Posté par le dans Chronique de golfeurs

Comment devenir un golfeur heureux, et surtout le rester ?

Lorsque nous commençons le golf, l'accent est principalement mis sur le swing et les fondamentaux, comme la posture, le grip, et de nombreuses autres choses techniques. Mais personne ne nous prend à part pour nous dire ce que nous pouvons raisonnablement attendre du golf, et comment être heureux en jouant au golf.

Les gens qui réussissent sont plus heureux, paraît-il… Mais comme l’œuf ou la poule, est-ce le succès qui mène au bonheur, ou bien se pourrait-il que le bonheur mène au succès ? En général, les personnes qui réussissent le mieux y parviennent grâce à un état d'esprit positif, et voient le stress comme un défi, et non pas comme quelque chose à craindre.

Découvrez nos formules d'abonnements

Alors, tout comme le paradoxe : est ce que c’est la poule qui fait l’œuf, ou est ce l’œuf qui fait la poule ? Comment le golf peut nous rendre heureux, ou comment être heureux pour bien jouer au golf ?

Avant d’aller chercher ce qui pourrait nous rendre encore plus heureux au golf, voyons déjà ce qui est à notre portée et nous rend donc déjà heureux.

Un long drive bien droit ? Un bon score ? Un rebond chanceux ? Une balle topée qui se va se placer à côté du drapeau, ou un putt mal lu et mal frappé qui rentre quand même ?

Ou bien notre bonheur est il moins lié à notre propre jeu qu'au contexte : jouer avec des personnes que nous aimons, jouer sur un parcours formidable, et par une belle journée ?

Pour commencer, au golf, mieux vaut s’entourer de gens heureux. Les émotions sont contagieuses, alors il faut rechercher des personnes qui nous font nous sentir bien.

Soyons gentils et généreux avec nos partenaires de jeu, ils nous le rendront bien. En parties amicales, donnons leur ce putt important. Allez, c’est un ami, accordons lui encore un mulligan…

Qui est le golfeur le plus heureux ?

Qui est le plus heureux, le golfeur débutant qui pour la première fois arrive à lancer la balle en l'air, ou Brison DeChambeau après avoir frappé un drive à 280 mètres au-dessus d’un plan d’eau ?

Il y a de grandes chances que ce soit le débutant. Même si, indiscutablement et techniquement, le tir de Brison DeChambeau était meilleur, ses attentes sont beaucoup plus élevées. Quand quelque chose ne correspond pas à nos attentes, cela conduit à la frustration.

Le débutant vient de frapper un coup bien meilleur que ses attentes, ce qui provoque en lui une exaltation et un sentiment de bonheur.

Chaque fois que nous dépassons nos attentes, cela provoque du bonheur. Si notre réalité est inférieure à nos attentes, nous ressentons de la frustration, de la colère, et d'autres émotions négatives.

Il y a une bataille constante entre avoir besoin d'attentes plus élevées pour nous motiver et nous pousser à nous améliorer, mais il ne faut pas que ce soit au point de perdre du plaisir.

Les meilleurs joueurs ont tendance à tomber beaucoup plus du côté trop élevé des attentes. Les personnes qui ont des attentes élevées sont généralement des individus très motivés.

Mais combien de bons joueurs, ou même de joueurs du Tour, voyez-vous marcher sur le fairway avec des visages souriants, bondissant de joie sur le coup qu'ils viennent de frapper sur le green à 170 mètres ?

Nos attentes changent, mais pas le résultat

La première fois que sur un parcours vous en frappez une balle en la centrant bien dans la tête de club et qu'elle vole dans les airs, c'est une sensation fabuleuse, même si la balle a finalement volé dans le rough. Mais après quelques années de golf, le même coup produira probablement plus de colère que de bonheur.

La première chose à réaliser est que s'améliorer au golf ne nous rendra pas toujours plus heureux. En fait, dans presque tous les cas, après l'acclimatation à notre jeu amélioré nous sommes plus susceptible d'être plus mécontent de notre golf.

Le bonheur est une perspective, et il dépend aussi de nos attentes. Avoir des attentes constamment élevées pour notre golf peut être très motivant pour aller de l'avant. Mais il faut comprendre que, lorsque l’on avance, nos attentes augmenteront également à nouveau. C'est comme le cheval qui court après la carotte…

En fait, si avoir des attentes élevées, c'est l'un des seuls moyens de vraiment devenir bon à ce jeu, être constamment mécontent de l’état de son jeu peut également nous empêcher d'atteindre notre véritable potentiel.

On doit de temps en temps y mettre un peu d'équilibre. On doit de temps en temps manger la carotte.

Une mentalité positive pour un meilleur golf

Comment cela peut-il nous aider à mieux jouer au golf ? Puisque développer un état d'esprit positif améliore les résultats professionnels et commerciaux, et conduit donc à plus de succès, ces mêmes principes peuvent évidemment être appliqués au sport.

Pour atteindre un état d'esprit plus positif au golf, on commence habituellement à rechercher le positif au lieu du négatif.

On peut par exemple énumérer trois choses que nous apprécions dans ce que nous nous apprêtons à faire, surtout des choses qui n'ont rien à voir avec la façon dont on joue.

Des choses comme « C'est une journée magnifique pour être dehors » ou « Je suis sur le point de jouer sur un parcours de golf incroyable, je suis sur que je vais l'apprécier » ou « Je joue avec mes amis aujourd'hui, ça va être fantastique de passer du temps avec eux ».

Faire la liste de nos points forts dans notre jeu et se rappeler des bonnes expériences sur le parcours. Et une fois sur le parcours : enregistrer le côté positif après chaque coup réussi. 

Jouer un golf heureux nécessite cependant de l'expérience sur le parcours

Beaucoup de choses peuvent se passer en 18 trous. On peut traverser des périodes de très bon jeu, puis oublier brusquement comment swinguer un club deux trous plus tard. Les oscillations émotionnelles qui se produisent font partie de ce qui rend le jeu de golf si unique et frustrant à la fois.

Une chose que quelquefois les golfeurs perdent de vue, c'est que nous devons être sur le parcours et traverser toutes ces épreuves et tribulations pour acquérir de l'expérience.

La plupart des golfeurs qui progressent dans leur jeu nous diront la même chose : nous devons être sur un parcours en train de jouer. D'une manière certaine, jouer sur le parcours est la meilleure forme de pratique, et celle qui peut le plus nous rendre heureux.

En termes simples, nous devons être à l'aise pour être heureux sur un parcours de golf. Il y a tellement de petits éléments dans ce jeu qui nécessitent une certaine expérience, que si vous on ne joue pas assez, alors il est difficile de les développer.

Garder son sens de l'humour en toutes circonstances. Il y a suffisamment de stress dans le reste de nos vies pour ne pas laisser un mauvais coup de golf gâcher un jeu que l’on est censé apprécier.

Enfin vous pouvez toujours envisager de vous installer en Suisse

La Suisse, est considérée comme la nation la plus heureuse du monde, c’est aussi l'État le plus proche au monde d'une démocratie directe, pas de guerres, pas de catastrophes naturelles.

Il y a une centaine de parcours de golf en Suisse, où l'on se sent toujours le bienvenu, quel que soit son statut social et son handicap de jeu.

Un jour, vous pouvez jouer dans le sud, dans un environnement méditerranéen, et le lendemain, vous pouvez jouer sur un parcours préalpin avec une vue splendide sur le Cervin.

 

Crédit photos : iStock et JeudeGolf.org

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 173
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

Contre la distance au drive : Faut-il limiter la l...
Enquête sur l’application du pass sanitaire dans l...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.