Posté par le dans Actus marques

Contre la distance au drive : Faut-il limiter la longueur des manches ?

Fin août 2021, l’américain Phil Mickelson, récent vainqueur de l’US PGA Championship, un tournoi majeur de golf, a posté un message sur les réseaux sociaux pour critiquer ouvertement l’USGA, régulateur du golf aux Etats-Unis, et un projet éventuel de raccourcissement des manches de drivers, ou plutôt une limitation à un maximum de 46 inches. L’objectif des législateurs du golf des deux côtés de l’Atlantique est toujours de réduire la distance au drive parcourue par les professionnels, et les… amateurs, dans le but de protéger l’avenir du jeu. Balle, driver, shaft, les hypothèses pullulent pourtant une solution évidente pourrait clore le débat…

Découvrez nos formules d'abonnements

Sur Instagram, plus souvent habitué à amuser la galerie, le plus célèbre gaucher du golf, Phil Mickelson a pourtant profité de l’occasion pour « sécher » l’USGA, considérant sa possible décision en faveur d’une limitation de la longueur des manches de drivers à 46 inches maximum (moins de 117 centimètres).

En réalité, l’américain se sent visé !

Sur le PGA Tour, la grande majorité des golfeurs utilisent des manches de drivers d’une longueur inférieure à 46 inches, et certains allant jusqu’à 44,5 inches.

Dans le commerce, pour la plupart des amateurs de golf, la longueur standard, et cela a augmenté au fil des années, est de 45,5 inches.

Limiter la longueur des manches pour le driver à 46 inches ne concernerait finalement qu’une marge infime des golfeurs.

En 2021, Bryson DeChambeau, car c’est beaucoup de lui dont il s’agit avec une moyenne de distance au drive constaté sur le tour de 323 yards (295 mètres), a effectivement été tenté de mettre en jeu un driver muni d’un shaft long de 48 inches, soit la limite actuelle autorisée.

En début d’année, pour une majorité d’éditorialistes américains, l’idée de réduire cette limite de 48 inches à 46 était bien la priorité à l’esprit des législateurs.

Justement du côté de ceux qui entendent défendre l’intégrité du golf, leur principal argument était « L’augmentation continue de la distance au drive ne va pas dans le sens de faire du jeu de golf, un jeu qui prend en compte toutes ses composantes. Bien que l’on puisse trouver remarquable, le fait que les compétiteurs de long-drive puissent taper à près de 365 mètres (la longueur de beaucoup de par-4), le golf ne serait pas un meilleur sport si cela devenait la norme de jeu, et si les parcours devaient s’allonger pour correspondre à cette norme. »

Sur ce point de vue, beaucoup d’amateurs de golf peuvent se retrouver, car combien d’entre eux peuvent prétendre taper déjà à plus de 270 mètres de moyenne ?

Bien au contraire, et comme récemment illustré par notre classement des golfs par difficultés, le problème numéro des amateurs à la recherche de plaisir sur le parcours, c’est au contraire des parcours bien trop longs, pour avoir une chance raisonnable de PAR, et de temps en temps.

Ce débat sur le raccourcissement des manches est donc bien loin des préoccupations des amateurs.

S’agissant du cas spécifique de Mickelson, on peut comprendre son embarras, parce qu’il est justement concerné par cette possible mesure.

Il fait partie des rares joueurs à utiliser régulièrement un driver plus long que 46 inches. A 51 ans, il considère sans doute que pour rester aussi compétitif face aux plus jeunes, il doit utiliser un driver de 47,5 inches.

C’est notamment ce qu’il a fait au moment de gagner le PGA Championship plus tôt cet été.

A ce jour, il réussit la prouesse de se classer aux portes des 50 premiers pour la distance moyenne au drive sur le tour avec une moyenne constatée de 301 yards (275 mètres), et il est certainement le numéro un pour les plus de 50 ans !

Sans surprise, d’autres pros lui ont apporté du soutien pour sa critique acerbe de l’USGA, il a employé le terme de « pathétique ».

Parmi ses pros, on retrouve notamment Bryson DeChambeau, dont la popularité aux Etats-Unis semble au passage s’effriter, et plus pour son comportement sur le parcours que pour ses velléités à casser les limites du jeu de golf.

John Daly, un autre long frappeur a aussi émis l’idée de revenir à une limitation de la balle avec le désormais célèbre hashtag ou mot-dièse #rollback.

La problème de cette mesure, en partant du principe que les autorités ne voudraient pas créer une bifurcation des règles entre les pros, et les amateurs, c’est que justement, elle s’appliquerait aussi aux amateurs, et serait donc très pénalisante.

A nouveau, on est en droit de se demander si les parcours actuels ne sont justement pas trop longs pour plus de 75% des amateurs, y compris des repères jaunes pour les hommes ?

Rory McIlroy, une voix qui compte dans le monde du golf a lui aussi émis des doutes sur le bien-fondé de limiter les manches à 46 inches de longs.

« Je suis d’accord avec Phil. Ce n’est pas la bonne solution. Une majorité d’amateurs prennent un driver dans un rack de magasin, et il mesure 45,5 inches. Très peu imaginent augmenter la longueur du manche. Je ne pense pas que cela va faire une grande différence »

Ce commentaire illustre bien que les professionnels visés par des mesures pour réduire « leurs » distances prennent souvent les amateurs comme alibis pour ne pas changer.

Pourtant, un homme a fait la proposition qui résoudrait tout le débat d’un seul tenant, le parfois facétieux Ian Poulter !

L’anglais avait déjà proposé une solution évidente, simple à mettre en œuvre, et sans conséquence pour 99% des golfeurs non concernés par le problème : L’encadrement des lofts possibles pour un driver !

Si DeChambeau utilise le plus souvent un shaft d’une longueur de 45.75 inches, ce qui peut le freiner le plus dans ses gains de distances et bien au contraire, la limitation du loft de son club.

Adepte d’un loft de 5.5 degrés, et il a même tenté un loft inférieur (4.8 degrés), il fait simplement correspondre un loft bas avec sa vitesse de swing très élevée, à savoir plus de 130 mph (209 km/h).

Si l’américain, natif de Modesto en Californie, venait à utiliser un loft de driver plus conventionnel, par exemple, 9.5 ou 10.5 degrés, potentiellement, pour sa vitesse de swing, il y aurait de fortes chances que sa balle décolle selon un angle de lancement très/trop élevé, qui conduirait en quelque sorte à un effet de ballonnement.

A savoir une balle qui monte plus qu’elle ne le devrait, et par conséquence, serait freinée dans sa course vers l’avant, avec un trop plein de spin.

Cette mesure proposée plus tôt dans l’année par Ian Poulter aurait le mérite de mettre fin au débat, et de ne rien perturber à l’industrie golfique, puisque la fabrication de tête avec un loft potentiellement inférieur à 7 degrés est plus que marginale.

Cette mesure n’aurait aussi aucun impact sur le jeu des amateurs, et ne diminuerait pas le spectacle.

Il faut ajouter que récemment l’américain Patrick Cantlay a remporté deux tournois importants de la Fedex Cup, et notamment en battant DeChambeau, sans pour autant taper aussi fort. Comme l’évoque l’USGA, le jeu de golf reste un jeu à plusieurs composantes.

Le fait de limiter le loft du driver pourrait protéger l’intégrité du jeu, sans que cela soit perçu comme une régression ou pire une punition.

Le nombre de golfeurs dont la vitesse de swing au drive sur le PGA Tour dépasse en moyenne 120 mph (193 km/h) est de l’ordre de… vingt !

Crédit photo : Rich Graessle/Icon Sportswire et Austin McAfee/Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 289
  • 3 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Gilles Besson veut inspirer une nouvelle dynamique...
Comment devenir un golfeur heureux, et surtout le ...

Auteur

 

Commentaires   

rvanphat@gmail.com
0 #3 stop a l idee de tout rallongerrvanphat@gmail.com 20-09-2021 09:40
Déjà pas facile de rentabiliser un club de golf l allongement des terains pour satisfaire qq gros frappeurs risque de couter en achat de terains et entretien et conduire a des cotises plus inaccessible temps de jeux plus long , perdre de l elegance de swing en allant chercher les joueurs dans les salles de muscu !promotion des drivers avec leur fauses promesses marketing C est ca qu on veut?
golfnswing@gmail.com
0 #2 Longueur des shaftsgolfnswing@gmail.com 10-09-2021 14:56
La longueur moyenne des longueur des divers, sur le tour est de 44.5.
georges.agostini785@orange.fr
+1 #1 Plot de départgeorges.agostini785@orange.fr 07-09-2021 19:34
Suite à la lecture de votre article sur les golf en France, j'ai décidé de partir, comme indiqué sur ma licence, des plots bleus plutôt que des jaunes comme je le faisais avant (à tors). Et je revis, je me met beaucoup moins de pression et mes coups sont plus réguliers car je ne cherche plus à taper pour allez loin. J'en arriverai même à n'avoir aucun état d'âme ni honte à partir des rouges. Le plaisir du jeu est enfin là !!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.