le Coronavirus vient ternir une activité tourisme golf qui était particulièrement bien orientée fin 2019.

Début janvier, les terrains de golf, les hôtels et les complexes de golf de toute l'Asie ont indiqué que leurs réservations pour les arrivées de golfeurs avaient augmenté en moyenne de 4,4% par rapport à la même période de l'année précédente.

Les 64 voyagistes de golf membres d'IAGTO en Chine ont bien performé en 2019, avec des vacances réservées par des golfeurs chinois en hausse de 7,4% et des réservations pour 2020 en hausse de 5,3% sur un an.

Ces chiffres ont été bouleversés, mais n'entame pas l'optimisme de Peter Walton, dirigeant IAGTO « Bien que le tourisme de golf ne soit pas à l'abri des crises mondiales ou régionales - qu'elles soient économiques, sécuritaires, environnementales ou sanitaires par nature - nous avons vu au cours des deux dernières décennies que les voyages de golf rebondissent plus rapidement que la plupart des autres secteurs de l'industrie touristique. une fois que le risque ou la peur sont passés ».

En ce sens, il suggère aux offices de tourismes et acteurs du secteur de se tenir prêt à investir massivement en promotion, dès la fin de la crise, surtout si elle intervient plus tôt que prévu.

En effet, avant le Coronavirus, l'enquête annuelle menée par IAGTO révélait pour 2019 un très bon dynamisme, notamment pour les voyages de golfeurs en augmentation de 4,6% par rapport à 2018.

Il s'agissait de la huitième année consécutive de hausse pour le secteur.

Certains secteurs qui avaient préalablement soufferts comme l'Egypte ou la Tunisie étaient d'ailleurs en rémission, +13% pour le premier nommé et +10% entre octobre et décembre 2019 pour le second nommé.

A l'heure actuelle, c'est pourtant la panique qui prédomine, avec des annulations en cascade, en majorité sur l'Asie au démarrage de la crise, mais désormais la majorité des destinations sont également touchées.

Les marques et équipements de golf sont aussi très concernés

Dans ce contexte, l'industrie du golf ne pouvait pas ne pas ressentir les effets du coronavirus

Callaway Golf a notamment ressenti la conséquence de la crise sur son action en bourse, impactée par l'inquiétude mondiale.

La marque californienne a également prédit une baisse des revenus de 25 millions de dollars cette année, en raison de perturbations liées à la fabrication en Chine, et également une baisse de ses ventes dans cette partie du globe.

Côté à New York, les financiers de la marque reconnaissent qu'il est difficile de complètement prédire avec exactitude les conséquences sur la valeur de l'action.

Sur le premier quadrimestre de l'année 2020, Callaway prévoyait initialement 543 millions de dollars de chiffre d'affaires. La marque a révisé sa prévision entre 501 et 516 millions de dollars, avec une marge d'incertitude.

L'impact du coronavirus serait bien de 25 millions de dollars sur le chiffre d'affaires, mais aussi de 13 millions sur le résultat global de la société. (source : Seeking Alpha).

Bien entendu, ce n'est pas la seule marque à être concernée.

Le coronavirus pourrait vous empêcher d'avoir le dernier driver habituellement monté sur les chaînes de montages chinoises.

Toutes les marques vont commencer à ressentir des difficultés d’approvisionnements.

Si le fait d'acheter le dernier driver n'est pas nécessairement critique, une menace plus critique pourrait toucher les distributeurs de matériel de golf en France : Une possible pénurie concernant les balles de golf, et si la crise venait à durer, jusqu'à l'été.

Les clubs de golf en France commencent à relayer des informations de sécurité 

Plus près de chez nous, les clubs de golf français suivent les directives du ministère du sport, et de la santé, et relaient des précautions concernant la vie en communauté.

Cette semaine, et à titre d'exemple, c'est le Golf de Mionnay, près de Lyon qui a adressé une communication spécifique à l'ensemble de ses membres :

Tousser ou éternuer dans son coude, ou au moins en se protégeant la bouche et le nez pour éviter la propagation des miasmes, se moucher dans un mouchoir à usage unique et le jeter immédiatement dans une poubelle qui ferme, éviter les serrages de mains et embrassades, même au travail, et éviter les contacts rapprochés de moins d'un mètre, se laver régulièrement et correctement les mains, avec du savon ou une solution hydroalcoolique.

Les clubs précisent que leur accueil pourrait être certes moins tactile qu’à l’accoutumé, mais tout aussi convivial et chaleureux.

A ce stade, difficile d'imaginer que les golfeurs arrêtent de se rendre dans leurs clubs pour jouer. Sport de plein air, il n'est pas nécessaire de coller ses partenaires, et au contraire, on peut se tenir à bonne distance.

Au contraire, la pratique du golf peut être un bon moyen d'échapper à ce climat ultra-anxiogène entretenu par les chaînes d'infos, alors que début mars, on dénombre le 6 mars, 577 cas sur l'ensemble du territoire national pour 9 décès.

On peut déplorer les conséquences économiques et sociales dramatiques de cette crise sanitaire.

Crédit photo :  Speed Media/Icon Sportswire 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 436
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Peu importe où vous gagnez, vous devez gagner sur ...
Srixon relance le Texas Scramble Tour en 2020 pour...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.