Posté par le dans Golf en France

Classement 2021 des golfs 18 trous français par difficultés

Il y a deux supercheries très répandues dans le monde du golf. La première, un nouveau matériel de golf va systématiquement vous faire mieux jouer et/ou taper plus loin. La seconde, les parcours de golfs sont conçus pour tous les niveaux de pratiques…Dans ce sujet, on va classer les parcours de 18 trous par niveaux de difficultés, mais aussi par niveau de « jouabilité » par tous les types de profils amateurs de 0 à 54 d’index. Et ici, pas de subjectivité, d’étoiles, de notes ou d’avis farfelus ou personnels… nous avons recensé pour 13 régions françaises 428 parcours de golfs de 18 trous sur le seul élément du SLOPE pour 5 départs possibles…  Il s’agit de vous aiguiller sur les parcours des plus abordables au moins abordables, et parler ainsi de véritable plaisir au golf pour tous les niveaux.

Découvrez nos formules d'abonnements

C’est quoi le plaisir de jouer au golf ?

Comme illustré dans un précédent sujet sur JeudeGolf, la Fédération Française de Golf a elle-même mise en place une révolution pour le monde du golf, mais celle-ci est encore trop largement méconnue, et pire, pas appliquée par une majorité de parcours.

Il s’agit des « nouveaux repères » !

Finies les boules de départs réparties entre hommes et femmes, les amateurs de golf vont pouvoir démarrer un parcours, selon leur véritable niveau de jeu.

Et les 400 000 licenciés français ne se répartissent pas selon seulement deux ou trois départs, noirs, blancs et jaunes pour les hommes, et bleus et rouges pour les femmes…

Les départs noirs étant réservés aux golfeurs professionnels, la FFG a mis en place six nouveaux départs : Blanc, jaune, bleu, rouge, violet, et orange sur la base de la distance au drive de l’amateur ou de l’amatrice, soit de plus de 200 mètres à moins de 120 mètres de moyenne sur le premier coup joué.

Vous allez comprendre le lien avec le plaisir de jouer au golf par la définition même de la Fédération pour justifier ses nouveaux repères : « parce qu’un trou de golf, c’est un par-3, un par-4 ou un par-5…parce que le jeu de golf c’est deux putts sur le green après avoir joué un coup sur les par-3, deux coups sur les par-4, et trois coups sur les par-5… de la stratégie (visée, évaluation de la force du coup à jouer) sur les coups qui doivent arriver au green, et au plus près des drapeaux. »

Cette définition du golf paraît à la fois simple et parfaite…

La FFG ajoute « soyons moderne, jouons des départs qui nous correspondent, et jouons des vrais coups de golf »

Cette nouvelle affirmation est bien la clé du plaisir pour jouer au golf !

« Départs qui nous correspondent, et des vrais coups de golf… » c’est cela le plaisir de jouer au golf.

Trop longtemps, certains enseignants et directeurs de parcours ont expliqué à des amateurs qui n’avaient tout simplement pas la distance, et/ou le niveau pour toucher des par-4 de 400 mètres que pour eux, le PAR, c’était PAR+1 ou même PAR+2, et que ce n’était pas grave.

Non, le golf, et la FFG le redit, c’est toucher des greens en régulation ou tout du moins avoir une chance raisonnable de le faire.

Ici, on ne s’adresse pas à des golfeurs qui jouent tous les jours, et en ont fait leur métier.

Bien entendu que le niveau de difficulté imposé aux golfeurs professionnels peut-être de proposer des par-4 de plus de 400 mètres ou des par-3 de plus de 200 mètres…mais pour les amateurs à la recherche de plaisir, quel intérêt ?

Depuis plusieurs années, le nombre de licenciés golf en France baisse, et ce même avec le soi-disant boom du golf observé après le confinement…

Il ne baisse pas seulement parce que le golf pourrait être un sport élitiste, coûteux ou chronophage.

Il baisse parce que trop d’amateurs et d’amatrices ne prennent tout simplement pas de plaisir sur les parcours en France, et peut-être parce qu’ils sont trop difficiles.

Le plaisir de jouer au golf, c’est avoir une chance de faire le PAR, en tenant compte d’une distance atteignable selon son niveau de jeu à 0, 10, 20, 30, 40 ou plus de 50 d’index.

En maintenant, comme c’est le cas actuellement, un système de jeu trop difficile avec des parcours de plus de 6000 mètres des départs blancs ou plus de 5500 mètres des départs jaunes, en cumulant des fairways étroits, des obstacles d’eaux, des bunkers, des forêts, des vallons, et une qualité d’entretien qui peut rentrer en ligne de compte pour ajouter de la difficulté, on crée en fait les conditions qui poussent les marques à vouloir vous proposer sans cesse des clubs pour taper plus loin, ce qui est un mensonge, et prendre des cours de golf infinis pour aussi taper plus loin…

Bref on alimente le système de la distance inatteignable, et on oublie la notion de plaisir…

Les golfeurs et les golfeuses ramènent dans leur majorité des cartes de 90, 100, 110 ou plus au club-house, et en plus, on leur demande d’être contents.

Qui interroge les golfeurs sur leur plaisir à jouer au golf ?

Personne !

Personne n’interroge les joueurs, et les joueuses à la sortie d’un 18 trous pour savoir s’ils ou elles ont pris du plaisir à jouer le parcours… et pas seulement sur la qualité de la balade, le temps de jeu ou respirer l’air frais.

Aucune étude n’a été faite, ou porter à notre connaissance, ces dernières années sur le plaisir des golfeurs à jouer les parcours.

A-t-on si peur de la réponse, et de la remise en question que cela va supposer ?

Ci-après, nous allons seulement vous proposer un classement réalisé à partir du SLOPE, et seulement le SLOPE des parcours.

C’est un choix assumé pour garder un minimum de compréhension et de facilité de lecture, sans rentrer dans le SSJ, le SSS ou le WHS, beaucoup de termes compliqués pour noyer le poisson et les golfeurs avec…

Avant d’expliquer la méthode, et de détailler les résultats par régions, un chiffre clé pour comprendre pourquoi l’offre golfique française de 18 trous est chroniquement inadaptée à la demande : Il y a selon cette étude seulement 9 parcours 18 trous répartis sur le territoire français qui sont susceptibles d’être classés comme « très abordable » contre à l’opposé, 15 qui sont à classer comme potentiellement « très difficiles » !

Au-delà du fait étonnant qu’il y ait plus de parcours très difficiles que de parcours très abordables, les deux bords extrêmes, le nombre de golfeurs en France ne peut sans doute que stagner ou baisser parce qu’il y un déficit notable de parcours très abordables.

Certains pourraient dire « vous ne prenez pas en compte les petites structures, les 9 trous, et les compacts… », et ce serait vrai.

Nous partons du postulat qu’un golfeur ou une golfeuse a un moment l’ambition d’aller jouer un 18 trous, et avant d’aller jouer un parcours de championnat, il faut qu’il puisse graduer sa montée en difficulté, or, c’est l’autre situation d’échec de notre filière, pour protéger l’opacité de notre système, nous n’assumons pas de classer les parcours par difficultés.

Les médias, nous avons une lourde responsabilité pour protéger des petits intérêts particuliers, et le fait de rester invité par des parcours…et ne pas payer de green-fees.

C’est une erreur funeste.

En effet, pour ne froisser personne, la plupart des golfs se déclarent comme abordables, et pour tous les niveaux de jeu.

Ce n’est pas vrai, et c’est contredit par, à la fois le SLOPE des parcours, et l’écart de valeur de SLOPE entre boules blanches et boules rouges, ce que nous allons démontrer ci-après et objectivement.

Il manque des parcours 18 trous très abordables, et ainsi, la réforme de la FFG prend tout son sens, à condition d’être appliquée, car justement des parcours très ou trop difficiles pourraient être rendus plus abordables… en réduisant les distances, et donc les difficultés simplement en ajoutant des départs rapprochés des greens.

Les nouveaux repères pourraient justement permettre de contourner le problème, et ne pas avoir à reconstruire des golfs.

Au moment où on se trompe dramatiquement de débat sur la distance des balles de golf, il faut au contraire réduire largement les distances des parcours !

Le développement du golf en France ne se fera jamais par un champion, et on peut d’ailleurs remarquer que cette stratégie qui perdure depuis les années 80 est largement en échec.

Les golfs trop difficiles n’ont pas généré de champions de manière régulière et massive, membres du top-10 mondial, et vainqueurs en majeur, à l’inverse des pays anglo-saxons qui ont d’abord créé un nombre importants de joueurs, avant de faire des champions.

Il fallait faire cette longue introduction, parce que pourquoi classer les golfs par difficulté… pour vous aider à repérer plus vite les parcours sur lesquels, selon votre niveau vous pourrez prendre plus de plaisir.

La méthode retenue pour classer des golfs 18 trous en France

Classer, c’est donc prendre le risque de déplaire !  Classer, cela peut être subjectif ! Comment classer sans avoir jouer tous les parcours ?

Ici, on a retenu le seul critère du SLOPE.

Il ne s’agit pas dans ce guide de parler de WHS, de compétition ou d’index, ce qui finalement ne concerne qu’une minorité de golfeurs, et de golfeuses.

Selon les propres chiffres de la FFG, il y a une grande majorité de golfeurs et de golfeuses qui ne jouent pas plus d’une compétition par an.  

Ce classement a du sens pour ceux et celles qui veulent simplement aller jouer sur un parcours 18 trous, le découvrir, et surtout prendre du plaisir.

Si vous jouez régulièrement sur un des parcours cités dans ce classement, vous pourriez avoir une vision de sa difficulté ou sa jouabilité qui pourrait vous être propre et/ou différente.

Là-encore, ce classement doit surtout permettre à des golfeurs/golfeuses en découvertes, d’appréhender les golfs à jouer, et les départs à privilégier…

En revanche, il vous faut déterminer de manière personnelle et individuelle, à quel niveau de difficulté vous avez la capacité de prendre votre plaisir…

Commentaire de Laurent: A titre d’exemple, j’ai fini par découvrir que j’étais plus susceptible de prendre du plaisir sur des parcours dont le SLOPE est compris entre 110 et 125 (pas plus)….

A 13 d’index, 11 de niveau, ce qui me situe dans les 46 000 au classement national (12%), je constate que je peux jouer au golf et me faire plaisir sur des parcours de SLOPE maximum 125… c’est en fait très bas quand on sait que la moyenne de SLOPE en France pour les 428 parcours 18 trous étudiés est de 128 des départs jaunes, un des principaux enseignements de cette étude.

Plus important, 315 parcours hexagonaux présentent un SLOPE des boules jaunes supérieur ou égal à 125, soit près de 74% des parcours 18 trous français !

Parlons donc justement du SLOPE…

Le SLOPE est un nombre censé être compris entre 55 et 155.

Dans les faits, en France, pour les hommes, le SLOPE varie de 102 à 155 pour ce que nous avons mesuré sur des parcours 18 trous.

En France, des départs rouges, un seul parcours propose un SLOPE de 102, il s’agit du golf de Marolles en Brie.

Le but du SLOPE est en fait d’évaluer la difficulté d’un parcours pour un joueur dit bogey ou d’index 18 qui va servir de point de référence pour tous les autres.

90% de la valeur du SLOPE serait donnée par la longueur des trous ! La distance est donc l’élément majoritaire pour expliquer la difficulté.

Comme la distance explique en grande partie le SLOPE, il varie selon les boules de départs et n’est censé que baisser si on réduit la distance, mais il existe des cas particuliers où un parcours plus court va être au contraire plus difficile, car il va finalement mettre en jeu plus d’obstacles !

Curieux, mais c’est le cas de plusieurs golfs en France où le SLOPE des jaunes est supérieur au SLOPE des blancs ! Plus exactement, nous avons comptabilisé 14 parcours dans ce cas.

Exemple : Le golf de Montpellier-Massane présente un SLOPE de 136 des jaunes contre 131 des blanches ! C’est d’ailleurs le parcours où l’écart est le plus fort (5 points de SLOPE) alors qu’en moyenne pour les parcours concernés, cet écart est plutôt de 2 points quand les jaunes excèdent les blancs.

D’autres éléments sont bien pris en compte comme la largeur des fairways, la dimension et les pentes des greens, la vitesse des greens, le nombre et la profondeur des bunkers, les obstacles d’eaux, la dénivelé, les hors-limites, et les arbres autour du fairway ou du green…

Ainsi, un golf peut être jugé difficile par ses greens plus que pour un autre élément.

La difficulté qui en découle, c’est que sur 12 mois ou 365 jours, un parcours n’est pas uniforme tout le temps. L’entretien et la météo peuvent largement influer sur le SLOPE réel du parcours, le jour où vous le jouez…

Le SLOPE dit de référence pour un golf est censé être de 113.

C’est l’USGA qui a déterminé ce chiffre sur la base de mesures réalisées sur de nombreux golfs, et avec de nombreux joueurs.

On peut rappeler une fois de plus qu’en France, sur 428 parcours de 18 trous relevés, nous avons trouvé 128 de moyenne, soit 15 points de plus que la référence de 113 !

Pourtant, c’est cette référence qui sert à définir si… au-dessus de 113 un parcours est difficile, et en-dessous, il peut être considéré comme plus abordable !

Dans le cadre de notre classement, si on avait scrupuleusement suivi cette logique, seulement 8 parcours pourraient être considérés comme très abordable en France !

Au lieu de tenir compte du SLOPE 113, nous avons pris en compte la moyenne française pour répartir les golfs. Indulgents ?

En théorie, le SLOPE est revue une fois par dizaine d’années par la FFG, qui envoie un spécialiste avec un golfeur scratch (0 d’index) et un golfeur bogey pour le réévaluer.

C’est encore là où notre interprétation de la difficulté peut varier d’un individu à un autre.

Pour ce classement, précisons encore que le SLOPE nous a paru l’élément pourtant le plus indiscutable.

Rappelons que ce n’est pas JeudeGolf qui édicte le SLOPE des parcours. Nous nous sommes contentés de relever les chiffres, les classer, et les analyser de manière transparente.

A ce titre, nous devons citer nos sources…

Pendant plusieurs longues journées au cours de l’été 2021, nous avons relevé les SLOPE Hommes de 428 parcours 18 trous à travers différents sites spécialisés, constatant finalement qu’il y avait des erreurs ou des retards de mises à jours fréquents, nous avons aussi utiliser le guide en ligne de la FFG, et dans certains cas, téléchargé les cartes de parcours directement sur les golfs concernés, pour croiser plusieurs sources.

Malgré le soin que nous avons apporté, il est possible que nous ayons pourtant relevé de mauvaises données, si telle était cas, vous pouvez nous remonter les golfs qui pourraient manquer ou les erreurs de SLOPE que vous pourriez éventuellement remarquer. Nous nous en excusons par avance.

A titre d’information, sur ces 428 parcours, nous n’en avons joué réellement que 65. Il nous faudra d’ailleurs plusieurs années pour atteindre la totalité des golfs.

Devant l’ampleur de la tâche, nous avons fait le choix de ne prendre que le SLOPE homme pour classer les golfs par difficulté.

On se réserve la possibilité de le faire par SLOPE femme dans un prochain article, et selon les retours que nous aurons eu de votre part sur ce premier sujet.

Toutefois, le SLOPE homme donne déjà une bonne indication du niveau de difficulté que tous les joueurs, et toutes les joueuses peuvent s’attendre à trouver.

Par ailleurs, nous allons chercher à produire le même classement en Belgique, et en Suisse.

Pour autant, pour certains parcours, il peut être difficile de comprendre le SLOPE.

Prenons l’exemple du Château des sept Tours en Centre Val de Loire (près de Tours) dont le SLOPE des blancs est de 133…

En arrivant sur ce golf, vous ne vous dites pas qu’il est difficile.

Le premier trou est à la fois court et sans difficulté, mis à part un bunker de green, et encore à droite de ce dernier, pas directement sur la ligne de jeu…

Le parcours des blancs est pourtant long de 6088 mètres, ce qui est très long. Un élément n’a peut-être pas été pris en compte au moment de son évaluation : La roule des fairways après un été pluvieux !

En réalité, au-lieu d’être long de plus de 6000 mètres, le parcours est dans les faits bien plus long, car la qualité de son fairway après des jours de pluies, ne permet pas aux balles de rouler !

Le SLOPE de 133 dans ces conditions paraît bien trop bas…et ne pas refléter la difficulté réelle.

C’est là où il faudrait en plus prendre d’autres éléments en considération comme le SSS, le SSJ ou désormais le PCC (Playing conditions calculation).

D’une part, nous ne voulions pas compliquer ce classement, et le rendre illisible, et d’autre part, nous nous adressons ici à des golfeurs loisirs qui cherchent un nouveau parcours à jouer, et pas forcément pour une compétition.

Autre exemple où le SLOPE est contestable avec le golf de Corrençon dans les Alpes.

Des départs blancs, le parcours ne mesure que 5155 mètres, pourtant, le dénivelé du parcours devrait lui conférer un SLOPE bien supérieur à seulement 123.

Entre le 133 du Château des Sept Tours qui n’est peut-être pas assez élevé, et le 123 de Corrençon qui lui aussi n’est pas assez élevé, la limite de la logique du SLOPE, c’est que l’on peut être en désaccord avec ceux qui l’ont déterminé.

L’index de difficulté, et l’index de jouabilité

L’index de difficulté est donc tout simplement la moyenne de SLOPE proposée selon cinq départs possibles.

A partir de cette moyenne, nous avons classé les parcours dans cinq catégories : Très abordable (1), abordable (2), moyen (3), difficile (4), et très difficile (5).

Très abordable = Moyenne de SLOPE des départs (noir à rouge) inférieur à 115

Abordable = Moyenne de SLOPE des départs (noir à rouge) compris entre 116 et 125

Moyen = Moyenne de SLOPE des départs (noir à rouge) compris entre 126 et 135

Difficile = Moyenne de SLOPE des départs (noir à rouge) compris entre 136 et 139

Très difficile = Moyenne de SLOPE des départs (noir à rouge) supérieur à 140

Comme cela nous paraissait encore trop parcellaire, nous avons ajouté un index « maison » mais toujours sur la base des données objectives : L’index de jouabilité qui est tout simplement l’écart constaté entre le SLOPE des départs blancs*, et des départs rouges !

*Tous les parcours ne proposent pas des départs noirs.

Cet index est presque plus important que le premier, car il détermine si un parcours propose toutes les solutions, pour tous les profils de joueurs, et de joueuses.

Plus l’écart est important, et plus justement, cela signifie que le parcours propose bien des difficultés graduées.

A l’inverse, plus l’écart est resserré, et moins ce golf propose de graduations des difficultés, et donc de solutions pour tous les niveaux…

Nous avons encore identifié deux cas particuliers : Les golfs où l’index de jouabilité est faible en défaveur des bons joueurs, et celui en défaveur des golfeurs occasionnels, et débutants.

Prenons les exemples des golfs de Teynac ou de Toulouse Seilh où les écarts de SLOPE entre les boules blanches et rouges ne dépassent pas 4 points !

Pour ces deux golfs que nous considérons comme « très abordable » et « abordable » avec des moyennes de SLOPE respectives de 115 et 111, l’offre golfique ne semble pas adaptée aux aspirations d’un golfeur 0 ou 5 d’index, selon la logique seule du SLOPE !

Le niveau de difficulté ne pourra pas être assez fort ! Ces parcours ne sont pas les plus polyvalents…

En revanche, on peut saluer ces deux golfs, qui à contre-courant du reste du marché, proposent justement une expérience plus facile pour 90 à 95% des autres golfeurs…

A l’inverse, les golfs de Roquebrune et Saint-Omer (Le Val) proposent aussi un index de jouabilité faible…

Avec des écarts de SLOPE de seulement et respectivement 9 et 6, pour des moyennes de SLOPE respectives de 143 et 140, comment dire à un golfeur 36, 24 ou même 18 d’index qu’il pourra facilement prendre du plaisir, quand même des rouges, le SLOPE est de 136, soit 23 points au-dessus du SLOPE de référence 113 !

Notre classement en se basant sur les SLOPE des cinq départs déjà proposés le plus souvent dans les golfs mettra donc en lumière la nécessité d’appliquer la réforme de la FFG et les nouveaux repères,  pour que l’offre s’adapte enfin à la demande, car rappelons-le, en France, l’index médian se situe autour de 28 avec en même temps, un vieillissement continu de la population golfique, et de ses capacités athlétiques.

Ci-après, découvrez comment nous avons encore classé les golfs selon l’index de jouabilité…

Faible (peu polyvalent) = De 2 à 9 points d’écarts de SLOPE entre les repères blancs et rouges

Moyen = De 10 à 14 points d’écarts de SLOPE entre les repères blancs et rouges

Fort = De 15 à 19 points d’écarts de SLOPE entre les repères blancs et rouges

Très fort (très polyvalent) = De 20 à 28 points d’écarts de SLOPE entre les repères blancs et rouges

Pour vous faciliter la lecture du classement, nous l’avons donc décomposé pour 13 régions.

De plus, on affiche pour chaque repère, l’écart avec la moyenne nationale.

Par exemple, pour le golf de Lys-Chantilly (parcours Lys Blanc), le parcours le plus abordable de France selon notre classement avec une moyenne de SLOPE de 106, et un index de jouabilité faible (6/28)… par exemple, le différentiel de difficulté des départs noirs (109) est de 25 points versus la moyenne nationale pour ce repère, qui en moyenne est de 134 en France.

En complément, nous avons aussi illustré l’écart de SLOPE entre repère blancs et jaunes par golf, pour que vous puissiez appréhender le niveau de difficulté quand vous changez entre ces deux repères.

Enfin, nous vous donnons à titre indicatif, et pour chaque golf, son rang national selon la prise en compte de nos index.

Le premier golf 18 trous le plus abordable de France est le golf du Lys-Chantilly devant le Golf de Flaine, et le Golf de Biot.

A l’inverse, le golf 18 trous le plus difficile est celui de Faulquemont devant le parcours des Châteaux à Terre-Blanche, et le Golf National (Albatros) seulement troisième, et malgré les départs noirs les plus difficiles de France (SLOPE 155).

En effet, l’Albatros propose 21 points d’écarts entre les blanches, et les rouges, ce qui est en fait le golf le plus difficile de France des noirs, mais avec le plus de solutions… puisque des rouges, le SLOPE n’est plus que de 134…ce qui reste tout de même difficile.

Dans votre lecture des tableaux, vous pourrez choisir votre futur golf selon sa difficulté, sa jouabilité, et en fait choisir votre départ selon votre perception du SLOPE adapté à votre niveau de jeu…

Sur ce point, c’est très difficile pour nous d’établir à votre place quel niveau de SLOPE vous convient le mieux.

Toutefois, ne vous gâchez plus une journée de golf en partant sur le mauvais parcours, depuis les mauvais départs, ce serait vraiment dommage…

Le classement pour la région Auvergne Rhône-Alpes

Le classement pour la région Bourgogne Franche Comté

Le classement pour la région Bretagne

Le classement pour la région Centre Val de Loire

Le classement pour la région Grand Est

Le classement pour la région Hauts de France

Le classement pour la région Ile-De-France

Le classement pour la région Normandie

Le classement pour la région Nouvelle-Aquitaine

Le classement pour la région Occitanie

Le classement pour la région Pays De La Loire

Le classement pour la région Provence Alpes Côte d’Azur

Pour la Corse, n’ayant volontairement recensé que le golf de Sperone 18 trous, nous l’avons ajouté arbitrairement dans la région PACA.

Nous n’avons pas encore traité les dom-tom, et espérons faire ce même travail en Belgique, et en Suisse.

Si malheureusement, nous avons pu faire une erreur ou un oubli, nous vous prions par avance de bien vouloir nous excuser dans cet exercice qui est une première pour JeudeGolf.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1061
  • 4 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter

DeChambeau/Koepka: Quand 2 golfeurs sont amenés à ...
Golfer avec des nerfs d’aciers pour supporter la p...

Auteur

 

Commentaires   

penota@orange.fr
0 #4 Très intéressant travailpenota@orange.fr 10-09-2021 11:54
Je me permets juste de faire remarquer qu’il me semble que le Golf de Sologne en région Centre n’existe plus, ou du moins n’est plus ouvert.
olivier.zamouth@infonie.fr
0 #3 Bravo !olivier.zamouth@infonie.fr 29-08-2021 17:49
Je partage complètement la philosophie qui est à l’origine de ce travail. Bravo donc pour mettre le débat en lumière.
Deux remarques cependant :
- le SSS (ou plutôt l’écart entre la par et le SSS) n’est-il pas un marqueur de la difficulté au moins aussi important que le slope ?
- le plaisir c’est aussi les perspectives paysagères offertes, et sur certains trous il est navrant de ne pas partir au moins des jaunes.
hubert.faou3@gmail.com
+1 #2 Excellent travailhubert.faou3@gmail.com 27-08-2021 16:29
Néanmoins si on souhaite progresser il faut quand même se mesurer à des parcours de difficulté croissante.
Et je prend aussi beaucoup de plaisir à faire l'Albatros au GN avec mon niveau 36 même si je dois y laisser un saut de balles.
C'est la fierté de jouer sur un parcours mythique joué par les meilleurs joueurs du monde?
Car comme tout le monde le sait, on n'est pas à l'abri d'un bon coup !
laurent.psb@gmail.com
+1 #1 Travail colossallaurent.psb@gmail.com 27-08-2021 12:11
Félicitations pour cet énorme boulot!
Cela permet effectivement d'y voir plus clair, et de se trouver de bonnes excuses preuves à l'appui quand on fait un mauvais score 😜

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.