Bryson DeChambeau : Un modèle de golfeur extrêmement sportif selon Fabien Donoyan

Vainqueur du Rocket Mortgage Classic avec trois coups d’avances sur le second, Bryson DeChambeau a transformé toute l’attention médiatique autour de sa prise de poids, en attention autour d’une sixième victoire sur le PGA Tour. Dans nos deux précédents sujets consacrés à l’américain de 26 ans, nous assumons d’avoir plutôt donné la parole aux sceptiques concernant les conséquences de son exemple sur le monde du golf. Dans ce nouveau sujet, notre ligne éditoriale nous commandait de donner la parole à ceux, qui au contraire perçoivent sa transformation physique, et ses distances incroyables au drive, comme une opportunité positive pour le golf. A l’origine avec Laurent Cabanes de l’accord entre Chris Como, coach de DeChambeau, et la UGOLF Academy, Fabien Donoyan fait justement partie de ceux qui soutiennent cette initiative.

Découvrez nos formules d'abonnements

Sept top-8 consécutifs, Bryson DeChambeau réalise réellement une excellente saison 2020, et malgré le confinement ou la pause du PGA Tour.

Ce n’est pourtant pas encore sa meilleure période, alors qu’en 2018, il avait réussi à gagner 4 tournois, pour boucler l’année à la 5eme place de l’ordre du mérite mondial.

En ces temps bizarres où les fairways sont vides de spectateurs, et l’intérêt de ces tournois du PGA Tour forcément relatif dans ce contexte, Bryson DeChambeau concentre toute l’attention sur lui, et ses drives surpuissants.

Un par-4 pour lui se résume à un drive tapé à 320 mètres, et ensuite un chip à moins de 25 mètres du drapeau…

DeChambeau n’en est plus seulement à s’évertuer à passer des bunkers problématiques à 100 mètres d’un green. Il drive les greens…

Dans mon premier sujet, j’assume d’être tenté de changer de camp, et m’interrogé sur la nécessité d’une « bifurcation » concernant la balle de golf, entre celle pour les pros, et celle pour le reste d’entre nous. Avec ce nouveau type de golfeur, il y a un réel danger pour l’intérêt du jeu de golf, et pire, pour les parcours qui ne peuvent pas être rallongés sans cesse.

Il y a surtout un décalage certain entre une poignée de professionnels, et ce que nous, les amateurs, vivons sur les parcours.

A l’inverse, le point de vue de Fabien Donoyan amène à réfléchir, car il alimente le débat avec une vision moins pessimiste que la mienne.

Fabien Donoyan « Je vois l’actualité autour de Bryson comme extrêmement positive. C’est la naissance d’une nouvelle icône pour le golf mondial, un exemple d’un golf extrêmement sportif ! »

Pour Fabien Donoyan, directeur de l’académie UGOLF, cela représente un jeu de golf plus axé sur la préparation physique, mais aussi le travail technique.

Gêné par les polémiques autour de DeChambeau, et sans doute par mes propos à ce sujet, Fabien Donoyan voulait témoigner ou regretter le fait que le travail réalisé avec Chris Como avait certainement une grande part dans les résultats stratosphériques du natif de Modesto.

Pour le coach français, au contraire, cela tirerait le golf vers le haut, tout en prenant le soin de reconnaître qu’il faudrait savoir mettre en place des garde-fous, et notamment sur les questions de transformation physique.

Dans son premier propos, au moment de démarrer l’entretien, Fabien Donoyan regrettait donc que ne soit pas assez mis en avant le travail réalisé avec l’ex-coach de Tiger Woods, Chris Como.

S’agissant du physique, le coach français voulait rappeler que DeChambeau avait démarré ce projet depuis près d’un an, et pas seulement depuis quelques semaines, et pendant le confinement.

Rappelé aussi que pour Woods, et McIlroy, d’autres modèles de golfeurs athlètes, personne n’avait réellement bronché. Cela était passé relativement inaperçu ou parfaitement accepté.

Cela étant, de mon point de vue, la transformation physique a été beaucoup moins spectaculaire par rapport à celle de DeChambeau qui a tout de même changé de gabarit.

Dans son discours, on sent une fascination sincère pour la nouvelle puissance de l’américain. « Il pulvérise la balle ! Pour arriver à cela, c’est un gros travail technique. »

J’ai eu justement envie de lui demander de quel travail pouvait-on concrètement parler ?

De son point de vue, il y a plusieurs facteurs qui peuvent être mis en avant, comme l’amplitude du swing, la façon d’étirer le corps, et le torque des pieds.

Cette dernière notion de torque est en rapport avec la pression exercée dans le sol, et c’est semble-t-il un focus tout particulier de Chris Como.

Fabien Donoyan me rappelle qu’au golf, trois forces peuvent s’exercer : Latérale, verticale, et rotationnelle.

Pour le coach français, le travail réalisé par DeChambeau sur son physique ne s’est justement pas opéré au détriment de son jeu de golf, et notamment les autres compartiments comme les approches ou le putting.

Dans ce domaine, DeChambeau doit d’ailleurs autant sa victoire sur le Rocket Mortgage Classic à la longueur de ses drives qu’à la qualité de son putting.

« Bien qu’il tape très fort, il contrôle toujours ses distances. »

Ensuite, s’agissant de l’esthétique de son swing ou justement sa technique, Fabien Donoyan a voulu me rappeler qu’il n’est pas le seul à présenter un modèle atypique.

Il cite en exemple Matthew Wolff, justement second à -20 du même tournoi, le Rocket Mortgage Classic disputé à Detroit, réalise-lui aussi un mouvement tout sauf classique, et à l’impact, c’est comme si ce dernier ne touchait plus le sol.

« Le golf moderne a énormément changé ! »

Pour ma part, je suis pourtant très perplexe concernant la cheville gauche de DeChambeau, qui après l’impact, sous l’effet de la vitesse rotationnelle ou la force engagée sur la jambe avant, me semble ne pas pouvoir faire autre chose que de fuir vers l’avant…

Peut-il finir par se casser la cheville ?

Pour Fabien Donoyan, c’est justement l’un des aspects travaillés avec Chris Como, pour qui la force exercée avec le sol est omniprésente dans son travail.

Pour défendre ce principe, le coach UGOLF veut me rappeler les swings de Nicklaus, Watson ou encore Trevino, qu’il considère comme atypiques, et qui tous levaient le pied gauche.

« On regarde trop le swing sous un angle académique. Pour la question de la forme, on perd de vue la notion plus importante d’efficacité. »

Par exemple « peu importe qu’un golfeur adopte un grip inversé… pourvu qu’il soit à l’aise, et efficace »

L’autre grand sujet qui peut faire débat concernant la prise de masse de DeChambeau, c’est la question du modèle ou de l’image pour les jeunes.

Dans notre second article rédigé par Yannick Baduel, et initié par Remy Bedu, c’était une préoccupation exprimée.

Point de vue divergeant, Fabien Donoyan estime au contraire qu’on a besoin d’une icône, d’une image à laquelle se référer.

« Woods a longtemps été cette image pour le golf, comme Michael Jordan pour le basket. DeChambeau peut-il être cette nouvelle icone ? »

Il semblerait qu’il ait envie d’y croire, surtout à la vue des derniers résultats de l’américain.

« Je crois qu’il a joué -80 depuis le mois de février » (depuis le 2 février, il a effectivement joué à -97 sous le par).

« Il n’est pas seulement le plus long frappeur, il est aussi numéro des coups gagnés au putting sur le Rocket Mortgage Classic. »

Toutefois, il le concède, si DeChambeau peut être un modèle pour les plus jeunes, le seul bémol, c’est que la préparation physique doit être très encadrée. Il ne faut pas seulement prendre en compte la prise de poids, mais aussi le travail sur la souplesse, et le cardio.

DeChambeau a certainement travaillé son physique, mais il a aussi considérablement modifié son alimentation…

DeChambeau prend d’ailleurs des compléments alimentaires (il admet boire sept préparations ou shakes de protéines par jour.

Son alimentation quotidienne se compose de deux repas et du snacking tout le long de la journée :

Un petit-déjeuner avec 4 œufs, 5 morceaux de bacons, 2 shakes de protéines et des toasts.

Pendant la journée, des barres de GOMACRO, des sandwichs, et des boissons protéinées.

Le soir, il mange un steak, des patates, et deux shakes de protéines.

Au total, il se fixe comme objectif de consommer entre 3000 et 3500 calories. « Source PGA Tour »

Transformé physiquement, certains chroniqueurs américains illustrent que finalement DeChambeau pourrait très bien s’apparenter à un joueur de football américain à qui on tendrait un club de golf, et on lui dirait de swinguer.

Commentaire fait pour relativiser la masse du golfeur, certes inhabituelle pour des yeux d’amateurs de golf, justement pour un sport de gentlemen, mais un gabarit beaucoup plus usuel dans les autres sports de forces aux Etats-Unis…

Ce que reconnaît le coach français « En France, nous avons des rugbymen, des piliers, qui présentent aussi ce type de gabarit, et cela ne choque personne. »

Pour le coach français, DeChambeau est très encadré, et pas seulement par Chris Como, même si ce dernier semble jouer un rôle prépondérant à ses côtés.

La rencontre serait intervenue pendant que Como se déplaçait à la rencontre des joueurs, et des coachs du PGA Tour, et notamment pour son show « Swing expedition » diffusé sur GolfChannel.

Quelques mois plus tôt, Fabien Donoyan rêvait d’intégrer Chris Como dans le processus de formation des enseignants UGOLF. Il n’a pas voulu me communiquer le montant de la transaction, ni la durée, mais seulement m’affirmer que ce n’était pas seulement un accord ponctuel.

Du fait du confinement, des premières sessions d’échanges ont d’ailleurs eu lieu sous formes de Webinars.

Là-encore, on sent l’admiration du français pour l’américain qu’il décrit comme ouvert, humble, et très communiquant.

Como se dit très concentré sur l’analyse de la trajectoire de la balle, et moins sur la forme du swing.

Le vol de la balle, et comment le club contacte la face… sans doute des principes qu’il a travaillés avec DeChambeau.

Pour Fabien Donoyan, Como qui est basé au Texas (Dallas), n’a pas peur d’explorer de nouvelles pistes.

Pour en revenir au sujet qui me préoccupe, le coach français répète que les 10 meilleurs golfeurs du monde sont des long-frappeurs. « Le golf est devenu un spectacle ».

Il s’interroge justement sur le développement de notre sport « Est-ce que ce n’est pas ce spectacle qui peut attirer des spectateurs ? »

Il poursuit « Ce qui est extraordinaire fait rêver… A l’inverse, il serait dommage de frustrer, de bloquer cette évolution. »

Sur les préoccupations de beaucoup d’entre nous, il se montre moins affirmatif « Est-ce que cela peut tuer le jeu ? Tuer les parcours ? Faut-il changer la balle ? Je ne sais pas. En revanche, je trouve positif de voir le golf changer. Il tape fort, il putte très bien… est-ce que c’est une mauvaise chose ? »

En revanche, tout comme Rémy Bedu, et d’autres coachs, il appelle à la vigilance concernant la préparation physique des enfants, et des adolescents.

Il rappelle aussi que le Titleist Performance Institute (TPI) qui a notamment vu passé des Justin Thomas est aussi à propos de physique, et plus particulièrement d’habileté motrice.

« Le golf devient un vrai sport. La population française est aujourd’hui plus sensibilisée au sport en général. En 2020, la technologie peut justement nous aider à pousser les choses encore plus loin ».

Crédit photo : Jason Heidrich/Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 348
  • 1 commentaire
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Séjour golf à Doha : Jouez au golf de jour comme d...
JeudeGolf a 10 ans et déménage !

Auteur

 

Commentaires   

georges.grouiller@orange.fr
+1 #1 Et le dopping là-dedans ?georges.grouiller@orange.fr 12-07-2020 19:00
Il ne faut pas se voiler la face, quand on voit ce qu'avalent certains golfeurs sur le circuit, au petit déjeuner...ce qui est de la tricherie. Sans parler de ceux qui repartent en ambulance...
S'il y avait des contrôles anti-dopping effectués par le Ministère des sports via la gendarmerie, alors je serais admiratif.
Faudrait peut-être envisager des compétitions pour les body-buildés-cocaïnés et des compétitions pour ceux qui prennent des cornflakes ??? Cela ferait deux segments pour le business lol

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.