Posté par le dans Golf Senior

Comment le golf permet de favoriser et mettre en valeur le lien familial ?

En décembre prochain, le championnat PNC va rassembler les grands champions du circuit PGA et LPGA et leurs familles, cela peut être un exemple pour nous les golfeurs amateurs. Au moment on l’on parle souvent des contraintes que la pratique du golf peut entraîner dans la vie familiale, surtout en raison de son aspect chronophage. On parle aussi souvent des difficultés ou du manque d’intérêt des jeunes enfants pour le golf. Pour ma part, ce que je retiens de mes débuts au golf, il y a plus de vingt ans, c’est d’avoir commencé à jouer avec mon fils, qui avait alors une vingtaine d’année. Nos modes de vies, en raison de notre différence de génération, auraient dus nous éloigner, mais le golf nous a rapproché.

Découvrez nos formules d'abonnements

On a commencé à prendre des leçons ensemble, nos premiers parcours nous les avons fait ensemble, et le hasard a fait que notre première compétition de club, un match play, nous l’avons faite l’un contre l’autre. Quand nous avons eu le niveau suffisant pour sortir du club dans lequel nous étions membres, les premiers beaux parcours que nous avons découverts, nous les avons joués ensemble.

J’ai un certain recul lorsque j’entends que le golf à la capacité à transmettre des « valeurs fondamentales » et des « leçons de vie ». Pour moi ce sont des platitudes que vous entendez quelquefois au club house, comme vous pourriez les entendre au café du commerce concernant d’autres sports.

Au risque d’exagérer, j’imagine qu’envoyer son enfant jouer au golf sans nous, parents, est une sorte de précurseur du jour où vous il vont quitter le nid. On espère leur avoir fourni une base décente, mais en fin de compte, c'est à eux de naviguer seuls entre les hauts et les bas que leur réserve le golf, et la vie…

Mais la conséquence involontaire d'un fils qui est devenu passionné par le golf, est qu'il a également ravivé ma motivation pour ce jeu dans les périodes où je décrochais pour diverses raisons. Nous pouvons parler longuement de nos expériences, des parcours que nous avons joués ensemble, et de ceux que nous découvrons chacun de notre côté.

Il y a eu des bons moments, et des bons souvenirs…

Dès que nous avons eu tous les deux le niveau suffisant pour aller affronter d’autres parcours que celui de notre club habituel, nous en avons profité pour passer du temps ensemble à la découverte d’autres horizons golfiques.

J’ai en mémoire un week-end d’été à Méribel, où nous jouions sur des trous qui en fait étaient également les pistes de ski que nous connaissions en hiver.

Je me souviens ainsi d’un week-end à Pont Royal, d’un autre aux Bordes où le soir sur la terrasse on pouvait voir les biches se réapproprier le parcours, ou encore des parcours du Portugal que je lui faisais découvrir en hiver au soleil, alors que la météo ne permettait pas de jouer dans sa région.

Tout, ces moments passés ensemble, c’est grâce au golf qui nous réunissait, et sans doute que si nous n’avions pas choisi ce sport, nous ne continuerions pas aujourd’hui à partager une passion qui continue à nous réunir.

Mais il n’y a pas eu que des bons moments…

Je me souviens, et lui aussi, alors que nous étions encore tous les deux débutants, de cette compétition de club en match play, où lors d’un tour éliminatoire nous sommes tombés l’un contre l’autre, le hasard…

Il jouait déjà bien mieux que moi, mais quand on connaît le golf, on sait que ce jeu ne répartit pas le résultat par incréments ordonnés et linéaires.

Quand au seizième trou il a raté un putt court et perdu ce match play, il a ramassé sa balle avec colère et l'a lancée dans les arbres. Le parcours en avait décidé ainsi ce jour là. Il s'est fâché contre son jeu et ses clubs. Et je suis devenu à la fois gêné d’avoir gagné, et aussi un peu en colère contre lui. Depuis, je n’ai plus jamais gagné une partie contre lui…

Le problème avec les attentes que l’on peut avoir, c'est qu'elles changent toujours. J’aurais du ce jour là simplement rappeler à mon fils, qu'il devait simplement être heureux d'apprendre, et de pouvoir jouer au golf.

Mais, comme beaucoup de jeunes golfeurs, une fois qu’il avait bien frappé suffisamment de balles, il pensait qu’il pourrait le faire à chaque fois. Si je n’avais été pas à l’époque dans la même logique, peut-être que cela aurait été différent.

Dans quelques jours, d'autres golfeurs, père et fils ou parfois petit-fils, vont vivre cette expérience dans un événement qui consacre justement cette relation unique entre parents et enfants avec le golf, le Championnat PNC. Ce qui est merveilleux avec le golf, c'est qu'il permet justement de fêter ces moments familiaux.

Le Championnat PNC, pour mettre en valeur le lien familial dans le golf

Anciennement dénommé PNC Father Son Challenge (le Défi Père-Fils), le championnat PNC rassemble les grands champions du circuit PGA et LPGA et leurs familles pour s'affronter en équipe dans un tournoi de 36 trous. L’événement de cette année se tiendra du 17 au 20 décembre au Ritz-Carlton Golf Club d’Orlando.

En 1995, le Défi Père-Fils a été créé par l'International Management Group (IMG) pour offrir aux golfeurs professionnels la possibilité de jouer au golf de compétition aux côtés de leurs fils.

Dans les années suivantes, le domaine s'est élargi pour inclure les filles et les petits-enfants. Alors que le défi Père-Fils continuait d'évoluer, la première association Fils-Père a été ajoutée en 2017.

C'est un événement attendu par les joueurs car il leur permet de vivre des expériences avec leurs familles, qu'ils ne peuvent obtenir nulle part ailleurs.

Seuls les joueurs qui ont remporté un tournoi majeur ou le Players Championship sont éligibles pour le Championnat PNC, et leur partenaire de jeu doit être un membre de leur famille et ne doit pas détenir une carte PGA ou LPGA Tour.

Les Woods, Tiger, et son fils Charlie, 11 ans, seront en compétition ensemble pour la première fois. Ils chercheront à ajouter leur nom à une liste impressionnante d'anciens champions.

Le Championnat PNC offrira aux amateurs de golf leur premier regard sur Charlie, le fils d'une légende, qui a déjà attiré l'attention ces derniers mois pour ses excellentes performances dans les événements de golf junior en Floride.

Charlie, le joueur de 11 ans, qui a participé à des épreuves mini et juniors près du domicile des Woods en Floride pendant plus d'un an, participera à sa première compétition avec son père.

Charlie a remporté des tournois juniors en août, le premier alors que son père était engagé au championnat de la PGA, mais lors du deuxième, dans le groupe d'âge des 9 à 11 ans de la section PGA South Florida, c’était Tiger qui portait son sac.

« Je ne peux pas vous dire à quel point je suis excité de jouer avec Charlie dans notre premier tournoi officiel ensemble », a déclaré Tiger Woods dans un communiqué. « C’est formidable de le voir progresser en tant que golfeur junior et ce sera incroyable de jouer en équipe ».

« Cela me rappelle tellement moi et mon père quand j'étais jeune. Je ne sais pas jusqu'où il ira. Cela dépend à quel point il le voudra. Tout dépend de lui. Moi, je le voulais très, très jeune, mais là c'est sur lui, qu'il le veuille ou non ».

En août, une source proche de Woods a déclaré que Charlie aimait passer du temps avec son père et perfectionner le jeu qui a rendu son père célèbre.

« Charlie aime clairement le temps qu'il passe avec son père sur le parcours de golf », a déclaré cette source : « C’est une activité qui les lie définitivement tous les deux ».

Woods partageait une relation tout aussi étroite avec son défunt père, Earl Woods, qu'il appelait autrefois son « meilleur ami et plus grand modèle ». Mais on dit qu’Earl, un ancien béret vert, aurait été « très strict » en enseignant le golf à son fils..

Tiger Woods s'est fait un devoir de ne pas être aussi sévère avec Charlie, même si Earl Woods s'est toujours assuré que c’était son fils qui lui demandait de jouer, et Woods adopte la même approche avec son propre fils.

Tiger adore passer du temps avec Charlie sur le parcours de golf, mais il a une ambiance complétement différente de celle qu'Earl avait en travaillant avec lui : « Ils sont souriants… ».

Tiger Woods a en grande partie protégé ses enfants, Charlie et sa fille de 13 ans, Sam, hors de la vue du public, bien que les deux étaient présents lorsqu'il a remporté le Masters 2019 pour son premier titre majeur en plus d'une décennie.

La plus grande exposition télévisée que Charlie a reçue a été l'année dernière à Augusta National lorsque Woods a enveloppé son fils dans ses bras après avoir remporté le Masters pour la cinquième fois. C'était son 15e majeur, mais le premier que son fils l'a vu gagner.

Justin Thomas et Annika Sorenstam, qui seront tous deux associés avec leurs pères, seront également au départ, tandis que Gary Player jouera aux côtés de son petit-fils.

Champion en titre, Bernhard Langer, membre du World Golf Hall of Fame, a joué dans toutes les éditions du tournoi depuis 2002, après s'être associé à ses deux fils et ses deux filles au fil des ans, gagnant deux fois avec Stefan et deux fois avec Jason. Bernhard Langer a remporté l'édition 2019 aux côtés de son fils, Jason.

« C’est en fait un événement familial très inclusif depuis longtemps maintenant, mes deux filles ayant aimé y jouer, il est donc juste de modifier le nom pour mieux refléter cela. Ce tournoi est l’une de mes étapes préférées de l’année, comme c’est le cas avec tant de mes collègues pros, et nous apprécions tous l’engagement à long terme de PNC dans cet événement familial très exceptionnel ».

Ils défendront leur titre, et également, parmi ceux confirmés pour concourir, on trouve Greg Norman et son fils Gregory, John Daly et son fils John Jr, Padraig Harrington et son fils Patrick, Gary Player et son petit-fils Jordan, et Annika Sorenstam et son père Tom.

Le Championnat PNC associera également l'ancien champion de la FedExCup Justin Thomas et son père Mike, et Jim Furyk et Matt Kuchar, qui avaient déjà collaboré avec leurs pères, joueront également avec leurs fils cette année. Mark Calcavecchia fera également ses débuts dans le tournoi avec son fils Eric.

Le tournoi n'aura aucun spectateur en raison de la pandémie de coronavirus en cours, cependant, il sera diffusé en direct par NBC et Golf Channel.

Depuis le tournoi inaugural en 1995, lorsque 10 grands gagnants se sont réunis avec leurs fils, le championnat a continué d'évoluer et de se développer, avec maintenant 20 grands champions et leurs proches en compétition pour une bourse totale de 1085000 $, dans une compétition de deux jours et 36 trous, pour le trophée Willie Park. 

« Nous avons lancé le PNC Father Son Challenge pour mettre en valeur le lien familial que cultive le golf, et aussi pour donner aux icônes de notre jeu l'occasion de partager leur succès avec ceux qu'ils aiment», a déclaré Alastair Johnston, vice-président du golf chez IMG.

Le golf, et les leçons de vie…

L’une des raisons pour lesquelles j’ai appris à aimer davantage le golf est que j’aborde maintenant ce jeu avec ce que j’appelle un optimisme tempéré…

Je sais que le golf est meilleur en moi, mais j’ai aussi abaissé mes attentes à des niveaux si modestes que je ne pourrai jamais être trop déçu.

Et je sais aussi que je ne dois pas suggérer des restrictions similaires à mon fils, qui mérite meilleur que moi. Au fond, il faut être sage et accepter que ce qui devrait arriver et ce qui peut arriver sont souvent deux choses différentes.

Jamais dans mes rêves les plus fous n'aurais-je jamais imaginé avoir mon fils si proche et pratiquer le sport qu'il aime en même temps que lui. Tout le monde n'a pas cette opportunité. Débuter le golf ensemble, cela a été génial, et c'est quelque chose que je n'oublierai jamais.

En ce qui concerne les leçons de vie qu’est censé apporter le golf, il suffit à chacun de jouer suffisamment au golf pour le découvrir par soi-même...  

Crédit photo : JeudeGolf.org Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 269
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Comment les golfs vont pouvoir se préparer concrèt...
Lucie André : « On aimerait bien que la situation ...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.