Posté par le dans Golf féminin

Le retour de retraite courageux d'Annika Sorenstam sur le circuit de la LPGA

Du 25 au 28 février 2021 à Gainbridge en Floride, c’était le retour du LPGA, mais le retour que l’on attendait le moins et qui pourtant a le plus impressionné, c’est celui d’Annika Sorenstam, qui après 13 ans d’absence sur le circuit, nous rappelle un peu, une « histoire de tigre ». Annika Sorenstam a disputé sa première épreuve du Tour en 1993, et en 2003, elle est devenue la première femme à jouer dans une épreuve masculine du PGA Tour. Sa dernière victoire a été le Michelob Ultra Open à Kingsmill en 2008, un mois plus tard, elle avait annoncé qu'elle prenait sa retraite.

Découvrez nos formules d'abonnements

Qu’Annika Sorenstam ait passé le cut et joué le week-end à Gainbridge après une si longue interruption c’était incroyable. En la regardant retrouver les mêmes manières et routines que depuis le début de sa carrière, c'était un peu comme entrer dans une machine à remonter le temps.

Alors qu'elle attendait de frapper son premier coup officiel sur le circuit de la LPGA depuis 13 ans d’absence, elle discutait avec le starter du premier départ. Pourtant, elle n’était pas du genre à bavarder quand elle était à son apogée.

Et au moment de prendre le départ, elle pensait « Tout à coup, le fairway qui vous semblait aussi large, quand vous entendez votre nom, il ne vous paraît pas si large. J'étais nerveuse. J'ai fait de la méditation à la maison ce matin pour essayer de me calmer ».

Les membres du lac Nona et quelques invités de la famille ont été autorisés à venir, et Annika Sorenstam a retrouvé environ 150 personnes rassemblées autour du premier tee. Cela constituait en fait une foule considérable à l'ère de la pandémie COVID-19.

Annika Sorenstam vit en Floride, et elle a dit que l'attrait de participer au tournoi au Lake Nona Golf & Country Club, c’est qu'il est à la porte de sa maison.

« Le parcours est littéralement dans mon jardin » a elle déclaré. « De chez moi, si je tourne la tête vers la gauche, je peux voir le 16e trou, à seulement 30 mètres. « Je vis ici depuis 21 ans, nous y avons élevé nos enfants, et mes parents vivent ici. C'est notre communauté ».

Plus tard, alors qu'Annika Sorenstam attendait de putter sur le 72e trou dimanche à Gainbridge, elle a regardé les noms défiler sur le tableau de classement électronique. Le sien était en bas. Mais son retour sur le LPGA Tour n’a jamais été une question de score.

Il ne s’agissait pas de savoir si elle avait passé le cut ou pas. Le fait qu'elle ait passé le cut était un bonus, non seulement pour Annika Sorenstam, mais aussi pour les amateurs de golf qui ont pu la voir jouer le week-end pour la première depuis 13 ans.

Cette semaine, il ne s’agissait pas pour Annika Sorenstam d’ajouter un trophée à ses 72 victoires en carrière dont 10 majeurs, ou même de commencer un retour à plus de 50 ans. Le circuit de la LPGA était arrivé sur son parcours du Lac Nona, et elle voulait y jouer.

Avec ses coups départ qui trouvaient le plus souvent le fairway, il ne semblait pas qu’Annika Sorenstam avait été absente du LPGA Tour depuis le 23 novembre 2008, lorsqu'elle a pris sa retraite après une saison marquée par trois victoires, pour commencer une vie de famille.

Elle a dit qu'elle voulait profiter de la semaine pour acquérir de l'expérience en étant de retour, en préparation de l’U.S. Senior Women’s Open, qu'elle espère jouer cet été.

La plupart des joueuses actuellement sur le Tour n’ont pas eu la chance de rivaliser avec Annika Sorenstam à son apogée. Nelly Korda, la gagnante de Gainbridge cette semaine, avait 10 ans lorsque qu’Annika Sorenstam a pris sa retraite en 2008.

Le retour de d’Annika Sorenstam était une sorte de jolie histoire racontée aux joueuses actuelles, pour apprendre à connaître non seulement la légende, mais aussi la personne.

Il y avait six des sept premières du classement mondial féminin à Orlando, la jeune génération a tenu à apprendre de la golfeuse qui a remporté 72 tournois dans le monde.

« Je l'admire tellement », a déclaré sa compatriote suédoise Anna Nordqvist, qui a été dans la même partie qu’Annika Sorenstam pour les deux premiers tours. « Ce sera certainement l'une des manches les plus mémorables de ma carrière ».

Le dimanche, Annika Sorenstam était dans la même partie qu’Wei-Ling Hsu. À la fin du parcours, Wei-Ling Hsu a fait ce que beaucoup d’autres joueuses avaient fait pendant la semaine, elle a réclamé une photo avec Annika Sorenstam.

Si Annika Sorenstam n’a pas montré le même jeu que celui qu’elle avait autrefois, il y avait tout de même beaucoup de choses à apprendre d’elle, pour les jeunes joueuses présentes.

Annika Sorenstam n’était pas vraiment surprise quand on lui a demandé ce que cela signifiait pour elle, que tant de joueuses soient reconnaissantes de l'opportunité de concourir dans le même domaine que l'une de leurs héroïnes pour la première fois.

La capacité d'aider d'autres joueuses à réaliser leurs rêves est quelque chose qu'elle prend au sérieux. La semaine a également permis à Annika Sorenstam de faire connaissance avec la prochaine génération d'une manière différente.

Un tiers du peloton de la LPGA à Gainbridge est venu au golf grâce aux événements de la « Fondation Annika » en tant qu'amateurs, y compris Kristen Gillman, deux fois championne américaine amateur féminine, qui a joué aux côtés d’Annika Sorenstam, le samedi.

Annika Sorenstam a eu la chance de connaître les amateurs devenus professionnels qui ont bénéficié de sa fondation. C’est aussi un des buts de son retour.

La semaine précédente, Annika Sorenstam avait rencontré son ancien entraîneur de swing, Henri Reis, pour sa première leçon de golf en près de 13 ans. C'était une sorte de remise en forme de dernière minute, et un clin d'œil au temps écoulé depuis qu'elle avait concouru pour la dernière fois sur le Tour.

Une des motivations de sa participation à la compétition à Gainbridge consistait à se préparer pour l’U.S. Senior Women’s Open. Et c’est encore un long chemin jusqu’à ce que l’U.S. Senior Women’s Open commence fin juillet. Annika Sorenstam a déclaré qu'elle aurait besoin de trouver autre chose pour jouer avant cet événement.

« Je veux dire, je ne veux pas attendre quatre mois, et là, je reviens à la case départ ».

Lorsqu'un officiel des règles de la LPGA a approché Annika Sorenstam après le tour du vendredi pour s'excuser d'une erreur qu'il avait commise la veille, et qui avait abouti à un coup de pénalité inutile, Annika Sorenstam lui a dit de ne pas s'en vouloir, donnant là une leçon de grâce et de classe.

Sa famille l’accompagnait et la soutenait, elle tenait la main de sa fille Ava, âgée de 11 ans, alors qu'elle se dirigeait vers le tee de départ, et lui a fait un câlin le long des cordes à l’occasion d’une pause. Parfois, elle est même passée derrière les cordes pour rendre visite à sa famille et à ses amis.

Les enfants de d’Annika Sorenstam sont venus la regarder le jeudi après l’école, et ils ont sauté des cours pour voir leur mère concourir le vendredi.

Peut-être qu’Annika Sorenstam est également revenue parce qu'elle voulait pouvoir montrer à ses enfants, Ava et Will, au moins une fois, ce que c'était quand leur mère était sur le Tour.

Ils sont tous les deux nés après sa retraite du jeu professionnel. Pour célébrer le retour de sa mère, Ava a décoré des t-shirts à la main, pour que sa famille et ses amis les portent pour montrer leur soutien.

Et chaque soir, après le tour, Will allait trou par trou avec sa mère pour établir un plan pour le lendemain. Leurs précieuses réactions à la performance de leur mère, leurs sourires rayonnants et leurs promenades avec maman entre les trous, seraient une raison suffisante pour Annika Sorenstam, de faire une autre tentative…

« Je veux qu'ils voient quand vous avez une passion pour quelque chose, et aussi ce qu'il faut pour être bon dans quelque chose », a déclaré Annika Sorenstam à propos de ses enfants qui l’observaient tout au long de la semaine. « Ils peuvent trouver leur passion. Sachant que vous devez travailler pour réussir. C'est ce qu'il faut ».

Annika Sorenstam a récemment joué le PNC Challenge en décembre avec son père, Tom. Elle a dit alors que son fils commençait à jouer et la motivait à retourner sur les parcours de golf. Elle avait dit alors qu'elle n’était intéressée que par quelques événements seniors, mais n'avait pas fait d’allusions à un événement officiel de la LPGA.

Annika Sorenstam est restée occupée depuis sa retraite, avec deux enfants à la maison, et une fondation qui met l'accent sur le golf junior.

Elle a également été nommée présidente de la Fédération internationale de golf, qui supervise les Jeux olympiques. Elle a succédé à l'ancien PDG du R&A Peter Dawson.

Annika Sorenstam a reçu de vives critiques pour avoir accepté la médaille présidentielle de la liberté, par l'ancien président Donald Trump le 7 janvier dernier, un jour après l’émeute meurtrière au Capitole, et alors que le Congrès certifiait la victoire électorale du président Joe Biden.

Annika Sorenstam et Gary Player ont accepté les médailles de Donald Trump. Ils étaient censés recevoir le prix en mars 2020, jusqu'à ce qu'il soit reporté suite à la pandémie COVID-19.

« J'aime regarder vers l'avenir, ne pas dépenser de l'énergie pour ce qui aurait pu être », a déclaré Annika Sorenstam. « Il s'agit d'ouvrir des portes. C'est une chose que j'ai apprise. J'ai entendu beaucoup de gens, comme vous pouvez imaginer, beaucoup d'opinions, beaucoup de commentaires. J'entends clairement ce que ces gens disent. Je sais, ils les voient différemment. Mais je les écoute, et je les embrasse tous ».  

Crédit photo : Icon Sportswire, Annika Sorenstam

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 222
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Le premier cours de golf d’une joueuse débutante
4Golf University : « Nous avons constitué le cursu...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.