Posté par le dans Golf féminin

Amundi mise sur l’Evian Championship et l’ouverture sur l’Asie dès 2021

Lundi 1er février 2021, j’étais conviée, au même titre que l’ensemble de la presse intéressée au sujet golf en France, à la conférence de presse conjointe tenue par le tournoi Evian Championship, représenté par son fondateur Franck Riboud, et le Président de la société Amundi, Yves Perrier. Ces deux acteurs majeurs du golf en France nous ont annoncé leur union, et dans le but, d’une part de renforcer le seul majeur de golf se tenant sur le Vieux-Continent, et d’autre part, permettre au premier gérant d’actifs européen de faire un pas vers l’Asie. Cette nouvelle constitue forcément une bonne annonce pour le golf français, en ces temps troublés par la pandémie de COVID_19. Cela étant, quels sont les retombées réelles pour un sponsor quand il investit sur un tournoi de golf ? Le parrainage d’Amundi pourrait-il servir d’exemple pour d’autres événements golfiques francophones ? Nous avons posé nos questions à la direction de la communication du groupe Amundi, Monsieur Alain Berry.

Découvrez nos formules d'abonnements

Enjoué, Franck Riboud, qui porte pratiquement à lui seul l’investissement du principal majeur de golf féminin, et Yves Perrier, patron d’Amundi ont tenu une conférence de presse commune sur un événement qui leur tenait à cœur : L’annonce d’un premier sponsor titre historique pour The Evian Championship.

D’abord baptisé Evian Masters en 1994, puis devenu Evian Championship en 2013, l’événement n’est pas anodin.

Ce n’est guère que la troisième fois que le tournoi change son nom en plus de 30 ans d’existence.

Cette nouvelle est d’autant plus étonnante qu’elle intervient dans le pire cas de figure pour un organisateur de tournoi majeur en Europe, la pandémie, et ses conséquences de repli sur soi.

C’est réellement une prouesse, et même inattendue.

Alors que beaucoup événements sont contraints de réduire la voilure, de baisser les dotations ou sont mêmes menacés de disparition définitive, Evian peut aller de l’avant, et augmenter sensiblement sa dotation (plus 400 000 euros), pour la porter à 4,5 millions de dollars dès 2021.

L’accord aura d’ailleurs une durée de 5 ans, et portera donc jusqu’en 2026.

De son côté, Amundi n’est pas une société inconnue dans l’environnement du golf, et a d’ailleurs fait ses premières armes sur l’Open de France masculin.

Présente dans cet environnement depuis 2011, au premier abord, compte tenu du déséquilibre réel entre golf masculin, et golf féminin, notamment d’un point de vue des audiences, le choix d’Amundi pourrait paraître étonnant.

Dans le même temps, une autre information d’importance pour le golf français est parue dans la presse : Finalement, l’Open de France avec l’appui de Grégory Havret aura bien lieu, et intégré au calendrier de l’European Tour.

Nous n’avons pas à ce jour toutes les informations sur ce retour, et les conditions l’accompagnant, mais sans trahir de secrets, depuis le départ brutal d’HNA, précédent sponsor d’origine chinoise, l’Open masculin ne se portait pas au mieux.

Amundi, partenaire pour le coup historique, aurait peut-être pu encore contribuer en 2021 à l’existence de l’Open ?

L’actuel Président de la Fédération Française de Golf, fraîchement élu, a sans doute beaucoup fait pour le rétablissement de l’Open de France, et peut-être au passage contribué au rapprochement entre Amundi et Evian.

Le nouveau Président de la FFG ayant réalisé autour de son nom une liste d’union, et en particulier supporté par Franck Riboud.

A date, on peut simplement constater qu’Amundi devient partenaire d’Evian, et contribue à renforcer le plus grand tournoi en France, tournoi qui aura bien lieu du 22 au 25 juillet prochain, sur le parcours de l’Evian Resort Golf Club (Evian-Les-Bains).

C’est donc l’occasion pour nous de vouloir en savoir plus sur Amundi, son activité, son lien fort avec le golf, et son nouvel intérêt pour le Golf Féminin.

Et plus important encore, quels sont les ressorts économiques du parrainage d’un grand tournoi de golf francophone ?

Et cet exemple pourrait-il servir à d’autres entreprises, et d’autres tournois ?

Au cours de la conférence de Presse, Yves Perrier a mis en avant, comme principal moteur de la décision, la perspective de toucher le marché asiatique.

Il semble qu’effectivement The Evian Championship ait travaillé fortement son image auprès de cette cible, tout au long des années passées.

Franck Riboud nous l’avait d’ailleurs expliqué au cours d’un entretien exclusif avec la présence à proximité de la frontière Suisse, de très grandes entreprises d’origines Asiatiques, et qui d’ailleurs drainent des clients, à la fois pour le Resort, et des spectateurs pour le tournoi.

Pour tenter d’apporter des réponses à mes questions, quelques jours après la conférence de presse, j’ai pris l’initiative de contacter la société Amundi, pour en apprendre davantage.

Je suis entré en relation avec Alain Berry, directeur de la Communication du groupe.

Amundi se positionne comme le premier gérant d’actifs européen, et offre ses services à 100 millions de clients particuliers, institutionnels, et entreprises, dans les domaines de l’épargne et l’investissement en actifs dans de nombreux pays (1650 milliards d’euros d’encours).

Amundi est cotée en Bourse.

Au cours de notre rendez-vous, Alain Berry a tenu à me remémorer trois grands points qui ont conduit Amundi à s’investir sur ce projet.

Tout d’abord, la volonté de basculer sur le sport féminin, et d’accompagner les femmes dans ce sport.

Ensuite, le rayonnement du tournoi a beaucoup compté dans la décision.

Bien que l’Open de France ai déjà une belle visibilité, Alain Berry insiste sur le fait que cela n’a rien à voir avec la taille du tournoi d’Evian, qui fait partie des cinq plus grands tournois féminins au monde.

Enfin, le bon contact avec les dirigeant de Danae et de l’Evian Resort les ont conduits à s’engager avec eux sur la durée.

Pour le dirigeant, Evian s’imposait donc comme une évidence par rapport aux ambitions du groupe. 

« Amundi est un leader européen, aujourd’hui le développement de l’entreprise se passe fortement à l’international et notamment en Asie. Les marges de progression les plus fortes de Amundi sont à l’étranger, c’est là où le marché évolue le plus vite. »

S’agissant de la présence en Asie, il précise : « Amundi est présent sur l’ensemble de l’Asie, soit le Japon, la Chine, Singapour, la Thaïlande, la Malaisie, Taiwan, Hong-Kong et la Corée. Cela représente plus de 300 milliards d’encours ».

Le lien avec l’Amundi Evian Championship leur semble évident par rapport à l’intérêt de la société Amundi d’être sur le tournoi, par rapport aux retombées que cela pourrait représenter en Asie.

Sans oublier que la plupart des plus grandes joueuses mondiales sont actuellement asiatiques.

Je l’ai donc interrogé sur le coût économique de ce parrainage, et ce dernier a refusé de m’apporter une réponse précise sur ce point. « Je ne communique pas les chiffres, et c’était déjà le cas pour l’Open de France Masculin. » Ajoutant « C’est vrai qu’étonnamment, personne ne m’a posé cette question pendant la conférence de presse ».

Doit-on en déduire que l’augmentation de la dotation de 400 000 dollars correspond en fait à cet investissement ? Je n’aurai donc pas la réponse.

En définitive, Amundi ne souhaite pas communiquer sur les coûts de ce partenariat. C’est ennuyeux pour mon sujet, et ma question suivante concernant le chiffrage des retombées économiques.

« Ce n’est pas une opération financière. Nous n’en attendons pas particulièrement de retour sur investissement. »

Toutefois, mon interlocuteur a vraiment insisté sur les véritables objectifs de l’entreprise : De la visibilité et de l’image de marque.

Maintenant que les objectifs sont clairement précisés, je regrette de ne pas avoir pu faire dire à mon interlocuteur la valeur de cette visibilité, et de cette image de marque.

« La visibilité se mesure, et peut être quantifiée, tandis que l’image de marque ne se mesure pas ».

Il a d’ailleurs ajouté à ce sujet « La visibilité va se quantifier selon le nombre de fois où va voir apparaître le nom d’Amundi dans la presse ».

Amundi espère d’ailleurs une forte visibilité dans tous les pays où le tournoi sera diffusé, et notamment dans les pays asiatiques qu’il évalue pour environ 50% de l’audience totale.

En s’associant au tournoi, Amundi entend améliorer son image.

Pour conclure notre entretien, Alain Berry m’a indiqué que les valeurs du tournoi sont en phase avec celles d’Amundi, soit l’accompagnement et la promotion des femmes dans le golf.

Le parrainage d’Amundi pourrait-il servir d’exemple pour d’autres événements golfiques francophones ?

Etant donné que je n’ai pas eu les éléments chiffrés espérés, par conséquent, cette question ne trouve pas plus sa réponse.

J’ai senti mon interlocuteur plus déconcerté sur cette notion d’exemple. Il m’a simplement indiqué qu’il ne doutait pas que d’ici à la tenue de l’Open Masculin, ce dernier trouvera l’espère-t-il un sponsor titre.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 131
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Au Portugal, Quinta da Marinha fait peau neuve pou...
Dustin Johnson : Toujours l’homme à battre en 2021...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.